Les raids israéliens ont porté un « coup sévère » – numéro 2 de l’armée de l’air
Rechercher

Les raids israéliens ont porté un « coup sévère » – numéro 2 de l’armée de l’air

Le drone iranien abattu était très sophistiqué et imitait les technologies occidentales, selon le général de division Tomer Bar

Une photo prise le 10 février 2018 montre des soldats israéliens prenant position dans le plateau du Golan près de la frontière syrienne. (Crédit : AFP / JALAA MAREY)
Une photo prise le 10 février 2018 montre des soldats israéliens prenant position dans le plateau du Golan près de la frontière syrienne. (Crédit : AFP / JALAA MAREY)

Israël a gravement nui aux défenses aériennes syriennes, a déclaré samedi le général de division Tomer Bar, le commandant des forces aériennes de l’armée, après le lancement par les militaires d’un certain nombre de frappes contre des cibles syriennes et iraniennes en Syrie suite à l’interception, samedi matin, d’un drone iranien dans l’espace aérien israélien.

Bar, le numéro deux des forces aériennes israéliennes, a indiqué que la réponse a été « l’attaque la plus importante et la plus significative que les forces aériennes ont menée contre les défenses aériennes syriennes depuis l’Opération Paix en Galilée » de 1982, durant la première guerre du Liban.

Les tirs syriens ont détruit en vol un avion-chasseur israélien. Deux pilotes ont été blessés, l’un grièvement et l’autre légèrement et ils ont été pris en charge à l’hôpital Rambam de Haïfa.

Israël a indiqué que l’infiltration par le drone était une « violation grave et illégale de la souveraineté israélienne » et a mis en garde contre d’autres actions éventuelles pour contrer une agression iranienne sans précédent.

Bar a expliqué que le drone iranien était resté dans l’espace aérien israélien pendant une minute et demi avant d’être abattu par un hélicoptère de combat au-dessus de la ville de Beit Shean, à proximité de la frontière jordanienne. Il a ajouté que le drone était très sophistiqué et qu’il imitait les technologies occidentales.

Bar a indiqué qu’Israël étudierait ce drone.

Après l’interception de ce dispositif sans pilote, l’Etat juif a pris pour cible au moins douze autres sites, « notamment trois batteries de défense aérienne et quatre cibles iraniennes qui font partie des installations militaires iraniennes en Syrie », selon un communiqué militaire.

L’armée israélienne a fait savoir que les avions-chasseurs avaient été la cible de tirs anti-aériens massifs depuis la Syrie qui avaient obligé les deux pilotes à abandonner un F-16 qui s’est écrasé dans le nord d’Israël. Bar a précisé que les pilotes n’avaient pas affirmé avoir été touchés, mais qu’ils avaient mis en oeuvre les procédures d’éjection.

« Nous vérifions actuellement ce qui a causé les blessures des pilotes », a noté Bar, « qu’elles aient pour origine un missile anti-aérien ou qu’elles aient été causées par l’éjection. Pour le moment, il n’est pas possible de confirmer qu’un missile ait touché l’avion mais nous partons de cette hypothèse ».

Ces événements marquent une escalade spectaculaire des tensions le long de la frontière nord d’Israël, et ils sont l’une des confrontations les plus graves entre Israël et l’Iran depuis le début de la guerre civile en Syrie au mois de mars 2011.

Bar a qualifié l’incident de « chutzpah syrienne » et a expliqué qu’Israël avait répondu conformément aux exigences de la situation, ajoutant que les frappes aériennes ont infligé un « préjudice significatif aux forces aériennes syriennes », notamment aux « batteries anti-aériennes achetées lors de récents accords [passés avec la Russie].

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a aussi affirmé dimanche que l’aviation israélienne a porté un « coup sévère » à l’Iran et aux forces du régime syrien.

« Nous avons infligé samedi un coup sévère aux forces iraniennes et syriennes », s’est félicité M. Netanyahu. « Nous continuerons à frapper tous ceux qui tentent de nous attaquer », a-t-il prévenu dans un communiqué diffusé par son bureau.

« C’est notre politique et cela restera notre politique », a ajouté le Premier ministre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...