Liberman qualifie la rencontre Olmert-Abbas de perte de temps « pathétique »
Rechercher

Liberman qualifie la rencontre Olmert-Abbas de perte de temps « pathétique »

Les Palestiniens n'ont pas bougé "d'un millimètre" depuis Oslo, accuse le ministre de la Défense. Livni, cheffe de l'opposition, affirme rencontrer elle aussi des Palestiniens

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'exprime à l'ouverture de l'exposition de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 20 septembre 2018 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'exprime à l'ouverture de l'exposition de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 20 septembre 2018 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a critiqué dimanche l’ancien Premier ministre Ehud Olmert qui a rencontré le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Paris, évoquant une initiative « pathétique » ainsi qu’une perte de temps.

Olmert a indiqué qu’Abbas était un « partenaire de paix » lors de la rencontre de vendredi, qui a entraîné la colère d’autres politiciens de la droite israélienne.

« La seule personne au sein du peuple palestinien capable de faire la paix et qui a prouvé dans le passé qu’il est totalement décidé à la faire est le docteur Mahmoud Abbas et c’est la raison pour laquelle je nourris un immense respect pour lui », a déclaré Olmert, à la tête du gouvernement israélien de 2006 à 2009, en anglais à la chaîne de télévision officielle de l’Autorité palestinienne, alors qu’il était assis aux côtés d’Abbas.

Liberman a indiqué que la référence d’Olmert aux titres universitaires d’Abbas lui paraissait pleine d’ironie.

« Il est intéressant qu’Olmert ait parlé de lui en tant que ‘Docteur Abbas’ mais qu’il n’ait pas mentionné le sujet de sa thèse de doctorat qui était le négationnisme de la Shoah », a dit Liberman à la radio israélienne. « Cela paraît vraiment pathétique ».

Liberman a ajouté qu’Israël n’était pas plus proche de la paix avec les Palestiniens aujourd’hui que ce n’était le cas lors de la signature des Accords d’Oslo, dans les années 1990, qui ont créé l’Autorité palestinienne.

« Le fait est que, pendant les huit années de l’administration Obama, Mahmoud Abbas n’a pas accepté d’avancer d’un millimètre », a-t-il déclaré. « Ce qui signifie qu’il n’y a aucune chance. Vingt-cinq ans après Oslo, dans le cadre d’une solution à deux états, il n’y a aucune chance d’atteindre une solution quelle qu’elle soit ».

Pour sa part, la cheffe de l’opposition Tzipi Livni a soutenu la décision d’Olmert de s’entretenir avec le leader palestinien.

La députée Tzipi Livni s’exprime lors d’une visite dans l’implantation israélienne de Maale Adumin, en Cisjordanie, le 18 mai 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Je rencontre moi-même des Palestiniens de temps en temps », a-t-elle déclaré au micro de la radio militaire.

« Je ferai tout ce qui est possible pour convaincre [Abbas] de continuer la coopération sécuritaire » avec Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...