Israël en guerre - Jour 257

Rechercher

Des roquettes visent Jérusalem et le centre d’Israël ; le Hamas responsable de la fin de la trêve, selon les USA

Le kibboutz Nir Oz a déclaré que 4 personnes enlevées par le Hamas étaient mortes * Washington affirme que le Hamas est responsable de la fin de la trêve

  • Scènes de liesses après la libération de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël en échange d'otages civils innocents israéliens, à Ramallah, le 30 novembre 2023. (Crédit 
: Jaafar Ashtiyeh/AFP)
    Scènes de liesses après la libération de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël en échange d'otages civils innocents israéliens, à Ramallah, le 30 novembre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
  • Des soldats israéliens sur une base d'entraînement, à proximité de la bande de Gaza, le 30 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    Des soldats israéliens sur une base d'entraînement, à proximité de la bande de Gaza, le 30 novembre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
  • Des colonnes de feu émanant de la bande de Gaza après des frappes israéliennes, le 1 décembre 2023. (Crédit : John Macdougall/AFP)
    Des colonnes de feu émanant de la bande de Gaza après des frappes israéliennes, le 1 décembre 2023. (Crédit : John Macdougall/AFP)
  • Des otages israéliens retenus captifs par le Hamas arrivant à Ofakim, en Israël dans la nuit du 30 octobre au 1 décembre 2023. (Crédit : Oren Ziv/AFP)
    Des otages israéliens retenus captifs par le Hamas arrivant à Ofakim, en Israël dans la nuit du 30 octobre au 1 décembre 2023. (Crédit : Oren Ziv/AFP)
  • Mia Shem enlaçant sa mère Keren après son retour en Israël après 55 jours de captivité dans les geôles du Hamas, le 30 novembre 2023. (Autorisation)
    Mia Shem enlaçant sa mère Keren après son retour en Israël après 55 jours de captivité dans les geôles du Hamas, le 30 novembre 2023. (Autorisation)
  • Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza sur le sud d'Israël, le 1 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
    Des roquettes tirées depuis la bande de Gaza sur le sud d'Israël, le 1 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
  • Bilal et Aisha Ziadna, frère et sœur, Ilana Gritzewsky, Nili Margalit, Shani Goren et Sapir Cohen venant d’être libérés des griffes du Hamas à Gaza au poste frontière de Rafah, le 30 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran/Télévision égyptienne ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)
    Bilal et Aisha Ziadna, frère et sœur, Ilana Gritzewsky, Nili Margalit, Shani Goren et Sapir Cohen venant d’être libérés des griffes du Hamas à Gaza au poste frontière de Rafah, le 30 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran/Télévision égyptienne ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur)

Mansour Abbas appelle les groupes armés palestiniens à déposer les armes et à travailler avec l’AP

Le chef du parti Raam, le député Mansour Abbas, dirigeant une réunion de faction à la Knesset, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le chef du parti Raam, le député Mansour Abbas, dirigeant une réunion de faction à la Knesset, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le dirigeant du parti Raam, Mansour Abbas, est devenu le premier responsable d’un parti arabe dans l’histoire d’Israël à appeler publiquement les factions armées palestiniennes à se démilitariser et à travailler avec l’Autorité palestinienne afin d’établir un État palestinien par des moyens non violents.

« Pour avancer, les groupes militants palestiniens doivent déposer les armes. Ils doivent travailler main dans la main avec l’Autorité palestinienne afin de réaliser un mouvement national qui aspirera à un État de Palestine dans le cadre d’une solution pacifique aux côtés de l’État d’Israël », a déclaré Abbas à CNN dans une rare interview avec les médias internationaux.

Abbas, dont le parti islamiste Raam a été la première faction indépendante à majorité arabe à rejoindre une coalition israélienne, a débuté son entretien en réitérant sa condamnation des massacres du 7 octobre.

« Toute action entreprise contre des personnes innocentes – contre des femmes, des enfants, des personnes âgées – est inhumaine et va également à l’encontre des valeurs de l’islam. Nous condamnons catégoriquement cela. Cela ne peut pas être discuté ou justifié car cela va à l’encontre de toutes les valeurs humaines et religieuses », a-t-il dit.

« Mais en même temps, nous ne pouvons pas oublier qu’une lutte politique est en cours », a poursuivi Abbas.

« Mais les actions que les groupes armés ont décidé de prendre, utilisant la violence pour parvenir à leurs fins, ont toujours échoué, quand on regarde le passé. La victime de chacune de ces tentatives militantes a été le peuple palestinien, qui en a payé le prix fort. Dans le conflit actuel, si l’on considère le nombre de personnes tuées, on parle de plus de 15 000 Palestiniens qui ont perdu la vie », a-t-il déploré, citant les chiffres du Hamas, qui ne sont pas vérifiables de manière indépendante et qui comprendraient les terroristes tués par Israël et les Palestiniens morts par des tirs de roquettes ratés par des groupes de Gaza.

Les USA confirment les propos d’Israël à propos des femmes encore otages du Hamas

Le rabbin Yaakov Baruch regardant des affiches avec les noms et les photos d’Israéliens pris en otage par le Hamas. (Crédit : Yaakov Baruch via JTA)
Le rabbin Yaakov Baruch regardant des affiches avec les noms et les photos d’Israéliens pris en otage par le Hamas. (Crédit : Yaakov Baruch via JTA)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a donné le sentiment de confirmer les propos d’Israël selon lesquels le Hamas détenait encore en otage des femmes et des enfants qu’il pourrait libérer.

Selon Israël, 17 femmes et enfants israéliens se trouvent toujours à Gaza et l’accord de trêve avec le Hamas imposait au groupe terroriste de les libérer tous avant de passer à d’autres catégories d’otages.

Le Hamas a refusé de présenter cette liste, hier soir, et proposé d’organiser des pourparlers pour la libération d’autres catégories d’otages, a fait savoir un responsable israélien aux médias israéliens, affirmant que Jérusalem avait refusé cette proposition et décidé de reprendre les combats suite à la violation de la trêve par le Hamas, par un tir de roquette sur Israël.

« Il est plausible qu’il y ait encore des femmes et des enfants éligibles à un échange », a déclaré Kirby lors d’un briefing.

« C’est à cause du Hamas que la trêve a pris fin… C’est au Hamas qu’incombe l’obligation de proposer une liste d’otages. »

Le kibboutz Beeri annonce la mort d’Ofra Keidar, une résidente otage à Gaza

Ofra Keidar. (Autorisation)
Ofra Keidar. (Autorisation)

Le kibboutz Beeri a annoncé que sa résidente Ofra Keidar, prise en otage à Gaza le 7 octobre, était décédée en captivité.

Le communiqué n’a pas précisé comment et quand la femme de 70 ans était décédée.

« Son corps est entre les mains du Hamas. Nous exigeons son retour avec les autres otages », a ajouté le communiqué.

Les USA veulent que l’aide entre à Gaza au même niveau que pendant la trêve

Un refuge temporaire pour personnes déplacées alors que de la fumée s'élève suite à une frappe israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un refuge temporaire pour personnes déplacées alors que de la fumée s'élève suite à une frappe israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis exhortaient Israël à autoriser l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza au même niveau que pendant la pause de sept jours qui s’est terminée aujourd’hui.

Pendant la pause, 200 camions d’aide entraient chaque jour à Gaza, en plus de plusieurs camions-citernes de carburant.

Kirby a déclaré que c’était un « bon signe » qu’Israël ait autorisé aujourd’hui l’entrée de dizaines de camions d’aide à la demande des États-Unis.

Cependant, l’aide ne comprend pas le carburant, qui, selon les États-Unis, est essentiel pour maintenir opérationnelles les infrastructures vitales à Gaza.

« Gaza doit rester une terre palestinienne », dit John Kirby, opposé à une réduction de territoire de Gaza

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 12 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 12 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis s’opposaient à toute réduction du territoire de Gaza après qu’un reportage de la chaîne publique Kan a révélé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déclaré hier au secrétaire d’État américain Antony Blinken qu’Israël créerait une zone tampon de sécurité « au plus profond » de Gaza.

« Nous ne soutenons aucune réduction des limites géographiques de Gaza… Gaza doit rester une terre palestinienne et ne peut être réduite », a déclaré Kirby lors d’un point presse.

Tsahal frappe des sites du Hamas à Gaza alors que les tirs de roquettes se poursuivent sur Israël

Des avions de combat de l’armée israélienne menant des frappes aériennes contre des sites du Hamas dans la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Des avions de combat de l’armée israélienne menant des frappes aériennes contre des sites du Hamas dans la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

L’armée israélienne a affirmé que des avions de combat avaient mené des frappes aériennes contre des sites du Hamas dans la bande de Gaza au cours des dernières heures, notamment contre des centres de commandement abritant des agents, des sites souterrains et un site utilisé pour lancer des missiles antichar sur les troupes.

Plusieurs cellules du Hamas repérées par les troupes d’observation de la division de Gaza ont également été frappées, a précisé l’armée israélienne. Des frappes aériennes ont également été menées contre deux unités de tirs de mortiers à Gaza, a ajouté le communiqué.

Le Jihad islamique affirme avoir ciblé Jérusalem alors que les sirènes se déclenchent au sud de la capitale

Des roquettes tirées en direction d'Israël depuis la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des roquettes tirées en direction d'Israël depuis la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Des sirènes ont retenti dans la communauté d’Eliav, dans la région de Lachish, et dans l’implantation de Tekoa, en Cisjordanie.

Le Jihad islamique palestinien affirme dans un communiqué avoir tiré des roquettes sur Jérusalem et d’autres villes d’Israël.

Les habitants de Jérusalem rapportent avoir entendu des bruits de détonation, provenant peut-être des intercepteurs du Dôme de Fer tombant au sol.

Les sirènes continuent de retentir dans le sud d’Israël au milieu des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza.

