Les Palestiniens demandent à l’UE de défendre la solution à deux Etats
Rechercher

Les Palestiniens demandent à l’UE de défendre la solution à deux Etats

L'envoyé spécial de l'AP à l'ONU a demandé à la communauté internationale de préserver la solution à 2 Etats, sinon, "les Palestiniens vont accélérer leur capacité reproductive"

L'ambassadeur palestinien auprès des Nations Unies Riyad Mansour s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la violence à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, au siège des Nations Unies, le 15 mai 2018 à New York. (Drew Angererer/Getty Images/AFP)
L'ambassadeur palestinien auprès des Nations Unies Riyad Mansour s'exprime lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la violence à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, au siège des Nations Unies, le 15 mai 2018 à New York. (Drew Angererer/Getty Images/AFP)

Les Palestiniens ont demandé à l’Union européenne (UE) de défendre la solution à deux Etats pour résoudre leur conflit avec Israël, dont l’évocation ne devrait pas figurer dans le plan de paix américain attendu en juin, selon leur ambassadeur à l’ONU.

« Nous en avons parlé » aux Européens lors de récentes réunions à Bruxelles et « ils doivent agir », a précisé mardi Riyad Mansour lors d’une rencontre avec des journalistes. Les Palestiniens ont demandé à l’UE une conférence internationale pour réaffirmer le consensus international en faveur d’une solution prévoyant la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël, a-t-il ajouté.

« Nous serions très heureux de montrer qu’il y a plus d’un joueur sur le terrain pour essayer de définir comment nous devons avancer », a précisé le diplomate alors que les Palestiniens ne reconnaissent plus les Etats-Unis comme un médiateur impartial.

Les Palestiniens réclament aussi depuis longtemps aux pays européens – notamment la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Irlande, la Belgique et le Luxembourg – de reconnaître la Palestine comme un État.

Plusieurs résolutions de l’ONU évoquent la solution à deux Etats en précisant qu’elle doit être agréée par les deux parties.

Le président américain Donald Trump et son gendre et conseiller Jared Kushner à la Maison-Blanche, le 23 février 2017. (Crédit : AFP Photo/Saul Loeb)

Début mai, le gendre du président des Etats-Unis, Jared Kushner, chargé depuis deux ans par Donald Trump de proposer un plan de paix pour le Proche-Orient, a affirmé qu’il ne devrait pas faire référence aux « deux Etats » prônés par la communauté internationale.

« Si vous dites ‘deux Etats’, ça veut dire une chose pour les Israéliens, ça veut dire une autre chose pour les Palestiniens ». « Alors on a dit, vous savez, on a qu’à ne pas le dire », a-t-il ajouté sans autre précision.

Selon Riyad Mansour, le futur plan américain vise à être un « prétexte » permettant au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d’annexer davantage de Territoires palestiniens.

Un nouveau projet de logement en construction dans l’implantation israélienne de Nokdim, le 24 octobre 2017 (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

« Si c’est ce qu’ils veulent nous imposer – la réalité d’un Etat -, les Palestiniens vont accélérer leur capacité reproductive et augmenter le nombre de Palestiniens confrontés à l’apartheid », a-t-il averti.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...