Les Israéliens sont créatifs (et parfois drôles) quand ils se défendent
Rechercher

Les Israéliens sont créatifs (et parfois drôles) quand ils se défendent

Le spray au poivre et les bâtons restent les meilleurs moyens pour se défendre, s'il n'y en a plus en stock – improvisez

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Un employé montre un spray au poivre à un client le 13 octobre 2015 (Crédit : Jack Guez / AFP)
Un employé montre un spray au poivre à un client le 13 octobre 2015 (Crédit : Jack Guez / AFP)

Alors que les attaques se sont multipliées la semaine dernière en Israël et en particulier à Jérusalem, les Israéliens cherchent désespérément un moyen de se défendre contre les terroristes armés de couteaux et de haches.

Dans la dernière semaine, les civils ont aidé avec succès à dompter des terroristes utilisant nunchakus, des parapluies et des selfie sticks.

Les Israéliens se sont tournés vers les médias sociaux pour obtenir des conseils et parfois même avoir recours à l’humour concernant la façon de se protéger.

Au moins une femme a été photographiée à Jérusalem portant un vaporisateur contenant du nettoyant pour four. Un autre a été vu dans le bus avec un rouleau à pâtisserie, tandis qu’un homme a été vu avec une poêle dans sa ceinture.

"Neutralizing Corps" dit cette image montrant les méthodes utilisées pour maîtriser les terroristes au couteau (Crédit : Page Facebook de l'émission de télévision Eretz Nehederet)
« Neutralizing Corps » dit cette image montrant les méthodes utilisées pour maîtriser les terroristes au couteau (Crédit : Page Facebook de l’émission de télévision Eretz Nehederet)

Sarah Bronson, un résident de Jérusalem, a écrit avec humour sur sa page Facebook : « quelqu’un a-t-il un sabre laser en jouet que je pourrais emprunter, celui qui s’allume ? … Si je semble être folle peut-être que je pourrais être une cible moins attrayante pour les coups de couteau ».

« Un costume de Darth Vador est ce qu’il faut », a répondu un de ses amis, « les forces obscures luttant contre des forces obscures ».

Selon Eyal Daniel, le co-propriétaire de Haboleshet Spy Shop à Tel-Aviv, il y a une pénurie nationale de spray poivré.

« Ce matin, il y avait déjà des gens à l’ouverture faisant la queue à l’extérieur. Nous vendons tout dès que nous recevons [notre stock] ».

« Nous essayons d’en prendre plus mais maintenant chaque épicerie en commande aussi ».

Tallie Lieberman-Levy, une résidente de Tel Aviv, a mis à jour son statut Facebook le 13 octobre : ​​ « Donc il n’y a pas de gaz lacrymogène nulle part et je suis sur la liste d’attente pour le gaz poivré ».

« Mais il y a l’AXE », écrit-elle, avec une photo du spray déodorant. « Cela pourrait dérouter le terroriste et ça a un bon parfum frais. Où est-ce que je vis pour l’amour de Dieu ?! ».

Un site web satirique, Hatzinor, a demandé aux gens d’envoyer des photos de leurs méthodes d’auto-défense improvisées.

N’importe quelle arme est mieux que de s’aventurer les mains vides, comme cela a été prouvé dans trois incidents séparés lundi et mardi.

Dans la soirée du 12 octobre, un attaquant palestinien est monté à bord du bus 185 à Jérusalem et a poignardé un soldat et en prenant son arme a essayé de tirer les autres passagers. Deux passagers se sont confrontés au terroriste et l’ont attaqué pendant qu’il essayait d’attraper le pistolet tout en étouffant le soldat avec une sangle.

A ce moment-là, Yair Ben-Shabat passait par là et a vu ce qui se passait. Il est monté dans le bus et a frappé l’agresseur avec des nunchakus qu’il portait pour se défendre. Le terroriste a lâché la sangle et Ben-Shabat a aidé à le retenir jusqu’à l’arrivée des policiers.

Le mardi 13 octobre, un terroriste, employé de la compagnie de téléphone israélienne Bezeq, a foncé avec une voiture de société sur un arrêt de bus à Jérusalem. Il sortit ensuite et a commencé à poignarder les personnes qu’il avait blessées.

