Les échanges professionnels entre policiers américains et israéliens
Rechercher

Les échanges professionnels entre policiers américains et israéliens

Lier Israël à la mauvaise conduite de la police US "est une excuse bizarre pour des siècles de racisme", dit l'ADL - mais certains le font depuis la mort de George Floyd

Des policiers israéliens montent la garde lors d'une manifestation devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, le 17 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des policiers israéliens montent la garde lors d'une manifestation devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, le 17 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

JTA – En juin, alors que les protestations contre les pratiques policières violentes et abusives aux États-Unis s’intensifiaient, une fausse accusation a été lancée à propos d’un groupe de programmes qui envoie les chefs de police américains apprendre de leurs homologues en Israël.

« La tactique utilisée par la police en Amérique, agenouillée sur le cou de George Floyd, a été apprise lors de séminaires avec les services secrets israéliens », a déclaré une actrice britannique à un journal lors d’un incident représentatif. Une membre du Parlement britannique a ensuite été limogée pour avoir relayé et salué l’article sur les médias sociaux.

Au cours des deux derniers mois, l’accusation a été reprise ailleurs. C’est la dernière version d’une affirmation qui circule dans les cercles antisionistes depuis des années : les délégations de police américaines en Israël servent à importer aux États-Unis une police brutale et militarisée.

Les organisateurs de ces voyages affirment qu’au-delà du fait que ce soit faux – les voyages n’enseignent pas de tactiques physiques sur le terrain telles que l’étranglement – l’affirmation selon laquelle Israël encourage la brutalité policière américaine est une accusation antisémite.

« Ce genre de cas existait bien avant que ces échanges professionnels n’aient lieu, et fait partie intégrante de l’histoire des États-Unis », a déclaré George Selim, premier vice-président des programmes de l’Anti-Defamation League (ADL), qui encadre les délégations de police en Israël. « Chercher à lier Israël en tant qu’État à la mauvaise conduite de la police américaine est une excuse bizarre pour l’histoire séculaire de racisme et d’injustice qui fait partie de l’histoire américaine, en réalité depuis notre fondation ».

Une manifestante est emmenée par la police lors d’une manifestation devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, le 26 juin 2020. (Yonatan Sindel/FLASH90)

La principale organisation s’opposant aux délégations est Jewish Voice for Peace, ou JVP, un groupe anti-sioniste qui a publié un rapport en 2018 qualifiant les voyages de « Deadly Exchange », [Echanges mortels]. Le rapport dit qu’ils normalisent « la répression violente des communautés et des mouvements que le gouvernement définit comme menaçants ».

Sur la base de ce rapport, JVP a fait campagne pour mettre fin aux délégations de police en Israël, et a réussi à les interdire, ainsi que d’autres échanges internationaux de police à Durham, en Caroline du Nord. Elle a également réussi à faire pression sur deux fonctionnaires de police de la Nouvelle-Angleterre pour qu’ils se retirent des délégations.

Aujourd’hui, JVP cherche à tempérer les critiques anti-Israël liées aux récentes protestations contre les brutalités policières. Dans une mise à jour de juin de sa campagne « Deadly Exchange », JVP a déclaré que « Suggérer qu’Israël est le début ou la source de la violence policière américaine ou du racisme déplace la responsabilité des États-Unis vers Israël » et « favorise une idéologie antisémite ».

Mais JVP continue de faire campagne contre ces voyages – non pas, disent-ils, en tant que moteur des abus policiers aux États-Unis – mais parce que le groupe affirme que ces échanges permettent aux forces de police de deux pays ayant des antécédents de discrimination raciale et des allégations de maintien de l’ordre oppressif d’échanger leurs stratégies.

« Lors de ces voyages, il s’agit de partager et d’échanger des idées et des tactiques, mais cela ne veut pas dire que la mission des responsables américains n’était pas là au départ », a déclaré Stefanie Fox, directrice exécutive de JVP. « C’est comme si, oh super, alors adaptons cela et adoptons cela à la pratique que nous essayons déjà de faire de la surveillance et de la suppression de la protestation et du profilage racial ».

Les organisateurs des voyages et les participants affirment cependant qu’il s’agit là d’une mauvaise interprétation fondamentale des voyages. Ils affirment que les voyages, qui sont loin d’être uniques parmi les échanges policiers internationaux, exposent les participants à une variété de pratiques policières en Israël, des systèmes de surveillance aux modèles de police de proximité dans les communautés minoritaires. Les programmes, ajoutent-ils, consistent principalement en des conférences, des réunions et des visites.

