Les cours sur Zoom : entre abandons scolaires et écarts socio-économiques
Rechercher

Les cours sur Zoom : entre abandons scolaires et écarts socio-économiques

Des tests spécialement conçus dévoilent l'ampleur des ravages que confinements répétés et passage aux études en ligne ont causés dans le système éducatif, un an après la pandémie

L'une des œuvres d'art présentée dans l'exposition Zoom In, créé par Shani Segev, une lycéenne de Holon. L'expo ouvre ses portes le 20 janvier. (Autorisation : Shani Segev)
L'une des œuvres d'art présentée dans l'exposition Zoom In, créé par Shani Segev, une lycéenne de Holon. L'expo ouvre ses portes le 20 janvier. (Autorisation : Shani Segev)

Un an après le début de la pandémie de coronavirus, les résultats de tests spécialement conçus dévoilent l’ampleur des ravages que les confinements répétés et le passage aux études en ligne ont causés dans le système éducatif.

Le nombre d’élèves ayant des difficultés en écriture, en mathématiques et autres études a été multiplié par quatre, le nombre d’élèves qui coupent tout contact avec leur école a été multiplié par cinq et le taux d’abandon a triplé, selon un haut responsable de l’éducation connaissant les résultats des tests qui s’est entretenu avec Zman Yisrael, le site jumeau en hébreu du Times of Israel.

La situation a été pire dans les communautés socio-économiques inférieures que dans les régions plus riches, ce qui a creusé le fossé entre ceux qui ont mieux réussi à s’adapter aux défis éducatifs et technologiques de l’apprentissage en ligne et ceux qui n’ont pas pu le faire.

Le plus lourd tribut a été payé par les élèves de première année, qui sont passés directement de la maternelle aux études en ligne, sans apprendre à connaître le fonctionnement d’une école et sans rencontrer leurs professeurs ou leurs camarades de classe, explique le Dr Eli Vinokur, vice-président du Gordon Academic College of Education.

Le plus lourd tribut a été payé par les élèves de CP, qui sont passés directement de la maternelle aux études en ligne, sans apprendre à connaître le fonctionnement d’une école et sans rencontrer leurs professeurs ou leurs camarades de classe, explique le Dr Eli Vinokur, vice-président du Gordon Academic College of Education.

Vinokur a expliqué à Zman Yisrael que l’exigence de compétences de base en lecture et en écriture a été reportée au CE1 par le ministère de l’Education.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...