Israël en guerre - Jour 262

Rechercher

Les étudiants de Tel Aviv menacent de grève si les haredim continuent à être exemptés

Le syndicat affirme que le fait de ne pas enrôler les ultra-orthodoxes alourdit le fardeau des étudiants-réservistes, et a un impact direct sur leurs études

Des Juifs ultra-orthodoxes près d'un panneau indiquant "bureau de recrutement de l'armée" lors d'une manifestation contre l'enrôlement des haredim dans l'armée, à Jérusalem, le 1er mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes près d'un panneau indiquant "bureau de recrutement de l'armée" lors d'une manifestation contre l'enrôlement des haredim dans l'armée, à Jérusalem, le 1er mai 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’Union des étudiants de Tel Aviv a averti mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’elle mènerait des actions de protestation allant jusqu’à la grève si le gouvernement allait de l’avant avec une législation visant à continuer à exempter la communauté ultra-orthodoxe – haredi – de la conscription dans l’armée israélienne.

Dans une lettre adressée à Netanyahu, le syndicat fait valoir que le fait de priver Tsahal de la main-d’œuvre supplémentaire que représentent les dizaines de milliers d’hommes ultra-orthodoxes susceptibles d’être mobilisés constitue un fardeau supplémentaire pour les étudiants, les obligeant à effectuer davantage de service de réserve annuel, entravant ainsi leurs études et rendant finalement difficile leur insertion sur le marché du travail.

La lettre a également été envoyée au ministre de la Défense Yoav Gallant et au ministre de l’Éducation Yoav Kisch.

« Au fur et à mesure que le processus législatif se poursuivra, nous prendrons des mesures de protestation de grande ampleur, allant même jusqu’à l’arrêt complet des études », a averti le syndicat, qualifiant les projets du gouvernement de « discriminatoires ».

Le gouvernement tente de faire avancer la loi qui inscrira dans la loi l’exemption du service militaire de la communauté haredi, malgré l’opposition de la coalition et la pression exercée par la Haute Cour, où des recours ont été déposés pour exiger que les hommes remplissant les conditions requises soient mobilisés. La législation précédente et les décrets gouvernementaux qui protégeaient les ultra-orthodoxes de la conscription ont expiré au début de l’année, laissant quelque 63 000 jeunes hommes haredim sans cadre juridique les exemptant du service autrement obligatoire.

La question est devenue encore plus urgente après huit mois de guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza, qui a mis à rude épreuve les ressources de l’armée, exigeant que des centaines de milliers de réservistes soient appelés sous les drapeaux.

L’armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, une photo diffusée à la publication le 3 juin 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La lettre note que les données de Tsahal et du ministère de la Défense attestent de la pénurie de soldats.

« Le manque d’effectifs conduira à une situation absurde dans laquelle les étudiants et les étudiantes devront choisir entre leur devoir et leur droit de protéger la patrie et la construction de leur avenir professionnel », souligne la lettre.

La porte-parole du syndicat, Daria Ovchinikov, a déclaré au Times of Israel que le groupe avait pris contact avec les syndicats d’étudiants d’autres universités et qu’il s’efforçait de les amener à se joindre à la menace de grève.

Ovchinikov a expliqué qu’en raison de la guerre dans la bande de Gaza, le service de réserve annuel pour les soldats en âge d’étudier est passé d’environ 45 jours par an à 60 jours, les commandants servant encore plus longtemps, et que Tsahal a l’intention de maintenir cette augmentation pour les années à venir. Elle précise que l’université compte 7 000 étudiants-réservistes, dont 2 000 ont déjà servi plus de 100 jours dans l’armée depuis le début de la guerre.

Selon Ovchinikov, de nombreux étudiants ne parviennent pas à rattraper les cours qu’ils loupent lorsqu’ils sont en service de réserve. Toutefois, au cours de l’année universitaire écoulée, l’université a accordé à ces étudiants des dispenses de cours et d’autres avantages pour les aider, ce qui ne sera plus le cas à l’avenir, a-t-elle ajouté.

