Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Tsahal frappe plusiers cibles du Hamas à Gaza ; cinq commandants tués

L'armée affirme que l'incursion fait partie des préparatifs d'une manœuvre terrestre plus important * Biden et Netanyahu s'entretiennent et discutent de la libération des otages détenus par le Hamas et de l'autorisation pour les étrangers de quitter Gaza

  • Funérailles de trois membres de la famille Sharabi, Lian, Noya et Yahel, qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023, au moshav Kfar HaRif, dans le sud d'Israël, le 25 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
    Funérailles de trois membres de la famille Sharabi, Lian, Noya et Yahel, qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas au kibboutz Beeri le 7 octobre 2023, au moshav Kfar HaRif, dans le sud d'Israël, le 25 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
  • Des chars israéliens positionnés dans le nord d'Israël près de la frontière avec le Liban, le 15 octobre 2023. (Crédit : Jalaa MAREY/AFP)
    Des chars israéliens positionnés dans le nord d'Israël près de la frontière avec le Liban, le 15 octobre 2023. (Crédit : Jalaa MAREY/AFP)
  • Des secouristes palestiniens nettoient les décombres d'un bâtiment suite à des frappes israéliennes nocturnes sur le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
    Des secouristes palestiniens nettoient les décombres d'un bâtiment suite à des frappes israéliennes nocturnes sur le camp de réfugiés de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
  • Un panache de fumée s'élève adans le sillage d'une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vu depuis le sud d'Israël, le 23 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
    Un panache de fumée s'élève adans le sillage d'une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vu depuis le sud d'Israël, le 23 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)
  • Des membres de l'équipe de sécurité civile du kibboutz Malkia, dans le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, lors d'un exercice simulant l'infiltration d'un terroriste dans le kibboutz, le 19 juillet 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
    Des membres de l'équipe de sécurité civile du kibboutz Malkia, dans le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, lors d'un exercice simulant l'infiltration d'un terroriste dans le kibboutz, le 19 juillet 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
  • Des troupes de Tsahal sont vues dans le nord d'Israël, à côté de la frontière avec le Liban, le 24 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
    Des troupes de Tsahal sont vues dans le nord d'Israël, à côté de la frontière avec le Liban, le 24 octobre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

Des familles d’otages demandent au Hamas de laisser la Croix-Rouge voir leurs proches

Cette photographie prise à Bruxelles le 26 octobre 2023 montre une affiche et des bougies exposées lors d'une conférence de presse organisée par Europe Israel Press Association avec des familles d'Israéliens tués ou retenus en captivité par le Hamas. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Cette photographie prise à Bruxelles le 26 octobre 2023 montre une affiche et des bougies exposées lors d'une conférence de presse organisée par Europe Israel Press Association avec des familles d'Israéliens tués ou retenus en captivité par le Hamas. (Crédit : Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)

Des familles d’otages israéliens détenus par l’organisation palestinienne Hamas ont demandé à ce que la Croix-Rouge puisse voir leurs proches afin de vérifier leur état de santé et leur fournir des médicaments, lors d’une conférence de presse tenue jeudi à Madrid.

« Nous savons que la Croix-Rouge est à Gaza, nous voulons donc demander à la Croix-Rouge d’aller voir comment nos familles vont », a expliqué Merav Mor Raviv, dont l’oncle, ainsi que sa femme, leur fille et leur petit-fils sont détenus à Gaza, aux mains du Hamas.

Merav Mor Raviv a donné une conférence de presse au centre de la communauté juive de Madrid en compagnie de quatre autres proches d’otages enlevés lors de l’attaque du Hamas le 7 octobre dernier.

« Le Hamas ne laisse pas (la Croix-Rouge) voir nos familles. C’est pour cette raison que nous avons besoin de votre aide », a expliqué Mayaan Sigal-Koren, la fille d’une des otages.

Ces proches des otages ont entamé cette tournée dans les villes européennes, une initiative de la société civile en coopération avec le ministère israélien des Affaires étrangères, ont-ils expliqué au début de la conférence de presse.

Après Paris et Madrid, ils s’exprimeront aussi devant la presse à Bruxelles, Copenhague, La Haye, Vienne, Berlin et Rome, ont-ils ainsi précisé.

Gaza: les dirigeants de l’UE réclament des « couloirs humanitaires » et des « pauses »

Les dirigeants européens, réunis en sommet à Bruxelles, ont exprimé jeudi leur « inquiétude » concernant la dégradation de la situation humanitaire à Gaza, et appelé à la mise en place de « couloirs humanitaires » et de « pauses » pour répondre aux besoins humanitaires.

« Le Conseil européen exprime sa plus vive inquiétude concernant la dégradation de la situation humanitaire à Gaza et réclame un accès humanitaire continu, rapide, sécurisé et non entravé (…) pour aider ceux qui en ont besoin par tous les moyens nécessaires, y compris des couloirs humanitaires et des pauses pour les besoins humanitaires », indique le texte, sans détailler la signification exacte de ces « pauses ».

Dans une déclaration en 19 points, adoptée à l’issue de cinq heures de discussions, les Vingt-Sept soulignent par ailleurs que l’UE est favorable à l’organisation d’une « conférence internationale de paix » qui aurait lieu « prochainement ».