Hagari : Le Hamas devait libérer les Bibas d’après les termes de l’accord qu’il a violé

Shiri Bibas, au centre, et ses fils Ariel, 4 ans, à gauche, et bébé Kfir, enlevés au kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Shiri Bibas, au centre, et ses fils Ariel, 4 ans, à gauche, et bébé Kfir, enlevés au kibboutz Nir Oz par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a affirmé que le Hamas était censé libérer les membres de la famille Bibas de la bande de Gaza, dans le cadre de l’accord de cessez-le-feu temporaire.

« La famille Bibas est une affaire que nous suivons avec les agences de renseignements et sur le plan opérationnel depuis le début des combats », a répondu Hagari à une question.

« Hier, une vidéo difficile a été diffusée montrant Yarden Bibas. D’un côté, c’est un signe de vie, de l’autre, c’est une manipulation cruelle et terroriste menée par le Hamas », a-t-il poursuivi.

« Nous avons exigé aujourd’hui, comme tous les jours de la trêve, de rendre les femmes et les enfants comme convenu dans l’accord, ce à quoi l’Égypte et le Qatar s’étaient engagés. Le Hamas a décidé d’en violer les termes », a expliqué Hagari.

« Dans les termes, la famille Bibas, la mère et les enfants, étaient censés être rendus à Israël. Le Hamas a décidé de ne pas le faire. »

L’Égypte qui déplore la fin de la trêve, condamne les frappes israéliennes et reste muette sur le Hamas

Des Palestiniens évacuant des blessés lors d'un bombardement israélien, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Des Palestiniens évacuant des blessés lors d'un bombardement israélien, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

Le ministère des Affaires étrangères égyptien a publié une déclaration condamnant l’effondrement de la trêve à Gaza ainsi que la reprise des frappes aériennes israéliennes dans l’enclave côtière.

La déclaration ne mentionne pas le groupe terroriste palestinien du Hamas, qui a violé la trêve.

Hagari : Tsahal n’est pas à l’origine de l’explosion d’un dépôt d’armes des Houthis au Yémen

Une capture d'écran censée montrer une explosion dans un dépôt d'armes à Sanaa, la capitale du Yémen, le 30 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la vidéo X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Une capture d'écran censée montrer une explosion dans un dépôt d'armes à Sanaa, la capitale du Yémen, le 30 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la vidéo X ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a laissé entendre qu’Israël ne serait pas à l’origine d’une explosion au Yémen, dont certains articles de presse ont affirmé qu’il s’agissait d’une frappe sur un dépôt d’armes des rebelles houthis.

« Non seulement Israël est préoccupé avec le Yémen et les Houthis dans la région, mais aussi les États-Unis et d’autres pays arabes. En ce qui concerne les frappes, je ne peux commenter que les choses liées à Tsahal, et je ne commenterai pas ce que Tsahal n’a pas fait », a-t-il dit.

« Il y a d’autres acteurs dans la région », a-t-il ajouté.

Tsahal confirme la mort des otages Eliyahu Margalit, Mia Goren, Ronen Engel et Aryeh Zalmanovich

Eliyahu Margalit enlevé par le Hamas lors de l'assaut du 7 octobre et dont la mort a été confirmée par l’armée israélienne le 1er décembre 2023. (Autorisation)
Eliyahu Margalit enlevé par le Hamas lors de l'assaut du 7 octobre et dont la mort a été confirmée par l’armée israélienne le 1er décembre 2023. (Autorisation)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a confirmé la mort de plusieurs otages qui étaient détenus dans la bande de Gaza.

« Nous continuons à investir de nombreux efforts en matière de renseignements et d’opérations, pour apporter des informations sur les conditions des otages », a déclaré Hagari.

« Ces derniers jours, Tsahal et la police ont informé les familles d’Eliyahu Margalit, de Mia Goren, de Ronen Engel et d’Aryeh Zalmanovich de leur décès », a-t-il précisé.

« Cela intervient après qu’une équipe d’experts du ministère de la Santé, de l’Institut médico-légal [d’Abu Kabir], du Grand Rabbinnat et du ministère des Affaires religieuses a déclaré leur décès sur la base des résultats qui ont été recueillis et des renseignements », a expliqué Hagari.

La trêve finie, seuls des camions d’aide entrent à Gaza, pas de carburant – COGAT

Des personnes marchant à l'intérieur d'un refuge temporaire pour personnes déplacées alors que de la fumée s'élève lors d'une frappe israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des personnes marchant à l'intérieur d'un refuge temporaire pour personnes déplacées alors que de la fumée s'élève lors d'une frappe israélienne à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’entrée de carburant et d’aide humanitaire dans la bande de Gaza dans le cadre d’un accord de cessez-le-feu avec le Hamas a été interrompue après que le groupe terroriste palestinien a violé la trêve ce matin, a indiqué le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) du ministère de la Défense.

En réponse à une question posée par le Times of Israel, le COGAT a confirmé que seules des dizaines de camions transportant de l’aide humanitaire étaient entrés à Gaza aujourd’hui.

L’aide ne comprenait que des médicaments et de la nourriture, mais pas de carburant, a précisé le COGAT.

Pendant le cessez-le-feu temporaire, quelque 200 camions, dont quatre camions-citernes de carburant et quatre camions-citernes de gaz de cuisine, sont entrés à Gaza chaque jour.

« Après que le groupe terroriste du Hamas a violé l’accord et a en outre tiré sur Israël, l’entrée de l’aide humanitaire a été stoppée de la manière stipulée dans l’accord », a déclaré le COGAT.

Le COGAT a souligné que les camions qui sont entrés à Gaza aujourd’hui ne contenaient que de l’eau, de la nourriture et des fournitures médicales. Les camions ont été contrôlés par les autorités israéliennes au point de passage de Nitzana avant d’entrer dans Gaza par le point de passage égyptien de Rafah.

La Libye libère quatre membres du Hamas

Des membres du Hamas libérés par la Libye en route vers la Turquie et le Qatar, le 1er décembre 2023. (Autorisation)
Des membres du Hamas libérés par la Libye en route vers la Turquie et le Qatar, le 1er décembre 2023. (Autorisation)

La Libye a libéré quatre membres du Hamas dans un geste apparent de solidarité avec le groupe terroriste palestinien au milieu de la guerre à Gaza.

Les quatre hommes – Marwan al-Ashqar et son fils Baraa, Mouayad Abed et Nasib Choubeir – avaient été arrêtés à Tripoli en octobre 2016, à la demande des États-Unis. Leur arrestation avait été rendue publique quelques mois plus tard par le parquet libyen.

Ils avaient été condamnés en février 2019 par un tribunal de Tripoli à des peines allant de 17 à 22 ans de prison, selon les médias libyens, notamment pour trafic d’armes au profit du Hamas et activités de renseignement, selon les médias libyens.

Mais suite au déclenchement de la guerre, le Hamas a commencé à demander à la Libye de libérer ses membres.

La Libye – qui, il y a quelques mois à peine, était en pourparlers pour normaliser ses liens avec Israël – a répondu à l’appel et a libéré les quatre membres.

Les quatre hommes ont été photographiés à bord d’un jet privé à destination d’Istanbul plus tôt dans la journée. De là, ils devaient se rendre au Qatar, qui continue d’accueillir les dirigeants du Hamas tout en négociant des pourparlers entre le groupe terroriste et Israël.

Le Hamas tire une salve sur le centre d’Israël pour la deuxième fois aujourd’hui

Des roquettes tirées en direction d'Israël depuis la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des roquettes tirées en direction d'Israël depuis la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Des sirènes de roquettes entrantes ont retenti dans le centre d’Israël, alors que le Hamas a lancé des roquettes à longue portée pour la deuxième fois aujourd’hui.

Les alertes ont été activées à Gan Yavne, Ness Ziona, Rishon Lezion, Yavne, Rehovot, Ashdod et dans d’autres petites villes de la région.

Des missiles intercepteurs du système Dôme de Fer ont été aperçus au-dessus de la zone.

Le Hamas a revendiqué la responsabilité de cette salve de roquettes.

Guy Iluz, 26 ans, otage à Gaza depuis le 7 octobre, est mort – Lycée de Raanana

Guy Iluz a été fait prisonnier par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 lors de la rave Supernova dans le désert. (Autorisation)
Guy Iluz a été fait prisonnier par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 lors de la rave Supernova dans le désert. (Autorisation)

Guy Iluz, l’Israélien de 26 ans qui a été pris en otage à Gaza le 7 octobre, n’est plus en vie, a annoncé son lycée.

Aucun détail n’a été fourni concernant la manière dont il est mort et la date de son décès.

Iluz participait au festival Supernova, à proximité du kibboutz Reim, lorsque l’assaut du Hamas a été lancé.

« Pendant de nombreuses semaines, nous avons espéré et prié pour le retour de Guy, mais aujourd’hui nous avons été informés qu’il ne reviendra plus », a écrit le lycée Raanana d’Iluz dans un post Facebook.

Il est le sixième diplômé du lycée tué depuis le 7 octobre.

Iluz, preneur de son pour les musiciens israéliens Matti Caspi, Shalom Hanoch entre autres, avait tenté de fuir les terroristes à bord de sa Jeep blanche.

Des amis qui se trouvaient dans une voiture derrière lui ont pu s’échapper, mais les terroristes ont tiré sur la voiture de Guy, tuant ses quatre passagers.

Il a pu sortir de la voiture et grimper à un arbre. C’est là qu’il se trouvait la dernière fois qu’il a parlé à sa famille.

Netanyahu a dit à Blinken que Tsahal créera une zone tampon « en profondeur » dans Gaza – média

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontrant le secrétaire d'État américain Antony Blinken, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 30 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontrant le secrétaire d'État américain Antony Blinken, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 30 novembre 2023. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré hier en Israël au secrétaire d’État américain Antony Blinken que Tsahal établira une zone tampon « en profondeur » dans la bande de Gaza après la guerre, a rapporté la chaîne publique israélienne Kan, citant deux sources au fait du dossier.

