Liberman fait allusion à une amnistie en faveur d’Elor Azaria
Rechercher

Liberman fait allusion à une amnistie en faveur d’Elor Azaria

Sur Facebook le ministère de la Défense a salué la justice britannique " indulgente avec les soldats qui combattent les terroristes, même s’ils ont commis une erreur"

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, après le verdict de culpabilité rendu par le tribunal militaire de Tel Aviv contre Elor Azaria, le 4 janvier 2017. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman, après le verdict de culpabilité rendu par le tribunal militaire de Tel Aviv contre Elor Azaria, le 4 janvier 2017. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Le ministre de la Défense Avidgor Liberman a laissé passé un indice indiquant qu’il est en faveur d’une amnistie pour Elor Azaria, inculpé d’homicide en janvier. Ce dernier avait tiré sur un assaillant palestinien à Hébron en Cisjordanie.

Il a partagé un article sur Facebook au sujet d’une décision d’un tribunal britannique, qui a décidé d’écourter la peine d’un membre de la marine royale, inculpé d’avoir tué un combattant taliban blessé en Afghanistan.

Liberman a écrit : « en Grande-Bretagne, ils comprennent qu’il faut être indulgent avec les soldats qui combattent les terroristes, même s’ils ont commis une erreur ».

Alexander Blackman avait été accusé d’homicide et condamné à un minimum de 10 ans de prison par un tribunal militaire en 2013, pour son geste de septembre 2011, dans la province d’Helmand, en Afghanistan. La décision rendue mardi signifie qu’il sera libéré dans les semaines à venir.

Un enregistrement filmé par la caméra fixée sur le casque d’un autre marine montre Blackman en train de tirer à bout portant sur la poitrine du taliban, en disant : « bien sûr, ça reste entre nous, les gars. Je viens de violer la Convention de Genève ».

L’article partagé par Liberman décrivait Blackman comme « l’Elor Azaria britannique ». Azaria avait également été filmé pendant qu’il tirait sur Abdel Fattah al-Sharif.

Liberman, qui a déjà appelé à l’amnistie pour Azaria avant qu’il n’endosse le costume de ministre de la Défense l’an dernier, s’est abstenu de demander l’amnistie pour Azaria lorsque ce dernier a été condamné à 18 mois de prison. Cependant, dans une publication Facebook, il a insisté sur les circonstances de l’affaires, et semblait indiquer qu’une grâce serait souhaitable.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...