Rechercher

Les motivations du tireur de Brooklyn restent très floues

Son absence de motivation est inhabituelle pour quelqu'un qui commet ce type d'attaque ; la seule ligne directrice identifiée par l'ADL était son attirance pour la violence

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Des agents des forces de l'ordre conduisent Frank James, 62 ans, suspect d'avoir tiré dans le métro, hors du 9e arrondissement du département de police de New York, dans l'arrondissement de Manhattan à New York, le 13 avril 2022. (Crédit: AP Photo/Ted Shaffrey)
Des agents des forces de l'ordre conduisent Frank James, 62 ans, suspect d'avoir tiré dans le métro, hors du 9e arrondissement du département de police de New York, dans l'arrondissement de Manhattan à New York, le 13 avril 2022. (Crédit: AP Photo/Ted Shaffrey)

NEW YORK – L’homme accusé d’avoir ouvert le feu dans un métro bondé de New York mardi, tirant sur 10 personnes, en voulait aux Juifs et d’autres groupes en ligne sans qu’il n’y ait aucune idéologie cohérente, a rapporté un expert de l’extrémisme de l’Anti-Defamation League (ADL).

« Ses réseaux sociaux ont vraiment dépeint un individu perturbé qui a exprimé de la violence, du sectarisme et de la haine envers un éventail de groupes ethniques, de confessions religieuses et même d’identités sexuelles », a déclaré Carla Hill, directrice associée du Centre sur l’extrémisme de l’ADL. « Il n’est pas même pas certain s’il était de droite ou de gauche. »

« Bien que sa haine ne soit pas principalement dirigée contre les Juifs, il a fait des diatribes sur le prétendu pouvoir juif et a affirmé que les Juifs contribuent aux maux de la société », a déclaré Hill.

Frank R. James, 62 ans, a été arrêté mercredi et est accusé d’une infraction fédérale de terrorisme qui s’applique aux attaques perpétrées contre les systèmes de transport en commun.

Il a laissé de nombreuses traces en ligne : des dizaines de vidéos dans lesquelles il a livré des diatribes sectaires et violentes, certaines d’une durée de plus d’une heure.

James, qui est Noir, n’avait pas spécifiquement ciblé sa haine ; il s’est insurgé contre les Juifs, les Blancs, différents groupes d’identité sexuelle et d’autres Noirs.

Dans l’une des vidéos, intitulée « ils détestent les Juifs », publiée sur Facebook en 2017, James a déclaré que les Juifs « ont énormément de mépris pour les Noirs ».

« Ces Juifs n’ont évidemment rien appris de leur expérience. Vous savez, cela ne les a pas du tout humiliés », a-t-il déclaré, faisant référence à la Shoah.

« Ils sont tous, ou la majorité d’entre eux, toujours arrogants et se sentent toujours supérieurs et au-dessus des Noirs. Encore une fois, ces enfoirés ne contribuent pas à la vie sur cette terre, mais à la merde, à la pisse, à la pollution, à la mort et à la destruction », a-t-il déclaré.

« Ces putains de juifs, et comment ils vont sourire à ton putain de visage tout en te poignardant dans le dos en un clin d’œil. Et ils le font si bien que vous ne réalisez même pas que vous avez été poignardé dans le dos », a-t-il déclaré.

La tirade contre les Juifs, ainsi que la plupart des profils de James sur les réseaux sociaux, ont été supprimées depuis la fusillade. Les déclarations anti-juives avaient déjà été rapportées par Rolling Stone et Algemeiner. Le Times of Israel a découvert une série de vidéos YouTube dans lesquelles James comparait à plusieurs reprises les Noirs américains aux Juifs de la Shoah, prédisait une prise de contrôle du parti nazi aux États-Unis et faisait référence à un futur « Auschwitz américain ».

La police de New York sur les lieux de la fusillade à Brooklyn, le 12 avril 2022. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)

Hill a déclaré que les chercheurs de l’ADL n’avaient pas été en mesure de discerner une idéologie cohérente dans les nombreux messages en ligne de James.

« Nous ne l’avons pas trouvé cohérent. Il critique à la fois la gauche et la droite, il était à la fois pour et contre les Noirs, il est sectaire contre presque toutes les autres races ou ethnies », a-t-elle déclaré.

James a même publié des commentaires favorables sur le groupe suprémaciste blanc The Base, affirmant que le groupe se battait pour les Blancs et suggérant que quelqu’un devrait faire de même pour les Noirs.

À différents moments, il a également affiché son soutien à la Nation of Islam et à son chef antisémite, Louis Farrakhan, avant de se retourner contre le mouvement, et à un autre moment, il a soutenu l’idéologie israélite hébraïque noire.

« Son absence de motivation ou d’idéologie évidente est inhabituelle pour quelqu’un qui commet ce type d’attaque », a déclaré Hill.

« J’ai du mal à désigner un groupe ou un mouvement auquel il s’intègre d’un point de vue extrémiste. Je dirais que c’est inhabituel », a-t-elle déclaré. « Rien de tout cela n’indique une motivation potentielle pour la fusillade ou pourquoi il a choisi ce quartier ouvrier ethniquement diversifié pour mener cette attaque. Cela n’a aucun sens. »

La seule ligne directrice identifiée par les chercheurs de l’ADL était l’attirance de James pour la violence.

« La tendance à la violence, l’appréciation de la violence, les images d’armes à feu et de balles et de sacs mortuaires et d’étiquettes d’orteils », a déclaré Hill. « C’est le seul thème récurrent que je vois ici. »

Les procureurs ont déclaré que James avait soigneusement planifié son attaque dans le quartier de Sunset Park à Brooklyn. Il se serait habillé en ouvrier du bâtiment, aurait enfilé un masque à gaz, ouvert des cartouches de fumée, puis aurait tiré sur des passagers alors que le train arrivait dans la station de métro.

Il a ensuite changé de vêtements et est monté à bord d’un autre train pour s’échapper, ont indiqué les procureurs.

Des dizaines de personnes ont été blessés dans l’incident, sans qu’aucune mort ne soit à déplorer.

Une multitude de preuves, telles qu’une camionnette louée, une carte de crédit et une arme à feu utilisée lors de l’attaque, relie James à la fusillade d’après les autorités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...