Rechercher

Les troupes de Tsahal resteront à proximité de Gaza malgré le cessez-le-feu

Ismail Haniyeh s'est félicité de la démission d’Avigdor Liberman au poste de ministre de la Défense, qu’il qualifie de "défaite" pour Israël

Une photo prise le 12 novembre 2018 montre un convoi de chars israéliens sur une autoroute près de la ville de Sdérot dans le sud d'Israël (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)
Une photo prise le 12 novembre 2018 montre un convoi de chars israéliens sur une autoroute près de la ville de Sdérot dans le sud d'Israël (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

Le chef d’état-major israélien, Gadi Eizenkot, a ordonné mercredi aux renforts de rester en place près de la bande de Gaza et aux troupes de rester en état d’alerte, à la suite d’une évaluation de la sécurité avec des officiers supérieurs de la Division de Gaza, alors qu’un cessez-le-feu semble être maintenu, a annoncé l’armée.

Eizenkot a rencontré le chef du commandement du Sud, le major général Herzi Halevi, le commandant de la division de Gaza, le général de brigade Eliyezer Toledano, et le chef de la 162e division blindée, le général Oded Basiuk.

« Dans le cadre de l’évaluation de la situation, il a été décidé de maintenir l’état de préparation des troupes et le nombre accru de soldats dans la région de la division [de Gaza] », a déclaré l’armée.

Le chef d’état-major a également évoqué « différentes manières d’utiliser la force à l’avenir », indique l’armée, sans donner plus de détails.

Une vingtaine de personnes ont manifesté mercredi soir devant l’entrée de la ville de Sdérot pour protester contre le cessez-le-feu conclu avec des groupes terroristes dans la bande de Gaza, a annoncé la police.

Les manifestants, résidents des communautés proches de Gaza qui ont été les plus touchées par les tirs de roquettes du Hamas cette semaine, brûlent des pneus et bloquent la route 34 entre les carrefours de Sha’ar Hanegev et de Nir Am.

Beaucoup de critiques s’élèvent contre la trêve en Israël.

Le dirigeant du Hamas dans la bande de Gaza, Ismail Haniyeh, a déclaré que « la résistance a remporté une victoire militaire sur l’occupant ignoble en moins d’une semaine ».

Avigdor Liberman annonce sa démission du ministère de la Défense lors d’une conférence de presse à Jérusalem le 14 novembre 2018 (Crédit : Yonatan Sindel / FLASH90)

Avigdor Liberman a démissionné de son poste de ministre de la Défense en signe de protestation.

Ismail Haniyeh s’est félicité de la démission d’Avigdor Liberman au poste de ministre de la Défense, qu’il qualifie de « défaite » pour Israël.

« L’annonce de sa démission est une reconnaissance de la défaite et de l’impuissance face à la résistance palestinienne », a déclaré Haniyeh aux médias israéliens.

Le vice-ministre de la Défense, Eli Ben-Dahan, quittera également son poste plus tard dans la semaine conformément à la loi israélienne, a confirmé son bureau.

Le vice-ministre de la Défense Eli Ben-Dahan. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Quand un ministre démissionne, son adjoint doit suivre son exemple. Cette démission peut être annulée par le Premier ministre, qui peut choisir de réintégrer le sous-ministre.

Le mandat de Ben-Dahan, du parti HaBayit HaYehudi, devrait prendre fin vendredi après-midi, à moins que le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’intervienne, a annoncé son bureau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...