Rechercher

Les incidents antisémites en Argentine ont plus que doublé en 2018

"Nous perdons la bataille culturelle contre les discours de haine", a déclaré un responsable de la communauté juive argentine

Une vue de Buenos Aires, Argentine, le 24 septembre 2019 (AP Photo/Natacha Pisarenko)
Une vue de Buenos Aires, Argentine, le 24 septembre 2019 (AP Photo/Natacha Pisarenko)

BUENOS AIRES, Argentine — Les incidents antisémites en Argentine ont bondi de 107 % en 2018 par rapport à l’année précédente, selon un nouveau rapport.

Préparé par des chercheurs de l’organisation juive politique DAIA, le 20e Rapport annuel sur l’antisémitisme a montré qu’environ 90 % des 834 plaintes déposées concernaient des incidents en ligne, sur les réseaux sociaux et sur les sites d’information.

« Nous perdons la bataille culturelle contre les discours de haine », a déclaré le président DAIA Jorge Knoblovits en présentant les chiffres mercredi. « Nos efforts ne sont pas suffisants ; l’augmentation est forte. »

Knoblovits a également dit que la situation s’est aggravée en 2019, avec non seulement des attaques en ligne mais aussi des agressions physiques, dont celle d’un rabbin à Rosario en juin.

Le rapport 2017 du Centre pour les études sociales du DAIA avait enregistré une augmentation de 14 % par rapport à l’année précédente.

Le rapport de cette année proposait également une étude sur les attitudes envers les Juifs en Argentine menée par l’Institut Gino Germani de l’université de Buenos Aires. L’étude menée sur 1 443 personnes a révélé que 87 % « ignorent ou ont une fausse idée ce ce qu’est le sionisme », et 61 % sont d’accord avec l’idée que les Juifs « ont trop de pouvoir dans les marchés financiers ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...