L’Israélien revenu d’Italie atteint du Covid-19 s’excuse « pour tout préjudice »
Rechercher

L’Israélien revenu d’Italie atteint du Covid-19 s’excuse « pour tout préjudice »

Roni Bargill, résident de Migdal Ha'emek, dit qu'il était déjà dans le pays et qu'on lui a dit de faire comme d'habitude lorsque le ministère de la Santé a appelé au confinement

Des passagers portant des masques de protection traversent le hall d'arrivée de l'aéroport Ben Gurion le 22 février 2020. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des passagers portant des masques de protection traversent le hall d'arrivée de l'aéroport Ben Gurion le 22 février 2020. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Un Israélien qui a été testé positif au nouveau coronavirus à son retour de Naples, en Italie – ce qui a fait de lui le septième cas confirmé du pays – a présenté ses excuses samedi et expliqué qu’il était déjà de retour en Israël lorsque le ministère de la Santé a ordonné à tous ceux qui s’étaient rendus en Italie de se mettre en quarantaine.

L’homme, Roni Bargill, a accepté de faire connaître son identité et de publier une explication personnelle des événements dans une publication sur Facebook (en hébreu). Cet habitant de la ville de Migdal Ha’emek, dans le nord du pays, avait vaqué à ses occupations quotidiennes et était entré en contact avec un nombre incalculable de personnes au cours des six jours qui se sont écoulés entre son retour en Israël samedi dernier et sa mise en quarantaine au centre médical de Sheba à Tel Hashomer vendredi.

L’épidémie en Italie touchait 888 personnes samedi, avec 18 décès à ce jour. On pense que la propagation a commencé dans le nord du pays à Milan, mais elle s’est apparemment étendue jusqu’à Naples dans le sud.

Roni Bargill a écrit qu’à son arrivée en Israël samedi dernier, après un voyage en famille à Naples, il avait reçu des instructions claires « des autorités compétentes pour que nous reprenions une vie normale, et c’est ce que nous avons fait ».

Les ordres du ministère de la Santé imposant le confinement à la maison pendant 14 jours à toute personne rentrée d’Italie n’ont été donnés que jeudi, a souligné Roni Bargill, et un test vendredi matin à l’hôpital « a révélé que j’étais porteur du virus, malheureusement ».

Un Israélien rentré d’Italie et testé positif au coronavirus arrive à l’hôpital Tel HaShomer, transformé pour recevoir les patients atteints de coronavirus, le 27 février 2020. (Crédit : Flash90)

« Je suis entré en contact avec des gens sans que ce soit de ma faute et sans le vouloir, tout comme ma femme et mon fils. Nous ne savions pas avant jeudi que cela aurait des conséquences pour d’autres personnes. Nous nous excusons d’avance pour tout préjudice causé à qui que ce soit. Cela a été fait sans le vouloir », a-t-il écrit.

Il a indiqué qu’il était actuellement en isolement au centre médical de Sheba et qu’il se sentait bien physiquement, mais qu’il se trouvait dans une « situation très difficile » moralement. « J’espère que tout se passera bien pour moi et ma famille… c’est une histoire qui nous dépasse tous, et il est important de mesurer les choses dans les bonnes proportions. Je vous aime », a-t-il signé.

Samedi, le ministère de la Santé a envoyé une liste actualisée des lieux que le voyageur a visités depuis le vol easyJet U24849 du 22 février en provenance de Naples et vendredi. Mardi, il a fait des courses dans une épicerie de Migdal Ha’Emek entre 9 et 10 heures, puis au supermarché Shufersal, dans la zone industrielle de la ville, entre 17 et 18 heures. Plus tard dans la journée, il s’est rendu dans un gymnase entre 18 et 20 heures.

Le jeudi, il s’est rendu à Bank Discount en ville entre 8h30 et 9h30 et a visité le restaurant Ha’achuza à Afula entre 14 et 15h30.

« Quiconque se trouvait sur le vol susmentionné ainsi qu’à l’heure et aux endroits notés pendant 15 minutes ou plus doit immédiatement entrer en quarantaine à domicile pendant 14 jours », a appelé le ministère dans un communiqué.

Un deuxième Israélien, sans nom, est rentré dans le pays le 22 février à 3 heures du matin sur le vol AZ810 d’Alitalia en provenance de l’aéroport Fiumicino de Rome. Il s’est arrêté à 6h30 pendant 30 minutes à la chaîne de cafés Aroma à la station-service House of Pancakes sur la route 2.

Plus tard dans la journée, il s’est arrêté dans un magasin d’articles électroniques dans le village de Sheikh Danun, au nord, et dans un magasin d’articles de sport à Kyriat Ata entre 11 heures et 13 heures.

Il s’est également rendu au restaurant Parlement Hummus dans une station-service Paz de la ville côtière de Nahariya, au nord, entre 11h30 et midi le dimanche.

Le ministère a également demandé à toute personne qui se trouvait à bord du vol avec lui ou dans ces endroits pendant ces heures de se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Ces deux personnes font partie des quatre Israéliens testés positifs au virus entre jeudi et vendredi soir, ce qui fait plus que doubler le nombre de cas dans le pays.

