Les restaurants affichent complet après une année de restrictions
Rechercher

Les restaurants affichent complet après une année de restrictions

Certains établissements ont des listes d'attente de 10 jours pour obtenir une table ; l'utilisation des cartes de crédit bondit après la réouverture des restaurants et des cafés

Des Israéliens dans des bars du marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 12 mars 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Des Israéliens dans des bars du marché Mahane Yehuda de Jérusalem, le 12 mars 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les Israéliens sont retournés en masse dans les restaurants, les bars et les cafés depuis que ceux-ci ont été autorisés à rouvrir. Beaucoup d’entre eux ont affiché complet et les sociétés de cartes de crédit ont noté un pic des dépenses vendredi.

Depuis leur réouverture dimanche, les restaurants et les cafés ont vu affluer les clients. Selon le radiodiffuseur public Kan, de nombreux clients potentiels n’ont pas réussi à faire de réservation, les tables de nombreux restaurants étant déjà réservées plusieurs jours à l’avance.

Certains restaurants avaient une liste d’attente de 10 jours, selon le reportage. « C’est fou », a déclaré Haggai, un copropriétaire du restaurant Goocha de Tel Aviv. « Depuis le début de la semaine, tous les jours ont été bondés comme si c’était le week-end. »

Les restaurants de Jérusalem, Tel Aviv et Beer Sheva ont tous déclaré aux journalistes de la télévision qu’ils étaient complets pour le week-end et au-delà.

Sharon Mizrahi, propriétaire du restaurant de fruits de mer Manta Ray à Tel Aviv, a déclaré avoir reçu plus de 400 appels et des dizaines de courriels de personnes souhaitant réserver, qu’elle n’a tout simplement pas eu le temps de traiter. « C’est frustrant, mais les gens comprennent. »

« C’est non-stop ici », ajoute-t-elle en montrant son restaurant de bord de mer bondé.

Dans le cadre des règles assouplies concernant la pandémie, les restaurants sont autorisés à accueillir jusqu’à 100 personnes munies d’un passeport vert – indiquant qu’elles ont été vaccinées ou qu’elles sont guéries du virus – à l’intérieur, à 75 % de leur capacité, et peuvent accueillir jusqu’à 100 personnes à l’extérieur, même sans passeport vert. Les tables doivent être séparées de deux mètres.

Des Israéliens apprécient de manger dans des restaurants, à Tel Aviv, alors qu’ils ont été rouverts en début de semaine, après une longue période de confinement, le 11 mars 2021. (Miriam Alster/FLASH90)

Auparavant, les restaurants et les cafés ne pouvaient proposer que des services de livraison et de vente à emporter.

Les sociétés de cartes de crédit ont fait état d’un bond marqué des dépenses vendredi matin, jour de congé pour de nombreux Israéliens et moment privilégié pour les brunchs.

Par rapport au vendredi précédent, les dépenses ont augmenté de 15 % entre 9 heures et 13 heures, les Israéliens dépensant 538,9 millions de NIS avec leurs cartes de crédit pendant cette période, selon Automated Bank Services, qui traite les paiements internationaux pour les cartes de crédit israéliennes.

Au cours de la même période la semaine dernière, Automated Bank Services a déclaré que les Israéliens avaient dépensé 468,3 millions de NIS avec leurs cartes de crédit.

Des Israéliens dans un café de Tel Aviv, le 11 mars 2021. (Miriam Alster/Flash90)

Si cette nouvelle est bienvenue pour les restaurateurs qui ont été gravement touchés financièrement par les restrictions, pour beaucoup, elle arrive trop tard.

La Douzième chaîne de télévision a rapporté la semaine dernière que quelque 4 000 des 14 000 restaurants qui étaient en activité avant la pandémie avaient définitivement fermé leurs portes.

Outre les restaurants, le stade actuel de réouverture s’étend à tous les niveaux scolaires, aux lieux d’événements, aux parcs d’attractions et aux hôtels, certaines activités n’étant accessibles qu’aux personnes munies d’un passeport vert.

Israël a commencé en février à assouplir les restrictions après un troisième confinement et a depuis progressivement rouvert ses centres commerciaux, gymnases, piscines, hôtels et certaines institutions culturelles.

Des Israéliens assis dans des bars au marché de Mahane Yehuda à Jérusalem, le 12 mars 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...