Les États-Unis ont insisté ces dernières semaines pour qu’il n’y ait pas de réduction du territoire de Gaza après la guerre.

Tsahal enquête sur une infiltration présumée de drones dans la région de Galilée

Une alarme d’infiltration présumée de drones s’est déclenchée en Galilée.

Les alertes ont retenti dans les communautés du nord de Maalot Tarshicha, Miilya, Maona, Kfar Vradim, Hossen et Hila.

Tsahal a ouvert une enquête pour en déterminer la cause.

L’incident survient alors que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah mène des attaques depuis le sud du Liban.

Le Hamas, qui aurait voulu libérer des otages hommes et non des femmes, a violé l’accord – médias

Des photographies de personnes tuées, disparues ou enlevées lors de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre exposées sur des sièges vides lors d'une exposition sous le slogan « UNIS CONTRE LE TERRORISME », à l'auditorium Smolarz de l'Université de Tel Aviv, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
Des photographies de personnes tuées, disparues ou enlevées lors de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre exposées sur des sièges vides lors d'une exposition sous le slogan « UNIS CONTRE LE TERRORISME », à l'auditorium Smolarz de l'Université de Tel Aviv, le 22 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

La trêve a été interrompue ce matin après que le Hamas a refusé de libérer dix femmes otages et a cherché à la place à libérer d’autres personnes enlevées.

Cela a violé les termes de l’accord, qui spécifiait que le Hamas libérerait d’abord toutes les femmes et tous les enfants détenus à Gaza en échange de l’acceptation par Israël d’une trêve pouvant aller jusqu’à neuf jours, a rapporté le site d’information Walla, citant trois responsables israéliens.

Le Hamas n’a pas envoyé de liste d’otages dans les dernières heures de la trêve, mais a fait savoir par l’intermédiaire des médiateurs qataris et égyptiens qu’il était prêt à libérer des otages de sexe masculin.

Israël a répondu qu’il savait que le groupe terroriste palestinien détenait encore environ 17 femmes et enfants et qu’il ne discuterait pas d’autres catégories d’otages tant qu’ils ne seraient pas libérés.

Le chef de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, a averti le Hamas par l’intermédiaire de médiateurs cette nuit que Tsahal reprendrait les combats si un autre groupe de femmes et d’enfants n’était pas libéré.

Le Hamas a réagi en tirant une roquette sur Israël environ une heure avant l’expiration de la trêve, prévue à 7h ce matin.

Un haut responsable du groupe terroriste palestinien, Osama Hamdan, a déclaré à Al Arabiya qu’Israël était responsable de l’effondrement de la trêve, affirmant que Jérusalem avait cherché à inclure des femmes soldats dans la liste des otages qu’il voulait voir libérés et avait refusé toutes les autres propositions du Hamas.

Deux responsables israéliens ont déclaré au site d’information Walla que le Hamas reconnaissait l’importance des femmes otages restantes et qu’il essayait donc de les garder plus longtemps afin d’obtenir davantage pour leur libération.

Un autre responsable israélien a expliqué à Walla que le Hamas ne voulait pas libérer les femmes otages restantes parce qu’il ne voulait pas qu’elles parlent publiquement de ce qu’elles ont enduré le 7 octobre et pendant leur période de captivité.

Les responsables israéliens ont déclaré à Walla que les pourparlers visant à relancer la trêve auront toujours lieu, bien que sous le feu des armes.

Les responsables ont déclaré qu’Israël prévoit d’exercer une pression militaire importante sur le Hamas, ce qui, selon eux, amènera le groupe terroriste à libérer davantage d’otages, comme c’était le cas, selon eux, avant la trêve.

15 synagogues new-yorkaises victimes de fausses alertes à la bombe

Une voiture de police de la ville de New York. (Crédit : Tim Drivas/Getty via JTA)
Une voiture de police de la ville de New York. (Crédit : Tim Drivas/Getty via JTA)

NEW YORK, JTA – Des alertes à la bombe ont été lancées contre 15 synagogues de l’État de New York tôt ce matin, selon une agence de sécurité juive de la ville de New York.

Des menaces ont été proférées contre cinq synagogues à Manhattan, deux à Brooklyn, une à Long Island, deux dans le comté de Westchester et cinq dans d’autres parties du nord de l’État de New York, selon la Community Security Initiative (CSI), qui coordonne la sécurité des institutions juives dans la région de New York.

Les menaces ont été proférées dans le cadre d’une campagne destinée à interrompre les activités des synagogues, et il ne semblait pas y avoir de danger réel pour les cibles, a expliqué le directeur de la CSI, Mitch Silber.

La campagne de ce matin, envoyée principalement par le biais des formulaires de contact des sites Web des synagogues, semble similaire aux dizaines de menaces à la bombe qui ont été lancées contre des institutions juives depuis l’été.

Beaucoup de ces menaces ont été envoyées par courrier électronique et toutes ont été jugées non crédibles après enquête par les forces de l’ordre.

Dans certains cas, les menaces sur les synagogues ont entraîné l’évacuation d’offices de Shabbat.

« Il y a plusieurs explosifs à l’intérieur de la synagogue », peut-on lire dans l’une des menaces envoyées aujourd’hui par courriel. « Ces explosifs vont exploser dans quelques heures et je vais entrer dans l’histoire. Je m’assurerai que vous mourrez tous. »

Les menaces d’aujourd’hui surviennent également dans un contexte de recrudescence des crimes de haine antisémites à New York et dans l’ensemble des États-Unis, à la suite de l’assaut du Hamas sur Israël le 7 octobre et de la guerre qui s’en suit depuis à Gaza. Les Juifs sont systématiquement la cible de crimes de haine plus que tout autre groupe à New York, avec plus de 230 actes antisémites signalés à la police depuis le début de l’année.

Le Département de la police de New York (NYPD) a déclaré avoir répondu à des menaces contre des synagogues de l’Upper East Side, de l’Upper West Side et des quartiers de Washington Heights et d’Inwood. L’un des appels signalant les menaces a été reçu à 5h29, a déclaré un porte-parole de la police.

Le porte-parole a confirmé que des policiers avaient répondu à des menaces contre au moins deux synagogues orthodoxes, l’une dans l’Upper West Side et l’autre à Washington Heights. Les agents ont ratissé les lieux, les ont jugés sûrs, permettant aux deux congrégations de reprendre leurs activités.

Il n’y a pas d’autres informations disponibles dans l’immédiat sur les lieux qui auraient pu être ciblés.

Blinken : Le Proche-Orient devra prendre des « décisions difficiles » concernant Gaza post-guerre

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à droite, débarquant d'un avion militaire américain à son arrivée à l'aéroport international al-Maktoum de Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saul Loeb/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à droite, débarquant d'un avion militaire américain à son arrivée à l'aéroport international al-Maktoum de Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saul Loeb/Pool Photo via AP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a noté qu’en plus de discuter de la guerre actuelle, les États-Unis se concentrent également sur la planification du lendemain et qu’il avait discuté de la question avec ses homologues arabes lors de son passage à Dubaï aujourd’hui.

« Comment pensons-nous à ce qui se passera dans la bande de Gaza elle-même ? Comment est-elle gouvernée ? D’où vient la sécurité ? Comment commencer à reconstruire ? Et surtout, comment s’engager sur la voie d’une paix juste et durable. Pour nous, cela doit se traduire par un État pour les Palestiniens », a expliqué Blinken.

« Cela demande beaucoup de travail, des décisions difficiles, des engagements que divers pays devront prendre », a-t-il poursuivi, faisant vraisemblablement référence à l’attente des États-Unis selon laquelle les alliés arabes devront aider à gérer la sécurité de Gaza pendant une période intérimaire, jusqu’à ce que l’Autorité palestinienne (AP) soit prête à prendre le relais.

« Nous savons, grâce à nos nombreuses années d’expérience, que rien de tout cela ne sera facile, mais je pense que c’est plus impératif que jamais », a affirmé Blinken.

Blinken approuve les efforts de Tsahal visant à limiter le déplacement des Gazaouis au milieu des combats

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adressant aux médias avant son départ de l'aéroport international al-Maktoum, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saul Loeb/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adressant aux médias avant son départ de l'aéroport international al-Maktoum, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre 2023. (Crédit : Saul Loeb/Pool Photo via AP)

Faisant le point sur sa diplomatie depuis le début de la guerre, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que l’un des principaux objectifs de son premier voyage dans la région le mois dernier était de persuader Israël pour qu’il autorise l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza, ce qu’il a par la suite accepté de faire.

L’objectif du deuxième voyage était de faire avancer une pause humanitaire, qui permettrait à davantage d’otages de sortir et à l’aide d’entrer, ce qui a été fait peu de temps après son départ.

Les objectifs du troisième voyage, qu’il effectue actuellement, sont d’obtenir la libération d’autres otages, de faciliter l’accélération de l’aide humanitaire et de veiller à ce qu’Israël prenne des mesures pour protéger les civils, alors que les opérations militaires ont repris, a expliqué Blinken.

Alors qu’il se trouvait hier à Tel Aviv, Blinken a déclaré avoir dit aux dirigeants israéliens que, lorsque l’armée reprendra son opération militaire, elle devra clairement désigner de multiples zones de sécurité dans le nord et le centre de Gaza pour que les civils puissent éviter les combats ; éviter de nouveaux déplacements massifs de Palestiniens ; éviter de prendre pour cible des « infrastructures vitales » telles que les hôpitaux, les centrales électriques et les usines de traitement de l’eau ; et permettre le retour éventuel des Palestiniens déplacés dans le nord de la bande de Gaza.