Les Vingt-Sept réaffirment par ailleurs « le droit d’Israël de se défendre conformément au droit humanitaire et international ». Ils réitèrent leur appel au Hamas pour la « libération immédiate de tous les otages ».

Une roquette tombe près de l’autoroute de Rehovot et déclenche un incendie

Un incendie s'est déclaré après qu'une roquette tirée de Gaza a touché un utilitaire près d'une autoroute près de Rehovot, le 26 octobre 2023. (Autorisation)
Un incendie s'est déclaré après qu'une roquette tirée de Gaza a touché un utilitaire près d'une autoroute près de Rehovot, le 26 octobre 2023. (Autorisation)

Une roquette lancée depuis la bande de Gaza a atterri près d’une autoroute près de Rehovot, dans le centre d’Israël, et a mis le feu à un poteau électrique.

Des coupures de courant généralisées ont été signalées dans la région.

Les secouristes affirment qu’il n’y a pas de blessés.

Le Pentagone annonce l’envoi de 900 soldats au Moyen-Orient et de 2 batteries Dôme de fer en Israël

Le système israélien de défense aérienne Dôme de fer déployé dans le sud d’Israël, le 9 mai 2023, après les frappes aériennes israéliennes sur Gaza. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)
Le système israélien de défense aérienne Dôme de fer déployé dans le sud d’Israël, le 9 mai 2023, après les frappes aériennes israéliennes sur Gaza. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Le porte-parole du Pentagone, Pat Ryder, a déclaré qu’environ 900 soldats américains se trouvaient au Moyen-Orient ou étaient en route vers cette région – mais pas en Israël – dans le cadre des « efforts visant à dissuader un conflit plus large et à renforcer nos capacités de protection des forces ».

Il a également déclaré lors d’un briefing que les États-Unis prévoyaient de transférer deux batteries Dôme de fer à Israël.

Israël montre des armes du Hamas, vraisemblablement fournies par l’Iran et la Corée du Nord

L’armée israélienne a exposé jeudi à des journalistes des armes utilisées par les terroristes du Hamas contre Israël le 7 octobre et dont, selon elle, une partie aurait été fournie par la Corée du Nord et l’Iran.

Lors d’une visite dans un lieu militaire qui ne peut être révélé, l’armée a montré à la presse un arsenal de quelques dizaines d’armes qui, a-t-elle ajouté, ont été saisies sur les lieux des attaques commises par les hommes du groupe terroriste islamiste palestinien : mines, lance-roquettes, obus ou encore drones fabriqués artisanalement.

« Je pense qu’entre 5 et 10% des armes ici ont été fabriquées en Iran », a affirmé un responsable de l’armée israélienne, dont l’identité ne peut être divulguée. « Et 10% (sont) nord-coréennes. Le reste a été fabriqué dans la bande de Gaza », a affirmé l’officier.

54 tonnes d’aide humanitaire pour les civils de Gaza partiront de France samedi

Un vol spécial partira samedi pour l’Egypte afin d’acheminer 54 tonnes d’aide humanitaire d’urgence au profit des populations civiles dans la bande de Gaza, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères jeudi.

Ce chargement, qui sera remis au Croissant-Rouge égyptien, comprend notamment des kits médicaux d’urgence, des médicaments, du matériel hospitalier, des respirateurs d’urgence, des lampes solaires, des générateurs et des tentes.

Près de 30 tonnes de compléments alimentaires et des tablettes de potabilisation seront également acheminées.

« La France réitère son appel à une trêve humanitaire, afin que l’aide puisse répondre de manière durable aux besoins des populations civiles à Gaza », affirme le communiqué du Quai d’Orsay.

Hagari réaffirme qu’il n’y a « pas de carburant » qui entre dans la bande de Gaza

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, réaffirme qu’aucun carburant n’est autorisé à entrer dans la bande de Gaza, alors que des informations indiquent que le gouvernement envisage d’autoriser l’entrée de carburant en échange de la libération d’un grand nombre de prisonniers détenus par le Hamas.

« À ce stade, la consigne de l’échelon politique est qu’aucun carburant n’entre, mais s’il y a un changement, nous en informerons le public », a déclaré Hagari en réponse à une question sur un tel accord.

Hagari ajoute qu’une grande partie de la capacité de fonctionnement du Hamas « repose sur le carburant », répétant que le groupe terroriste vole et stocke du carburant qui pourrait être destiné aux hôpitaux.

Auparavant, les médias israéliens avaient laissé entendre qu’Israël envisageait d’autoriser l’entrée de carburant dans la bande de Gaza via l’Égypte dans le cadre d’un accord qui permettrait de libérer certains des 224 otages que le Hamas détient.

Hagari : les raids terrestres limités dans la bande de Gaza vont se poursuivre

Cette capture d'écran tirée d'une vidéo diffusée par l'armée israélienne montre des chars entrant dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Tsahal / AFP)
Cette capture d'écran tirée d'une vidéo diffusée par l'armée israélienne montre des chars entrant dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Tsahal / AFP)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée poursuivrait des raids terrestres limités dans la bande de Gaza, après qu’hier soir, des forces d’infanterie et des chars ont opéré pendant plusieurs heures au-delà de la barrière frontalière pour attaquer des positions et des membres du Hamas.

