Les fraudes liées au COVID-19 en hausse, selon une firme israélienne
Rechercher

Les fraudes liées au COVID-19 en hausse, selon une firme israélienne

Check Point met en garde contre l'apparition de nombreux sites internet, créés pour ressembler à ceux des agences gouvernementales et "offrir" des aides financières

Photo d'illustration : Un pirate informatique utilise un smartphone (Crédit :  Getty Images)
Photo d'illustration : Un pirate informatique utilise un smartphone (Crédit : Getty Images)

Une firme israélienne de cybersécurité a mis en garde, lundi, contre un nombre croissant de fraudes sur la Toile, qui tentent d’escroquer des citoyens à la recherche d’une aide financière dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

Un grand nombre de ces fraudes consistent en des attaques par hameçonnage, par le biais de pages qui ont été conçues pour ressembler à celles des sites du gouvernement. Les internautes sont alors invités à donner leurs informations personnelles, selon un rapport établi par la firme Check Point.

La compagnie de cyber-sécurité note qu’il y a eu une forte augmentation, depuis le mois de mars, de l’enregistrement de noms de domaines liés aux enveloppes d’aides et d’assistance financières dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Des douzaines d’entre eux seraient malveillants et des centaines d’autres seraient suspects, selon l’entreprise.

Il y a eu une « augmentation majeure » des enregistrements de noms de domaine en particulier à la mi-mars, lorsque le gouvernement des Etats-Unis a proposé d’envoyer des chèques aux citoyens américains pour les soutenir, a noté la firme.

« Ces sites de fraude utilisent l’information des aides financières offertes dans le cadre de la crise du coronavirus, ainsi que la peur face à la maladie pour tenter d’amener les internautes à utiliser leur site ou à cliquer sur des liens », lit-on dans un communiqué de Check Point, qui a ajouté que les visiteurs de ces pages « risquaient de voir leurs informations personnelles volées et exposées, leurs fonds détournés et d’être victimes de fraude ».

Check Point a également précisé qu’il y avait eu une hausse significative des cyber-attaques au cours des dernières semaines.

La firme n’a pas identifié les auteurs de ces attaques.

Au début du mois, les agences de sécurité américaine et britannique ont averti que des groupes pratiquant le piratage informatique et soutenus par des gouvernements étrangers utilisaient des thématiques liées au coronavirus pour infiltrer les ordinateurs et les réseaux.

Les groupes envoient des courriels de hameçonnage et établissent des sites internet consacrés au virus du COVID-19, avec pour objectif d’amener les usagers à cliquer sur des liens permettant de pénétrer dans les ordinateurs ou d’y installer un logiciel malveillant.

De plus, l’Agence de cybersécurité et d’infrastructure américaine et le Centre de cybersécurité national britannique ont fait savoir que les pirates informatiques tentaient de tirer profit des services de réseautage utilisés par des millions de personnes en télétravail, comme les outils VPN et les applications de vidéoconférences telles que Zoom et Microsoft Teams.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...