Les procureurs demandent à la cour de ne pas accéder à une demande de Netanyahu
Rechercher

Les procureurs demandent à la cour de ne pas accéder à une demande de Netanyahu

Alors que le Premier ministre a demandé des documents supplémentaires, le bureau du procureur dit avoir fournir suffisamment de preuves et "même au-delà"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) s'entretient avec ses avocats Micha Fettman (à gauche) et Amit Hadad (à droite) dans la salle d'audience, à l’ouverture de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Ronen Zvulun / Pool Photo via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) s'entretient avec ses avocats Micha Fettman (à gauche) et Amit Hadad (à droite) dans la salle d'audience, à l’ouverture de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Ronen Zvulun / Pool Photo via AP)

Les procureurs qui traduisent le Premier ministre Benjamin Netanyahu en justice pour des accusations de corruption ont demandé mercredi à un tribunal de rejeter une demande de remise d’autres documents d’enquête dans la série d’affaires de corruption.

La division de la fiscalité et des crimes économiques du bureau du procureur général répondait à une demande des avocats de Netanyahu et Shaul et Iris Elovitch. Shaul Elovitch, l’actionnaire majoritaire du géant des télécommunications Bezeq, et sa femme ont été inculpés dans la plus grave des trois affaires dans lesquelles Netanyahu est accusé.

Dans leur réponse au tribunal du district de Jérusalem, les procureurs ont déclaré qu’ils avaient remis toutes les preuves aux accusés comme l’exige la loi et « même au-delà ». Tout en soulignant leurs efforts pour honorer les demandes des prévenus, les procureurs ont déclaré qu’ils s’opposaient au transfert de documents d’enquête supplémentaires.

« Malgré cela… [Netanyahu et les Elovitch] ont choisi d’élargir le conflit », indique une déclaration du bureau du procureur, arguant que dans certaines des demandes de documents d’enquête supplémentaires soumises par les accusés, il était « difficile de comprendre le lien entre eux et la procédure [judiciaire] ».

Les procureurs ont accusé les accusés de « diverses tentatives » d’élargir la définition des documents d’enquête et de recourir à des « descriptions dramatiques et générales » concernant la procédure des enquêteurs.

Cela inclut la demande de Netanyahu concernant « des manœuvres d’enquête défaillantes et fondamentalement biaisées » et celle des Elovitch concernant « des manœuvres d’enquête agressives », selon la déclaration. « Ces affirmations… n’ont aucun fondement. »

Le procureur Liat Ben-Ari (2ème à gauche) et Shaul Elovtich (2ème à droite) au tribunal de district de Jérusalem, à une audience en pénal contre le Premier ministre Netanyahu, le 19 juillet 2020. (Marc Israel Sellem / Pool / Flash90)

Netanyahu et ses alliés ont déjà dénoncé les enquêteurs pour leur mauvaise attitude lors de l’interrogation de témoins, dont le fils d’Elovitch, Or, qui aurait tenté de faire pression sur son père pour qu’il devienne le témoin de l’État contre le Premier ministre.

Les procureurs ont rejeté ces allégations.

Certains critiques ont accusé l’équipe juridique de Netanyahu de vouloir gagner du temps en demandant plus de documents, ou plus de temps pour les étudier.

Dans le cadre de l’affaire 4000, le Premier ministre aurait accordé des faveurs réglementaires qui auraient profité financièrement à Shaul Elovitch en échange d’une couverture médiatique positive du site d’information Walla, propriété de Bezeq.

Netanyahu est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans cette affaire. Le couple Elovitch est accusé de corruption.

Le Premier ministre est également accusé de fraude et d’abus de confiance dans deux autres affaires.

Netanyahu nie tout acte répréhensible et lui et ses partisans affirment qu’il fait l’objet d’une conspiration de la part des forces de l’ordre et des médias qui cherchent à le chasser du pouvoir.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...