« Ce que nous faisons, c’est nous concentrer sur les questions de gestion et de politique, pas sur la formation, pas sur une formation tactique spécifique », a déclaré Steven Pomerantz, directeur du programme de sécurité intérieure au Jewish Institute for National Security Affairs ou JINSA, [Institut juif pour les affaires de la sécurité nationale], un groupe de réflexion conservateur qui dirige certaines des délégations. « Il n’y a pas de tir, pas de lutte, pas d’étranglement. Ce n’est tout simplement pas de cela qu’il s’agit. Il s’agit des éléments constitutifs d’une application réussie de la loi [et] des responsabilités en matière de lutte contre le terrorisme dans la police locale ».

La lutte contre le terrorisme après le 11 septembre

Les délégations en Israël ont commencé dans les années 1990 et se sont multipliées après les attentats du 11 septembre 2001. Les organisations qui les parrainent et leurs partenaires israéliens voient dans ces voyages une occasion pour la police américaine d’apprendre d’un pays et d’une force de police ayant plusieurs décennies d’expérience dans la protection des populations civiles contre les attentats.

« Il y avait beaucoup d’intérêt, et il y en a toujours, à comprendre l’approche israélienne du terrorisme et de la lutte contre le terrorisme », a déclaré Robbie Friedmann, qui dirige le Georgia International Law Enforcement Exchange, un programme de l’université d’État de Géorgie qui emmène des officiers de police supérieurs en délégation en Israël et ailleurs. « Les délégations apprennent la nécessité d’assurer un équilibre entre la lutte contre le terrorisme et la fourniture de services, de sorte que si quelqu’un se fait cambrioler son appartement, il sache que c’est quelque chose dont la police israélienne s’occupera ».

Plus de 1 000 participants, pour la plupart de hauts responsables des forces de l’ordre, ont participé à ces voyages, qui sont principalement assurés par le programme de Friedmann, l’ADL et le JINSA. Chaque organisation a emmené plusieurs centaines de fonctionnaires de police en Israël, une infime partie des dirigeants des quelque 18 000 services de police des États-Unis. Les voyages sont généralement financés par des fonds privés et sont gratuits pour les participants, bien qu’aucune des organisations ne communique les sources exactes de financement ou les coûts du voyage.

Israël est loin d’être le seul pays à accueillir des délégations de fonctionnaires de police étrangers. Les policiers étrangers viennent aux États-Unis pour voir comment les forces de police y fonctionnent, et des pays du monde entier accueillent également des délégations. Le groupe de Friedmann a organisé des visites dans des pays d’Europe et d’Amérique du Sud, ainsi qu’en Chine, en Australie et ailleurs.

Et les voyages ne sont qu’un exemple de toute une industrie de délégations en Israël. Les organisations juives proposent régulièrement des voyages en Israël à des hommes politiques, des militants communautaires, des célébrités, des étudiants, des cadres d’entreprises et bien d’autres encore. Comme pour ces voyages, une partie de l’objectif des délégations de police est de faire connaître Israël aux participants et de leur donner une vision favorable du pays.

L’objectif principal de ces voyages, à travers les groupes qui les organisent, est de partager l’expertise israélienne en matière de lutte contre le terrorisme. Les organisateurs affirment que les voyages portent sur l’observation, la politique et les systèmes, et non sur l’entraînement au service actif ou l’enseignement des manœuvres physiques aux officiers américains.

« En Israël en général, face au type de menaces auxquelles ils sont confrontés, ils sont encore très résistants », a déclaré Lou Dekmar, le chef de la police de LaGrange, en Géorgie, et l’ancien président de l’International Association of Chiefs of Police [Association internationale des chefs de police], qui a fait partie de plusieurs délégations en Israël. « Combien il est important, lorsqu’il y a un crime ou une attaque, de s’y attaquer rapidement, de le traiter et de rétablir un état de normalité ».

Mais les responsables américains ont l’occasion de voir leurs homologues israéliens en action. Le domaine de la lutte contre le terrorisme en Israël couvre un large éventail de sujets, allant de la réponse à une attaque terroriste en temps réel à la collecte de renseignements en passant par le maintien de l’ordre lors de manifestations de masse. Outre la police israélienne, certains de ces voyages permettent de rencontrer la police des frontières, qui patrouille à la frontière avec la Cisjordanie, ainsi que le service de sécurité israélien, ou Shin Bet, et l’armée.