Il a expliqué aux journalistes à Dubaï que Tsahal avait commencé à répondre positivement à ces appels en publiant une carte divisant la bande de Gaza en centaines de petites zones, qu’elle utilisera pour notifier aux civils palestiniens les zones de combat actives. L’armée devrait utiliser cette carte pour demander aux Palestiniens de certaines zones d’évacuer lorsque l’incursion terrestre de Tsahal s’étendra au sud de la bande, au lieu d’exiger des évacuations massives comme elle l’a fait dans la partie nord de Gaza.

Blinken a affirmé que les États-Unis suivront de près cette question à l’avenir, tout en veillant à ce que le conflit ne s’étende pas à d’autres endroits.

« Nous avons été très clairs sur le fait que nous soutenons Israël dans ses efforts pour s’assurer que le 7 octobre ne se reproduise jamais. Nous avons également été très clairs sur le fait qu’il était impératif de le faire en mettant l’accent sur la protection des civils et en veillant à ce que l’aide humanitaire parvienne à ceux qui en ont besoin », a déclaré Blinken.

Barak : Les otages ont été abandonnés par Israël le 7 octobre, ils ne doivent pas être sacrifiés maintenant

L'ancien Premier ministre Ehud Barak. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Barak. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’ancien Premier ministre Ehud Barak a affirmé qu’Israël aurait dû annoncer dès le début de la guerre qu’il était prêt à conclure un accord « tout pour tout » en vertu duquel il serait prêt à libérer tous les prisonniers de sécurité palestiniens en échange de la libération de tous les otages détenus à Gaza.

Il a expliqué à la Douzième chaîne que cela n’aurait peut-être pas abouti à un accord à ce moment-là, mais que cela aurait donné à Israël une plus grande légitimité internationale.

Plus important encore, a-t-il ajouté, les otages d’aujourd’hui appartiennent à une catégorie totalement différente de celle des accords précédents. Il ne s’agit pas du cas d’un seul soldat capturé « à cause d’une certaine action ratée », a dit Barak en faisant référence à l’échange de Gilad Schalit, ni d’un homme d’affaires qui s’est retrouvé en captivité à cause de ses propres actions, dit-il en faisant apparemment référence à un accord conclu en 2004.

« Ce sont des gens qui ont été abandonnés par l’État d’Israël » lorsque les terroristes du Hamas se sont déchaînés de façon meurtrière dans leurs communautés le 7 octobre, et maintenant Israël doit « décider s’il va aussi les sacrifier ».

« Nous sommes en train de rompre la base morale du contrat fondateur [entre l’État et ses citoyens], si nous ne faisons pas tout pour les faire sortir, même si cela signifie qu’il y aura beaucoup de terroristes libérés de prison. Nous réglerons nos comptes avec [les terroristes] plus tard, mais cela risque de prendre beaucoup de temps. Sauver les otages ne sera pas possible si nous ne le faisons pas pendant cette guerre. »

Critique de longue date du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Barak a également affirmé que Netanyahu était contraint par les ministres d’extrême-droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, qui peuvent le faire tomber quand ils le veulent, et que Netanyahu avait donc maintenant inventé une nouvelle revendication d’auto-préservation en se présentant comme la seule personne capable d’empêcher la création d’un État palestinien.

« Personne ne parle d’un État palestinien, mais de la stratégie de sortie » une fois que le Hamas aura été vaincu à Gaza, a déclaré Barak. Selon lui, Israël sous Netanyahu ne parvient pas à présenter une vision crédible pour Gaza une fois que le Hamas aura été dépouillé de ses « capacités armées et de gouvernance ».

Il a affirmé que Netanyahu devrait travailler sur ce sujet avec les États-Unis, ainsi qu’avec l’Égypte, la Jordanie, les Émirats arabes unis et les Saoudiens. Ne pas le faire serait « un grave échec ».

Blinken : La trêve a pris fin parce que le Hamas est revenu sur ses engagements

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adressant aux journalistes à la fin de sa visite à Dubaï, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/C-SPAN)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken s'adressant aux journalistes à la fin de sa visite à Dubaï, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/C-SPAN)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rejeté la responsabilité de la fin de la trêve ce matin sur le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Il est important de comprendre pourquoi la pause a pris fin. Elle a pris fin à cause du Hamas. Le Hamas a renié les engagements qu’il avait pris », a-t-il déclaré aux journalistes avant de quitter Dubaï où il était pour la journée afin d’assister à la conférence de l’ONU sur le climat COP28.

« En réalité, avant même que la pause ne prenne fin, il a commis un attentat terroriste atroce à Jérusalem, tuant trois personnes et en blessant d’autres, dont des Américains », a poursuivi Blinken.

« Il a commencé à tirer des roquettes avant la fin de la pause, et comme je l’ai dit, il est revenu sur les engagements qu’il avait pris en termes de libération de certains otages. »

Israël affirme que le Hamas n’a pas fourni la liste des otages qu’il comptait libérer avant 7h du matin, comme le stipulait l’accord de trêve en vigueur depuis vendredi dernier.

Blinken a précisé que les États-Unis restaient déterminés à faire libérer tous les otages restants et qu’ils avaient discuté de la question avec leurs homologues étrangers lors de leur séjour à Dubaï.

Gallant observe les frappes aériennes sur Gaza suite à la rupture du cessez-le-feu

Le ministre de la Défense Yoav Gallant à bord d'un hélicoptère Apache, sur la base aérienne de Tel Nof, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant à bord d'un hélicoptère Apache, sur la base aérienne de Tel Nof, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a observé la vague de frappes de l’armée de l’air israélienne à Gaza plus tôt dans la journée depuis un hélicoptère de combat survolant la bande de Gaza, selon son bureau.

Dans une déclaration vidéo diffusée depuis la base aérienne de Tel Nof après le vol, Gallant a déclaré que « le Hamas ne comprend que la force ».

« Hier soir, (…) j’ai approuvé la poursuite de l’incursion de Tsahal. Ce matin, nous avons tous vu la retombée de ces frappes. Elle a été constatée en Israël et par le groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza », a ajouté Gallant.

« J’ai regardé les attaques et j’ai vu leur intensité depuis le cockpit d’un hélicoptère de combat de l’armée de l’air au-dessus de la bande de Gaza. Comme je l’ai dit dès le premier jour, je le répète maintenant, le Hamas ne comprend que la force », a-t-il poursuivi.

« Nous continuerons à frapper jusqu’à ce que nous atteignions nos objectifs de la guerre : le démantèlement du Hamas, l’élimination de ses capacités militaires et le retour des otages chez eux. Nous poursuivrons cette mission jusqu’à ce qu’elle se termine avec succès, et jusqu’à la victoire sur le Hamas », a rappelé Gallant.

Selon un communiqué, Gallant a volé à bord d’un Boeing AH-64 Apache avec le commandant du 190e escadron, et s’est entretenu par radio avec le commandant de la 551e brigade de réserve, le lieutenant-colonel Ido Kass, qui dirige les opérations au sol dans la région de Beit Hanoun.

Un groupe bipartisan de 55 élus américains demande le déploiement de navires-hôpitaux à Gaza

Illustration : L'USNS Comfort, un navire-hôpital de la marine d'une capacité de 1 000 lits, remontant le fleuve Hudson, avant d'arriver au Pier 90 à New York, le 30 mars 2020. (Crédit : Kathy Willens/AP Photo)
Illustration : L'USNS Comfort, un navire-hôpital de la marine d'une capacité de 1 000 lits, remontant le fleuve Hudson, avant d'arriver au Pier 90 à New York, le 30 mars 2020. (Crédit : Kathy Willens/AP Photo)

Un groupe bipartisan de 55 membres du Congrès a écrit une lettre au secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, l’exhortant à déployer une paire de navires-hôpitaux en possession de l’armée américaine afin de soigner les civils blessés de Gaza.

La lettre a été écrite à l’initiative du représentant démocrate Brad Schneider, et du représentant républicain Robert Aderholt.

Elle demande que les navires soient déployés dans « les eaux au large de Gaza », bien que cela soit peu probable en raison des dommages subis par le port de Gaza. De plus, le port de Gaza n’est pas adapté à l’amarrage de navires de cette taille.

Par conséquent, les pays qui ont annoncé leur intention d’envoyer des navires-hôpitaux les déploient en Égypte afin qu’ils accostent au large de la côte d’al-Arish. Un hôpital flottant français est arrivé en début de semaine.

Israël a fait pression pour obtenir des hôpitaux de campagne et d’autres alternatives aux centres hospitaliers existants à Gaza, affirmant que le groupe terroriste palestinien du Hamas opérait des centres de commandement en dessous de ces centres.

Tsahal frappe une cellule terroriste au sud Liban ; 2 roquettes tirées sur Kiryat Shmona interceptées

Tsahal frappant une cellule terroriste dans le sud du Liban, près de la communauté de Zarit, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Tsahal frappant une cellule terroriste dans le sud du Liban, près de la communauté de Zarit, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

L’armée israélienne a affirmé avoir frappé une cellule terroriste dans le sud du Liban, près de la communauté septentrionale de Zarit, alors que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah reprend ses attaques contre Israël.

Plusieurs roquettes ont également été tirées depuis le Liban sur des postes de l’armée situés le long de la frontière près de Rosh HaNikra et Maragaliot, ainsi que sur la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, a indiqué Tsahal.

Deux roquettes tirées sur Kiryat Shmona ont été interceptées par le Dôme de Fer, a-t-il été précisé.

Tsahal dit avoir répondu par des tirs d’artillerie à la source des tirs.

Le Hezbollah, quant à lui, a revendiqué l’attaque de positions de Tsahal à la frontière au cours des dernières heures.

