Israël en guerre - Jour 144

Rechercher

Libération d’un homme condamné en 2010 pour des projets d’attentats anti-juifs

Colleen McMahon condamne l'excès de zèle du FBI en libérant James Cromitie, considéré comme le meneur des "quatre de Newburgh" qui avaient projeté de faire exploser des sites juifs de New York

James Cromitie, au centre, escorté par des officiers de police hors d'un bâtiment fédéral après avoir été arrêté pour des accusations liées à un projet d'attentat à la bombe dans le Bronx, le 21 mai 2009, à New York. (Crédit : Robert Mecea/AP)
James Cromitie, au centre, escorté par des officiers de police hors d'un bâtiment fédéral après avoir été arrêté pour des accusations liées à un projet d'attentat à la bombe dans le Bronx, le 21 mai 2009, à New York. (Crédit : Robert Mecea/AP)

WASHINGTON, Reuters – Un homme condamné en 2010 pour avoir projeté de faire exploser des synagogues de New York et un centre communautaire juif, et d’abattre des avions militaires, a reçu l’ordre d’être libéré de prison par une juge qui a déclaré que l’accusé faisait partie d’un groupe manipulé par le FBI.

Quatre hommes, connus sous le nom des « quatre de Newburgh », auraient été embarqués dans un complot en 2009 visant à attaquer les synagogues et un centre communautaire, et à lancer des missiles Stinger sur des avions militaires, sous l’impulsion de ce que la juge décrit comme des agents du FBI trop zélés et d’un informateur confidentiel « peu recommandable ».

La juge Colleen McMahon avait déjà ordonné la libération des trois autres hommes du groupe – Onta Williams, David Williams et Laguerra Payen – en juillet dernier.

Le quatrième homme, James Cromitie, décrit comme le meneur par le gouvernement, a été libéré par la magistrate vendredi.

McMahon a qualifié l’affaire de « notoire » et a décrit les hommes comme des petits délinquants « malchanceux » qui ont été « facilement manipulés » par le gouvernement dans le cadre d’une opération d’infiltration.

L’avocat de Cromitie, cité par le New York Times, a déclaré que l’ordonnance de la juge constituait « au moins une sorte de justification pour ce que nous pensons être une tragique erreur judiciaire ».

Les quatre hommes ont été reconnus coupables d’accusations de terrorisme en 2010 et condamnés à 25 ans de prison. L’ordonnance rendue vendredi par McMahon demandait que la peine de Cromitie soit réduite à une période de détention majorée de 90 jours. Cette décision n’annule pas la condamnation.

La juge McMahon a estimé que Cromitie était un « arnaqueur » à temps partiel, fauché et sans emploi lorsqu’il a été enrôlé dans le complot fomenté par le FBI et qu’il a fourni de fausses bombes à poser en échange de 250 000 dollars dans le cadre de la « mission djihadiste ». Cromitie a enrôlé les trois autres hommes pour servir de guetteurs, selon la juge.

« Les trois hommes ont été recrutés pour que Cromitie puisse conspirer avec quelqu’un », a affirmé McMahon. « Le véritable conspirateur principal était les États-Unis (…). Le FBI a inventé le complot, identifié les cibles et fabriqué les munitions. »

Cromitie a été recruté par un informateur de longue date du FBI, Shahed Hussain, que la magistrate a qualifié de « méchant ». McMahon a écrit que le rôle de Hussain était d’infiltrer les mosquées et de repérer les personnes susceptibles d’être des extrémistes.

Hussain a offert « des récompenses célestes et terrestres, et notamment jusqu’à 250 000 dollars » à Cromitie « s’il planifiait et participait, et trouvait d’autres personnes pour participer, à une ‘mission’ djihadiste », selon la juge.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.