Israël en guerre - Jour 234

Rechercher
En direct

Israël revoit à la baisse le nombre de morts du 7 octobre, passant de 1 400 à 1 200

37 soldats israéliens tués au combat à Gaza ; plusieurs terroristes du Hamas éliminés ; L'armée déclare avoir frappé un groupe non spécifié en Syrie en réponse à l'attaque d'un drone contre une école d'Eilat

  • Des terroristes du Hezbollah portant le cercueil de leur camarade, Qassim Ibrahim Abu-Taam, qui a été tué le long de la frontière sud du Liban avec Israël, lors de sa procession funéraire dans la banlieue sud de Beyrouth de Dahiyeh, au Liban, le 6 novembre 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)
    Des terroristes du Hezbollah portant le cercueil de leur camarade, Qassim Ibrahim Abu-Taam, qui a été tué le long de la frontière sud du Liban avec Israël, lors de sa procession funéraire dans la banlieue sud de Beyrouth de Dahiyeh, au Liban, le 6 novembre 2023. (Crédit : Hassan Ammar/AP Photo)
  • La famille et les amis du sergent-chef (réserviste) Eliahou Benjamin Elmakayes tué lors d'une opération terrestre dans la bande de Gaza, lors de ses funérailles au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 9 novembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
    La famille et les amis du sergent-chef (réserviste) Eliahou Benjamin Elmakayes tué lors d'une opération terrestre dans la bande de Gaza, lors de ses funérailles au cimetière militaire du mont Herzl, à Jérusalem, le 9 novembre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
  • Des personnes manifestant pour demander au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) d'agir pour la libération des otages enlevés par le Hamas le 7 octobre et actuellement détenus dans la bande de Gaza, devant les bureaux du CICR, à Tel Aviv, le 9 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
    Des personnes manifestant pour demander au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) d'agir pour la libération des otages enlevés par le Hamas le 7 octobre et actuellement détenus dans la bande de Gaza, devant les bureaux du CICR, à Tel Aviv, le 9 novembre 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
  • Un bus de l'ONU passant devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
    Un bus de l'ONU passant devant un bâtiment détruit à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 10 novembre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
  • Des chars de l'armée israélienne prenant position lors d'un exercice sur le plateau du Golan, le 9 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
    Des chars de l'armée israélienne prenant position lors d'un exercice sur le plateau du Golan, le 9 novembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
  • Roaa Haniyeh, petite fille du chef du Hamas, Isamaïl Haniyeh. (Autorisation)
    Roaa Haniyeh, petite fille du chef du Hamas, Isamaïl Haniyeh. (Autorisation)
  • Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'adressant aux médias à la fin du dialogue ministériel Inde-États-Unis "2+2", à New Delhi, le 10 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)
    Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'adressant aux médias à la fin du dialogue ministériel Inde-États-Unis "2+2", à New Delhi, le 10 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)
  • Les forces de l’armée israélienne dans le nord de la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 10 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Les forces de l’armée israélienne dans le nord de la bande de Gaza, sur une photo diffusée le 10 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’envoyée de Dubai condamne l’opération de Tsahal à Gaza et demande la libération immédiate des otages

L'ambassadrice des Émirats arabes unis auprès des Nations unies, Lana Nusseibeh, à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 4 janvier 2023. (Crédit : Kamran Jebreili/AP Photo)
L'ambassadrice des Émirats arabes unis auprès des Nations unies, Lana Nusseibeh, à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 4 janvier 2023. (Crédit : Kamran Jebreili/AP Photo)

L’ambassadrice des Émirats arabes unis auprès de l’ONU, Lana Nusseibeh, dénonce l’opération militaire israélienne à Gaza, l’accusant de frapper sans discernement des sites dans l’enclave, ce qui a entraîné la mort de milliers de civils.

Nusseibeh affirme que les frappes aériennes israéliennes mettent en danger la vie des otages et appelle le groupe terroriste palestinien du Hamas à les libérer immédiatement.