Un technicien répare des caméras de sécurité situées près de la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit photo : Noam Moskowitz/Flash90)

Certains voyages permettent aux agents de visiter le système de surveillance israélien à Jérusalem-Est et d’étudier comment nettoyer le lieu d’un attentat terroriste afin que la vie normale puisse reprendre. Les visites mettent l’accent sur le partage efficace des renseignements entre l’armée et la police israéliennes, ainsi que sur l’importance d’avoir des procédures définies en place aux postes-frontières de Cisjordanie pour les Palestiniens qui entrent en Israël. Les délégations visitent également l’Académie nationale de police d’Israël, où elles voient la formation en action.

Le programme 2019 de l’ADL, par exemple, prévoyait que la délégation observe les procédures de sécurité à l’aéroport Ben Gurion, à un point de contrôle en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, en plus de visiter la frontière de Gaza et la police palestinienne. La délégation a également visité l’Académie de police israélienne et d’autres institutions de la police israélienne, le Mémorial de la Shoah de Yad Vashem, ainsi que des sites religieux chrétiens et juifs.

Janet Moon, la chef de la police de Peachtree City, en Géorgie, qui s’est rendue en Israël avec le programme Friedmann en 2015, se souvient d’avoir assisté à une formation sur la façon dont les policiers tirent sur un véhicule en mouvement.

« Peu importe où vous allez dans le monde, l’application de la loi est l’application de la loi », a-t-elle déclaré. « Ils ont les mêmes défis à relever en matière de budget, d’allocation des ressources, de police de proximité. Et ils font face au terrorisme depuis bien plus longtemps que nous ».

La campagne « Deadly Exchange » : Exposé ou antisémitisme ?

L’intérêt pour la lutte contre le terrorisme n’est pas la seule chose que les polices israélienne et américaine ont en commun. Comme aux États-Unis, les minorités en Israël se plaignent depuis longtemps des mauvais traitements infligés par les forces de l’ordre, bien que dans le cas de la minorité arabe d’Israël, un récent mouvement de protestation a appelé à plus de maintien de l’ordre dans les villes arabes.

Les officiers de police israéliens ont également été accusés de profiler des Arabes et des Éthiopiens israéliens, et ces dernières années ont vu de grandes manifestations de la communauté éthiopienne contre les violences policières.

Pour les participants à ces programmes, les nombreux programmes et possibilités d’observation sont considérés comme un avantage car les polices israélienne et américaine sont confrontées à des défis similaires en matière de contrôle des foules, de détection des menaces terroristes, de sécurité des aéroports et de patrouille de diverses populations. Mais pour les critiques de ces voyages, qui s’opposent déjà à une grande partie de la manière dont Israël et les États-Unis pratiquent le maintien de l’ordre, la combinaison des deux est accablante.

« La police militarisée, raciste et violente dans ce pays, enracinée dans des siècles de colonisation, d’esclavage et de guerre ici aux Etats-Unis, parallèlement à l’occupation israélienne et à la brutalité exercée contre les Palestiniens là-bas – il n’y a pas de bon sens à ce que ces gouvernements fassent du commerce et de la formation croisée et développent des relations les uns avec les autres », a déclaré Mme Fox du JVP.

Le rapport « Deadly Exchange » de son groupe affirme que les objectifs du voyage comprennent « la justification du profilage racial » et « la suppression des protestations publiques par le recours à la force ».

Le rapport cite quelques exemples de pratiques policières américaines provenant d’Israël. Il note que le système de surveillance par caméra du Département de la police d’Atlanta est calqué sur celui de Jérusalem, suite à la visite d’une délégation de la police en Israël en 2008, par exemple, et cite le témoignage de l’administrateur de l’Administration de la sécurité des transports du Département de la sécurité intérieure en 2016 qui a déclaré que la formation israélienne et les pratiques de sécurité aéroportuaire d’Israël ont inspiré celles de son agence.

Mais le plus souvent, le rapport note des liens généraux entre les pratiques policières américaines et israéliennes sans montrer que les pratiques controversées aux États-Unis ont été apprises en Israël ou créées avec la participation d’Israël. Dans une section, les discussions sur le contrôle des foules par les Israéliens sont présentées comme « un savoir-faire technique basé sur le non-respect du droit des Palestiniens à s’opposer à l’occupation israélienne ». Le rapport suggère également qu’un député juif de New York qui a fait pression en faveur du profilage racial a été influencé par l’exemple d’Israël, alors qu’en fait il n’a pas lié son soutien à Israël à cette proposition et n’a pas participé aux échanges policiers.

Les organisateurs du voyage affirment que les affirmations du rapport « Deadly Exchange » relèvent du sectarisme.