Hagari précise que des raids seront menés « cette nuit également, et qu’ils se poursuivront avec d’autant plus de force dans les jours à venir ».

Il ajoute que les forces israéliennes continuent de mener des « frappes massives » sur la bande de Gaza, « depuis l’air et la mer », en se concentrant sur l’assassinat de membres importants du Hamas et de ceux qui ont participé aux massacres du 7 octobre.

Israël reproche à la Russie d’avoir rencontré des dirigeants du Hamas à Moscou

Alors que la frustration d’Israël à l’égard de la Russie s’accroît, le ministère des Affaires étrangères reproche à Moscou d’avoir accueilli aujourd’hui des dirigeants du Hamas.

« Le Hamas est une organisation terroriste pire que l’Etat islamique », a tweeté le porte-parole du ministère, Lior Haiat. « Les mains des hauts responsables du Hamas sont tachées du sang de plus de 1 400 Israéliens qui ont été massacrés, assassinés, exécutés et brûlés, et ils sont responsables de l’enlèvement de plus de 220 Israéliens, dont des bébés, des enfants, des femmes et des personnes âgées. »

« Israël considère l’invitation de hauts responsables du Hamas à Moscou comme une mesure obscène qui soutient le terrorisme et légitime les atrocités commises par les terroristes du Hamas », poursuit-il, ajoutant qu’Israël demande à Moscou d’expulser immédiatement les dirigeants du Hamas.

30 poussettes vides devant la tour Eiffel pour la libération des enfants otages du Hamas:

Des poussettes avec des images sont exposées pour symboliser les jeunes otages pris par les terroristes du Hamas lors d'une manifestation pour demander leur libération au Champ de Mars devant la Tour Eiffel à Paris, le 26 octobre 2023. (Crédit : Dimitar DILKOFF / AFP)
Des poussettes avec des images sont exposées pour symboliser les jeunes otages pris par les terroristes du Hamas lors d'une manifestation pour demander leur libération au Champ de Mars devant la Tour Eiffel à Paris, le 26 octobre 2023. (Crédit : Dimitar DILKOFF / AFP)

Trente poussettes vides, une par bébé, enfant ou adolescent retenus en otages par le Hamas à Gaza depuis près de vingt jours, ont été installées jeudi à quelques mètres de la tour Eiffel à Paris, chacune portant la photo du visage d’un jeune retenu.

« Nous voulons mettre des noms, des visages, sur ces 30 enfants. Nous voulons que cela touche le cœur et la conscience de chacun », a déclaré à l’AFP Yonathan Arfi, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), à l’initiative de cette action, qui vise à « la libération de ces enfants ».

Une opération semblable s’est également déroulée à Nice et Marseille, a-t-il ajouté.

Chaque affichette, accrochée sur une poussette, porte la photo du visage en gros plan du jeune otage, surmontée de « kidnappé(e) le 7 octobre » sur fond rouge. Sous le visage, le nom et l’âge de la personnes et #BringThemBack (Ramenez-les).

« La France a différents moyens d’intervention, mais elle a notamment des relations privilégiées avec le Qatar, avec l’Egypte, avec la Turquie aussi, qui peuvent avoir un levier sur le Hamas », a souligné Yonathan Arfi, qui en appelle à l’activation « rapidement » et « avec force » du « levier diplomatique français ».

Plusieurs actions ont eu lieu ces derniers jours à travers Paris, pour alerter l’opinion publique, selon des responsables de la communauté juive en France. L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) organise par exemple le collage sur les murs de la capitale de photos des otages, français ou autres, enfants et adultes.

Jeudi soir, devraient être projetées des photos d’otages sur les murs de mairies d’arrondissements.

Gallant: Incursion terrestre imminente, soldats prêts : « nous gagnerons cette guerre »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant tenant une conférence de presse, le 26 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran GPO)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant tenant une conférence de presse, le 26 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran GPO)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, affirme qu’Israël gagnera la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza et promet un « effort suprême » pour restituer tous les otages retenus par le Hamas. Il affirme que l’incursion terrestre est imminente.

« Nous vivons des moments décisifs. C’est une guerre pour notre foyer et nous la gagnerons. C’est nous ou eux », a-t-il déclaré dans une allocution télévisée.

« Le 7 octobre, le Hamas a déclenché une guerre », poursuit-il, « une guerre contre les citoyens d’Israël, contre les petits enfants, contre les femmes, contre les survivants de la Shoah. C’est une guerre contre les communautés civiles. Une guerre de meurtres, de viols, d’enlèvements, de pillages. C’est une guerre destinée à nous dissuader et à détruire la volonté des citoyens israéliens de vivre ici. »

« Nous gagnerons cette guerre », déclare-t-il. « Je le sais parce que j’ai vu, les 7 et 8 octobre, des soldats de Tsahal et des civils se battre – des civils protégeant leurs enfants à tout prix, des soldats se lançant à l’assaut des tirs. »

« J’ai vu des soldats tomber au combat et des commandants de division mener les combats », ajoute Gallant. « Ensemble, ils ont stoppé la progression de l’ennemi vers l’intérieur d’Israël et l’ont empêché de blesser davantage de citoyens. »

« Et dans les 24 heures qui ont suivi, nous sommes passés à l’offensive », ajoute-t-il. « L’opération israélienne contre le Hamas à Gaza est menée par voie aérienne, terrestre et maritime (…) et cible les bunkers, les tunnels et les avant-postes. »

« La guerre est précise, meurtrière et puissante. Il est de notre devoir de gagner cette guerre. C’est le contrat non écrit entre l’establishment de la Défense et les citoyens (…). Il est de mon devoir, en tant que ministre de la Défense, de mener la bataille pour que nous la gagnions et que les citoyens puissent vivre ici dans la paix et la tranquillité », poursuit-il.

