Les Palestiniens restituent le fusil pris aux soldats lors de l’émeute à Jénine
Rechercher

Les Palestiniens restituent le fusil pris aux soldats lors de l’émeute à Jénine

Partis et internautes palestiniens ont critiqué l'AP pour avoir évacué les soldats, dénoncé la coordination sécuritaire telle une "trahison" et salué les émeutiers tels des "héros"

La police palestinienne en Cisjordanie. Illustration. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)
La police palestinienne en Cisjordanie. Illustration. (Crédit : Issam Rimawi/Flash90)

Des Palestiniens ont rendu lundi soir un fusil M16 volé à des soldats de Tsahal qui sont entrés accidentellement dans la ville de Jénine en Cisjordanie et ont été attaqués et blessés par la foule, a déclaré l’armée.

Lorsque les deux soldats, un homme et une femme, sont entrés en voiture dans la ville, les habitants ont commencé à attaquer la voiture avec des pierres et des chaises, brisant les vitres et blessant les soldats.

L’arme volée a été retrouvée le lendemain et remise à Israël par les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne, qui ont secouru les deux soldats blessés par les émeutiers dans le cadre de la coordination de la sécurité de l’AP avec Tsahal.

Les partis politiques palestiniens et les internautes sur les réseaux sociaux ont critiqué l’AP pour avoir évacué les soldats, dénoncé la coordination permanente de la sécurité comme une « trahison » et salué les émeutiers comme des « héros ».

L’armée israélienne enquête toujours sur l’incident, qui aurait pu se solder par la mort des soldats sans l’intervention rapide des forces de l’AP.

Une soldate israélienne peut être vue tenant un fusil d’assaut M-16, sans chargeur, sur ses genoux avant qu’il ne soit volé lors d’une attaque contre sa voiture après qu’elle et son collègue soient entrés par inadvertance dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 12 février 2018. (Capture d’écran)

Une première enquête a révélé que les deux soldats avaient utilisé l’application de navigation Waze, qui repose sur les données fournies par les utilisateurs pour aider les conducteurs à trouver les routes les plus rapides et éviter les embouteillages ou les radars, a déclaré l’armée lundi. Cependant, l’un des soldats avait désactivé une fonctionnalité empêchant l’application de les mener dans des zones définies comme dangereuses – en l’occurrence, les zones contrôlées par les Palestiniens.

Ils ont également ignoré les panneaux de signalisation indiquant que la zone était interdite aux citoyens israéliens.

Avant le début de l’émeute, la femme soldate pouvait être vue tenant un fusil d’assaut M-16, sans chargeur, sur ses genoux.

Les vidéos de la scène montrent des personnes qui entourent le véhicule et frappent les soldats à l’intérieur, y compris une personne qui semble essayer d’attraper la soldate par les cheveux.

La femme soldate a été emmenée dans un hôpital israélien voisin pour y être soignée, a indiqué l’armée.

Les forces de sécurité palestiniennes apparaissent dans les vidéos, protégeant les soldats israéliens pendant l’émeute. Elles les ont aussi aidées à quitter la zone.

Le vice-gouverneur de Jénine, Kamal Abu al-Rub, a déclaré que le véhicule de Tsahal avait été attaqué par les Palestiniens pour des « motifs nationalistes ».

Il a confirmé que les policiers de l’AP se sont précipités sur les lieux pour assurer la sortie du véhicule de la ville.

L’armée israélienne a déclaré que la voiture avait été évacuée de la ville grâce à une coordination avec l’administration civile, une unité du ministère de la Défense qui assure la liaison entre l’armée et les Palestiniens.

Pendant ce temps, les forces de sécurité israéliennes ont arrêté 13 Palestiniens suspectés de terrorisme pendant la nuit dans toute la Cisjordanie. L’un d’eux a été pris en train de manipuler un couteau près des soldats à Hébron.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...