Les Etats-Unis et Israël vont protéger les sites du patrimoine juif européen
Rechercher

Les Etats-Unis et Israël vont protéger les sites du patrimoine juif européen

Le projet Mosaic United devrait rassembler des milliers de volontaires du monde entier pour restaurer et préserver les sites historiques décimés sous la Shoah et le communisme

Yaakov Schwartz est le rédacteur adjoint de la section Le monde juif du Times of Israël

La Grande synagogue de Slonim, qui a été sélectionnée pour une préservation dans le cadre du projet des synagogues historiques européennes (Fondation du patrimoine juif)
La Grande synagogue de Slonim, qui a été sélectionnée pour une préservation dans le cadre du projet des synagogues historiques européennes (Fondation du patrimoine juif)

Grâce à un nouvel accord de coopération signé lundi par les Etats-Unis et Israël, des milliers de volontaires juifs du monde entier convergeront vers l’Europe afin de préserver une série de sites du patrimoine juif endommagés par l’Holocauste et durant les années qui ont suivi.

L’accord, appelé « Mosaic United », a été finalisé entre la Commission américaine pour la préservation du patrimoine américain à l’étranger (CPAHA) et le ministère israélien de la Diaspora. Les deux organes se sont engagés à travailler ensemble afin de localiser et d’identifier les sites d’importance culturelle en Europe centrale et orientale, et à les préserver par le biais de projets communs.

L’ambassadeur américain David Friedman, le président de l’ACPHA Paul Packer et le directeur du ministère de la Diaspora Dvir Kahana étaient présents lors de la signature.

« Les relations entre les Etats-Unis et Israël n’ont jamais été aussi cordiales et nous coopérons à tous les niveaux et dans tous les domaines. La coopération diplomatique et sécuritaire est souvent ce qui fait la une des journaux, [mais] je suis particulièrement fier de cette nouvelle déclaration commune qui unit nos efforts afin de préserver un patrimoine culturel – un sujet de grande importance pour des millions de citoyens américains et citoyens d’Israël », a déclaré Friedman.

Paul Packer, président de la Commission américaine pour la préservation du patrimoine américain à l’étranger (à gauche), avec l’ambassadeur américain en Israël David Friedman (au centre) et Dvir Kahana, directeur du ministère de la Diaspora, signant l’accord Mosaic United à Tel Aviv, le 26 février 2018 (publiée avec autorisation)

Alors que la commission a été créée en 1985 et a travaillé avec des gouvernements locaux afin de préserver des sites du patrimoine liés à l’histoire des citoyens américains, l’accord de lundi permettra à des cimetières, des synagogues, des monuments et des documents d’archives d’être restaurés et protégés sous les auspices des deux pays.

Packer, lui-même Juif et proche d’Israël, a été nommé à la tête de la commission en octobre dernier par le président américain Donald Trump. Il travaillait précédemment dans le domaine de la finance.

Des projets sont actuellement en cours dans des pays tels que l’Arménie, l’Italie, l’Allemagne et l’Autriche, selon le site Internet de la CPAHA. Cependant, la majorité du travail de la commission se concentre en Europe centrale et orientale, où de nombreux sites ont été endommagés par des décennies de domination communiste.

De nombreux sites du patrimoine qui ont bénéficié du travail de la commission appartenaient aux communautés juives de leurs pays respectifs.

« L’accord est la première étape dans la mise en œuvre du projet Mosaic United par le gouvernement israélien et le peuple juif », a déclaré Kahana. « C’est un processus qui amènera des milliers de volontaires juifs de partout dans le monde. »

Selon M. Packer, « le nouveau partenariat avec le ministère de la Diaspora permettra aux Etats-Unis et à Israël de renforcer le patrimoine de leurs citoyens, non seulement pour se souvenir et perpétuer le passé, mais aussi pour garantir que la valeur de nos nations ne sera jamais oublié. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...