Des résidents d’implantations filmés vandalisant une vitrine en Cisjordanie

Des résidents d’implantations filmés en train de détruire la devanture d'un magasin dans le village palestinien d'As-Sawiya, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Des résidents d’implantations filmés en train de détruire la devanture d'un magasin dans le village palestinien d'As-Sawiya, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

Une demi-douzaine de résidents d’implantations israéliens ont été filmés en train de s’approcher d’une vitrine hier soir dans le village palestinien d’As-Sawiya, au nord de la Cisjordanie, et d’en briser complètement les vitres à l’aide de pierres et de gourdins avant de repartir.

Il s’agit de la dernière attaque en date de résidents d’implantations violents, dont le nombre a considérablement augmenté depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les États-Unis ont informé Israël hier qu’ils annonceraient bientôt une série d’interdictions de visa à l’encontre des résidents d’implantations violents.

Des sirènes dans le centre d’Israël, le Hamas élargissant la portée de ses roquettes

Des roquettes tirées par des terroristes dans le sud du Liban interceptées au-dessus d'une position près de la frontière, à proximité du kibboutz Dan, dans le nord d'Israël, le 7 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des roquettes tirées par des terroristes dans le sud du Liban interceptées au-dessus d'une position près de la frontière, à proximité du kibboutz Dan, dans le nord d'Israël, le 7 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Des sirènes de roquettes entrantes ont retenti dans le centre d’Israël, le Hamas semblant avoir encore élargi la portée de ses tirs depuis la violation du cessez-le-feu ce matin.

Les alertes ont été activées à Rishon LeZion, Lod, Ramla, Beer Yaakov, Ness Ziona, Or Yehuda, Holon, Ashdod, Rehovot et dans de nombreuses autres petites villes.

Les sirènes de roquettes retentissent dans le nord, à Kiryat Shmona et Margaliot

De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre Tsahal et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 18 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre Tsahal et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 18 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Des sirènes de roquettes ont retentit dans la ville de Kiryat Shmona, au nord du pays, et dans la communauté voisine de Margaliot.

La Douzième chaîne a rapporté qu’au moins une roquette avait été tirée sur Kiryat Shmona. On ne sait pas exactement ce qui a déclenché l’alarme à Margaliot.

Tsahal n’a pas encore commenté.

Aucun blessé ni dégât n’ont été signalés dans l’immédiat.

Plus tôt dans la journée, Tsahal a annoncé avoir intercepté une « cible aérienne suspecte » qui avait pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban.

Herzi Halevi rencontre les hauts gradés « avant le début de la 2e phase de la guerre »

Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, rencontrant le forum de l'état-major général au siège de Tsahal à Tel Aviv, le 1er décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de l'armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, rencontrant le forum de l'état-major général au siège de Tsahal à Tel Aviv, le 1er décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, a rencontré les hauts gradés de l’armée alors que les combats ont repris dans la bande de Gaza.

Dans un bref communiqué, Tsahal a indiqué que l’évaluation avec le forum de l’état-major général intervenait « avant le début de la deuxième phase de la guerre ».

Israël devrait étendre ses opérations terrestres à la partie sud de la bande de Gaza.

Tsahal récupère le corps d’Ofir Tzarfati à Gaza et le ramène en Israël pour l’enterrer

Ofir Tzarfati a été pris en otage lors du festival Supernova par des terroristes du Hamas, au kibboutz Reim, le 7 octobre 2023. (Autorisation)
Ofir Tzarfati a été pris en otage lors du festival Supernova par des terroristes du Hamas, au kibboutz Reim, le 7 octobre 2023. (Autorisation)

Les troupes israéliennes opérant dans la bande de Gaza ont retrouvé le corps d’Ofir Tzarfati, qui avait été pris en otage par le Hamas le 7 octobre.

Tzarfati a été déclaré captif après avoir disparu lors du festival Supernova à proximité du kibboutz Reim, suite au massacre perpétré par le Hamas à cet endroit.

La famille de Tzarfati a été informée de son décès hier.

Dans le cadre d’une opération conjointe de Tsahal et de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, le corps de Tzarfati a été ramené en Israël ce matin pour y être enterré. La date du décès n’a pas encore été communiquée.

Blinken informe Netanyahu de l’interdiction de visa pour les résidents d’implantations violents

Des soldats israéliens retenant des résidents d'implantations après qu'ils ont pris d'assaut le village palestinien de Dayr Sharaf à la suite d'une attaque terroriste au cours de laquelle un conducteur israélien a été abattu, en Cisjordanie, le 2 novembre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des soldats israéliens retenant des résidents d'implantations après qu'ils ont pris d'assaut le village palestinien de Dayr Sharaf à la suite d'une attaque terroriste au cours de laquelle un conducteur israélien a été abattu, en Cisjordanie, le 2 novembre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a notifié au Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de réunions hier que l’administration Biden s’apprêtait à annoncer une série d’interdictions de visas à l’encontre de résidents d’implantations israéliens impliqués dans des attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie, a indiqué un responsable israélien au Times of Israel. Un fonctionnaire américain a confirmé le projet à l’AFP.

L’annonce ne comportera probablement que le nombre de résidents d’implantations interdits de séjour aux États-Unis, plutôt que leurs noms, a précisé le responsable israélien, expliquant que les États-Unis espèrent que l’anonymat aura un effet dissuasif sur ceux qui envisagent de s’en prendre à des Palestiniens qui ne sauront pas s’ils ont été inscrits sur la liste noire ou non.

L’interdiction de visa pourrait être imposée dès la semaine prochaine, selon le responsable israélien.

L’idée avait été annoncée pour la première fois le mois dernier dans une tribune du président américain Joe Biden publiée dans le Washington Post.

Au cours d’une conférence de presse tenue hier soir, Blinken a déclaré : « Nous attendons du gouvernement israélien qu’il prenne des mesures supplémentaires pour mettre un terme à cette situation. Et en même temps, nous envisageons de prendre nos propres mesures. »

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères français a déclaré hier que l’Union européenne devrait également envisager de sanctionner les résidents d’implantations israéliens violents qui attaquent les Palestiniens en Cisjordanie.

Un responsable israélien a déclaré au Times of Israel au début du mois que le gouvernement avait intensifié ses activités pour lutter contre ce phénomène qui, selon lui, est le fait d’un « noyau » de quelques centaines d’extrémistes tout au plus. Plusieurs arrestations ont en effet eu lieu ces dernières semaines.

Washington, qui s’efforce de relancer la trêve, tient le Hamas pour responsable de la reprise des combats

De la fumée s'élevant des bâtiments après avoir été touchés par des frappes israéliennes apparentes à Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : John MacDougall/AFP)
De la fumée s'élevant des bâtiments après avoir été touchés par des frappes israéliennes apparentes à Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : John MacDougall/AFP)

La Maison Blanche a indiqué tenir le groupe terroriste palestinien du Hamas pour responsable de la reprise des combats à Gaza ce matin, mais a précisé que les États-Unis continuaient de travailler avec Israël, l’Égypte et le Qatar pour tenter de relancer la trêve.

« Le Hamas n’a pas réussi jusqu’à présent à produire une liste d’otages qui permettrait de prolonger la pause », a déclaré un porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche dans un communiqué.

Le porte-parole a souligné que la trêve avait permis la libération de plus de 100 otages et un afflux d’aide humanitaire à Gaza.

Joe Biden et son équipe de sécurité nationale « resteront profondément engagés alors que nous cherchons à libérer les otages restants et à soutenir et étendre la réponse humanitaire internationale », a précisé le communiqué.

Des salves tirées sur Ashdod, le Hamas ayant élargi la portée de ses roquettes

Des roquettes tirées en direction d'Israël depuis la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des roquettes tirées en direction d'Israël depuis la bande de Gaza, vue du sud d'Israël, le 1er décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Des sirènes de roquettes en approche ont retenti dans la ville côtière d’Ashdod et dans les communautés voisines, signifiant que le Hamas semble avoir élargi la portée de ses tirs depuis la violation du cessez-le-feu ce matin.

Tout au long de la journée, les tirs de roquettes en provenance de Gaza se sont limités aux villes proches de la frontière.

Dans l’immédiat, aucune information ne fait état de blessés ou de dégâts suite à ces attaques.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a revendiqué la responsabilité des tirs.

50 roquettes sur Israël, Tsahal touche 200 cibles à Gaza depuis la fin de la trêve

Images d'une frappe aérienne de l’armée de l’air israélienne, à Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
Images d'une frappe aérienne de l’armée de l’air israélienne, à Gaza, le 1er décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

L’armée israélienne a affirmé que, depuis 7h du matin, suite à la violation du cessez-le-feu par le groupe terroriste palestinien du Hamas, elle avait mené des frappes aériennes contre quelque 200 cibles à travers la bande de Gaza.

Plusieurs de ces frappes ont eu lieu dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younis et Rafah.

Certaines des frappes dans le nord de la bande de Gaza ont été dirigées par les forces des 162e, 36e et 252e divisions.

Tsahal a affirmé que les troupes au sol avaient entre-temps démoli des structures piégées avec des explosifs, des ouvertures de tunnel, des sites de lancement de roquettes et d’autres infrastructures appartenant au Hamas.

Des bateaux lance-missiles de la marine, des chars et des pièces d’artillerie ont également effectué des frappes dans la bande de Gaza aujourd’hui, a ajouté le communiqué.

En outre, une cinquantaine de roquettes ont été tirées sur des villes du sud d’Israël depuis Gaza.

Nir Oz annonce que Ronen Engel a été tué par le Hamas ; sa famille a été libérée de Gaza

La famille Engel, de gauche à droite : Yuval, Karina, Mika et Ronen. Elle a été prise en otage par le Hamas au kibboutz Nir Oz, le 7 octobre. Trois membres ont été libérés le 27 novembre, tandis que la mort du père Ronen, retenu otage à Gaza, a été confirmée le 1er décembre 2023. (Autorisation)
La famille Engel, de gauche à droite : Yuval, Karina, Mika et Ronen. Elle a été prise en otage par le Hamas au kibboutz Nir Oz, le 7 octobre. Trois membres ont été libérés le 27 novembre, tandis que la mort du père Ronen, retenu otage à Gaza, a été confirmée le 1er décembre 2023. (Autorisation)

Le kibboutz Nir Oz a annoncé que Ronen Engel, 54 ans, que l’on croyait auparavant otage à Gaza suite à l’attaque du 7 octobre, a été assassiné par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

La famille d’Engel a été libérée lundi des geôles du Hamas après 52 jours de captivité : son épouse Karina Engel-Bart, 51 ans, et leurs filles Mika, 18 ans, et Yuval, 11 ans.

