Liberman : « laissez l’économie fonctionner »
Rechercher

Liberman : « laissez l’économie fonctionner »

Le ministre des Finances, opposé à de nouvelles restrictions, a aussi rejeté les appels des propriétaires d'entreprises à des compensations

Le ministre des Finances Avigdor Liberman pendant une réunion de faction de sa formation Yisrael Beytenu à la Knesset, le 26 juillet 2021. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Avigdor Liberman pendant une réunion de faction de sa formation Yisrael Beytenu à la Knesset, le 26 juillet 2021. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances Avigdor Liberman s’est prononcé mercredi contre l’imposition de nouvelles restrictions liées au coronavirus, affirmant que les mesures actuellement en vigueur semblaient fonctionner.

« Quand on regarde la situation de la morbidité, on constate une stabilisation des chiffres et il y a des raisons d’être optimiste », a déclaré Liberman lors d’un briefing aux journalistes.

« Nous devons arrêter de parler de nouvelles restrictions et laisser l’économie fonctionner ».

Le 12 août, le cabinet avait approuvé plusieurs nouvelles restrictions liées au coronavirus, notamment de nouvelles limites aux rassemblements, des restrictions liées au laissez-passer vert pour la plupart des institutions et des entreprises, et des exigences renouvelées liées au badge violet pour tous les magasins, limitant le nombre de clients à l’intérieur.

Malgré sa campagne de vaccination, Israël a vu les nouveaux cas de coronavirus augmenter ces dernières semaines.

Liberman a déclaré mercredi que le gouvernement devait attendre de voir l’impact complet des nouvelles mesures avant de décider d’en ajouter.

« Nous avons [les nouvelles règles] depuis moins de dix jours. Il faut laisser les choses se faire pour comprendre si les limitations fonctionnent ou non. Imposer de nouvelles restrictions n’est tout simplement pas correct », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne voyait pas la nécessité d’étendre le système du laissez-passer vert aux terrasses des restaurants et aux piscines.

Le chef du Trésor a également rejeté les appels des propriétaires d’entreprises à des compensations.

« Nous avons alloué des centaines de millions pour les tests. Allez à Superland et dans les restaurants – tout est plein », a-t-il déclaré, en faisant référence à un parc d’attractions à Rishon Lezion.

Le 13 août dernier, la Banque centrale d’Israël avait déclaré que les risques pour les banques et les compagnies d’assurance israéliennes étaient revenus à des niveaux proches d’avant la crise, bien que de nombreuses petites entreprises soient toujours en difficulté en raison des effets de la pandémie.

Plus tôt ce mois-ci, Liberman s’est prononcé contre l’imposition d’un confinement à l’échelle nationale, déclarant aux journalistes qu’il « n’est pas certain qu’il y ait une corrélation entre les confinements et la diminution du nombre de cas et de patients gravement malades, mais il est clair qu’il y a une corrélation entre les confinements et les dommages économiques. »

Il a poursuivi en comparant la pandémie de COVID-19 à la grippe, affirmant que tout comme les Israéliens « savent comment vivre avec la grippe, il devra en être de même avec le coronavirus. »

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...