Rechercher

Likud : Lapid a violé les règles de campagne en publiant des photos avec des soldats

Le parti d'opposition demande l'arrêt de la campagne suite à la publication de photos pendant l'opération à Gaza ; Yesh Atid assure avoir eu un objectif informatif

Le Premier ministre Yair Lapid, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz, 2ème à gauche, en visite du Commandement du Sud, lors des combats dans la bande de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, le 7 août 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Yair Lapid, à gauche, et le ministre de la Défense Benny Gantz, 2ème à gauche, en visite du Commandement du Sud, lors des combats dans la bande de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique, le 7 août 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le parti du Likud a accusé le Premier ministre Yair Lapid de faire de illégalement campagne en diffusant en ligne des photos de lui avec des soldats, et a demandé à l’organisme national chargé de la surveillance des élections d’intervenir pour mettre fin à cette pratique.

La pétition déposée mardi auprès de la Commission centrale électorale visait également à obtenir une injonction concernant l’utilisation des réseaux sociaux du gouvernement pour la campagne des ministres du parti Yesh Atid de Lapid.

La demande fait écho à des demandes similaires dans le passé contre le leader du Likud Benjamin Netanyahu, auquel le gouvernement avait ordonné de retirer des réseaux sociaux des photos de lui-même en compagnie de soldats à l’approche des élections de la Knesset de 2019.

Dimanche, Lapid a publié des photos de réunions avec des officiers supérieurs de Tsahal dans le sud du pays pendant l’opération Aube, une offensive de trois jours contre le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique dans la bande de Gaza.

Yesh Atid a déclaré en réponse à la plainte que les photos n’étaient pas électorales, mais un moyen de diffuser des informations sur des sujets « importants ».

« Elles ont également un intérêt en matière de dissuasion de l’ennemi et de transmission de message rassurant à la population », a ajouté Yesh Atid.

Les lois israéliennes sur les campagnes électorales interdisent de faire figurer des soldats en uniforme dans les affiches et vidéos de campagne, et il est illégal de faire campagne sur les bases de Tsahal.

En 2019, Benjamin Netanyahu, alors Premier ministre et chef de file du Likud  qui cherche à revenir au pouvoir, avait été sommé, par le procureur général, le conseiller juridique de son ministère et le juge de la Cour suprême qui dirige Commission centrale électorale, de retirer des photos et des vidéos de lui avec des soldats et visitant des bases de Tsahal.

Après l’apparente indifférence de Netanyahu quant au respect de la loi émanant du procureur général, la commission centrale électorale, une instance dirigée par un juge et composée de représentants des principaux partis politiques qui gère les élections et tranche les litiges, avait émis une injonction temporaire interdisant à Netanyahu et à son parti, le Likud, de publier sur les réseaux sociaux des photos du Premier ministre, qui occupait également le poste de ministre de la Défense, aux côtés de soldats de Tsahal.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend un selfie avec un soldat durant un événement pour les soldats seuls à Tel Aviv, le 24 janvier 2019 (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Peu après l’ordre de la commission, presque toutes les photos de Netanyahu avec des soldats de Tsahal en uniforme avaient été retirées des comptes Facebook, Twitter et Instagram du Premier ministre et de son parti.

Netanyahu et Lapid briguent tous les deux le fauteuil de Premier ministre aux élections du 1er novembre, le cinquième scrutin depuis 2019.

Selon les sondages diffusés lundi sur les sur les chaînes de télévision principales d’Israël, un jour après la fin de l’escalade avec Gaza grâce à un cessez-le-feu négocié par l’Égypte, Lapid aurait bien géré cette série de combats aux yeux de la population.

Il n’y a cependant aucun signe de sortie de l’impasse électorale dans laquelle se trouve le pays, aucun des candidats n’étant clairement en mesure de former une majorité, d’après la constellation d’alliances présumées.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...