Gallant affirme que l’incursion terrestre prévue aura lieu bientôt. « D’autres étapes de la guerre viendront également, nous créons les conditions nécessaires et nous les mènerons à bien. Je suis déterminé… à faire en sorte que l’État d’Israël soit victorieux de cet ennemi coriace et malfaisant, de cette incarnation du mal. »

Gallant a déclaré que « cette opération a donné lieu à un événement sans précédent ». « Nous avons plus de 200 prisonniers et disparus, et nous avons perdu environ 1 400 soldats et civils dans la bataille. »

« En tant que père et grand-père et en tant que fils de survivants de la Shoah, je comprends et je suis profondément attristé par le lourd tribut payé par ceux qui sont tombés au combat. Je suis déterminé à faire tout ce qui est en mon pouvoir pour rendre les otages à leurs familles, c’est mon obligation suprême, au même titre que l’effort pour une victoire absolue dans la guerre », ajoute-t-il.

« Rien de tel ne s’est produit en 75 ans d’existence d’Israël », poursuit-il. « Ce qui se passera dans les 75 prochaines années dépendra en grande partie des résultats obtenus dans cette bataille. »

Répondant aux questions, Gallant affirme que l’incursion terrestre « est proche » et « commencera lorsque les conditions seront réunies. Les forces sont prêtes ».

Il affirme qu’Israël est également « prêt à toute éventualité » dans le nord. « Israël n’est pas intéressé par une extension de la guerre, mais y fera face si nécessaire. »

Il ne répond pas directement aux questions sur les conditions possibles de libération des otages ni sur le rôle du Qatar, mais promet à nouveau de « faire tous les efforts possibles pour les récupérer dès que possible ».

Il ajoute qu’il ne discutera pas de la manière dont l’échec du 7 octobre à empêcher l’infiltration et l’assaut dévastateurs du Hamas devrait faire l’objet d’une enquête. Son seul objectif, dit-il, « est la victoire ».

Herzog rencontre et soutient des parents d’otages bédouins détenus à Gaza

Le président Isaac Herzog rencontrant à Rahat des membres des familles des otages bédouins détenus à Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le président Isaac Herzog rencontrant à Rahat des membres des familles des otages bédouins détenus à Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le président Isaac Herzog rencontre à Rahat, dans le sud du pays, des membres de familles de Bédouins retenus en captivité par le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

« Nous sommes venus dire que nous partageons profondément la douleur de l’ensemble de la population arabe israélienne, et de la société bédouine en particulier », a déclaré Herzog. « Il ne s’agit pas d’une guerre entre Juifs et musulmans. C’est une guerre entre ceux qui cherchent à apporter la lumière et ceux qui cherchent à apporter l’obscurité. »

« Il est important pour moi de dire à l’ensemble de la société arabe en Israël à quel point j’apprécie la responsabilité dont fait preuve cette communauté en ces jours difficiles. Mais nous devons nous rappeler qu’il ne s’agit pas d’une lutte politique. Il s’agit de notre capacité à vivre ici dans un Moyen-Orient de paix par opposition à un Moyen-Orient d’effusion de sang et de guerre », ajoute Herzog.

L’armée a tué trois hauts responsables du Hamas lors d’une frappe aérienne à Gaza

De la fumée s’élevant des bâtiments démolis par les frappes aériennes israéliennes à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
De la fumée s’élevant des bâtiments démolis par les frappes aériennes israéliennes à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

L’armée israélienne affirme avoir tué trois commandants du bataillon Daraj-Tuffah du groupe terroriste palestinien du Hamas lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza aujourd’hui.

Tsahal indique que la frappe a tué le commandant du bataillon, Rifaat Abbas, le commandant adjoint, Ibrahim Jadba, et un commandant de soutien au combat, Tarek Maarouf.

Selon l’armée, le bataillon Daraj-Tuffah fait partie de la brigade de Gaza City du Hamas, qui est « considérée comme la brigade la plus importante du groupe terroriste du Hamas ».

« Les membres terroristes du bataillon ont joué un rôle important dans l’invasion et l’attaque meurtrière contre Israël le 7 octobre », ajoute Tsahal.

L’armée a effectué une frappe de drone sur une cellule du Hezbollah au Liban

Des chars israéliens participant à un exercice militaire près de la frontière avec le Liban dans la région de la haute Galilée, le 26 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Des chars israéliens participant à un exercice militaire près de la frontière avec le Liban dans la région de la haute Galilée, le 26 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

L’armée israélienne affirme avoir mené une attaque de drone contre une cellule du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah au Sud-Liban qui se préparait à mener une attaque au missile guidé antichar contre un poste de l’armée à la frontière nord.

Ces derniers jours, Tsahal a intensifié les frappes aériennes contre les terroristes du Hezbollah qui prévoyaient de lancer des missiles et des roquettes sur le nord d’Israël.