Le kibboutz n’a pas précisé la date présumée de sa mort. Son corps est présumé être détenu par le Hamas à Gaza.

Engel était bénévole pour le service de secours du Magen David Adom et aimait les motos.

« Que sa mémoire soit une bénédiction. »

L’Unicef dénonce ceux qui ont décidé « que la tuerie des enfants pouvait reprendre » à Gaza

L’agence de l’ONU pour l’enfance, l’UNICEF, a condamné la reprise des combats à Gaza, déclarant : « Aujourd’hui, ceux qui sont au pouvoir ont décidé que le massacre des enfants allait reprendre. »

Le porte-parole James Elder a affirmé que l’état « désastreux » de la santé, de la nutrition, de l’eau et de l’assainissement menaçait de déclencher « une catastrophe d’une ampleur inégalée pour les enfants de Gaza ».

« Accepter le sacrifice des enfants de Gaza, c’est l’humanité qui renonce », a-t-il déclaré lors du briefing de Genève par liaison vidéo depuis l’enclave palestinienne.

Le Dôme de Fer a intercepté une « cible aérienne suspecte » en provenance du Liban

L’armée israélienne a affirmé que le Dôme de Fer avait intercepté une « cible aérienne suspecte » qui a pénétré dans l’espace aérien israélien depuis le Liban il y a peu.

Le lancement du missile intercepteur a déclenché des sirènes dans un certain nombre de communautés de Haute Galilée, a précisé le communiqué.

Israël affirme que 137 otages sont toujours détenus à Gaza

Israël a annoncé que 137 otages étaient toujours détenus dans la bande de Gaza, après que 110 d’entre eux ont été libérés des geôles du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Ceux qui se trouvent encore en captivité sont 115 hommes, 20 femmes et deux enfants, a indiqué le porte-parole du gouvernement Eylon Levy. Dix des otages ont 75 ans et plus, a-t-il précisé. La majorité, soit 126, sont Israéliens et 11 sont des ressortissants étrangers, dont huit de Thaïlande.

Levy a cité parmi les otages le plus jeune, Kfir Bibas, 10 mois, son frère Ariel, 4 ans, et leur mère Shiri. L’armée a déclaré qu’elle enquêtait sur une revendication du Hamas selon laquelle les garçons et leur mère auraient été tués.

Levy a affirmé que sept personnes étaient toujours portées disparues depuis l’attaque initiale, n’ayant ainsi ni le statut d’otage, ni celui de décédé.

Les sirènes des roquettes en approche retentissent en Haute Galilée

Une unité d'artillerie mobile israélienne prenant position en Haute Galilée dans le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, le 15 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP/Dossier)
Une unité d'artillerie mobile israélienne prenant position en Haute Galilée dans le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, le 15 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP/Dossier)

Des sirènes de roquettes entrantes ont retenti en Haute Galilée.

Les alertes ont été activées à Shear Yeshuv, HaGoshrim, Dafna et Beit Hillel.

Ni blessés ni dégâts n’ont été rapportés.

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a mené des centaines d’attaques à la roquette et au missile depuis le Liban sur le nord d’Israël ces dernières semaines, mais a interrompu ses tirs à la faveur d’un cessez-le-feu entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza au cours de la semaine écoulée.

En outre, les sirènes ont continué à retentir dans les communautés du sud tout au long du début de l’après-midi.

Nir Oz annonce que Maya Goren a été tuée par le Hamas ; le corps se trouve à Gaza

Maya Goren, à gauche, a été enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 au kibboutz de Nir Oz. Son mari, Avner Goren, a été tué. Le kibboutz a annoncé le 1er décembre qu'elle avait été tuée et que son corps était détenu par le Hamas à Gaza. (Autorisation)
Maya Goren, à gauche, a été enlevée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 au kibboutz de Nir Oz. Son mari, Avner Goren, a été tué. Le kibboutz a annoncé le 1er décembre qu'elle avait été tuée et que son corps était détenu par le Hamas à Gaza. (Autorisation)

Le kibboutz de Nir Oz a annoncé la mort de la résidente Maya Goren, 56 ans, institutrice en maternelle. Son corps est détenu par le Hamas.

Son mari Avner a été assassiné le 7 octobre.

Maya était jusqu’à présent considérée comme otage. L’annonce du kibboutz ne précise pas si Maya est décédée le 7 octobre ou si elle a été tuée en captivité.

Maya, enseignante au gan – la maternelle – de Nir Oz, était en train d’aménager l’espace du jardin d’enfants tôt le matin du Shabbat, le 7 octobre, lorsque des terroristes palestiniens du Hamas ont attaqué la communauté.

Maya et Avner avaient quatre enfants, âgés de 18, 21, 23 et 25 ans. Ils leur ont survécu.

Le roi de Jordanie : La guerre accroît les menaces du dérèglement climatique à Gaza

Le roi de Jordanie Abdallah II s'exprimant lors d'une session plénière au sommet climatique de l'ONU COP28, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre 2023. (Crédit : Peter Dejong/AP Photo)
Le roi de Jordanie Abdallah II s'exprimant lors d'une session plénière au sommet climatique de l'ONU COP28, à Dubaï, aux Émirats arabes unis, le 1er décembre 2023. (Crédit : Peter Dejong/AP Photo)

Le roi de Jordanie Abdallah II a affirmé que la guerre aggravait encore les menaces liées au dérèglement climatique dans la bande de Gaza, alors que les hostilités reprennent entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas après une trêve d’une semaine.

Le roi Abdallah II a déclaré lors des négociations climatiques la COP28, le sommet des Nations unies sur le climat à Dubaï, que « nous ne pouvons pas parler du changement climatique sans tenir compte des tragédies humanitaires qui se déroulent autour de nous ».

« À Gaza, plus de 1,7 million de Palestiniens ont été déplacés de leurs maisons. Des dizaines de milliers de personnes ont été blessées ou tuées dans une région déjà en première ligne du changement climatique », a-t-il affirmé à une assemblée de dirigeants mondiaux.

« Les destructions massives de la guerre rendent encore plus graves les menaces environnementales que sont la pénurie d’eau et l’insécurité alimentaire. À Gaza, notre peuple vit avec peu d’eau potable et le strict minimum en matière d’approvisionnement alimentaire, car les menaces climatiques amplifient la dévastation de la guerre. »

La police militaire va enquêter sur la mort de Castleman, tué par un soldat à Jérusalem

La scène d’une fusillade terroriste, à l’entrée de Jérusalem, le 30 novembre 2023. (Autorisation)
La scène d’une fusillade terroriste, à l’entrée de Jérusalem, le 30 novembre 2023. (Autorisation)

La police militaire va enquêter sur le meurtre de Yuval Castleman, le civil armé qui a été abattu par un soldat lors d’une attaque terroriste à Jérusalem hier.

Castleman était en train d’engager le combat avec deux terroristes palestiniens lorsque les soldats l’ont pris pour un autre assaillant. Des images montrent que Castleman a été pris pour cible par un soldat en permission, même après avoir baissé son arme et levé les mains en l’air.

Tsahal a déclaré que l’unité d’enquête de la police militaire – connue en hébreu par son acronyme Mem Tzadik (מצ) – se joindra à l’enquête de la police et du Shin Bet sur l’attaque.

« Tsahal exprime sa tristesse pour la mort du civil. »

Cinq soldats blessés par un mortier près d’une communauté du sud

Cinq soldats de Tsahal ont été blessés à la suite d’un tir de mortier près de la communauté de Nirim ce matin, a indiqué l’armée.

Trois des soldats sont dans un état modéré, tandis que les deux autres sont légèrement blessés.

Tsahal a souligné que leurs familles avaient été prévenues.

Un homme tué par balle dans la ville de Ramle ; la police enquête

Un homme âgé d’une quarantaine d’années a été tué par balle dans la ville centrale de Ramle.

Son décès a été prononcé par les ambulanciers appelés sur les lieux. La police a ouvert une enquête.

Des alertes à la roquette retentissent dans les communautés du sud

Les sirènes ont retenti plusieurs fois en début d’après-midi dans les localités du sud près de Gaza.

La plupart des habitants de ces communautés ont été évacués depuis le 7 octobre.

Le Hamas demande aux Émirats arabes unis d’annuler l’invitation de Herzog à la COP28

Le Premier ministre indien Narendra Modi (à droite), rencontrant le président Isaac Herzog en marge du sommet COP28, à Dubaï, le 1er décembre 2023. (Autorisation)
Le Premier ministre indien Narendra Modi (à droite), rencontrant le président Isaac Herzog en marge du sommet COP28, à Dubaï, le 1er décembre 2023. (Autorisation)

Le Hamas a exhorté « l’État ami » des Émirats arabes unis, pays hôte de la Conférence de l’ONU sur le dérèglement climatique COP28, à retirer son invitation au président israélien Isaac Herzog.

Dans un communiqué, le groupe terroriste palestinien a déclaré que « quelle que soit la nature de la conférence », la communauté internationale et l’ONU ne devraient pas offrir une tribune au « criminel » Herzog, arguant qu’il existait un « impératif politique et moral de le boycotter » en raison de son implication dans la guerre contre le groupe terroriste à Gaza.

« S’ils rendent les femmes, il y aura une pause – l’équation est simple » – Responsable israélien

Un haut fonctionnaire israélien a déclaré à la Treizième chaîne que « s’ils nous rendent nos femmes, il y aura une journée de pause. L’équation est simple ».

