Les Israéliens autorisés à prendre l’avion en dépit des règles du gouvernement
Rechercher

Les Israéliens autorisés à prendre l’avion en dépit des règles du gouvernement

L'autorité aéroportuaire confirme qu'elle n'applique pas la décision du gouvernement ; le cabinet travaille à la résolution du problème

Passagers à l'aéroport international Ben Gurion le 24 septembre 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Passagers à l'aéroport international Ben Gurion le 24 septembre 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Les restrictions imposées par le gouvernement sur les vols au départ dans le cadre du confinement national dû au coronavirus ne sont pas appliquées par les autorités aéroportuaires en raison des difficultés juridiques rencontrées pour empêcher les passagers de monter à bord sur la seule base de la date à laquelle ils ont acheté le billet, a rapporté la Douzième chaîne.

En vertu des mesures de confinement renforcé introduites vendredi, seuls ceux qui ont acheté un billet pour un vol avant le 25 septembre à 14 heures, date et heure du début du confinement renforcé, sont autorisés à monter à bord.

Cependant, la Douzième chaîne a révélé que les responsables de l’aéroport Ben Gurion n’ont pas vérifié les dates d’achat des billets et que les compagnies aériennes continuaient d’encourager les passagers à réserver leurs vols.

Les compagnies aériennes informeraient leurs clients que s’ils sont arrêtés à l’aéroport, la compagnie leur remboursera leur billet.

Conscient de la situation, le cabinet ministériel chargé de la lutte contre le coronavirus, qui est censé élaborer une politique pour contrer l’épidémie, travaille sur de nouvelles réglementations pour résoudre le problème en obligeant tous les passagers qui arrivent à l’aéroport à signer une déclaration attestant qu’ils ont acheté leur billet avant la date limite, indique la chaîne.

Le cabinet espère approuver la réglementation plus tard mercredi afin que la mesure puisse être appliquée immédiatement.

L’autorité aéroportuaire israélienne a confirmé à la Douzième chaîne que les restrictions ne sont pas actuellement appliquées.

« Suite à une suspension des contrôles [des dates d’achat des billets], nous nous préparons à continuer à effectuer des contrôles selon le schéma qui sera approuvé par le cabinet du coronavirus aujourd’hui », a déclaré l’Autorité aéroportuaire dans un communiqué.

L’aéroport Ben Gurion a déclaré à la station que les contrôles des billets « ne seront pas effectués tant que la question ne sera pas couverte par la réglementation », mais a souligné que tous les autres documents exigés des passagers, y compris ceux requis par le ministère de la Santé, sont en cours de vérification.

Un opérateur de vol local, Israir Airlines, a contesté les restrictions gouvernementales sur les vols sortants dans une pétition déposée à la Haute Cour de justice.

La compagnie a affirmé que l’objectif principal des restrictions sur les vols est d’empêcher le virus d’entrer dans le pays et qu’il n’est donc pas nécessaire de restreindre les vols sortants. En outre, la compagnie a fait état de difficultés rencontrées pour empêcher les personnes détentrices de passeports étrangers de voyager dans les pays dont elles sont ressortissantes.

La ministre des Transports Miri Regev en visite à l’aéroport Ben Gourion près de Tel-Aviv le 13 août 2020. (Flash90)

Quelques heures avant l’entrée en vigueur des nouvelles restrictions, la ministre des Transports Miri Regev a annoncé la limitation de la date d’achat et déclaré que « le ciel restera partiellement ouvert ».

Elle a déclaré que les Israéliens pourront retourner dans le pays « sans limitations » mais a noté qu’une quarantaine de 14 jours sera toujours imposée aux personnes débarquant en Israël en provenance de « pays rouges », où le taux de coronavirus est élevé.

Quelque 5 000 personnes ont pris des vols au départ d’Israël jeudi dernier, selon les médias israéliens, et 4 000 autres personnes ont atterri en Israël.

Nombre de ceux présents dans la file d’attente aux comptoirs d’enregistrement ont déclaré avoir acheté rapidement des billets dès qu’il est apparu que le gouvernement allait ordonner un confinement strict.

Ceux qui ont parlé aux médias ont raconté en grande partie la même histoire : au lieu d’être coincés à la maison, incapables de voir leur famille ou de s’adonner à des loisirs, autant aller à l’étranger où ils seront libres de se divertir.

Un confinement de trois semaines, le deuxième depuis le début de la pandémie de coronavirus, a commencé le 18 septembre et s’est encore resserré vendredi dernier, les cas d’infection continuant de monter en flèche. Des représentants du gouvernement, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, ont déjà averti que le confinement sera probablement prolongé au-delà de sa date de fin initiale.

Mercredi, Netanyahu a déclaré que toutes les restrictions pourraient être levées dans un an seulement.

Mercredi soir, Israël comptait un total de 243 895 cas confirmés depuis le début de la pandémie, avec 68 110 cas actifs, et 1 552 décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...