Le groupe terroriste a jusqu’à présent donné le nom de 46 membres tués par des frappes israéliennes dans le sud du Liban, dans le cadre de la guerre dans la bande de Gaza.

L’armée publie des images montrant la dernière frappe.

Une frappe de Tsahal tue le chef adjoint des renseignements du Hamas

De la fumée s’élevant des bâtiments démolis par les frappes aériennes israéliennes à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
De la fumée s’élevant des bâtiments démolis par les frappes aériennes israéliennes à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

L’armée israélienne affirme avoir tué le chef adjoint de la direction du renseignement du Hamas, Shadi Barud, lors d’une frappe dans la bande de Gaza aujourd’hui.

Tsahal a accusé Barud d’avoir planifié les attaques du 7 octobre dans le sud d’Israël conjointement avec le chef du Hamas, Yahya Sinwar.

Il était auparavant commandant de bataillon dans la région de Khan Younis et a occupé d’autres fonctions au sein de la direction des renseignements du groupe terroriste. « Il est responsable de la planification de nombreuses attaques terroristes contre des civils israéliens », a précisé Tsahal.

Tsahal a publié une vidéo montrant la frappe aérienne qui a tué le commandant en chef.

La Défense transfère 70 millions de shekels aux villes frontalières de Gaza

Une pelleteuse israélienne enlevant les décombres du poste de police qui a été envahi par les terroristes du Hamas la veille, à Sderot, en Israël, le 8 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
Une pelleteuse israélienne enlevant les décombres du poste de police qui a été envahi par les terroristes du Hamas la veille, à Sderot, en Israël, le 8 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

Le ministère de la Défense indique avoir transféré une somme de 70 millions de shekels aux quatre conseils locaux de la zone frontalière de Gaza ainsi qu’à la ville de Sdérot pour financer l’évacuation de leurs habitants.

Les fonds sont également destinés à « fournir un flux d’assistance » aux conseils locaux.

ONU : Israël distribue un code QR menant à une vidéo d’atrocités commises par le Hamas

Codes QR distribués par Israël avant une session d'urgence de l'ONU sur la guerre entre Israël et le Hamas, le 26 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Codes QR distribués par Israël avant une session d'urgence de l'ONU sur la guerre entre Israël et le Hamas, le 26 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Avant le début de la session d’urgence de l’ONU sur Gaza convoquée par la Jordanie et la Mauritanie, la mission israélienne auprès de l’ONU a distribué des feuilles avec un code QR qui mène à une vidéo montrant les atrocités commises par le Hamas.

Les images montrent des piles de corps brûlés, un bébé abattu dans son lit, des civils morts dans des voitures et dans la rue, et une femme bâillonnée qui a été brûlée vive.

Herzog rejette les propos du secrétaire-général des Nations unies

Le président Isaac Herzog montrant des documents récupérés sur le corps d'un terroriste du Hamas lors d'une interview avec Sky News, le 22 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le président Isaac Herzog montrant des documents récupérés sur le corps d'un terroriste du Hamas lors d'une interview avec Sky News, le 22 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le président Isaac Herzog a rejeté les propos très controversés tenus par le secrétaire-général des Nations unies, Antonio Guterres, lors d’une réunion du Conseil de sécurité, mardi – il avait alors estimé que le massacre perpétré par le Hamas, le 7 octobre, ne s’était pas produit « en-dehors de tout contexte » et qu’il était survenu suite à des décennies de gouvernance militaire et autres politiques en Cisjordanie et à Gaza.

La résidence du président a diffusé la retranscription des paroles prononcées hier par Herzog au cours d’un entretien avec la chaîne de télévision française BFMTV.

« J’ai entendu les propos du secrétaire-général des Nations unies, Guterres », a-t-il dit. « Il a laissé entendre, d’une certaine manière, que la source de tout ce mal avait quelque chose à voir avec le conflit israélo-palestinien ».

« Je rejette absolument ces paroles, parce qu’elles contenaient une sorte de reconnaissance ou même de consentement à ces atrocités, au terrorisme. Le problème dans ce conflit, c’est le terrorisme. Le problème le plus inhérent qui empêche le processus de paix entre les Israéliens et les Palestiniens est relatif au terrorisme. »

Herzog a aussi indiqué, pendant l’entretien, qu’Israël respectait le droit humanitaire international, notamment en disant aux civils de quitter le nord de Gaza. Il a accusé le Hamas d’empêcher les citoyens d’évacuer.

Une délégation du Hamas et un haut-diplomate iranien à Moscou

Des représentants du Hamas sont à Moscou, selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

« Je peux aussi dire et confirmer que les représentants du mouvement palestinien concerné sont en visite à Moscou », a-t-elle déclaré lors d’un point-presse, selon l’agence de presse russe RIA Novosti.

L’agence avait rapporté que le membre du bureau politique du Hamas Moussa Abu Marzuk était à la tête de la délégation.

Zakharova a ajouté que le vice-ministre des Affaires étrangères, Ali Bagheri Kani, se trouvait lui aussi à Moscou.