« Ils seront de plus en plus distancés », a déclaré Ovchinikov. « Nous utiliserons tous les moyens de protestation à notre disposition, au nom de nos amis qui se battent chaque jour pour nous. Nous nous battons pour eux. »

Ovchinikov a souligné que les étudiants n’attaquaient pas les haredim en particulier, mais demandaient plutôt que tous les segments de la société israélienne partagent le fardeau [surnom du service militaire en Israël] du service national. Alors que les Israéliens juifs ont un service obligatoire, les Israéliens arabes n’en ont pas, mais Ovchinikov a déclaré que cette question n’était pas actuellement à l’ordre du jour et qu’elle n’avait donc pas été soulevée dans la lettre adressée aux ministres.

Des milliers d’hommes ultra-orthodoxes protestant contre l’enrôlement des haredim au sein de l’armée israélienne, à Jérusalem, 11 avril 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le mois dernier, après avoir échoué à se mettre d’accord avec ses partenaires de coalition sur le service militaire pour leur communauté traditionnellement exemptée, Netanyahu a annoncé qu’il relancerait un projet de loi présenté par Benny Gantz et datant de 2022, qui abaisserait l’âge d’exemption du service obligatoire pour les étudiants en yeshiva de 26 à 21 ans, tout en augmentant « très lentement » le taux d’enrôlement des ultra-orthodoxes.

L’abaissement de l’âge d’exemption de l’armée signifierait que les étudiants en yeshiva souhaitant ne pas servir pourraient quitter les études à temps plein à un âge plus jeune et potentiellement rejoindre la population active.

La décision de Netanyahu a été critiquée à la fois par Gantz, qui avait initialement promu le projet de loi alors qu’il était ministre de la Défense, et par le successeur de Gantz, Gallant, qui a déclaré qu’il bloquerait tout projet de loi « présenté unilatéralement par certaines factions de la coalition ».

Gantz s’est engagé à ce que le projet de loi ne soit pas adopté par la Knesset et ne soit pas toléré par la Haute Cour de justice et le peuple israélien.

Le panel de neuf juges qui, à la Haute Cour, a présidé l’audience demandant le recrutement immédiat des jeunes hommes ultra-orthodoxes dans l’armée, le 2 juin 2024. (Crédit : Amit Shabi/ POOL)

En début de semaine, la Cour a entendu des recours contre les projets du gouvernement de légiférer sur de nouvelles exemptions, le panel de neuf juges critiquant parfois vivement et sans ambiguïté les affirmations du gouvernement selon lesquelles les étudiants ultra-orthodoxes en yeshiva ne devraient pas être enrôlés.

Les recours ont été déposés par le Mouvement pour un gouvernement de qualité (MGQ), Frères d’armes et d’autres groupes à la suite de l’expiration, en juin dernier, de la loi très controversée qui prévoyait des exemptions générales de service militaire pour les étudiants haredim en yeshiva. À la fin du mois de mars, une résolution du gouvernement est devenue caduque, enjoignant à Tsahal de ne pas enrôler ces hommes jusqu’à ce qu’une nouvelle loi soit adoptée.

En 2017, la Haute Cour avait invalidé la législation autorisant l’exemption générale des hommes haredim du service militaire, estimant qu’elle était discriminatoire, et avait donné au gouvernement un an pour adopter une nouvelle loi qui augmenterait les niveaux d’enrôlement militaire des ultra-orthodoxes. En raison des nombreuses élections législatives qui ont eu lieu entre-temps, elle a depuis lors accordé à l’État de multiples prolongations de ce délai.

De nombreux haredim estiment que l’étude de la Torah contribue à protéger le peuple juif et même le pays, et craignent que le fait de servir dans l’armée ne dilue l’adhésion à leur mode de vie strict et n’égare les membres influençables de la communauté.

Parmi les Juifs laïcs, cela est largement perçu comme un appel d’air de la part d’un groupe qui refuse de s’intégrer dans la société.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.