Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Barak : Les otages ont été abandonnés par Israël le 7 octobre, ils ne doivent pas être sacrifiés maintenant

L'ancien Premier ministre Ehud Barak. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
L'ancien Premier ministre Ehud Barak. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’ancien Premier ministre Ehud Barak a affirmé qu’Israël aurait dû annoncer dès le début de la guerre qu’il était prêt à conclure un accord « tout pour tout » en vertu duquel il serait prêt à libérer tous les prisonniers de sécurité palestiniens en échange de la libération de tous les otages détenus à Gaza.

Il a expliqué à la Douzième chaîne que cela n’aurait peut-être pas abouti à un accord à ce moment-là, mais que cela aurait donné à Israël une plus grande légitimité internationale.

Plus important encore, a-t-il ajouté, les otages d’aujourd’hui appartiennent à une catégorie totalement différente de celle des accords précédents. Il ne s’agit pas du cas d’un seul soldat capturé « à cause d’une certaine action ratée », a dit Barak en faisant référence à l’échange de Gilad Schalit, ni d’un homme d’affaires qui s’est retrouvé en captivité à cause de ses propres actions, dit-il en faisant apparemment référence à un accord conclu en 2004.

« Ce sont des gens qui ont été abandonnés par l’État d’Israël » lorsque les terroristes du Hamas se sont déchaînés de façon meurtrière dans leurs communautés le 7 octobre, et maintenant Israël doit « décider s’il va aussi les sacrifier ».

« Nous sommes en train de rompre la base morale du contrat fondateur [entre l’État et ses citoyens], si nous ne faisons pas tout pour les faire sortir, même si cela signifie qu’il y aura beaucoup de terroristes libérés de prison. Nous réglerons nos comptes avec [les terroristes] plus tard, mais cela risque de prendre beaucoup de temps. Sauver les otages ne sera pas possible si nous ne le faisons pas pendant cette guerre. »

Critique de longue date du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Barak a également affirmé que Netanyahu était contraint par les ministres d’extrême-droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, qui peuvent le faire tomber quand ils le veulent, et que Netanyahu avait donc maintenant inventé une nouvelle revendication d’auto-préservation en se présentant comme la seule personne capable d’empêcher la création d’un État palestinien.

« Personne ne parle d’un État palestinien, mais de la stratégie de sortie » une fois que le Hamas aura été vaincu à Gaza, a déclaré Barak. Selon lui, Israël sous Netanyahu ne parvient pas à présenter une vision crédible pour Gaza une fois que le Hamas aura été dépouillé de ses « capacités armées et de gouvernance ».

Il a affirmé que Netanyahu devrait travailler sur ce sujet avec les États-Unis, ainsi qu’avec l’Égypte, la Jordanie, les Émirats arabes unis et les Saoudiens. Ne pas le faire serait « un grave échec ».

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.