Israël révise le nombre de morts de l’assaut du 7 octobre, le ramenant de 1 400 à 1 200

Du sang dans une maison où des terroristes du Hamas ont infiltré le kibboutz Beeri le 7 octobre, lors d'un assaut au cours duquel 1 200 personnes ont été massacrées dans le sud d'Israël. (Crédit : Edi Israel/Flash90)
Du sang dans une maison où des terroristes du Hamas ont infiltré le kibboutz Beeri le 7 octobre, lors d'un assaut au cours duquel 1 200 personnes ont été massacrées dans le sud d'Israël. (Crédit : Edi Israel/Flash90)

Israël a revu à la baisse le bilan des attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas du mois dernier, le ramenant à environ 1 200 morts, a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lior Haiat.

Ce chiffre révisé, en baisse par rapport à un précédent bilan de 1 400, est « dû au fait qu’il y avait beaucoup de cadavres qui n’ont pas été identifiés et nous pensons maintenant qu’ils appartiennent à des terroristes (…) et non à des victimes israéliennes », a déclaré Haiat.

« Le nombre officiel de victimes du massacre du 7 octobre est d’environ 1 200 », souligne-t-il.

Le nombre de morts, qui inclut les étrangers, « n’est pas un chiffre définitif ». « Il s’agit d’une estimation actualisée. Il pourrait changer lorsque l’identification des corps sera terminée », précise Haiat.

Tsahal : L’explosion à l’hôpital Shifa a été causée par un missile palestinien

Des personnes rassemblées autour d'une ambulance endommagée lors d'une frappe aérienne israélienne devant l'hôpital al-Shifa, à Gaza City, le 3 novembre 2023. (Crédit : Momen al-Halabi/AFP)
Des personnes rassemblées autour d'une ambulance endommagée lors d'une frappe aérienne israélienne devant l'hôpital al-Shifa, à Gaza City, le 3 novembre 2023. (Crédit : Momen al-Halabi/AFP)

Le porte-parole en langue arabe de Tsahal, Avichay Adraee, informe qu’une explosion à l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza a été causée par un missile errant lancé par un groupe terroriste palestinien après que le directeur du centre hospitalier a blâmé Israël.

Les terroristes essayaient de cibler les forces israéliennes opérant près de l’hôpital, mais ont raté leur cible et ont frappé le centre hospitalier lui-même, explique Adraee, citant « une analyse des systèmes opérationnels de Tsahal ».

L’hôpital a reçu les corps de 50 autres personnes tuées dans une frappe sur l’école al-Buraq de la ville de Gaza, a déclaré le directeur d’al-Shifa.

Le directeur et le gouvernement du Hamas de Gaza affirment que le bilan de l’explosion est de 13 morts.

Le Croissant-Rouge palestinien a déclaré que des tireurs d’élite israéliens avaient également tiré sur l’hôpital al-Quds, tuant au moins une personne. L’AFP n’a pas encore pu confirmer ces bilans.

« Les soldats israéliens tueront les terroristes du Hamas si elle en voit tirer depuis les hôpitaux », a déclaré le porte-parole militaire Richard Hecht.

Une autre explosion à l’école al-Buraq de Gaza City aurait tué 50 personnes, dont la petite-fille du chef du Hamas Ismaïl Haniyeh.

Israël n’a pas commenté cette explosion.

L’AFP a contribué à cet article.

Le DG de l’OMS informe le CSNU de la situation sanitaire désastreuse à Gaza

Le directeur-général de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, rendant compte par vidéo de la crise humanitaire en Ukraine, lors d'une réunion du Conseil de Sécurité Nationale, au siège de l'ONU, le 17 mars 2022. (Crédit : AP Photo)
Le directeur-général de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, rendant compte par vidéo de la crise humanitaire en Ukraine, lors d'une réunion du Conseil de Sécurité Nationale, au siège de l'ONU, le 17 mars 2022. (Crédit : AP Photo)

Lors de la septième réunion du Conseil de sécurité de l’ONU consacrée à la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a informé les membres de la situation sanitaire désastreuse à Gaza.

« Alors que de plus en plus de personnes se déplacent dans un espace de plus en plus restreint, la surpopulation augmente les risques d’épidémies de maladies diarrhéiques et respiratoires et d’infections cutanées », déclare-t-il.

L’OMS a également vérifié 250 attaques contre des établissements de santé à Gaza et en Cisjordanie depuis le 7 octobre, en plus de 25 en Israël, ajoute-t-il, sans préciser qui était responsable de l’attaque.

