Les avocats du Premier ministre demandent le report de l’audition
Rechercher

Les avocats du Premier ministre demandent le report de l’audition

Ses avocats, qui doivent encore récupérer les preuves mises à leur disposition il y a un mois, disent avoir besoin de plus de temps pour préparer ces trois affaires complexes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'un événement en hommage aux familles des soldats israéliens tués sur le front, le 14 avril 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'un événement en hommage aux familles des soldats israéliens tués sur le front, le 14 avril 2019 (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Les avocats de Benjamin Netanyahu ont demandé vendredi à ce que l’audition de leur client soit repoussée, estimant que la date-butoir fixée au 10 juillet était trop court.

L’équipe de défense a assuré qu’ils voulaient une audition, mais souligné que le Premier ministre n’était pas accusé dans une affaire mais dans trois dossiers complexes. Ils n’ont pas proposé d’autre date.

Ils doivent, par ailleurs, toujours récupérer les preuves réunies au bureau du procureur général, disponibles, à leur demande, depuis le 10 avril. Les avocats ont refusé jusque-là de venir les chercher en raison de problèmes de règlement de leurs honoraires.

Le bureau du procureur général a rejeté leurs arguments comme étant des prétextes.

La demande des avocats survient au dernier jour accordé par le procureur général  Avichai Mandelblit. Ce dernier les avait prévenus le mois dernier qu’ils devaient fixer une date pour les auditions d’ici le 10 mai, au risque de perdre l’occasion de présenter leurs arguments de défense avant une mise en examen.

Son bureau avait indiqué que l’audience devrait se tenir avant le 10 juillet au plus tard.

Moshe Yaalon, du parti Kakhol lavan, a accusé Netanyahu vendredi d’être impliqué dans ces tactiques de report.

Moshe Yaalon, dans le sud d’Israël, le 13 mars 2019. (Crédit : Flash90)

« Netanyahu tente de tailler la loi sur mesure pour lui », a-t-il dénoncé vendredi. « Les preuves l’attendent lui et ses avocats depuis l’élection, et ils ont évité intentionnellement de les récupérer, afin de créer une pression illégitime sur le procureur général ».

Mandelblit avait annoncé mi-février qu’il comptait inculper Netanyahu, après une audition préalable, pour des faits de fraude et d’abus de confiance dans deux affaires et pour corruption dans la troisième.

Citant la crainte que des preuves mettant en cause Netanyahu ne fuitent auprès des médias en pleine campagne électorale âprement disputée, les avocats du Premier ministre avaient demandé à Mandelblit de geler le processus d’audience et de ne pas diffuser les preuves avant le 9 avril – même au prix d’un retard dans les préparatifs de la défense pour l’audience de pré-inculpation. Le procureur avait accepté et rendu les preuves disponibles le 10 avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...