La Douzième chaîne a cité un responsable diplomatique : « Il y aura plusieurs jours de combat. Le Hamas connaît les conditions d’un retour à la pause. »

La France appelle à la reprise de la trêve entre Israël et le Hamas

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, quittant la réunion hebdomadaire du cabinet au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le 12 octobre 2022. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)
La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, quittant la réunion hebdomadaire du cabinet au palais présidentiel de l'Élysée, à Paris, le 12 octobre 2022. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)

La France dit regretter la fin de la trêve entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, et a appelé à sa reprise.

« La rupture de la trêve est une très mauvaise nouvelle, regrettable, car elle n’apporte aucune solution et complique la résolution de toutes les questions qui se posent », a déclaré Catherine Colonna, ministre des Affaires étrangères, en marge de la COP28 de l’ONU sur le climat à Dubaï.

Elle a qualifié la reprise de la trêve « d’essentielle ».

Le kibboutz Nir Oz annonce qu’Aryeh Zalmanovich, 85 ans, est mort en captivité par le Hamas

Aryeh Zalmanovich. (Autorisation)
Aryeh Zalmanovich. (Autorisation)

Le kibboutz Nir Oz a annoncé que son résident Aryeh Zalmanovich, 85 ans, est mort lors de sa captivité par le Hamas.

Zalmanovitch, l’un des fondateurs du kibboutz, a été pris en otage le 7 octobre.

« Père de deux enfants et grand-père de cinq enfants, Aryeh a été un homme de la terre toute sa vie, qui a travaillé dans l’agriculture et les cultures ; un homme de lecture avec de vastes connaissances sur l’histoire et le territoire. Puisse sa mémoire être une bénédiction. »

Le groupe terroriste avait publié à la mi-novembre une vidéo qui semblait montrer Zalmanovich malade. Il a affirmé qu’il était décédé plus tard, mais cela n’avait pas été confirmé jusqu’à aujourd’hui.

Le Hamas affirme qu’Israël voulait la libération des « recrues féminines », faisant apparemment référence à des civils

Le représentant principal du Hamas au Liban, Osama Hamdan, à gauche, le chef des relations arabes du Hamas, Khalil al-Hayya, au centre, et le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine, Talal Naji, arrivant pour une conférence de presse lors d'une visite à Damas, le 19 octobre 2022. (Crédit : Louai Beshara/AFP)
Le représentant principal du Hamas au Liban, Osama Hamdan, à gauche, le chef des relations arabes du Hamas, Khalil al-Hayya, au centre, et le secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine, Talal Naji, arrivant pour une conférence de presse lors d'une visite à Damas, le 19 octobre 2022. (Crédit : Louai Beshara/AFP)

Un haut responsable du Hamas a affirmé que le groupe « avait proposé plusieurs options » à Israël pour poursuivre la trêve, mais que celles-ci avaient été refusées.

S’adressant à Al Jazeera, Khalil al-Hayya, membre du bureau politique du groupe terroriste au Qatar, a affirmé qu’Israël avait exigé la libération des « recrues féminines ».

Israël avait exigé la libération des jeunes femmes civiles, dont plusieurs sont détenues par le Hamas, avant toute autre libération. Le groupe terroriste considère régulièrement ces femmes comme des soldates potentielles, même si elles ne sont pas en service.

Eylon Levy, porte-parole israélien : le Hamas va recevoir « la pire des raclées »

Le Hamas va recevoir « la pire des raclées », a déclaré vendredi le porte-parole du gouvernement israélien après la reprise des hostilités dans la bande de Gaza à l’expiration de la trêve entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien.

« Le Hamas va maintenant recevoir la pire des raclées », a déclaré Eylon Levy lors d’une déclaration à la presse, accusant le Hamas de ne pas avoir fourni de nouvelle liste d’otages devant être relâchés en échange de détenus palestiniens et d’avoir tiré une roquette sur le territoire israélien avant la fin de la trêve prévue à 07H00 locales (05H00 GMT).

« Malheureusement, le Hamas a décidé de mettre fin à la pause en ne libérant pas toutes les femmes otages », a déclaré Levy.

Volker Türk: la reprise des combats à Gaza « est catastrophique »

Le Haut-Commissaire de l’ONU pour les droits de l’homme, Volker Türk, a qualifié vendredi de « catastrophique » la reprise des hostilités entre Israël et le groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza.

« J’exhorte toutes les parties et tous les Etats ayant une influence sur eux à redoubler d’efforts, immédiatement, pour garantir un cessez-le-feu », a déclaré M. Türk dans un communiqué.

Le chef de l’ONU « regrette profondément » la reprise des hostilités

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, « regrette profondément » la reprise des hostilités entre Israël et le groupe terroriste du Hamas à Gaza après plusieurs jours de trêve, dans un message posté vendredi sur X (ex-Twitter).

« J’espère toujours qu’il sera possible de renouveler la pause qui a été instaurée. La reprise des hostilités ne fait que montrer combien il est important d’avoir un véritable cessez-le-feu humanitaire », a ajouté M. Guterres.

Le Hamas fait état de 32 morts à Gaza depuis ce matin

Quelques heures après la reprise des combats, le ministère de la Santé à Gaza, contrôlé par le Hamas, fait état de 32 morts et de dizaines de blessés en raion des frappes israéliennes.

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et ne font pas la distinction entre terroristes et civils.

L’Iran tient Israël pour responsable de la reprise des combats à Gaza

L’Iran a fait porter vendredi la responsabilité de la reprise des combats dans la bande de Gaza sur Israël, pourtant due à des tirs de roquette sur le territoire israélien à l’aube.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Nasser Kanani, a déclaré sur un message posté sur X que, « après avoir tué plus de 15 000 Palestiniens, les vampires sionistes ont lancé un nouveau cycle meurtrier avec le soutien continu du gouvernement américain ».

Il a souligné que « la reprise de l’agression militaire » s’était produite « avant le départ du secrétaire d’Etat américain (Anthony) Blinken » d’Israël.

« Il est évident que la responsabilité politique et juridique (…) du massacre du peuple palestinien est celle des criminels du régime sioniste, mais aussi du gouvernement américain et des quelques gouvernements qui soutiennent ce régime d’apartheid », a-t-il conclu.

Quatre otages libérés jeudi subissent une batterie d’examens à l’hôpital Wolfson

Le docteur Anat Engel, directrice général de l’hôpital Wolfson à Holon, fait part de l’état de santé de quatre otages libérés jeudi soir qu’elle a accueilli.

Selon Engel, ils sont dans un état stable et subissent une batterie d’examens.

Durant le cessez-le-feu temporaire, l’hôpital a reçu des femmes et des enfants libérés des geôles du Hamas à Gaza. Six d’entre eux ont déjà pu rentrer chez eux retrouver leurs familles. Ils bénéficieront d’un suivi médical et psychosocial qui leur sera prodigué par l’hôpital et leurs caisses de santé.

Herzog demande au roi Charles III de s’impliquer pour la libération des otages

Le roi Charles III de Grande-Bretagne serrant la main du président Isaac Herzog en marge du sommet COP28, à Dubaï, le 1er décembre 2023. (Autorisation)
Le roi Charles III de Grande-Bretagne serrant la main du président Isaac Herzog en marge du sommet COP28, à Dubaï, le 1er décembre 2023. (Autorisation)

Aux Émirats arabes unis, le président Isaac Herzog a rencontré le roi Charles III/ Il a discuté avec lui des efforts livrés pour faire libérer les otages israéliens de Gaza.

Le président a demandé au roi « d’utiliser toute son influence diplomatique pour faire avancer la remise en liberté de nos filles et de nos fils qui ont été kidnappés », a indiqué son bureau.

De nouvelles roquettes lancées sur les villes du sud ; des dégâts au kibboutz Mefalsim

Une roquette lancée depuis la bande de Gaza au cours de l’heure écoulée a causé des dégâts dans le kibboutz Mefalsim, selon les autorités locales.

Aucun blessé n’a été signalé.

Les communautés de la périphérie de Gaza ont été évacuées et vidées de leurs habitants.

Les sirènes d’alerte à la roquette ont également retenti à Netiv HaAsara et Yad Mordechai. Plusieurs projectiles auraient été interceptés par le Dôme de fer.

Les ex-otages Bilal et Aisha Ziyadne retrouvent leur famille

Aisha Ziyadne, 17 ans, libérée par le Hamas, le 30 novembre 2023, retrouve ses proches à l'hôpital Soroka de Beer Sheva. (Crédit : Soroka)
Aisha Ziyadne, 17 ans, libérée par le Hamas, le 30 novembre 2023, retrouve ses proches à l'hôpital Soroka de Beer Sheva. (Crédit : Soroka)

Des photos des retrouvailles entre Bilal et Aisha Ziyadne avec leur familles, à l’hôpital Soroka de Beer Sheva ont été publiées.

Les deux adolescents ont été libérés hier soir.

Bilal Ziyadne, 18 ans, libéré par le Hamas, le 30 novembre 2023, retrouve ses proches à l’hôpital Soroka de Beer Sheva. (Crédit : Soroka)

Qatar : les frappes israéliennes « compliquent les efforts » de négociation

Le ministère des Affaires étrangères du Qatar fait part de « son profond regret face à la reprise de l’agression israélienne contre Gaza ».

Il indique que les pourparlers en vue d’une pause dans les combats sont toujours en cours mais que « les frappes continues sur la bande de Gaza dans les premières heures après la fin de pause compliquent les efforts de médiation et exacerbent la catastrophe humanitaire dans la bande ».

La trêve a été rompue par des tirs de roquettes depuis Gaza en direction du territoire israélien.

« L’Etat du Qatar réitère sa condamnation contre toute forme de ciblage de civils », ajoute le communiqué.