Des chefs d’entreprise critiquent le plan économique de Smotrich

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une manifestation en faveur du plan de refonte du système judiciaire avancé par le gouvernement aux abords de la Cour suprême de Jérusalem, le 7 septembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d'une manifestation en faveur du plan de refonte du système judiciaire avancé par le gouvernement aux abords de la Cour suprême de Jérusalem, le 7 septembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Un groupe d’entreprises de premier plan et d’associations syndicales, qui représente environ 1,5 million d’employés, a fustigé le plan d’urgence proposé par le ministre des Finances Bezalel Smotrich, un plan qui vise à venir en aide aux firmes touchées par le guerre. Le groupe estime que ce plan ne les aidera pas à survivre.

Pendant une réunion organisée en urgence, le groupe a annoncé qu’il rejetait le plan du ministère des Finances qui, selon eux, est déconnecté de la réalité. Le forum, qui comprend l’Association israélienne des Fabricants, l’Association des Contracteurs et des Constructeurs et la Chambre des organisations et des entreprises indépendantes, a vivement recommandé au gouvernement d’adopter le plan qui a été proposé par le ministre de l’Économie, Nir Barkat.

« Nous ne voulons pas que nos soldats, de retour de la guerre, se retrouvent à lutter pour pouvoir répondre à leurs besoins », a commenté Ron Termer, président de l’Association des fabricants israéliens. « Si nous ne tirons pas le signal d’alarme, nos réservistes reviendront et se retrouveront sans entreprise et sans travail ».

Le plan alternatif d’indemnisation qui a été présenté par Barkat, cette semaine, prévoit de permettre aux entreprises d’employer des travailleurs à temps partiel. Le jour où un employé est dans l’incapacité de travailler, le gouvernement indemnisera l’entreprise à hauteur de 70%. Ce plan propose également d’augmenter le montant des subventions concernant les dépenses fixes présentées dans la proposition faite par le Trésor pour les entreprises qui ont enregistré des pertes.

9 pays arabes, dont l’Arabie saoudite, le Bahreïn et le Maroc, accusent Israël

Des gens regardant la fumée et la poussière s'élever après un bombardement israélien, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des gens regardant la fumée et la poussière s'élever après un bombardement israélien, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Les ministres des Affaires étrangères de neuf pays arabes publient une déclaration commune appelant le Conseil de sécurité de l’ONU à mettre en œuvre un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Les Émirats arabes unis, la Jordanie, le Bahreïn, l’Arabie saoudite, Oman, le Qatar, le Koweït, l’Égypte et le Maroc reprochent à Israël d’avoir tué des civils à Gaza, estimant que « la légitime défense ne justifie pas les violations du droit international et le mépris délibéré des droits légitimes du peuple palestinien ».

Ils condamnent également le déplacement des Palestiniens et accusent Israël de mettre en œuvre une « punition collective » à leur encontre.

Trente-cinq Français tués dans les attaques du Hamas le 7 octobre contre Israël

Trente-cinq Français ont été tués dans les attaques du groupe terroriste islamiste palestinien Hamas le 7 octobre contre Israël, et neuf sont portés disparus, selon un nouveau bilan jeudi du ministère des Affaires étrangères.

« La France déplore le décès tragique de nouveaux ressortissants français, ce qui porte à 35 le bilan des victimes françaises dans les attaques terroristes menées par le Hamas contre Israël », indique le communiqué du Quai, précisant que sur les neuf disparus, « certains sont otages du Hamas ».

7 blessés légers après la chute d’un drone de Tsahal sur un balcon à Maalot-Tarshiha

Un soldat de l'armée lance un petit drone dans le cadre d'un exercice de simulation de guerre à grande échelle dans le nord d'Israël, au mois d'octobre 2020. Illustration (Crédit : Armée israélienne)
Un soldat de l'armée lance un petit drone dans le cadre d'un exercice de simulation de guerre à grande échelle dans le nord d'Israël, au mois d'octobre 2020. Illustration (Crédit : Armée israélienne)

L’hôpital de Galilée à Nahariya a indiqué que sept personnes avaient été légèrement blessées après la chute d’un drone de Tsahal sur le balcon de leur maison dans la ville de Maalot-Tarshiha, dans le nord du pays, non loin de la frontière libanaise.

L’hôpital précise que les patients comprennent cinq adultes et deux enfants de 5 et 11 ans, traités pour inhalation de fumée et anxiété aiguë.

Six d’entre eux ont été soignés et renvoyés chez eux ; un homme de 66 ans a été hospitalisé pour un traitement complémentaire, ajoute l’hôpital.

Tsahal a déclaré que l’incident faisait l’objet d’une enquête.

Prolongation de l’internat en médecine pour les réservistes qui ont servi plus de 45 jours

Illustration. Des internes en médecine manifestent pour de meilleures conditions de travail sur la place Habima à Tel Aviv, le 30 août 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Illustration. Des internes en médecine manifestent pour de meilleures conditions de travail sur la place Habima à Tel Aviv, le 30 août 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Mirsham, l’organisation des internes en médecine en Israël, a réagi vertement à une lettre envoyée par le conseil scientifique de l’Association médicale israélienne (IMA) informant les internes en médecine qu’ils devraient prolonger leur internat s’ils effectuent plus de 45 jours de service de réserve militaire cette année.

« Cette lettre est scandaleuse et témoigne d’une déconnexion totale avec la réalité », a déclaré Mirsham dans un communiqué.

