Les ministres rouvrent les synagogues dimanche, mais les magasins restent fermés
Rechercher

Les ministres rouvrent les synagogues dimanche, mais les magasins restent fermés

Les magasins de rue pourront rouvrir le 8 novembre si le taux d'infection reste faible ; le ministre des Finances confronte Netanyahu et le ministre de la Santé sur la réouverture

Des gens passent devant une boutique fermée du port de Tel Aviv, le 29 octobre 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)
Des gens passent devant une boutique fermée du port de Tel Aviv, le 29 octobre 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Vendredi matin tôt, les ministres du gouvernement ont décidé d’avancer la réouverture des synagogues à dimanche, mais les magasins de rue devront rester fermés au moins jusqu’au 8 novembre, alors qu’Israël allège progressivement les restrictions du confinement pour combattre le coronavirus.

Le cabinet de coronavirus a également raccourci le plan de sortie du confinement prévu en neuf étapes par le ministère de la Santé à six étapes.

Les ministres ont pris ces décisions après une longue réunion virtuelle pendant laquelle le ministre des Finances Israël Katz du Likud s’est opposé à d’autres responsables, notamment le chef du parti, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à propos de la réouverture des magasins.

Katz et le ministre de la Santé Yuli Edelstein du Likud ont voté contre cette décision, selon les médias israéliens. Katz exige la réouverture des magasins dès ce dimanche, tandis qu’Edelstein souhaite que les décisions concernant le confinement soient prises à l’unanimité, et que le gouvernement s’en tienne au plan de réouverture qui prévoyait un assouplissement des mesures toutes les deux semaines.

Les synagogues étaient censées rester fermées jusqu’au 15 novembre, selon le plan de réouverture initial. Le nombre de fidèles sera limité à 10 à l’intérieur et 20 à l’extérieur.

Le cabinet de coronavirus a également décidé que les établissements de vacances pourraient reprendre leur activité dimanche, mais uniquement pour les familles nucléaires, et que les locataires ne pourraient pas utiliser les piscines publiques ou les restaurants collectifs des communautés.

Les coiffeurs et salons de beauté seront également autorisés à rouvrir dimanche, ainsi que des activités individuelles, notamment les cours de conduite et les entraînements sportifs avec un coach personnel, selon la Douzième chaîne.

Présence policière dans le quartier musulman de la Vieille Ville de Jérusalem, le 29 octobre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Ronni Gamzu, responsable de la lutte contre le coronavirus, a déclaré lors de cette réunion que sept villes, à majorité arabe principalement, pourraient nécessiter le maintien en confinement pour cause de taux d’infection élevé : Taybeh, Kafr Kanna, Manar, Deir al-Asad, Kafr Kassem, Kafr Qara et I’billin .

La réouverture des magasins de rue n’aura lieu que si les taux d’infection sont inférieurs à 500 par jour. Si les cas quotidiens restent supérieurs à 500, les magasins ne rouvriront que le 15 novembre, à la date fixée par le plan de réouverture initial. Les centres commerciaux et les marchés resteront probablement fermés, selon le site d’informations Ynet.

La décision de rouvrir les magasins de rue une semaine plus tôt est le résultat d’un compromis entre le ministère de la Santé, qui voudrait que les magasins restent fermés jusqu’au 15 novembre, et le ministère des Finances, qui voudrait qu’ils rouvrent ce dimanche.

La directrice de la recherche économique du ministère des Finances Shira Greenberg a estimé le coût des restrictions prolongées pour l’économie à 2,3 milliards de shekels par semaine.

La majorité des dégâts à l’économie découle des restrictions toujours imposées sur les échanges et le commerce, lesquelles coûtent à elles seules 1,4 milliard de shekels par semaine, a-t-elle déclaré.

Katz a appelé Netanyahu à avancer la réouverture des magasins, mais le Premier ministre a refusé.

