Les bars de Tel Aviv transformés en synagogues pour protester contre le bouclage
Rechercher

Les bars de Tel Aviv transformés en synagogues pour protester contre le bouclage

Certains propriétaires de bars enragent de devoir fermer à cause des nouvelles restrictions, alors que des dizaines de personnes sont autorisées à se réunir dans les lieux de culte

Des Israéliens ont plaisir à s'asseoir dans un bar à Tel Aviv, le 9 juin 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens ont plaisir à s'asseoir dans un bar à Tel Aviv, le 9 juin 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Les propriétaires d’un certain nombre de bars de Tel Aviv ont déclaré que leurs commerces étaient des synagogues, en protestation contre les plans de confinement du gouvernement qui, d’une part, empêcheront tous les bars et restaurants de fonctionner pendant au moins trois semaines et, d’autre part, permettront à des dizaines de personnes de participer à des prières dans les lieux de culte à travers le pays.

Les informations de la Douzième chaîne ont fait état de deux établissements de Tel Aviv, Kiton et Shishko, qui ont installé des pancartes déclarant qu’ils étaient des lieux de culte. Le reportage note que les deux bars présentent ce geste comme une protestation et une caricature et qu’ils n’ont pas l’intention de se rebeller contre les restrictions gouvernementales pour le moment – bien qu’ils ne l’excluent pas non plus totalement.

Elad Dor, propriétaire de Shishko, a déclaré à la chaîne : « Cela vous semble-t-il raisonnable que vous puissiez faire entrer 100 personnes dans une synagogue, et moi, qui avons un restaurant pour 300 personnes, je ne peux même pas en faire entrer 30 ? Cela vous semble-t-il vraiment raisonnable ? »

« Et est-il raisonnable qu’il y ait des foules dans les supermarchés ? Et que les magasins de proximité puissent ouvrir, et qu’hier ils disent que le marché Mahane Yehuda [de Jérusalem] pouvait ouvrir ? Arrêtez un peu. »

Les synagogues seront autorisées à ouvrir pendant le confinement, qui démarre alors qu’Israël s’apprête à célébrer trois fêtes religieuses : Rosh HaShana, Yom Kippour et Souccot. Conformément aux directives du gouvernement, les prières dans les structures fermées seront autorisées par groupes de 10 personnes, le nombre de groupes autorisés dans un même lieu dépendant de sa taille et du nombre d’entrées de la structure.

Une synagogue divisée avec des bâches en plastique dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 7 septembre 2020. (MENAHEM KAHANA / AFP)

Les critiques ont noté que cela pourrait signifier, en effet, que des dizaines de personnes pourraient se rassembler dans de tels espaces alors que beaucoup d’autres activités, beaucoup moins fréquentées, seront interdites.

De nombreuses petites entreprises, y compris de grands restaurateurs, ont menacé de se rebeller contre le confinement et d’ouvrir leurs portes aux clients, expliquant qu’ils ne survivraient pas au préjudice économique d’une nouvelle fermeture prolongée, et qu’ils ne croyaient guère aux promesses du gouvernement concernant une éventuelle indemnisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...