Des milliers d’internes en médecine ont été appelés au service de réserve depuis le début de la guerre, le 7 octobre, et nombre d’entre eux avaient été appelés à effectuer leur service de réserve plus tôt en 2023 également.

La durée de l’appel actuel étant inconnue, ces internes dépasseront probablement la limite des 45 jours.

Mirsham demande l’annulation de cette politique.

« Nous sommes profondément déçus par le mauvais timing de cet avis, au moment où les médecins abandonnent leur famille à la maison et risquent leur vie pour le pays », a déclaré Mirsham.

Dans sa lettre, l’IMA reconnaît les difficultés que rencontrent les internes en médecine qui ont été appelés au service militaire ou qui ont perdu des proches dans les attaques barbares du 7 octobre menées par les terroristes du Hamas depuis Gaza et dans les combats qui ont suivi – ou les deux.

Cependant, l’association a également mentionné la pression considérable que subit le système de santé israélien qui tente de prendre en charge le grand nombre de blessés tout en composant avec une pénurie d’internes dans les hôpitaux.

En réponse à la plainte de Mirsham, l’IMA a déclaré qu’elle reconsidérerait la politique des 45 jours, tout en soulignant qu’il lui incombait de trouver un juste équilibre entre le service militaire de réserve et une formation médicale suffisante.

La USC Shoah Foundation recueille des témoignages sur l’attaque du Hamas

Des soldats israéliens autour des destructions causées par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Kfar Azza, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Des soldats israéliens autour des destructions causées par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Kfar Azza, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

La USC Shoah Foundation a lancé une nouvelle initiative visant à recueillir les témoignages des survivants et des témoins de l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre.

La fondation, fondée par Steven Spielberg, a recueilli 56 000 témoignages provenant de 65 pays où des attaques génocidaires ont été perpétrées.

Plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils, ont été tuées et plus de 224 personnes ont été enlevées et emmenées à Gaza lors de l’attaque du Hamas.

Levin et Arbel envisagent la déchéance de nationalité et l’expulsion pour les partisans du terrorisme

Le ministre de la Justice, Yariv Levin, et le ministre de l’Intérieur, Moshe Arbel, rencontrent des responsables juridiques et judiciaires pour discuter de la possibilité de retirer la citoyenneté et le droit de résidence aux personnes qui « font du commerce du terrorisme, soutiennent le terrorisme, incitent au terrorisme ou s’identifient à une activité terroriste », indiquent-ils dans une déclaration commune.

« Compte tenu de la situation actuelle, il a été convenu de faire avancer immédiatement une législation qui considérerait la réalisation des activités susmentionnées en temps de guerre comme un motif suffisant pour retirer la citoyenneté ou la résidence », indique le communiqué.

L’armée israélienne affirme avoir tué un des principaux responsables des tirs de roquettes du Hamas

L’armée israélienne affirme avoir frappé et tué le chef du réseau de roquettes du Hamas à Khan Younis Nord, Hassan al-Abdullah.

Tsahal indique que la frappe aérienne a été effectuée suite à des informations sur la localisation d’al-Abdullah, recueillies par l’agence de sécurité Shin Bet et la Direction du Renseignement Militaire.

L’armée ajoute que les avions de combat ont frappé et tué plusieurs autres membres du Hamas, et détruit plusieurs sites appartenant au groupe terroriste dans la bande de Gaza aujourd’hui.

Elle publie une vidéo montrant certaines des récentes frappes aériennes.

12 camions d’aide humanitaire entrent à Gaza

Un convoi de camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza depuis l'Egypte via le poste frontière de Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Eyad Baba/AFP)
Un convoi de camions transportant de l'aide humanitaire entrant dans la bande de Gaza depuis l'Egypte via le poste frontière de Rafah, le 21 octobre 2023. (Crédit : Eyad Baba/AFP)

Douze camions d’aide humanitaire entrent dans la bande de Gaza aujourd’hui, apportant de la nourriture, de l’eau et des médicaments, rapporte la Douzième chaîne.

Cela porte à 74 le nombre total de camions entrés dans la bande de Gaza ces derniers jours.

Un bâtiment de Petah Tikvah endommagé par une attaque à la roquette

Un immeuble de la ville de Petah Tikvah a été endommagé par une attaque à la roquette sur le centre d’Israël.

Le service d’incendie et de secours est sur place alors qu’un incendie se déclare dans le bâtiment.

Ils effectuent des recherches au cas où quelqu’un serait blessé ou pris au piège.

Tsahal arrête 46 terroristes du Hamas lors de raids en Cisjordanie pendant la nuit

Des manifestants défilant avec des drapeaux palestiniens lors d'un rassemblement de soutien à la population de la bande de Gaza, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 25 octobre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Des manifestants défilant avec des drapeaux palestiniens lors d'un rassemblement de soutien à la population de la bande de Gaza, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 25 octobre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

L’armée israélienne déclare que les troupes ont arrêté 46 membres du groupe terroriste palestinien du Hamas lors de raids d’arrestations nocturnes en Cisjordanie.

Tsahal indique que depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, le 7 octobre, les soldats ont arrêté un millier de Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont 660 affiliés au Hamas.

