L’Israélien Netafim obtient un contrat de 85 M $ pour l’irrigation en Inde
Rechercher

L’Israélien Netafim obtient un contrat de 85 M $ pour l’irrigation en Inde

Le pionnier du goutte-à-goutte a mis en place des "communautés d'irrigation" en Inde, qui créent une économie d'échelle en reliant les agriculteurs à des infrastructures partagées

Une serre en filet à Los Pinos, au Mexique, le plus grand projet de tomates en serre du pays, développé avec la technologie israélienne d'irrigation par goutte à goutte et de serre Netafim. (Autorisation : Netafim)
Une serre en filet à Los Pinos, au Mexique, le plus grand projet de tomates en serre du pays, développé avec la technologie israélienne d'irrigation par goutte à goutte et de serre Netafim. (Autorisation : Netafim)

Netafim, le pionnier des systèmes d’irrigation par goutte-à-goutte basé en Israël, a confirmé avoir décroché un « méga-contrat » de 85 millions de dollars pour fournir des systèmes élaborés à 35 000 agriculteurs en Inde.

L’accord fait partie des projets d’irrigation communautaire que la société basée au kibboutz a entrepris dans le deuxième pays le plus peuplé du monde.

Le nouveau contrat comprend trois grands projets qui impliquent la construction de systèmes d’irrigation pour 66 villages et 35 000 agriculteurs sur une superficie de 50 000 hectares (123 500 acres) dans l’état du Karnataka, en Inde. Les projets seront déployés sur une période de deux ans et prévoient un soutien technique et agronomique pendant cinq années supplémentaires, a déclaré Netafim dans un communiqué.

Ces nouveaux projets sont une extension du projet d’irrigation communautaire Ramthal dans l’État du Karnataka, que Netafim a achevé en 2017, et de quatre autres projets actuellement en cours dans le Karnataka et l’Andhra Pradesh, dont Netafim a obtenu les contrats en 2018.

Illustration : un vendeur de légumes non identifié sur un marché de la ville de Pushkar, au Rajasthan, en Inde, le 20 novembre 2015 (Autorisation : Prabhjits, iStock by Getty Images / File)

Les méthodes d’irrigation communautaires fournissent une solution unique aux petits fermiers. En créant ces communautés, cela devient économique viable de mener des projets d’infrastructures à grande échelle. En effet, cela relie un certain nombre de fermiers et cela leur donner accès l’infrastructure et aux technologies nécessaires, alors même que chaque fermier bénéficie du système correspondant le mieux à ses besoins. Sans cette collaboration, le fermier individuel n’aurait pas la connaissance ou les ressources financières pour créer son propre système d’irrigation efficace, a déclaré Netafim dans un communiqué lundi.

Pour les projets communautaires, Netafim travaille étroitement à la fois avec le gouvernement de l’Etat de Karnataka et les fermiers locaux, mais aussi avec l’entreprise indienne spécialisée dans l’infrastructure, Megha Engineering & Infrastructures Ltd. (MEIL).

Dans le cadre du projet de 80 millions de dollars, Netafim va également former les fermiers à faire fonctionner les systèmes avancés pour cultiver une grande variété de récoltes, notamment les oignons, les piments, le maïs, l’arachide, les haricots et les tournesols.

L’aide et l’encadrement apportés par Netafim pendant plusieurs années vont garantir le succès du projet, a précisé le communiqué. L’entreprise va s’assurer qu’à la fin du projet, les fermiers seront capables de faire fonctionner les systèmes, ce qui va rentabiliser l’investissement.

« La dimension unique de ces projets se trouve dans leur modèle communautaire. Avec l’implication du gouvernement local, cela permet à un grand nombre de fermiers et de villageois d’améliorer leur mode de vie, a déclaré le président de PDG de Netafim, Gaby Miodownik dans le communiqué. Dans le cadre de sa stratégie pour surmonter la crise économique, le gouvernement de l’Inde, qui comprend l’importance de la production de nourriture locale, investit des sommes d’argent considérables dans des projets agricoles ».

Les nouveaux projets vont également voir l’installation des systèmes de Netafim pour l’agriculture numérique. Cela permettra un contrôle en temps réel des systèmes d’irrigation à l’aide de technologie de cloud avec un accès possible depuis n’importe quel appareil mobile.

Netafim a l’intention d’élargir le modèle de projet d’irrigation communautaire à d’autres pays qui disposent aussi d’un grand nombre de petits fermiers, a déclaré Miodownik.

L’étendue des projets d’irrigation communautaire remportés jusqu’à présent par Netafim concerne 202 villages en Inde et plus de 97 000 fermiers sur plus de
100 000 hectares de terrain. La transition vers l’irrigation de précision devrait doubler le rendement de zones concernées par le projet, améliorer la qualité de la production et économiser environ 40 % d’eau et de consommation de fertilisants, notait le communiqué.

Le président et PDG de Netafim, Gaby Miodownik (Dror Sithakol)

Fondée en 1965, Netafim est un pionnier dans la révolution de l’irrigation au goutte-à-goutte, après avoir accompagné le changement vers l’irrigation de précision. Aujourd’hui, l’entreprise se spécialise dans des solutions d’un bout à l’autre, de la source d’eau jusqu’à la racine de la plante, et offre une variété projets d’irrigation et de serre. C’est l’une des plus grandes entreprises d’irrigation au monde.

L’entreprise dispose de 33 filiales et 17 usines de production dans le monde, qui proposent des solutions d’irrigation et de fertilisation « sur-mesure » à des millions de fermiers en allant des petits exploitants aux producteurs à grande échelle, dans plus de 110 pays.

Netafim a aussi développé des solutions d’agriculture digitale, à travers l’intégration en un seul système d’un suivi en temps réel, d’analyses et de contrôles automatisés.

En 2017, Orbia, auparavant appelé Mexichem, avait acquis 80 % de Netafim d’Israël, alors que le kibboutz Hatzerim détient 20 % des actions restantes.

Orbia est un producteur des produits et de solutions spécialisés dans de nombreux secteurs de l’industrie et du commerce, de l’agriculture, de l’infrastructure, des télécommunications ou encore de la santé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...