Matan Choucroun conduisait à proximité et a sauté de sa voiture en se saisissant du spray au poivre et d’un selfie stick.

« Je voyais le terroriste tombé au sol et un civil pointant son arme sur lui. Je lui ai dit ‘tire, tire’, mais quand le terroriste a commencé à se relever, je l’ai pulvérisé et je l’ai frappé sur la tête avec le bâton », a-t-il déclaré au site d’actualités NRG.

Dans un troisième incident mardi, dans la ville israélienne de Raanana, un résident de 22 ans de Jérusalem-Est est venu à un arrêt de bus dans la rue principale de la ville et a commencé à poignarder un homme qui attendait le bus.

« J’ai entendu quelqu’un crier : ‘il est mort, quelqu’un est train de le tuer !’ », a expliqué Mickey Ruhani, qui possède une agence immobilière à proximité, à NRG.

Une femme achetant un spray au poivre à Tel-Aviv (Crédit : Simona Weinglass / Times of Israël)
Une femme achetant un spray au poivre à Tel-Aviv (Crédit : Simona Weinglass / Times of Israël)

Ruhani a saisi son parapluie et a couru vers le terroriste. Il a réussi à frapper la main qui tenait le couteau et lui faire lâcher le couteau. Pendant qu’il combattait le terroriste, deux autres passants ont couru sur lui et ensemble ils l’ont plaqué au sol. La victime, un homme de 32 ans, a été poignardé dans le haut de son corps et les médecins ont considéré qu’il était légèrement blessé.

Les trois hommes ont été salués comme des héros dans les médias sociaux israéliens et les blagues sur les citoyens qui utilisent des méthodes non conventionnelles et surprenantes pour repousser les attaquants se multiplient, pour tenter d’un côté d’alléger l’atmosphère tendue à un moment où les attaques sont si fréquentes que de nombreux habitants de Jérusalem ont peur de quitter leurs maisons.

« Voilà ce que nous appelons Selfie défense », a écrit une personne des actions de Choucroun.

Mais la menace est sérieuse et pas tous les outils d’auto-défense improvisés sont égaux face à la menace.

Luc Schwab, un entraîneur militaire d’auto-défense qui vit à Netanya, a déclaré au Times of Israel qui, après avoir lu sur Facebook que des personnes envisageaient de porter un couteau pour se défendre, il a voulu mettre en garde la population contre cette idée.

Une femme armée d'un rouleau à pâtisserie (Crédit : Facebook)
Une femme armée d’un rouleau à pâtisserie (Crédit : Facebook)

« En Israël, si vous portez un couteau dans les rues, vous pouvez être condamné jusqu’à cinq ans de prison ».

La meilleure arme de loin, a déclaré Schwab, est le spray au poivre.

« Les gens pulvérisés avec ont du mal à marcher, voir et respirer pendant une heure après ».

Il suggère également de porter un grand parapluie, ou mieux encore, un bâton tactique.

Si vous ne pouvez pas acheter du gaz poivré, a expliqué Schwab, vous pouvez faire le vôtre avec de la sauce Tabasco et d’autres huiles épicées et le mettre dans une petite bouteille de pulvérisation ou un conteneur. Si jamais vous avez à l’utiliser, l’objectif est de viser les yeux, le nez et la bouche de l’agresseur.

Schwab a déclaré que les pistolets paralysants ne sont pas une option idéale car ils nécessitent un contact physique avec l’attaquant. Certains font un bruit effrayant mais cela pourrait se révéler être un moyen de dissuasion insuffisant.

De loin, Schwab a souligné, la meilleure défense est de fuir. Toujours être conscient de votre environnement. Si vous êtes coincé, tomber au sol sur le dos et le frapper l’agresseur avec vos jambes. Mieux vaut être poignardé dans les jambes que le haut du corps.

Schwab a offert un moyen mnémonique des principes d’auto-défense – DOCS : Distance (rester loin de l’agresseur) ; Obstacle (entre l’agresseur et vous-même) ; Couvrir (pour vous protéger des munitions) et Surprise (pour perturber l’action de l’agresseur).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...