Liberman ordonne aux soldats d’arrêter d’aider les enfants de migrants
Rechercher

Liberman ordonne aux soldats d’arrêter d’aider les enfants de migrants

Le ministre de la Défense aurait dit au chef d’Etat-major que les soldats devraient être bénévoles auprès de ‘survivants de l’Holocauste ou de nécessiteux’ à la place

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman avant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 13 juin 2016. (Crédit : Marc Israel Sellem)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman avant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 13 juin 2016. (Crédit : Marc Israel Sellem)

La décision controversée de mettre fin à un programme de bénévolat pour les soldats israéliens avec des enfants de migrants dans le sud de Tel Aviv est venue directement du ministre de la Défense Avigdor Liberman, a annoncé dimanche Yedioth Ahronoth.

Liberman aurait personnellement appelé le chef d’Etat-major de l’armée israélienne Gadi Eizenkot la semaine dernière, et lui aurait ordonné de mettre fin immédiatement à ce programme. « Si les soldats ont du temps libre, ils devraient aider les survivants de l’Holocauste ou les nécessiteux, aurait-il déclaré à Eizenkot. La charité commence à la maison. »

La décision a été prise après un reportage de la Dixième chaîne diffusé la semaine dernière et montrant que des soldats du Renseignement militaire étaient bénévoles pour l’association Elifelet, qui aide les enfants de migrants dans le sud de Tel Aviv.

Le reportage a rapporté les plaintes de certains habitants juifs du sud de la ville, qui se plaignent depuis longtemps de l’afflux d’étrangers pauvres, majoritairement Africains, dans leur quartier. Les habitants ont exprimé leur colère devant les actions des soldats, les accusant de travailler effectivement pour une association de « gauche radicale » et de soutenir l’immigration illégale.

Migrants africains dans le quartier de la gare routière centrale de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Zuzana Janku/Flash90)
Migrants africains dans le quartier de la gare routière centrale de Tel Aviv. Illustration. (Crédit : Zuzana Janku/Flash90)

Elifelet est une association à but non lucratif qui dit aider des centaines d’enfants de familles migrantes qui souffrent de « différents niveaux de faim et de détresse physique en raison de la pauvreté ». Elle a pour objectif de fournir des soins et de la nourriture à ces enfants. Elle affirme également protéger les enfants migrants de la « persécution raciale ».

Le président Reuven Rivlin avait quant à lui exprimé son soutien au programme de bénévolat après le reportage de la semaine dernière, déclarant pendant une cérémonie de prestation de serment de nouveaux juges que « ce n’est pas un pêché […] pour les soldats israéliens de tendre le main à ceux qui sont impuissants, comme les enfants de réfugiés dont les parents ont pu contrevenir à la loi israélienne en entrant illégalement, pour différentes raisons. »

Il avait ajouté que « les enfants ne sont pas responsables. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...