Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Les « boucliers humains » de Saddam Hussein attaquent le gouvernement britannique et British Airways

Le vol BA149 avait fait escale à Koweït City le 2 août 1990, quelques heures après l'invasion par l'Irak de Saddam Hussein ; le gouvernement s'était excusé en 2021

Le président irakien Saddam Hussein à Bagdad, en 1991. (Crédit : AP Photo/File)
Le président irakien Saddam Hussein à Bagdad, en 1991. (Crédit : AP Photo/File)

Des passagers et membres d’équipage d’un avion de British Airways, qui avaient été pris en otages en 1990 au Koweït au tout début de la première guerre du Golfe, ont annoncé mardi qu’ils allaient attaquer en justice le gouvernement britannique et la compagnie aérienne.

En provenance de Londres et à destination de Kuala Lumpur, le vol BA149 avait fait escale à Koweït City le 2 août 1990, quelques heures après l’invasion par l’Irak de Saddam Hussein qui avait mené ensuite à la guerre du Golfe.

Tous les passagers avaient été regroupés pendant quelques jours dans un hôtel proche, tenu par l’état-major irakien, puis transférés à Bagdad, et enfin utilisés comme « boucliers humains » sur des sites stratégiques.

Parmi les 367 passagers et membres d’équipage du vol, certains ont passé plus de quatre mois en captivité, placés sur de potentielles cibles pour la coalition occidentale.

En novembre 2021, le gouvernement britannique avait présenté ses excuses pour ne pas avoir alerté la compagnie de l’invasion.

« Les victimes intentent une action en justice pour que la vérité soit pleinement révélée et que les responsables répondent de leurs actes et qu’une indemnisation soit versée », écrit dans un communiqué le cabinet McCue Jury & Partners, qui représente les passagers et membres d’équipage saisissant la justice.

Un avion British Airways à l’aéroport de Heathrow à Londres (Crédit : Panhard/Wikimedia Commons)

« En captivité, ils (les otages) ont été battus, violés, victimes de simulacres d’exécution et affamés », affirme le cabinet, qui représente plus de 50 victimes.

Ce dernier a précisé à l’AFP prévoir que le dossier soit déposé début 2024 devant la Haute Cour de Londres.

Pour les avocats, des « preuves existent » sur plusieurs éléments du dossier. « Le gouvernement et British Airways savaient que l’invasion avait déjà commencé, mais ils ont tout de même autorisé l’atterrissage de BA149 », accusent-ils.

« Ils ont agi ainsi parce que le vol était utilisé pour introduire une équipe composée d’anciennes forces spéciales et de services de sécurité (…) au Koweït pour une opération militaire spéciale », écrivent-ils aussi.

« A l’âge de 22 ans, j’ai été envoyé dans une zone de guerre par une entreprise et un gouvernement en qui j’avais une totale confiance », témoigne dans le communiqué Nicola Dowling, qui était membre d’équipage. « Pendant 33 ans, nous avons tous dû vivre avec les retombées alors que l’horreur de l’événement était balayée sous le tapis par ceux qui étaient complices », dénonce-t-elle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.