L’état de New York présente ses excuses pour un dessin anti-Israël
Rechercher

L’état de New York présente ses excuses pour un dessin anti-Israël

Les autorités ont indiqué que ce dessin montrant trois soldats armés, identifiés par une étoile de David, ne représente pas le point de vue du département chargé de l’Education

Le député de New Yok Dov Hikind (Démocrate) représente le 48ème district de Brooklyn depuis 1983, une zone qui inclue l'une des plus grandes communautés orthodoxes hors Israël (Autorisation)
Le député de New Yok Dov Hikind (Démocrate) représente le 48ème district de Brooklyn depuis 1983, une zone qui inclue l'une des plus grandes communautés orthodoxes hors Israël (Autorisation)

NEW YORK — Le Département chargé de l’Education de New York a présenté ses excuses pour avoir introduit une illustration politique lors d’un examen, qualifié de propagande anti-israélienne par les critiques.

Selon l’AJC (American Jewish Congress) qui a fait circuler une pétition affirmant que le dessin était “anti-israélien de manière flagrante”, le département a émis un communiqué exprimant le regret d’avoir inclus l’illustration dans l’énoncé de l’examen, a rapporté mercredi le New York Post.

« Nous regrettons cette question qui était comprise dans l’examen Régents. Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été offensés », a fait savoir le département d’état dans le communiqué.

« Nous sommes actuellement en train de rééxaminer toutes nos procédures internes pour étudier minutieusement toutes les questions, afin de garantir que celles qui sont inappropriées ne figurent pas lors d’une future session ».

Selon le même communiqué, « les caricatures politiques continues dans les examens Régents sont parfois très pointues, elles ont pour objectif de provoquer la pensée, mais elles ne représentent jamais le point de vue du Bureau chargé de l’examen ou du département de l’Education sur une question donnée ».

Le dessin utilisé lors de l’examen qui s’est déroulé le 24 janvier montrait trois soldats israéliens – identifiés par une étoile de David sur le dos de l’un deux – se blottissant derrière une table renversée, des fusils à la main.

L’un des soldats dit : « Je savais que cette [table des] négociations de paix arriverait à point nommé. »

Un élève de seconde avait expliqué qu’un camarade de classe juif avait indiqué à un professeur s’être senti visé.

« La classe entière a trouvé ça offensant, mais les professeurs nous ont dit que c’était une question prise au hasard sur Internet qui avait été intégrée dans l’examen », avait dit l’élève dont l’identité n’a pas été révélée.

« Un ami Juif a alors dit au professeur qu’il s’était senti insulté. Il a dit qu’il avait eu le sentiment qu’on voulait mettre la responsabilité de tout ce qu’il se passe sur le dos de sa religion ».

Le porte-parole du département chargé de l’Education Jonathan Burman a déclaré au journal que la question visait à « mesurer l’aptitude des élèves à analyser un dessin politique, à comprendre le point de vue exprimé par son auteur et à appliquer cette information aux questions qui lui sont posées ».

Cette caricature politique dépeignant trois Israéliens armés utilisant une table renversée comme bouclier est apparue lors de l'examen Régents de New-York.
Cette caricature politique dépeignant trois Israéliens armés utilisant une table renversée comme bouclier est apparue lors de l’examen Régents de New-York.

Il a ajouté que la question n’avait pas pour objectif d’exprimer le point de vue du département chargé de l’Education.

Dov Hikind, Juif orthodoxe et député, a salué les excuses présentées par le département.

« Après une semaine et demi, le Département de l’Education de l’état de New York a enfin présenté ses excuses pour cette illustration haineuse. Mieux vaut tard que jamais », a-t-il dit.

« Comment un dessin comme celui-là a-t-il pu être approuvé ? Cela dépasse mon entendement. J’espère que les enseignants feront plus attention à l’avenir et qu’ils feront preuve de bon sens lors de la sélection de dessins appropriés”, a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...