Les autorités arrêtent des pyromanes, craignent de nouveaux incendies
Rechercher

Les autorités arrêtent des pyromanes, craignent de nouveaux incendies

Un propriétaire de station essence est accusé d’avoir aidé les incendiaires ; au moins 35 personnes ont été arrêtées depuis jeudi

Soldats israéliens pendant des opérations nocturnes en Cisjordanie, le 27 novembre 2016. (Crédit : porte-parole de l'armée israélienne)
Soldats israéliens pendant des opérations nocturnes en Cisjordanie, le 27 novembre 2016. (Crédit : porte-parole de l'armée israélienne)

Les soldats israéliens ont arrêté dans la nuit de samedi à dimanche deux Palestiniens suspectés d’avoir allumé des incendies près du bloc d’implantations de Cisjordanie du Gush Etzion.

Certains craignent de nouveaux départs de feux alors que la sécheresse persiste, presque une semaine après le début d’une série d’incendies dans le pays.

Même si la plupart des incendies qui ont frappé le pays depuis mardi ont été causés par des négligences, les responsables affirment qu’au moins une partie des feux ont été allumés par des pyromanes pour des motifs nationalistes, et ont promis d’attaquer leurs auteurs.

Les troupes ont appréhendé deux hommes dans leur village de Nahalim, au sud de Jérusalem, selon un communiqué de l’armée.

Des « mesures additionnelles » ont également été prises contre le propriétaire d’une station essence de la région, soupçonné de vendre de l’essence à des pyromanes pour allumer les feux, a ajouté le communiqué, sans préciser la nature de ces mesures.

Au total, au moins 35 personnes ont été arrêtées depuis jeudi. Elles sont soupçonnées d’avoir allumé des incendies ou d’avoir incité d’autres individus à le faire. Plus de 15 d’entre elles sont des Palestiniens arrêtés par l’armée israélienne et le Shin Bet, a déclaré un porte-parole de l’armée. Au moins dix des détenus sont des Arabes israéliens, selon les médias israéliens.

Un Palestinien allume un feu dans un champ près de Battir, près de Bethléem, le 26 novembre 2016. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)
Un Palestinien allume un feu dans un champ près de Battir, près de Bethléem, le 26 novembre 2016. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Les pompiers resteront en haut état d’alerte au moins jusqu’à vendredi, ont annoncé des responsables.

Des conditions climatiques plus favorables, dont une hausse de l’humidité et une baisse des vents, sont attendues mardi, et il devrait pleuvoir jeudi, ce qui mettra fin à une sécheresse inhabituelle en cette saison, qui a déclenché et exacerbé la plupart des incendies.

De petites flammes dispersées ont été rapportées dans la région de Jérusalem, où les pompiers les ont rapidement étouffées.

Les habitants de l’implantation de Halamish, en Cisjordanie, où un incendie a ravagé vendredi soir 18 maisons, devraient pouvoir rentrer chez eux dans la journée de dimanche.

Le service de premiers secours de Magen David Adom a annoncé samedi que parmi les 133 personnes soignées par l’organisation pour des blessures liées aux incendies, une seule était grièvement blessée, et trois autres étaient plus ou moins gravement blessées.

Le bilan total sera probablement plus important, ont déclaré des responsables, puisque certaines personnes, une cinquantaine selon les estimations, ont pu se rendre d’elles-mêmes à l’hôpital pour des blessures liées à des inhalations de fumée.

Maisons et arbres brûlés dans l'implantation de Halamish, en Cisjordanie, le 26 novembre 2016, au lendemain d'un incendie qui a touché des dizaines de maisons. (Crédit : pompiers israéliens)
Maisons et arbres brûlés dans l’implantation de Halamish, en Cisjordanie, le 26 novembre 2016, au lendemain d’un incendie qui a touché des dizaines de maisons. (Crédit : pompiers israéliens)

D’autre part, l’Autorité israélienne de la nature et des parcs a annoncé que 30 000 dunams (30 km²) de parcs nationaux avaient brûlés. Le Fonds national juif (KKL), qui plante et gère la plupart des forêts du pays, a annoncé que 11 000 dunams supplémentaires (11 km²) de ses propres forêts avaient également été détruits.

Au total, 130 000 dunams (130 km²) de forêts et broussailles naturelles ont été détruits, soit 30 % de plus que pendant l’incendie du Carmel de 2010. Une grande partie du parc national des collines de Judée et de la réserve naturelle Kfir a brûlé.

Les responsables de la ville de Haïfa ont annoncé samedi que les flammes avaient ravagé près de 28 000 dunams (28 km²) de terrains dans la ville depuis jeudi. Entre 400 et 530 logements y ont été endommagés par les incendies.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...