Un autre passager israélien d’un bateau de croisière touché par le coronavirus a été diagnostiqué comme étant porteur de l’agent pathogène vendredi, quelques heures après avoir atterri dans le pays sur un vol commercial après avoir été autorisé à quitter l’hôpital au Japon.

La raison pour laquelle ce touriste a été libéré de l’hôpital alors qu’il était encore porteur du virus reste indéterminée. Selon les médias, il a été déclaré en bonne santé par les autorités japonaises.

Un véhicule de l’ambassade attend que les passagers israéliens quittent le navire de croisière Diamond Princess où ils ont passé deux semaines en quarantaine en raison d’une épidémie de coronavirus à bord, le 20 février 2020. (Ambassade d’Israël à Tokyo)

L’homme est retourné en Israël sur deux vols Turkish Airlines via Istanbul. Le ministère de la Santé a ordonné à tous les passagers de cet avion qui a atterri à Tel-Aviv vendredi matin, TK784, de rester confiné pendant 14 jours.

Il était l’un des quatre Israéliens bloqués au Japon après avoir été diagnostiqués du virus. Deux autres ont depuis été autorisés à quitter l’hôpital et sont retournés en Israël tandis qu’un autre reste hospitalisé.

Onze autres Israéliens qui se trouvaient sur le bateau de croisière ont été renvoyés chez eux à bord d’un jet privé après que leurs tests de dépistage du virus se sont révélés négatifs, et ont été placés en quarantaine au centre médical de Sheba. Deux des rapatriés ont depuis été testés positifs au virus.

La femme d’un troisième homme, Meir Cohen, qui est rentré d’Italie il y a quelques jours et qui a été testé positif, a également été diagnostiquée du COVID-19 vendredi. Elle a été hospitalisée au centre médical Sheba à Tel Hashomer où elle serait en bon état.

Ce cas est le premier cas connu de personne à personne de propagation du virus en Israël. Cohen était le premier cas d’un Israélien porteur du coronavirus mortel qui n’avait pas déjà été en quarantaine.

Vendredi soir, Meir Cohen a déclaré à la Douzième chaîne, depuis sa quarantaine au centre médical de Sheba, que « mardi soir, j’ai commencé à ressentir un peu de fièvre, un peu de vertige, des maux de tête. J’ai juste cru que j’avais la grippe ».

L’hôpital l’a approvisionné en vin et en pain challah pour Shabbat. Il a expliqué que les médecins communiquaient avec lui par l’intermédiaire de robots et d’appels vidéo sur une tablette.

« Ici, tout est comme dans ‘Retour vers le futur' », a-t-il plaisanté.

La professeure israélienne Galia Rahavm, cheffe su service des maladies infectieuses, montre l’une des chambres où seront accueillis, en quarantaine, les passagers du Diamond Princess au centre médical Chaim Sheba de Tel Hashomer à Ramat Gan, le 19 février 2020 (Crédit : Heidi Levine/Pool via AP).

Le ministère dispose d’une page web où les membres du public peuvent s’inscrire pour signaler qu’ils se sont mis en quarantaine. Il existe également un numéro vert, le *5400, qui peut être utilisé dans le même but.

« Si, au cours de la quarantaine, des symptômes de fièvre, de toux ou de difficultés respiratoires apparaissent », il faut immédiatement appeler les services d’urgence, indique le communiqué.

Après la découverte de la contamination de l’homme, le ministère de l’Intérieur a interdit l’entrée dans le pays à tous les non-Israéliens arrivant d’Italie. Les Israéliens en provenance d’Italie seront autorisés à entrer, mais doivent rester confinés à domicile pendant deux semaines.

À la suite de cette décision, des dizaines de ressortissants étrangers qui avaient atterri sur des vols en provenance d’Italie se sont vus refuser l’entrée dans le pays.

Israël a pris des mesures de grande envergure pour prévenir une épidémie, en interdisant l’entrée aux étrangers qui se trouvaient également en Chine, à Hong Kong, à Macao, en Thaïlande, à Singapour, en Corée du Sud et au Japon dans les 14 jours précédant leur arrivée, et en obligeant tous les Israéliens récemment arrivés dans ces régions à se mettre en quarantaine pendant deux semaines.

Des personnes portant des masques dans le hall d’arrivée de l’aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 28 janvier 2020. (Tomer Neuberg/Flash90)

Dans une déclaration dramatique mercredi, le ministère de la Santé a exhorté les Israéliens à envisager sérieusement de s’abstenir de voyager à l’étranger.

« Si vous n’êtes pas vraiment obligé de prendre l’avion, ne le faites pas », a ainsi demandé le ministère.

Israël est le premier pays à exhorter ses citoyens à s’abstenir de tout voyage international en raison de l’épidémie, qui a débuté en Chine en décembre et a depuis infecté plus de 83 000 personnes dans le monde entier et fait plus de 2 800 victimes, presque toutes en Chine.

Le ministère de la Santé a fait l’objet de critiques pour ses mesures extrêmes, certains affirmant qu’il panique inutilement la population et nuit économiquement et diplomatiquement au pays. Il a expliqué qu’il préférait adopter une ligne stricte plutôt que de s’excuser plus tard.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...