Le ministre des Finances Israël Katz tient une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 1er juillet 2020. (Olivier Fitoussi / Flash90)

Katz a provoqué la colère de Netanyahu en tweetant pendant la réunion contre le parti Kakhol Lavan et pour la réouverture des magasins.

Katz a écrit qu’il avait demandé à Netanyahu son soutien, et a déclaré : « Le ministère de la Santé agit de manière opaque et mène une campagne coûteuse sur le dos des petites entreprises, qui ont construit leur société de leurs propres mains et sont à présent au bord de la faillite. »

Netanayahu a été informé des tweets pendant la discussion et a déclaré selon le site d’information Ynet : « C’est nouveau. Ceux qui tweetent pendant une discussion ne devraient pas être membres de la Knesset. » 

Israël semble approcher progressivement des 500 cas par jour ; jeudi soir, le ministère de la Santé a annoncé que 714 nouveaux cas de virus avaient été diagnostiqués mercredi.

Depuis le début de l’épidémie en Israël, 313 590 personnes ont été testé positives à la COVID-19, la maladie causée par le coronavirus. Sur les 11 254 patients actifs, 410 sont dans un état grave dont 190 sous respirateur, a indiqué le ministère. 101 autres ont des symptômes modérés et les autres ont des symptômes légers ou inexistants.

Il y a eu 14 décès supplémentaires depuis la dernière mise à jour, ce qui porte le bilan national à 2 511.

Sur les 35 110 tests viraux renvoyés jeudi, 1,8 % se sont révélés positifs, a déclaré le ministère.

Israël a entamé un confinement d’un mois le 18 septembre qui est parvenu à faire baisser les taux d’infection, mais qui a également paralysé une grande partie de l’économie et de la vie publique, et provoqué la fermeture de l’ensemble du système éducatif.

Jeudi, le cabinet a décidé de rouvrir ce dimanche les écoles primaires pour les classes du CP au CE1. Les écoles sont fermées depuis le 18 septembre, mais les écoles maternelles et les crèches et garderies ont été autorisées à rouvrir le 18 octobre.

Des parents accompagnent leurs enfants à la maternelle à Tel Aviv après l’assouplissement du confinement national, le 18 octobre 2020. (Avshalom Sassoni / Flash90)

Jeudi, Netanyahu a de nouveau rejeté les critiques persistantes sur sa gestion de la crise et a défendu la décision du gouvernement d’imposer un confinement, affirmant que ces mesures avaient sauvé des vies.

Dans une allocution télévisée qu’il a donnée avant la dernière réunion du cabinet de coronavirus sur l’assouplissement des mesures de confinement, il a refusé de révéler sa position sur la réouverture des magasins de rue.

Mais le Premier ministre a promis de réimposer des confinements locaux dans les villes qui auraient des taux d’infection élevés.

« Je n’hésiterai pas à suggérer au cabinet de fermer telle ou telle ville », a-t-il déclaré. « De boucler ces villes. Quelle qu’en soit la population. »

Netanyahu avait précédemment renoncé à imposer des confinements locaux dans les villes ultra-orthodoxes, face à l’opposition des hommes politiques issus de cette communauté, dont il dépend pour se maintenir au pouvoir.

Jeudi, le ministère de la Santé a ajouté l’Italie, l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie et la Serbie à la liste des pays à fort taux d’infection au coronavirus. Les voyageurs arrivant de ces pays en Israël devront dorénavant se mettre en quarantaine pendant 14 jours. Le Vietnam a en revanche été ajouté à une liste distincte de « pays verts » où le taux d’infection est faible, et desquels les voyageurs peuvent entrer en Israël sans quarantaine.

Le ministère de la Défense a annoncé dimanche que les premiers tests de son vaccin contre le coronavirus commenceraient sur des sujets humains le 1er novembre et se poursuivraient jusqu’au printemps avant de pouvoir recevoir l’approbation pour une utilisation généralisée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...