Rechercher
Qatar 2022

Les joueurs juifs et toutes les intrigues à suivre pendant la Coupe du monde 2022

L’équipe américaine compte deux joueurs juifs ; si Israël ne participe pas à la Coupe, des milliers d'Israéliens pourraient profiter de cette rare occasion de visiter le Qatar

Le gardien de but des États-Unis Matt Turner parle à ses coéquipiers pendant la deuxième mi-temps d'un match de qualification pour la Coupe du monde de la FIFA contre le Salvador, à Columbus, Ohio le jeudi 27 janvier 2022. (Crédit : Julio Cortez/AP)
Le gardien de but des États-Unis Matt Turner parle à ses coéquipiers pendant la deuxième mi-temps d'un match de qualification pour la Coupe du monde de la FIFA contre le Salvador, à Columbus, Ohio le jeudi 27 janvier 2022. (Crédit : Julio Cortez/AP)

JTA – Une Coupe du monde comme aucune autre de mémoire récente vient de démarrer.

La raison en est qu’elle se déroulera au Qatar, où les températures ne descendent généralement pas en dessous de 27 degrés Celsius.

À l’approche de l’événement, les gros titres se sont concentrés principalement sur les violations des droits de l’homme, largement critiquées, dans le pays. Les préparatifs à la première Coupe du monde organisée dans le monde arabe ont pris des années, ont coûté plus de 200 milliards de dollars et, selon les organisations de défense des droits de l’homme, ont entraîné la mort de milliers de travailleurs migrants.

Le Qatar n’a pas de relations diplomatiques avec Israël, source de tensions pour les supporters israéliens.

Mais au-delà de ces gros titres, le plus grand événement sportif du monde recèle quelques facettes juives.

Les États-Unis ont deux joueurs juifs

Les joueurs de football professionnels juifs des États-Unis qui jouent sur la scène mondiale sont un phénomène rare. Mais cette année, l’équipe masculine nationale des États-Unis en compte deux, dont le gardien de but titulaire pour qui c’est la première Coupe.

Matt Turner, 28 ans, originaire du New Jersey, n’a commencé à jouer sérieusement au football qu’à l’âge de 14 ans. Il a dû lutter pour faire ses preuves au lycée, à l’université et au début de sa carrière professionnelle. Après avoir été refusé en Major League Soccer, Turner a rejoint le New England Revolution en 2016 et s’est finalement hissé en 2020 à l’échelon supérieur des gardiens de but de ce sport. Il est aujourd’hui le gardien remplaçant d’Arsenal, l’un des meilleurs clubs de la Premier League anglaise.

Le père de Turner est Juif et sa mère est catholique, mais il s’identifie davantage à la tradition juive, selon un article paru dans The Athletic. Les arrière-grands-parents de Turner ont fui l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale parce qu’ils étaient Juifs et ont changé leur nom en Turner à Ellis Island, a-t-il confié sur le podcast du journaliste de football Grant Wahl. Turner a obtenu la nationalité lituanienne en 2020.

Parmi les coéquipiers de Turner, il y a DeAndre Yedlin, au poste de défenseur. Ce joueur originaire de Seattle, a été élevé dans la religion juive mais a déclaré pratiquer le bouddhisme. Yedlin a un large tatouage hébreu sur son épaule droite en l’honneur de ses arrière-grands-parents.

DeAndre Yedlin sourit aux fans, après avoir été présenté comme défenseur sur la liste de l’équipe nationale masculine de football des États-Unis pour la prochaine Coupe du monde au Qatar, à New York, le 9 novembre 2022. (Crédit : Julia Nikhinson/AP)

Yedlin, qui est d’origine afro-américaine, amérindienne et lettone, est dans sa première année d’un contrat de quatre ans avec l’Inter Miami, une équipe de MLS, après avoir passé cinq saisons avec Newcastle United, une équipe de Premier League. Il est le seul joueur de la liste américaine à avoir déjà participé à une Coupe du monde – il était sur le banc en 2014.

Si le temps de jeu de Yedlin cette année ne sera peut-être pas très différent, sa présence en dehors du terrain est considérée comme un atout.

« C’est un élément de liaison », a déclaré Gregg Berhalter, le sélectionneur de l’USMNT. « Il est là pour l’équipe, il crée une atmosphère pour l’équipe. Parfois, il est une épaule sur laquelle pleurer ou quelqu’un à qui parler. D’autres fois, c’est un motivateur. »

Les deux commentateurs juifs de Telemundo sont de retour

La couverture du tournoi par Telemundo, comme c’est le cas depuis des années aux États-Unis, sera marquée par de nombreux « goooaaaaaals ».