 

La famille du civil tué par des soldats israéliens pendant un attentat dit qu’il a été « exécuté »

La famille de Yuval Doron Castleman, 37 ans, qui a été tué pendant un attentat terroriste jeudi à Jérusalem par deux soldats qui l’ont pris pour un terroriste, dit qu’il a été « exécuté ».

Castleman s’est précipité vers les terroristes avec son arme et a tiré en leur direction avant de recevoir lui-même une balle tirée par des soldats. Une vidéo de la scène montre Castleman jeter son arme, tomber à genoux et lever les mains en l’air en criant « ne tirez pas ». Une autre balle a alors été tirée.

Castleman a été évacué vers un hôpital de Jérusalem dans un état critique et son décès a été prononcé peu avant minuit, le jour de son 38e anniversaire.

« Yuval a remarqué une attaque terroriste de l’autre côté de la rue, alors qu’il se rendait, en voiture, au travail dans un bâtiment du gouvernement. Il est sorti de sa voiture pour arrêter les terroristes », dit sa famille. « Il avait déjà travaillé dans les forces de sécurité et s’est toujours comporté en héros, il était le premier à sauter pour sauver de vies, et c’est aussi ce qu’il a fait cette fois-ci. »

Herzog s’entretient avec l’émir du Qatar à Dubaï

Le président israélien Isaac Herzog serre la main de l'Émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani en marge du sommet COP28 à Dubaï, le 1er décembre 2023 (Crédit : Autorisation)
Le président israélien Isaac Herzog serre la main de l'Émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani en marge du sommet COP28 à Dubaï, le 1er décembre 2023 (Crédit : Autorisation)

Aux Emirats arabes unis, le président Isaac Herzog a rencontré et s’est entretenu avec l’émir qatari Tamim bin Hamad Al Thani, selon un communiqué de son bureau.

Aucun détail supplémentaire n’a été communiqué.

Herzog participe au sommet pour l’environnement COP28 et rencontrera, en marge de ce sommet, d’autres dirigeants pour tenter d’obtenir la libération d’otages israéliens à Gaza.

Tsahal diffuse une carte divisant Gaza en centaines de zones

Une carte interactive de la bande de Gaza diffusée par l'armée israélienne, qui divise l'enclave palestinienne en zones à évacuer lors des combats contre le Hamas. (Crédit : Capture d'écran)
Une carte interactive de la bande de Gaza diffusée par l'armée israélienne, qui divise l'enclave palestinienne en zones à évacuer lors des combats contre le Hamas. (Crédit : Capture d'écran)

L’armée israélienne a publié une carte interactive qui divise la bande de Gaza en centaines de petites zones, qu’il utilisera pour notifier les Palestiniens des zones de combat actives.

Elle demande aux Palestiniens de prendre notre du numéro de leur secteur et de se tenir informés des mises à jours de Tsahal.

L’armée pourrait utiliser cette carte pour demander aux Palestiniens vivant dans des secteurs spécifiques d’évacuer lorsque l’offensive terrestre de l’armée israélienne s’étendra vers le sud, au lieu d’appeler à une évacuation massive, comme cela a été le cas dans la bande de Gaza.

Tsahal a largué des flyers sommant les résidents de Khan Younès de quitter la ville

Des Palestiniens signalent que l’armée israélienne a largué des flyers sur la ville de Khan Younès pour enjoindre les résidents à se diriger vers le sud, et les met en garde que la région est dangereuse

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans la région d’Ashkelon

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans la région d’Ashkelon. Les habitants de la ville se précipitent vers les abris.

Aucun impact n’a été signalé pour le moment.

Les négociations de trêve se poursuivent malgré la reprise des combats – source

Les négociations sur la trêve à Gaza avec les médiateurs qatari et égyptien se poursuivent en dépit de la reprise des combats sur le terrain, a indiqué vendredi une source informée des tractations.

« Les négociations sur la trêve à Gaza avec les médiateurs du Qatar et de l’Egypte se poursuivent », a déclaré cette source à l’AFP sous le couvert de l’anonymat, après une nuit d’intenses tractations qui n’ont pas abouti à une reconduction du cessez-le-feu temporaire

Le Hamas fait état de 6 morts lors d’une frappe sur Rafah

Des frappes israéliennes visent le sud de la bande de Gaza, y compris la communauté de Abassan, à l’est de Khan Younès, selon le Hamas.

Une autre frappe a visé une maison au nord-ouest de Gaza City.

Des fortes détonations continues se font entendre dans la bande de Gaza et des colonnes de fumées noires émanent du territoire.

Six Palestiniens ont été tués dans le raid aérien israélien sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué à l’AFP Ashraf al-Qidreh, porte-parole du ministère de la Santé du Hamas.

Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de manière indépendante.

 

« Le gouvernement déterminé à atteindre ses objectifs » – Bureau de Netanyahu

Le bureau du Premier ministre a émis un communiqué stipulant que le Hamas « a enfreint le cadre de l’accord, ne s’est pas conformé à son obligation de relâcher toutes les femmes otages et a tiré des roquettes sur Israël. »

« Avec cette reprise des combats, nous soulignons que le gouvernement d’Israël est déterminé à atteindre les objectifs de la guerre : libérer les otages, éliminer le Hamas et assure que Gaza ne puisse plus jamais menacer le peuple d’Israël. »

« Le Hamas est diabolique et cruel », dit un médecin de Sheba qui soigne des ex-otages

Le centre hospitalier Sheba de Ramat Gan, en Israël. (Crédit : Service de la communication de Sheba)
Le centre hospitalier Sheba de Ramat Gan, en Israël. (Crédit : Service de la communication de Sheba)

Un éminent docteur israélien, qui a pris en charge des otages après leur libération, raconte avoir entendu des témoignages « insupportables » sur les jours passés en captivité.

Les otages ont « subi des difficultés physiques et mentales », explique le Dr Itai Pessach, directeur de l’hôpital pédiatrique Safra au sein du centre hospitalier Sheba, durant une conférence de presse.

« Je ressens le besoin de faire entendre leurs voix », dit-il. « Le monde doit savoir à quel point le Hamas est diabolique et cruel. »

Il souligne que par égard pour l’intimité des patients, il ne partagera pas de détails, et qu’il revient aux ex-otages de raconter publiquement leurs expériences.

L’aviation aérienne reprend ses frappes contre des cibles du Hamas à Gaza

L’armée israélienne indique que son aviation mène une série de frappes aériennes contre les cibles du Hamas dans la bande de Gaza.

Davantage de détails sur ces frappes seront communiqués prochainement.

Tsahal : plusieurs roquettes ont été tirées sur Holit peu avant 7 heures

L’armée israélienne indique que plusieurs roquettes ont été tirées depuis Gaza peu avant 7 heures ce matin, ce qui activé les sirènes d’alerte dans la communauté de Holit.

Le Dôme de fer n’est pas entré en action pour intercepter les projectiles car ils se dirigeaient vers des zones non peuplées.

Ces tirs viennent s’ajouter à ceux qui ont été lancés vers 6 heures du matin.

 

Tsahal annonce des restrictions pour les écoles, au vu de la reprise des combats

Au regard de la reprise des combats, le Commandement du Front intérieur a donné comme consigne aux écoles du centre et du sud d’Israël d’ouvrir uniquement si les élèves peuvent atteindre un abri à temps en cas d’attaque de roquette.

Les écoles de la périphérie de Gaza resteront fermées.

Frappe aérienne israélienne signalée sur Gaza City

Un journaliste de l’AFP fait état de frappes aériennes et de tirs d’artillerie à Gaza City.

Des photos qui circulent sur les réseaux sociaux montre ce qui serait une récente frappe aérienne.

https://twitter.com/Sayedibrahimmad/status/1730456101429105083

 

Tshal : « Le Hamas a violé le cessez le feu, nous reprenons l’offensive contre le groupe »

A 7 heures du matin, le Hamas n’avait pas encore fourni de liste d’otages à libérer plus tard dans la journée.

L’armée israélienne a établi que le Hamas avait rompu l’accord de cessez-le-feu et avait, en outre, tiré des roquettes sur Israël

L’armée israélienne annonce riposter en reprenant son offensive contre le groupe terroriste.

Les sirènes retentissent à Holit, dans le sud d’Israël

L’armée israélienne enquête sur une sirène d’alerte à la roquette qui a retenti dans la communauté de Holit, près de la bande de Gaza.

Ce serait le second tir de roquette en provenance de la bande de Gaza en une heure.

Des Palestiniens font état de tirs et de détonations au nord de Gaza

Le média palestinien Shehab signale que des tirs et des détonations sont entendus au nord de la bande de Gaza.

Le média est étroitement lié au Hamas.

L’armée israélienne n’a pas communiqué au sujet d’une éventuelle reprise des hostilités, qui sont en pause depuis le 24 novembre.

Tsahal confirme que la roquette lancée depuis Gaza a été interceptée

L’armée israélienne confirme qu’une roquette a été tirée sur les communités israéliennes limitrophes de la bande de Gaza.

L’armée précisé que le projectile a été intercepté par les unités de défense aérienne.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé après cette frappe qui vient rompre une semaine d’accalmie relative.

Des images de Sderot témoignent d’une explosion

Dans une vidéo filmé à Sderot, on peut entendre une explosion peu après que les sirènes d’alerte à la roquette ont été activées, ce qui indique qu’il y a bien eu tir de roquette.

L’explosion est accompagnée d’un éclair de lumière à droite de la caméra. On peut également entendre une autre explosion à quelques secondes d’intervalle.

Les autorités israéliennes n’ont pas encore communiqué sur cette attaque.

Sirènes d’alerte à la roquette à Sderot

Les sirènes d’alerte à la roquette retentissent à Sderot et alentour.

Il s’agirait du premier tir de roquette depuis une semaine, à une heure de la fin du cessez-le-feu temporaire.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.