Les soldats ouvrent le feu sur des Palestiniens qui jettent des bombes à Beit El
Rechercher

Les soldats ouvrent le feu sur des Palestiniens qui jettent des bombes à Beit El

Un individu a été blessé et amené à l'hôpital ; il y a eu une arrestation et des fouilles sont en cours pour retrouver les autres Palestiniens impliqués, au nord de Ramallah

Photo d'illustration : Des manifestants palestiniens utilisent des frondes pour jeter des pierres aux soldats israéliens au cours d'affrontements à proximité de l'implantation de Beit El, le 13 novembre 2015 (Crédit : FLASH90)
Photo d'illustration : Des manifestants palestiniens utilisent des frondes pour jeter des pierres aux soldats israéliens au cours d'affrontements à proximité de l'implantation de Beit El, le 13 novembre 2015 (Crédit : FLASH90)

Les soldats israéliens ont ouvert le feu sur un groupe de Palestiniens qui jetaient des bombes artisanales aux abords de l’implantation de Beit El, en Cisjordanie, mardi soir, blessant l’un d’entre eux, a fait savoir l’armée.

Un second individu a été arrêté après avoir pris la fuite tandis que plusieurs autres sont parvenus à s’échapper, a indiqué l’armée qui a ajouté qu’elle continuait à fouiller la zone, au nord de Ramallah.

Le blessé a été pris en charge pour être soigné, ont noté les militaires.

Dans la matinée de mardi, un chauffeur palestinien avait été tué par balle alors qu’il tentait apparemment de lancer son véhicule en direction d’agents de la police des frontières, a annoncé la police israélienne.

Les forces de l’ordre ont déclaré dans un communiqué que cet incident, qui a eu lieu à Abu Dis, une ville située en Cisjordanie et à l’est de Jérusalem, semblait avoir été une attaque délibérée.

Une agente de la police des frontières a été légèrement blessée alors qu’elle tentait d’éviter la voiture. Elle a été évacuée vers un hôpital de Jérusalem.

Le conducteur, qui a été identifié par les médias comme étant un homme palestinien, a été grièvement blessé par les tirs. Il a ultérieurement succombé à ses blessures.

Selon des médias palestiniens, il s’appelait Ahmad Mustafa Erekat et il était âgé de 27 ans. Il se rendait à Bethléem, le jour du mariage de sa sœur, pour aider sa mère et ses sœurs à préparer la cérémonie.

L’individu « a projeté son véhicule à grande vitesse dans la direction d’une agente de la police des frontières qui a été légèrement blessée », a commenté le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.

Saëb Erakat, secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a indiqué à l’AFP que son neveu Ahmad Erakat avait été « exécuté » par la police israélienne, tenant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour « responsable de ce crime ».

Le jeune homme devait lui-même se marier plus tard dans la semaine, a précisé à l’AFP Saëb Erakat, jugeant « impossible » que son neveu veuille commettre une telle attaque à quelques jours de ses noces.

Selon M. Erakat, son neveu se rendait à Bethléem pour aller chercher sa soeur, dont c’était le jour de mariage, à un rendez-vous chez le coiffeur lorsqu’il a été tué à un point de contrôle de la police des frontières israéliennes, à la sortie de Jérusalem en Cisjordanie.

Dans un communiqué, une autre responsable palestinienne, Hanan Ashrawi, a appelé la communauté internationale à prendre des « mesures concrètes » contre Israël après la mort du Palestinien. « Il est temps pour le monde de demander des comptes à Israël et de s’assurer que justice soit faite pour les victimes palestiniennes », a-t-elle dit.

Cet incident s’est produit quelques jours avant une annexion possible par Israël de portions encore indéterminées de la Cisjordanie, alors que l’armée israélienne se prépare actuellement à de nombreux scénarios de répercussions potentielles de cette initiative sur la région – notamment à une vague d’attentats terroristes à grande échelle.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...