Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Les plages du lac de Tibériade laissées inhabituellement propres par les vacanciers

Les responsables espèrent que les efforts pédagogiques paient enfin, même si un programme de parking gratuit pour ceux qui ramassaient les ordures a joué un rôle

Les Israéliens sur les plages du lac de Tibériade dans le nord d'Israël, pendant Pessah, le 26 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Les Israéliens sur les plages du lac de Tibériade dans le nord d'Israël, pendant Pessah, le 26 avril 2016. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Les campeurs israéliens ne sont pas particulièrement connus pour leur discipline en ce qui concerne la propreté, et les sévères articles sur les principaux lieux de vacances de l’Etat d’Israël sont devenus une partie intégrante des reportages pendant les fêtes.

Et pourtant, les campagnes d’éducation incessantes du public pourraient bien porter leurs fruits : l’Autorité du Kinneret, chargée de la préservation du lac de Tibériade, a annoncé lundi que les plages du lac étaient exceptionnellement propres à la fin de la fête de Souccot.

L’autorité a déclaré à Ynet que même si les plages avaient été fréquentées par plus de 250 000 personnes pendant les huit jours de la fête, les visiteurs avaient laissé les plages en bon état.

Les inspecteurs ont été actifs le long des plages déclarées du lac pendant toute la fête, mais les autorités ont noté avec satisfaction que les plages non déclarées, qui y sont moins enclines, étaient aussi propres à la fin des vacances.

Ordures sur un campement des rives du lac de Tibériade en 2010. (Crédit : Alana Perino/Flash90)
Ordures sur un campement des rives du lac de Tibériade en 2010. (Crédit : Alana Perino/Flash90)

La nouvelle initiative de l’autorité, qui fournissait un parking gratuit à quiconque remplissait trois sacs poubelles avant de quitter la zone, a peut-être contribué à la nouvelle conscience environnementale de la population.

« Nous sommes ravis de voir un bien meilleur état des plages. Le public coopère et garde un environnement bien plus propre », a déclaré à Ynet Yarden Nakash, directeur de l’équipe pédagogique de l’autorité.

« Nous saluons cela et espérons que dans le futur nous n’aurons pas besoin de parler de propreté du tout. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.