Cela car on retrouvera Andres Cantor, lauréat de six Emmy Awards, le commentateur juif argentin qui est probablement celui à qui l’on doit la popularisation des longs cris suite à un but chez les commentateurs anglophones aux États-Unis.

Sur cette photo d’archive du mercredi 16 mai 2018, le commentateur sportif argentin et diffuseur de football de Telemundo, Andres Cantor, sourit lors d’une interview sur son affectation à la Coupe du monde 2018, à New York. (Crédit : Bebeto Matthews/AP)

Il sera rejoint par l’un de ses protégés, Sammy Sadovnik, nommé à deux reprises aux Emmy Awards, qui travaille pour Telemundo depuis 2007 et couvre les sports depuis 1989. C’est un Juif péruvien fier de l’être qui se rend en Israël chaque année.

Israël ne participe pas au tournoi et ne s’est pas qualifié depuis 1970

La première et unique participation d’Israël à la Coupe du monde remonte à 1970.

Israël est l’un des membres fondateurs de la Confédération asiatique de football (AFC), qu’il a rejoint en 1954, et qui connaîtra un succès international culminant avec la victoire de la Coupe de l’AFC en 1964. Mais le succès d’Israël a été éclipsé par la géopolitique – de nombreux pays membres de l’AFC ont commencé à boycotter les matchs contre Israël au fil du temps.

En 1958, Israël a gagné les éliminatoires de la Coupe du monde sans jouer contre un seul adversaire en raison des protestations. En 1974, l’AFC a expulsé Israël de la confédération lors d’un vote 17-13 organisé par le Koweït.

Luigi Riva, d’Italie, tente de marquer contre le gardien de but d’Israël, Itzhak Vissoker, lors du match de qualification du groupe B, qui s’est terminé sur un score nul de 0-0, pour la Coupe du monde, au stade Luis Dosal de Toluca, au Mexique, le 11 juin 1970. (Crédit : Raoul Fornezza/AP)

Israël a erré dans le désert du football pendant une vingtaine d’années avant de devenir membre à part entière de l’Union des associations européennes de football (UEFA). Israël reste le seul membre de l’UEFA sans aucun territoire en Europe.

Cette adhésion implique une rude concurrence : Israël fait partie de la même fédération que des géants du football comme l’Espagne, la France et l’Italie. Lors des éliminatoires de 2022, Israël se trouvait dans le même groupe que le Danemark, qui est également une équipe de premier plan.

Malgré la rude concurrence, la Fédération d’Israël de football (IFA) est satisfaite de sa situation.

« Nous préférons que nos clubs et nos équipes nationales jouent au niveau européen », a déclaré Shlomi Barzel, porte-parole de l’IFA, à la Jewish Telegraphic Agency en 2018. « Nous trouvons en Europe un foyer chaleureux, accueillant et stimulant. »

Le Qatar autorise les Israéliens à se rendre à la Coupe du monde

Les Israéliens ne sont normalement pas autorisés à entrer au Qatar, et les vols directs en provenance d’Israël ne sont pas autorisés dans le pays à majorité musulmane. Mais pendant la durée de la Coupe du monde, le Qatar a annoncé qu’il autoriserait les vols directs de Tel Aviv vers sa capitale Doha pour les supporters israéliens et, en fonction de l’approbation du gouvernement israélien, pour les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza également.

Les diplomates israéliens seront également autorisés à venir soutenir les Israéliens pendant la durée de la Coupe du monde, une mesure déterminante puisque le Qatar, qui fait partie de l’Association des communautés juives du Golfe, a une présence communautaire juive très limitée. Les antennes du mouvement Habad-Lubavitch aident généralement les touristes juifs à se procurer de la nourriture casher et offrent d’autres formes de soutien, mais le centre Habad le plus proche de la région se trouve aux Émirats arabes unis.

Alors que 20 000 Israéliens pourraient faire le voyage, le gouvernement israélien leur a néanmoins demandé de rester prudents.

« L’équipe iranienne participera à la Coupe du monde et nous estimons qu’elle sera suivie par des dizaines de milliers de supporters, et il y aura d’autres supporters des pays du Golfe avec lesquels nous n’avons pas de relations diplomatiques », a prévenu un haut diplomate israélien dans le cadre d’une campagne du ministère des Affaires étrangères. « Pour votre sécurité personnelle, restez discret sur votre identité et votre appartenance israélienne. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...