Les ministères des Transports et de la Santé divergent sur la reprise des trains
Rechercher

Les ministères des Transports et de la Santé divergent sur la reprise des trains

La compagnie israélienne des chemins de fer a annoncé une reprise du trafic, mais le ministère de la Santé nie avoir donné son autorisation

Le ministre des Transports Bezalel Smotrich inaugure le nouveau train à grande vitesse entre Jérusalem et Savidor de Tel Aviv, à la gare d'Yitzhak Navon à Jérusalem le 11 mai 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre des Transports Bezalel Smotrich inaugure le nouveau train à grande vitesse entre Jérusalem et Savidor de Tel Aviv, à la gare d'Yitzhak Navon à Jérusalem le 11 mai 2020 (Olivier Fitoussi/Flash90)

Mercredi soir, le ministère de la Santé d’Israël a nié avoir donné son feu vert à la compagnie israélienne de chemins de fer pour reprendre son service. Cette déclaration est intervenue seulement quelques heures après que le ministre des Transports a annoncé qu’un service interurbain limité allait reprendre dimanche.

Le trafic ferroviaire israélien a été mis à l’arrêt en mars dans le cadre des mesures du gouvernement pour endiguer l’épidémie de coronavirus.

Selon un message publié sur le site internet de la compagnie des chemins de fer annonçant la reprise des services, les passagers devront se faire contrôler la température avant d’être autorisés à entrer dans les gares. Ils devront également porter un masque et respecter une distance de deux mètres entre eux.

Pourtant, en réagissant à l’annonce, le directeur général du ministère de la Santé Moshe Bar Siman-Tov a précisé mercredi soir que la décision – qui aurait facilité les déplacements des personnes reprenant le travail après la levée de nombreuses restrictions liées au coronavirus plus tôt ce mois – n’avait pas reçu l’approbation finale de son ministère.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, lors d’une conférence de presse au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 11 mars 2020. (Flash90)

Il a ajouté que le ministère de la Santé avait seulement approuvé le cadre général de reprise du service, mais pas le calendrier.

En réponse, le ministre des Transports Bezalel Smotrich a tweeté une lettre de Moshe Bar Siman-Tov, ainsi qu’une copie d’une deuxième lettre de l’assistant de celui-ci, Itamar Grotto, dans laquelle il donnait son feu vert à la reprise du trafic.

Regrettant « le manque de respect et de sérieux » des autorités sanitaires, Bezalel Smotrich a indiqué qu’il ne savait plus « quel ministère de la Santé croire ».

Moshe Bar Siman-Tov a ensuite présenté ses excuses au ministre des Transports et aux Israéliens pour « le malentendu » lié à la reprise de la circulation des trains, mais a souligné : « Malheureusement, nous n’en sommes pas encore à la phase où nous pouvons autoriser des rassemblements en grande nombre ».

On ne sait pas clairement si les trains reprendront du service dimanche.

Selon le communiqué initial de la Compagnie israélienne de chemins de fer, une fois que le service reviendra, les liaisons ferroviaires seront assurées du dimanche au jeudi de 5h à minuit.

Une femme porte un masque de protection par crainte du coronavirus alors qu’elle prend le train pour Haïfa, le 17 mars 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Pourtant, toutes les lignes ne seront pas directement opérationnelles. Parmi celles qui ne reprendront pas immédiatement figurent la liaison Beit Shemesh-Jérusalem et Beer Sheva-Dimona nord. Plusieurs autres lignes seront fermées la nuit. (La liste complète en hébreu).

Certaines gares seront également fermées au départ, notamment Jérusalem Zoo, Jérusalem Malha, Bnei Brak, Kfar Saba Nordau, Netanya Sapir, Dimona, Raanana Ouest et Herzliya, et la liste n’est pas exhaustive.

« Avec le retour du trafic ferroviaire, nous continuerons à accélérer le projet de conversion du réseau ferré à l’électricité, un projet qui nous permettra d’améliorer le service et de faire circuler des trains électriques, silencieux et respectueux de l’environnement », a annoncé la compagnie israélienne de chemins de fer dans un communiqué, en référence aux travaux d’électrification des voies entrepris pendant le confinement.

Plus tôt cette semaine, Bezalel Smotrich a fait l’objet de fortes critiques quand de longues files d’attentes se sont formées dans des gares routières bondées alors que des soldats rentraient dans leur base après le week-end. Les soldats voulaient utiliser les transports publics qui circulent encore à une capacité limitée à cause de l’épidémie.

Dimanche, Bezalel Smotrich a inauguré une extension de la ligne de train à grande vitesse Jérusalem-Tel Aviv, dont la mise en place a été accélérée pendant la suspension du service ferroviaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...