Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Les procureurs veulent utiliser la « loi de protection » contre un suspect d’extorsion

Rami Ismaïl, qui a été arrêté début août, pourrait être la première personne inculpée en vertu de la nouvelle loi qui fixe des peines planchers pour ce type de délit

La police arrêtant Rami Ismaïl, à gauche,  soupçonné de tentatives d'extorsion, près de Kiryat Shmona, le 11 août 2023. (Crédit  : Police israélienne)
La police arrêtant Rami Ismaïl, à gauche, soupçonné de tentatives d'extorsion, près de Kiryat Shmona, le 11 août 2023. (Crédit : Police israélienne)

Environ un mois après son adoption par la Knesset, une nouvelle loi devrait être utilisée pour aider à poursuivre une figure majeure du crime organisé soupçonnée d’avoir organisé un racket de protection dans le nord du pays.

Rami Ismaïl, habitant de Tuba-Zangariyye, a été arrêté il y a deux semaines après avoir menacé le directeur d’un chantier de construction dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, de lui verser une somme d’argent pour sa protection s’il ne voulait pas que le chantier – un projet d’hôpital – soit vandalisé. Le directeur avait appelé la police et Ismaïl avait été arrêté.

Les procureurs ont informé le tribunal de Tibériade mercredi qu’ils avaient l’intention d’inculper Ismaïl pour chantage, menaces et obstruction à la justice. Ils ont également demandé qu’il soit maintenu en détention jusqu’à la fin de la procédure. Sa détention provisoire a, pour le moment, été prolongée jusqu’à dimanche.

Les procureurs chercheraient à utiliser la loi adoptée au début de l’année, qui prévoit une peine minimale de trois ans d’emprisonnement pour les criminels reconnus coupables de racket de protection. La loi permet également au tribunal de saisir les fonds qu’il estime provenir d’un tel comportement, avant même une condamnation.

Selon le site d’information Ynet, Ismaïl a été condamné en 2019 pour des crimes similaires, mais n’avait écopé que de quelques mois derrière les barreaux.

La police a déclaré qu’il s’agissait d’une figure criminelle bien connue dans la région, qui menaçait les propriétaires d’entreprises depuis plus de dix ans. Lors de son arrestation – et à nouveau mercredi – la police a demandé que d’autres victimes se manifestent, bien qu’elle pense que beaucoup d’entre elles auront trop peur de parler.

Illustration : Vue d’un chantier de construction dans la ville de Gedera, le 3 février 2022. (Crédit: Yossi Zeliger/Flash90)

« La police israélienne appelle la population à ne pas céder aux tentatives de racket et à signaler tout suspect à la police, qui enverra des forces sur place », a déclaré la police dans un communiqué mercredi. « Se rendre aux extorqueurs ne garantit aucunement la sécurité et ne fera qu’approfondir et poursuivre ce chantage. »

Une vague de crimes violents déferle actuellement sur la communauté arabe d’Israël, dont au moins 156 membres ont été tués dans de telles circonstances depuis le début de l’année.

Un grand nombre des personnes tuées ont été prises dans des guerres de territoire entre des familles connues du crime organisé, dont beaucoup pratiquent le racket de protection.

Les autorités demandent depuis longtemps à l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet d’intervenir dans la lutte contre la criminalité au sein de la communauté arabe, mais certains responsables de l’application de la loi s’y opposent.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, dont le ministère supervise la police, a été accusé de ne pas avoir fait grand-chose pour endiguer la vague de criminalité depuis son entrée en fonction à la fin de l’année dernière. Ben Gvir a cherché à donner à la police le pouvoir de procéder à la détention administrative de ces suspects, en les gardant sans inculpation – une pratique qu’il s’oppose à utiliser contre les Juifs soupçonnés de terrorisme – mais il a été empêché de le faire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.