L’Iran dévoile une « base de missiles stratégiques » dans le golfe Persique
Rechercher

L’Iran dévoile une « base de missiles stratégiques » dans le golfe Persique

Selon le chef des Gardiens de la Révolution, les missiles à longue portée stockés près du détroit d'Ormuz sont d'une précision extrême, et peuvent résister aux défenses ennemies

Sur cette photo publiée le 8 janvier 2021 par Sepahnews, le site web des Gardiens de la Révolution iraniens, les commandants des Gardiens de la Révolution paramilitaires iraniens passent en revue les tout derniers missiles lors d'une visite à une nouvelle base militaire dans un endroit non révélé du Golfe Persique en Iran. (Sepahnews via AP)
Sur cette photo publiée le 8 janvier 2021 par Sepahnews, le site web des Gardiens de la Révolution iraniens, les commandants des Gardiens de la Révolution paramilitaires iraniens passent en revue les tout derniers missiles lors d'une visite à une nouvelle base militaire dans un endroit non révélé du Golfe Persique en Iran. (Sepahnews via AP)

Le Corps des Gardiens de la Révolution islamique d’Iran [IRGC] a dévoilé vendredi l’une de ses « bases de missiles stratégiques » située sur les « rives du Golfe persique », selon le site web Sepahnews du corps.

La télévision d’État iranienne a montré des tunnels souterrains et des dépôts de missiles dans le sud du pays, près du détroit stratégique d’Ormuz.

« Notre logistique pour défendre l’intégrité territoriale, l’indépendance du pays et les réalisations de la révolution islamique se renforce », a déclaré le commandant en chef du IRGC, le général Hossein Salami, selon Mehr News. « Ce que vous voyez aujourd’hui est l’une des nombreuses implantations de missiles stratégiques navals de l’IRGC ».

Selon le reportage, Salami a également déclaré que « les missiles à longue portée ont une précision extrême avec une grande puissance de destruction et ils sont capables de résister aux équipements de guerre électronique des ennemis ».

L’IRGC est considéré comme une organisation terroriste par les États-Unis.

Le chef du Corps des Gardiens de la Révolution iranienne (IRGC), Hossein Salami, assiste à une cérémonie à l’occasion du premier anniversaire de la mort de l’ancien commandant de la Force Al-Qods, Qasem Soleimani, à Téhéran, le 1er janvier 2021 (STR / AFP)

Toujours vendredi, le Guide suprême de l’Iran, l’Ayatollah Ali Khamenei, a réitéré la position de l’Iran selon laquelle le programme de missiles a été développé pour « défendre » le pays contre toute menace extérieure.

Les commentaires et la révélation semblent faire partie d’une série de mesures cette semaine visant à accroître l’influence de l’Iran avant que Joe Biden ne devienne président des États-Unis le 20 janvier.

Biden a promis de revenir dans l’accord nucléaire si l’Iran le respectait à nouveau. Il a également exprimé le désir de négocier un accord de suivi « plus long et plus solide » qui prolongerait les dispositions limitées dans le temps du JCPOA, tout en s’attaquant au programme balistique de l’Iran et en limitant l’influence des mandataires régionaux de Téhéran. L’Iran a rejeté toute négociation de ce type.

L’Iran a repris l’enrichissement de l’uranium à 20 % cette semaine, bien au-delà du seuil fixé dans son accord nucléaire historique de 2015 avec les puissances mondiales.

Sur cette photo publiée le 8 janvier 2021 par Sepahnews, le site web des Gardiens de la Révolution iraniens, des missiles sont exposés lors de l’inauguration d’une nouvelle base militaire dans un endroit non divulgué du Golfe Persique en Iran. (Sepahnews via AP)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...