La moitié des 36 hôpitaux de la bande de Gaza et les deux tiers des centres de soins de santé primaires ne fonctionnent pas du tout, déclare le chef de l’OMS, ajoutant que quatre hôpitaux ont été fermés au cours des seules 48 dernières heures et révélant que des opérations chirurgicales sont pratiquées sans anesthésie.

« L’OMS continue d’appeler à un accès sans entrave pour acheminer l’aide humanitaire aux civils de Gaza, qui ne sont pas responsables de cette violence, mais qui souffrent d’une manière que nous, dans cette salle, ne pouvons pas imaginer », a-t-il déclaré.

Le directeur de l’OMS se dit très préoccupé par la santé des otages à Gaza

Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse à l'occasion du 75e anniversaire de l'Organisation mondiale de la santé, à Genève, le 6 avril 2023. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)
Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence de presse à l'occasion du 75e anniversaire de l'Organisation mondiale de la santé, à Genève, le 6 avril 2023. (Crédit : Fabrice Coffrini/AFP)

Le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU que son agence était « gravement préoccupée par la santé et le bien-être des otages israéliens à Gaza, dont beaucoup sont des personnes âgées, des enfants et des personnes ayant des besoins médicaux urgents ».

Ghebreyesus indique qu’il s’est entretenu le mois dernier avec les familles des otages et qu’il en rencontrera d’autres à Genève la semaine prochaine. « Je ressens leur douleur et leur peur. »

L’ambassade d’Israël répond à Washington concernant la démolition de la maison d’un terroriste

Après que le Bureau des Affaires palestiniennes des États-Unis a condamné la démolition par Israël de la maison familiale d’un terroriste palestinien de 13 ans qui a tué un agent de la police des frontières, l’ambassade d’Israël à Washington a réagi.

« Le contexte est utile : le « jeune de 13 ans » est un terroriste qui a assassiné un citoyen israélien en le poignardant à mort », a tweeté l’ambassade.

L’Université de Columbia suspend les groupes anti-Israël SJP et JVP

Des étudiants pro-palestiniens à l'Université de Columbia, à New York,  le 12 octobre 2023. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)
Des étudiants pro-palestiniens à l'Université de Columbia, à New York, le 12 octobre 2023. (Crédit : Spencer Platt/Getty Images/AFP)

L’Université de Columbia suspend deux groupes anti-Israël – Students for Justice in Palestine (SJP) et Jewish Voice for Peace (JVP) – en tant que groupes étudiants officiels jusqu’à la fin du semestre d’automne, a annoncé le premier vice-président exécutif de l’établissement, Gerald Rosberg, dans un communiqué.

« Cette décision a été prise après que les deux groupes ont violé à plusieurs reprises les politiques de l’université relatives à l’organisation d’événements sur le campus, ce qui a culminé avec un événement non autorisé jeudi après-midi qui s’est déroulé malgré les avertissements et qui comprenait une rhétorique menaçante et des actes d’intimidation », explique Rosberg.

Les deux groupes ne pourront plus organiser d’événements sur le campus ni recevoir de fonds de l’université, explique Rosberg.

« La levée de la suspension dépendra de l’engagement des deux groupes à se conformer aux politiques de l’université et à s’engager dans des consultations au niveau de la direction du groupe avec les responsables de l’université », ajoute-t-il.

« Comme tous les groupes d’étudiants, SJP et JVP sont tenus de respecter les politiques et procédures de l’université. Cela permet d’assurer la sécurité de notre communauté et de veiller à ce que les activités principales de l’université puissent se dérouler sans perturbation. »

« En cette période particulièrement tendue sur notre campus, nous sommes fermement résolus à laisser aux groupes d’étudiants la possibilité de participer à des débats, à des activités de plaidoyer et à des manifestations. Pour ce faire, les membres de la communauté doivent respecter les règles et coopérer avec les administrateurs de l’université qui ont le devoir de garantir la sécurité de tous les membres de notre communauté », ajoute le responsable de l’université.