« Pour moi, c’est de la diffamation, qui fait suite à une longue série de diffamations dans l’histoire juive », a déclaré M. Pomerantz de JINSA. « C’est un peu la même chose, de dire que les juifs sont responsables de ce qui se passe dans les communautés minoritaires d’Amérique aux mains de la police. C’est juste une autre de ces diffamations ».

Un manifestant et un policier se recueillent face-à-face pendant un rassemblement de solidarité appelant à la justice pour la mort de George Floyd à New York, le 2 juin 2020. (AP Photo/Wong Maye-E, File)

Les activistes palestiniens et leurs alliés invoquent les accusations de mauvaise conduite de la part de la police israélienne comme raison principale pour laquelle ils affirment que ces voyages ne devraient pas avoir lieu. Yousef Munayyer, un universitaire palestino-américain, dit qu’il est régulièrement profilé lorsqu’il retourne en Israël, où sa famille élargie vit toujours et où il est né.

« Oui, notre police doit s’améliorer ici aux États-Unis », a déclaré Munayyer, un boursier non-résident du Arab Center à Washington, D.C. « Mais ont-ils vraiment besoin de s’entraîner dans un endroit et avec des forces où le profilage racial est une valeur, où le profilage racial est en fait au cœur de l’éthique du système de sécurité ? »

Ce que les participants au voyage ramènent chez eux

Selon les organisateurs, les délégations abordent effectivement des sujets gênants. En ce qui concerne le profilage racial, par exemple, M. Friedmann, du programme de l’État de Géorgie, a déclaré : « Nous recevons des briefings basés sur les politiques », et que les participants apprennent la procédure de dépôt de plainte.

« Ce qui est important, c’est de ne pas suggérer qu’Israël est une société parfaite », a-t-il dit. « Mais c’est une société basée sur l’état de droit, et si un officier se comporte de manière éhontée, il sera sanctionné ».

De même, a déclaré M. Selim, les voyages de l’ADL abordent naturellement le conflit israélo-palestinien, notamment lors de ses visites à la police palestinienne en Cisjordanie et à un poste frontière israélien. Il a déclaré que ces parties du voyage sont particulièrement utiles pour les participants des villes frontalières des États-Unis.

« Il est impossible de parler du maintien de l’ordre et de la sécurité en Israël sans parler du conflit », a-t-il déclaré. « Lorsque des cadres de la police du sud de la Californie ou du Texas ou de l’Arizona, au Nouveau-Mexique, ont rejoint la délégation au cours des deux dernières décennies, il s’agit dans de nombreux cas de villes frontalières et de villes situées à la frontière mexicaine ».

Il a ajouté : « Les questions de dialogue transfrontalier, d’engagement, de police communautaire holistique dans ces villes sont très réelles pour eux. Il est donc très utile de voir cela dans un contexte international pour avoir une idée comparative de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas ».

En plus de discuter du contre-terrorisme, les voyages montrent également les efforts d’Israël en matière de police de proximité dans les villes arabo-israéliennes. Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police israélienne, a déclaré que la police a ouvert de nouveaux postes de police dans les zones arabes israéliennes et a accru ses efforts pour recruter des policiers arabes.

« La situation en Amérique est compliquée de la même manière que la situation en Israël est également compliquée », a-t-il déclaré. « Construire une relation permanente avec la communauté est quelque chose qui prend du temps, et cela doit venir à la fois de la communauté et des forces de l’ordre ».

Moon et Dekmar disent tous deux avoir été influencés par l’approche d’Israël en matière de police de proximité. Dekmar a remarqué que la police israélienne a commencé à recruter des cadets arabes-israéliens dès le lycée pour augmenter les chances qu’ils deviennent officiers. Il dit avoir commencé à identifier et à engager des lycéens issus de minorités comme candidats pour servir dans son département en Géorgie également.

« C’est le résultat direct de l’expérience que j’ai vue en Israël », a déclaré M. Dekmar. « Une reconnaissance du fait que si vous allez recruter dans les populations minoritaires, vous devez commencer à développer des relations plus jeunes ».

Les chefs de police ont également mis en œuvre dans leurs services des procédures ou des technologies qu’ils ont vues en Israël. Moon a installé un système de géolocalisation dans son centre d’appel 911, similaire à celui qu’elle a vu en Israël. Dekmar a déclaré avoir adopté une mentalité israélienne consistant à mener la formation de manière plus improvisée, avec des équipements moins complexes.

« [Je] reconnais que c’est une situation très compliquée qui ne se prête pas nécessairement aux bons et aux méchants », a déclaré M. Dekmar. « Elle se prête à la compréhension de différentes cultures placées dans une position qui pourrait potentiellement se heurter à tout moment ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...