L’Etat paiera 2,2 M shekels pour une erreur judiciaire sur une fusillade à Tel Aviv
Rechercher

L’Etat paiera 2,2 M shekels pour une erreur judiciaire sur une fusillade à Tel Aviv

Hagai Felician a passé huit mois en prison avant que les accusations contre lui ne soient abandonnées

Hagai Felician, l'homme qui avait été suspecté d'être l'auteur de la fusillade en 2009 au bar Noar, à Tel Aviv. (Crédit : Flash90)
Hagai Felician, l'homme qui avait été suspecté d'être l'auteur de la fusillade en 2009 au bar Noar, à Tel Aviv. (Crédit : Flash90)

L’Etat d’Israël paiera 2,2 millions de shekels (environ 524 000 euros) pour dédommager la famille d’un homme qui a passé huit mois en prison. Il avait été soupçonné d’avoir mené une fusillade mortelle en 2009 dans un club gay de Tel Aviv.

Les accusations contre Hagai Felician ont été récemment abandonnées, et il a été libéré.

Felician avait été inculpé en juillet 2013 pour meurtre et tentative de meurtre pour ce que l’accusation avait appelé un crime de haine. Deux personnes avaient été tuées et onze blessées dans l’attaque au bar Noar de Tel Aviv.

Felician avait commencé par avouer avoir mené l’attaque à un officier en civil placé dans sa cellule, après avoir été impliqué par un témoin de l’état. Selon l’inculpation, Felician avait également déclaré avoir mené la fusillade « à cause de l’injonction biblique d’attaquer les homosexuels. »

Hommage aux victimes du bar Noar après une fusillade qui avait fait deux morts et 11 blessés dans ce bar gay de Tel Aviv, le 1er août 2009. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
Hommage aux victimes du bar Noar après une fusillade qui avait fait deux morts et 11 blessés dans ce bar gay de Tel Aviv, le 1er août 2009. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

La police avait ensuite eu des doutes sur le témoignage du témoin de l’état contre Felician. Les accusations contre Felician avaient par conséquent été totalement abandonnées. Il ne sera pas jugé une deuxième fois, même si de nouvelles preuves le liant à l’affaire apparaissent.

L’accusation a à la place décidé d’inculper le témoin de l’état qui avait témoigné contre Felician pour obstruction à la justice et faux témoignage.

Moti, le frère de Felician, a déclaré qu’il pensait que le témoin était celui qui avait envoyé le meurtrier au club.

« Il sait exactement qui est l’assassin, a déclaré Moti Felician. Il a attrapé une victime innocente, et la preuve de ça, c’est qu’au final ils ne l’ont pas cru. »

L’enquête sur l’attaque a été la plus coûteuse de l’histoire de la police israélienne. Les autorités avaient interrogé plus de 1 000 personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...