Liberman : Le nord d’Israël n’est pas préparé à la guerre, il faut des budgets
Rechercher

Liberman : Le nord d’Israël n’est pas préparé à la guerre, il faut des budgets

Le ministre de la Défense dit qu'Israël ne permettra pas à l'Iran d'acquérir une bombe nucléaire ou de s'installer en Syrie, appelle au calme alors que les tensions à Gaza montent

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'adresse à la presse dans un champ à l'extérieur de la bande de Gaza le 20 février 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israël)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'adresse à la presse dans un champ à l'extérieur de la bande de Gaza le 20 février 2018. (Judah Ari Gross/Times of Israël)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a averti dimanche que le nord d’Israël n’est pas préparé à la guerre et a appelé à une augmentation importante du budget par le cabinet de sécurité afin de remédier au problème.

« La situation la meilleure est celle du sud, dans la zone autour de la bande de Gaza ; la pire situation est celle du nord », a déclaré le ministre de la Défense lors d’une conférence organisée par le journal Yedioth Ahronoth.

Lors de son intervention à la tribune, le ministre de la Défense a déclaré qu’Israël ne permettrait pas à l’Iran d’acquérir une arme nucléaire et ne laisserait pas la République islamique s’implanter en Syrie.

« Nous ne nous contentons pas de le dire, nous pensons ce que nous disons », a-t-il dit.

Liberman a également été interrogé au sujet d’une manifestation de masse prévue le long de la barrière de sécurité entourant la bande de Gaza, au milieu des tensions actuelles avec les organisations terroristes dans l’enclave côtière.

« Tout d’abord, ne vous inquiétez pas. Nous devons faire face aux situations avec calme et détermination. Nous sommes prêts pour tous les scénarios, nous augmentons notre niveau de vigilance et nous ferons face à tous les événements qui se produiront », a-t-il déclaré.

Un Nord non protégé

Le nord d’Israël serait probablement le plus durement touché si la guerre éclatait avec le groupe terroriste du Hezbollah, basé au Liban et soutenu par l’Iran, qui détiendrait un arsenal de 100 000 à 150 000 missiles, roquettes et obus de mortier.

Selon les estimations israéliennes, plus de 1 000 de ces projectiles pourraient être tirés sur Israël chaque jour dans un éventuel conflit avec le Hezbollah.

M. Liberman, qui occupe son poste depuis près de deux ans, a déclaré que depuis 2006, le gouvernement a investi quelque 1,7 milliard de shekels dans des installations de protection dans la zone entourant la bande de Gaza, où vivent moins de 50 000 personnes, soit environ 37 000 shekels par habitant.

Toutefois, dans le nord d’Israël, où vivent près de 250 000 personnes, le gouvernement a investi 236 millions de shekels pour les abris anti-aériens au cours de la même période, soit environ 970 shekels par habitant.

Plus tôt cette année, Liberman a conclu un accord avec le ministre des Finances Moshe Kahlon pour une augmentation du budget de 150 millions de shekels (43 millions de dollars) pour l’installation et la modernisation d’abris anti-aériens dans le nord d’Israël.

Children in Kiryat Malachi run toward a bomb shelter Friday. A residential building in the southern city was hit by a rocket Thursday, killing three. (photo credit: IDF Spokesperson)
Des enfants de Kiryat Malachi courent vers un abri anti-bombes. Un bâtiment résidentiel du sud de la ville a été touché par une roquette en 2012 tuant trois personnes. (Crédit : porte-parole de l’armée israélienne)

Le ministre de la Défense a déclaré que le gouvernement devrait porter ce montant à un milliard de shekels par an (286 millions de dollars) afin de mettre les installations de protection du nord d’Israël en conformité avec les normes.

« C’est le minimum nécessaire pour amener le Nord au niveau du Sud », a-t-il dit.

En janvier, le colonel Golan Wach, du commandement du front intérieur de Tsahal, a déclaré à la Knesset que dans les zones les plus proches des frontières nord du Liban et de la Syrie – entre zéro et 9 kilomètres – environ 24 % des Juifs et plus de 40 % des résidents arabes n’ont pas d’abris adéquats contre les bombes.

Dans l’ensemble du pays, environ 27 % des citoyens n’ont pas accès à des installations de protection adéquates, qu’elles soient privées ou publiques, a indiqué M. Wach.

En général, la situation est pire dans les villes arabes que dans les villes juives. Suite à un certain nombre de procès, l’armée israélienne a commencé à travailler à l’amélioration de ces conditions dans les communautés arabes.

La responsabilité de veiller à ce que les citoyens israéliens aient accès à des abris adéquats contre les bombes incombe à un certain nombre de ministères, au premier rang desquels le ministère de la Défense.

Depuis plusieurs mois, Liberman demande à Kahlon d’augmenter le budget du ministère de la Défense, invoquant des développements inattendus en matière de sécurité dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...