Les restes d’une victime israélienne du crash Ethiopian Airlines identifiés
Rechercher

Les restes d’une victime israélienne du crash Ethiopian Airlines identifiés

Benjamin Netanyahu remercie son homologue éthiopien pour l'aide apportée aux sauveteurs et indique que les restes de Shimon Reem seront rapatriés en Israël

Les secours collectent des vêtements et autres matériels sous la supervision des enquêteurs sur les lieux du crash d'un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines peu après le décollage avec 157 personnes à bord près de Bishoftu, en Ethiopie, le 12 mars 2019 (Crédit : AP Photo/Mulugeta Ayene)
Les secours collectent des vêtements et autres matériels sous la supervision des enquêteurs sur les lieux du crash d'un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines peu après le décollage avec 157 personnes à bord près de Bishoftu, en Ethiopie, le 12 mars 2019 (Crédit : AP Photo/Mulugeta Ayene)

Les restes d’un Israélien ayant péri dans le crash d’un avion d’Ethiopian Airlines en mars près d’Adis Abebba ont été retrouvés et identifiés, a fait savoir un service de secours israélien mercredi.

Avraham Matsliah, 49 ans, originaire de Maale Adumim, et Shimon Reem, 55 ans, de Zichron Yaakov sont les deux Israéliens décédés dans le crash.

ZAKA, un organisme caritatif consacré à l’identification de victimes de catastrophes, a fait savoir qu’il était parvenu à identifier les restes de Shimon Reem.

Les autorités éthiopiennes ont été critiquées pour leur gestion d’après-crise. Plus de trois mois après la tragédie, certaines victimes n’ont toujours pas été retrouvées.

Shimon Reem, mort dans le crash du vol Ethiopian Airlines, le 10 mars 2019 (Autorisation)

Le Premier ministre israélien, lors d’une conférence de presse à son cabinet de Jérusalem à l’occasion de sa rencontre avec le président chilien, Sebastian Pinera, a évoqué le développement de l’affaire.

« Je veux remercier mon ami Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a donné une suite favorable à mes requêtes et celles de la famille, de Shimon Reem. Nous allons maintenant rapatrier les restes de sa dépouille », a ainsi déclaré Benjamin Netanyahu. « Nous continuerons nos efforts pour rapatrier également les restes d’Avraham Matsliah ».

Les membres de ZAKA avaient d’abord été interdits par les autorités éthiopiennes d’accéder au site du crash. D’après le cofondateur et directeur de ZAKA, Yehuda Meshi Zahav, c’est à la demande personnelle de Benjamin Netanyahu qu’Abiy Ahmed avait finalement décidé de leur accorder l’accès.

Le 10 mars dernier, le Boeing 737 Max 8 du vol 302 d’Ethiopian Airlines s’était écrasé six minutes après son décollage, tuant les 157 personnes présentes à bord. Les victimes étaient originaires de 35 pays différents, dont le Kenya, Israël, le Canada, l’Italie, la Chine, l’Éthiopie et les États-Unis.

Il s’agit du second crash d’un Boeing 737 MAX 8 en moins de six mois. Les 189 passagers d’un vol de l’Indonesian Lion Air avaient en effet trouvé la mort en octobre. De nombreuses compagnies aériennes ont par ailleurs décidé de clouer au sol cet appareil ou d’autres de la même gamme, 400 Boeing Max seraient ainsi concernés.

Avraham Matsliah, 49 ans, de Maale Adumim, a été tué dans le crash d’un avion d’Ethiopian Airlines près d’Addis Ababa, le 10 mars 2019 (Crédit : Facebook)

Pour la majorité des peuples et religions du monde, des restes physiques ne sont pas nécessaires pour organiser des funérailles religieuses complètes. Ils sont toutefois nécessaires pour les Juifs.

Malgré les retards accumulés pour retrouver les restes des victimes israéliennes, un tribunal rabbinique spécial avait statué, fin mars, que les familles des deux hommes pouvaient commencer leur processus de deuil traditionnel.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...