L’hôpital Shifa commence à évacuer ; Tsahal se rapproche du QG du Hamas en contrebas – média

Une vue aérienne de l'enceinte de l'hôpital al-Shifa, à Gaza City, le 7 novembre 2023. (Crédit : Bashar Taleb/AFP)
Une vue aérienne de l'enceinte de l'hôpital al-Shifa, à Gaza City, le 7 novembre 2023. (Crédit : Bashar Taleb/AFP)

Les autorités de l’hôpital al-Shifa, à Gaza Ville, ont commencé à évacuer le centre hospitalier suite aux ordres de Tsahal, qui a encerclé l’enceinte où le groupe terroriste palestinien du Hamas aurait construit un centre de commandement clé en dessous, rapporte le Wall Street Journal, citant une personne familière avec la question.

L’hôpital a été secoué par au moins une explosion vendredi, alors que l’armée israélienne s’approchait du site. L’auteur de l’explosion n’est pas encore certain.

Entre 50 000 et 60 000 personnes se sont réfugiées à l’intérieur et autour de l’enceinte de l’hôpital, selon le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, qui indique qu’il y a 2 500 patients.

Les civils ont convergé autour de l’hôpital, espérant trouver un répit des bombardements dans le reste de la ville de Gaza.

MBS condamne « l’agression » israélienne dans ses premiers propos publics sur la guerre

Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane assistant à une séance sur le « Partenariat pour les infrastructures et les investissements mondiaux » dans le cadre du sommet du G20 à New Delhi, en Inde, le 9 septembre 2023. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)
Le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane assistant à une séance sur le « Partenariat pour les infrastructures et les investissements mondiaux » dans le cadre du sommet du G20 à New Delhi, en Inde, le 9 septembre 2023. (Crédit : Evelyn Hockstein/POOL/AFP)

Le dirigeant de facto de l’Arabie saoudite dénonce la conduite des forces israéliennes qui combattent le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, avant les sommets du week-end qui se concentreront sur la violence dans la bande de Gaza.

« Nous condamnons l’agression militaire observée dans la bande de Gaza, le ciblage des civils et les violations continues du droit international humanitaire par les forces d’occupation israéliennes », a déclaré le prince héritier Mohammed ben Salmane – également connu sous MBS – lors d’un sommet avec des dirigeants africains, ses premières remarques publiques sur la guerre entre Israël et le Hamas.

« Nous soulignons la nécessité de mettre fin à cette guerre et aux déplacements forcés et de créer les conditions nécessaires au retour de la stabilité et à l’instauration de la paix. »

Ryad a critiqué à maintes reprises les attaques contre les civils dans ses déclarations, bien que le prince MBS ne se soit pas publiquement exprimé en ces termes avant aujourd’hui.

Ses propos tenus lors du sommet Afrique-Saoud surviennent un jour avant que le royaume du Golfe n’accueille deux réunions d’urgence sur les combats à Gaza, celle de la Ligue arabe et celle de l’Organisation de la coopération islamique.

Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine, condamne également la « violence obscène » dont sont victimes les Palestiniens.

« Nous appelons à un sursaut réel et pratique pour mettre fin à la destruction immédiate de Gaza et à l’assassinat de milliers de ses habitants, afin de donner une forte impulsion à une solution politique en adoptant la solution des deux États », a-t-il déclaré.

La déclaration finale du sommet saoudo-africain fait état d’une « profonde inquiétude » concernant la situation humanitaire à Gaza, appelle à la fin des opérations militaires et exhorte la communauté internationale à faire pression « pour mettre fin aux attaques israéliennes et au déplacement forcé des Palestiniens de la bande de Gaza ».

MBS a également déclaré au sommet que l’Arabie saoudite investirait 25 milliards de dollars en Afrique d’ici 2030, soit près du double du montant investi au cours de la dernière décennie, selon l’agence de presse officielle saoudienne.

 

Tsahal a frappé des sites du Hezbollah dans le sud du Liban en représailles

L'armée israélienne frappant un certain nombre de sites du Hezbollah dans le sud du Liban, le 10 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)
L'armée israélienne frappant un certain nombre de sites du Hezbollah dans le sud du Liban, le 10 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/X)

L’armée israélienne déclare avoir frappé un certain nombre de sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban en réponse aux attaques de missiles et de drones contre les troupes dans le nord d’Israël plus tôt dans la journée.

Les sites comprenaient un dépôt d’armes et une « infrastructure de renseignement » à partir de laquelle le groupe terroriste dirigeait des attaques contre Israël, selon Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.