Les responsables israéliens redoutent le nombre de 6 000 nouveaux cas quotidiens
Rechercher

Les responsables israéliens redoutent le nombre de 6 000 nouveaux cas quotidiens

Le ministère de la Santé s'attend à connaître 800 cas d'une forme grave de la maladie d'ici la fin janvier, a rapporté la Douzième chaîne

Des membres du personnel médical hospitalier portant des vêtements de protection transfèrent des patients dans un service de traitement du coronavirus au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des membres du personnel médical hospitalier portant des vêtements de protection transfèrent des patients dans un service de traitement du coronavirus au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les responsables de la Santé estimeraient qu’Israël pourrait bien connaître 5 000 à 6 000 nouveaux cas de coronavirus quotidiens avant que l’effet de nouvelles restrictions imposées ne se fasse sentir. Ils prônent donc des contraintes significatives ou un nouveau confinement pour reprendre le contrôle du virus, selon un reportage qui a été diffusé jeudi par la Douzième chaîne.

Au début de la semaine, le cabinet a adopté provisoirement une série de mesures, avec notamment une nouvelle fermeture complète du secteur commercial et un retour à l’enseignement en ligne pour les classes de CP au CM1 dans les zones « rouges » et « oranges » – qui présentent des taux d’infection élevés – comme Ashkelon, Or Yehuda, Raanana, Umm al-Fahm et plusieurs quartiers de Jérusalem.

Ces restrictions doivent être approuvées par le cabinet dit du coronavirus – un groupe restreint de ministres dont les portefeuilles sont liés, d’une manière ou d’une autre, à l’épidémie – qui se réunira dimanche.

Les responsables de la Santé ont déclaré que l’augmentation des déplacements et des rassemblements, pendant la fête de Hanoukka, pourrait entraîner une hausse spectaculaire du nombre de cas – un nombre qui pourrait atteindre les 5 000 à 6 000 nouveaux cas enregistrés par jour et 800 malades atteints par une forme grave de la COVID-19 d’ici la fin du mois de janvier.

Le Conseil de sécurité national réfléchit actuellement à proposer un confinement immédiat et rapide pour tenter d’entraver cette hausse des cas, a précisé la chaîne.

L’Etat juif a d’ores et déjà connu deux confinements nationaux depuis le début de l’épidémie, au mois de mars. Certaines restrictions de ce nouveau confinement, qui limitent la vie publique, sont en place depuis la mi-septembre.

Pour sa part, le ministère de la Santé pourrait pousser le cabinet du coronavirus à étiqueter comme « rouges » tous les pays étrangers – une initiative qui obligerait les voyageurs en provenance de l’étranger à se placer en quarantaine pendant dix jours à leur retour, au lieu de permettre à ceux qui reviennent d’une liste choisie de pays « verts » d’échapper à cette mise à l’isolement.

Des passantes portent le masque dans le centre-ville de Jérusalem, le 15 décembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ces derniers jours, les responsables de la santé ont exprimé une inquiétude particulière concernant les milliers de voyageurs qui reviennent des Emirats arabes unis, qui ont récemment normalisé leurs liens avec l’Etat juif. Les touristes israéliens se rendraient à des spectacles et à des rassemblements massifs sans aucune règle de distanciation sociale et les responsables craignent que de nouveaux cas n’apparaissent suite à ces comportements.

Selon les chiffres du ministère de la Santé qui ont été diffusés jeudi, 245 Israéliens étant revenus de l’étranger depuis le début du mois de décembre ont été testés positifs au coronavirus. Trente d’entre eux sont revenus des Etats-Unis, 26 des Emirats arabes unis, 16 de Turquie, 27 d’Ukraine, 11 de Russie, 8 des Pays-Bas, 4 du Royaume-Uni et le reste d’autres pays.

Les chiffres du ministère de la Santé ont montré, jeudi, une hausse significative du taux de morbidité dans les communautés haredim, où un test sur neuf est revenu positif. Cette donnée place le pourcentage de tests positifs, dans le secteur ultra-orthodoxe, à 10,6 % – et chaque porteur du virus infecte 1,58 personne en moyenne.

Dans un point-presse qui a eu lieu jeudi avec les journalistes, la directrice de la division des services sanitaires, Sharon Elrai, a expliqué que 12,8 % du nombre de cas positifs au sein de l’Etat juif provenaient de la communauté ultra-orthodoxe, même si le secteur ne constitue que 6,7 % des échantillons prélevés.

Dans son décompte de jeudi soir, le ministère de la Santé a noté que 2 823 nouveaux cas de coronavirus avaient été diagnostiqués mercredi, et que 1 949 cas avaient été enregistrés depuis la matinée de jeudi.

Il y a eu 367 633 malades du coronavirus depuis l’apparition de l’épidémie dans le pays. Il y a actuellement 21 771 cas actifs avec notamment 413 patients dans un état grave et 106 personnes placées sous respirateur. 3 050 personnes ont succombé à une forme grave de la COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Le ministère de la Santé a mené 83 602 tests de dépistage, mercredi. 3,4 % d’entre eux sont revenus positifs.

Les mises en garde portant sur de nouvelles restrictions surviennent alors que l’Etat juif se prépare à lancer un programme de vaccination massif la semaine prochaine. Le gouvernement a établi une cible de 60 000 vaccinations par jour dès le début de la campagne – ce qui signifie que deux millions d’Israéliens pourraient être vaccinés d’ici la fin janvier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...