Au cours des deux dernières semaines, il y a eu de nombreux affrontements entre Tsahal et les Palestiniens en Cisjordanie, ainsi que plusieurs tentatives d’attaques terroristes, selon l’armée.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, une centaine de Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par l’armée israélienne, et dans certains cas par des résidents d’implantations, depuis le 7 octobre.

Benny Gantz assure qu’Israël prend ses propres décisions militaires

Le ministre Benny Gantz s'adressant aux médias, à Tel Aviv le 26 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Le ministre Benny Gantz s'adressant aux médias, à Tel Aviv le 26 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Le ministre Benny Gantz, membre du cabinet de guerre, a déclaré qu’Israël prendrait ses propres décisions concernant les plans de guerre, au vu de plusieurs informations indiquant qu’Israël aurait cédé aux pressions américaines pour retarder son incursion terrestre de la bande de Gaza.

« Nous prenons nos décisions uniquement en fonction de nos propres intérêts », a déclaré Gantz aux journalistes à Tel Aviv, tout en précisant qu’Israël apprécie le soutien qu’il a reçu de son allié, les États-Unis.

« Nous sommes les seuls à nous défendre et à défendre chaque juif », ajoute-t-il, affirmant que « le danger d’être éliminé » n’est pas le fait d’Israël « mais de ses ennemis ».

« Des moments difficiles nous attendent », ajoute Gantz à propos de la guerre qui s’annonce, mais il affirme que le cabinet de guerre fonctionne bien.

En ce qui concerne la décision de son parti, HaMahane HaMamlahti, de rejoindre le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu il y a deux semaines, Gantz déclare : « Je vous dis en toute confiance que c’était le bon choix pour Israël et que ce choix a déjà fait ses preuves », en termes de décisions sécuritaires et de message d’unité interne, important à la fois pour l’opinion publique nationale et pour l’opinion publique ennemie.

« Je suis un soldat. Je ne faisais pas de politique lorsque j’ai rejoint le gouvernement d’urgence. Tout comme j’ai su quand entrer, je saurai aussi quand sortir », déclare-t-il, ajoutant : « Je suis ici jusqu’à la fin de la guerre. »

« Nous sommes conscients, en tant que dirigeants, des difficultés rencontrées par les civils à la suite de l’assaut du Hamas et de la guerre qui s’en est suivie. »

« Nous allons travailler sur un nouveau plan pour la région » afin d’assurer la sécurité des communautés que l’État prévoit de faire renaître dans la zone frontalière de Gaza.

Gantz déclare également que le gouvernement s’efforce de faire revenir les otages, en utilisant tous les moyens possibles.

Il rassure les Israéliens sur la force de l’armée et la justesse de la cause d’Israël.

« Nous ne risquons pas d’être anéantis. Ce sera le sort de ceux qui cherchent à nous faire du mal. »

Riyad al-Maliki accuse Israël de mener une « guerre par vengeance »

Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad al-Maliki s'adresse à l'Assemblée générale avant un vote au siège des Nations unies, le 21 décembre 2017 (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)
Le ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne Riyad al-Maliki s'adresse à l'Assemblée générale avant un vote au siège des Nations unies, le 21 décembre 2017 (Crédit : AP Photo/Mark Lennihan)

Le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, a accusé jeudi Israël de mener une « guerre par vengeance » dans la bande de Gaza, estimant qu’un cessez-le-feu était « essentiel » pour y acheminer l’aide humanitaire.

Présent à La Haye où il a rencontré mercredi des responsables de la Cour pénale internationale (CPI), dont le procureur Karim Khan, en plein conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, Riyad al-Maliki a estimé que la solution à deux Etats était « plus pertinente que jamais ».

Pour lui, « la guerre que mène Israël est différente. Cette fois, c’est une guerre par revanche », a-t-il déclaré. « D’abord nous devons mettre fin à cette agression unilatérale et ensuite nous devons appeler à un cessez-le-feu », a dit le diplomate.

« Un cessez-le-feu est essentiel pour la distribution de l’aide humanitaire », a-t-il souligné.

« La situation à Gaza est si dangereuse maintenant qu’une intervention du procureur de la CPI est immédiatement nécessaire », a encore affirmé le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne.

Enregistrement d’un Gazaoui affirmant que le Hamas tire sur ceux qui tentent de fuir

L’armée israélienne publie un enregistrement audio d’un officier de l’Unité 504 du Directorat des Renseignements militaires – spécialisé dans le HUMINT (sources humaines) – s’entretenant avec un habitant de Gaza, au cours duquel il décrit comment le groupe terroriste palestinien du Hamas empêche les civiles d’évacuer la partie nord de la bande de Gaza et leur tire même dessus.

Tsahal indique que les soldats de l’unité 504 ont appelé les Palestiniens du nord de la bande de Gaza ces derniers jours, leur demandant de quitter la zone pour leur sécurité, alors que l’armée intensifie les frappes dans la zone de la ville de Gaza en prévision d’une incursion terrestre majeure.

Dans l’appel récemment diffusé, on entend le militaire israélien demander à l’homme de se diriger vers Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, mais le Gazaoui répond en disant que le Hamas bloque toutes les routes.

L’homme dit que le groupe terroriste place des barrages routiers avec des voitures et « renvoie les gens chez eux ».

Le Gazaoui affirme également que des terroristes du Hamas tirent sur tous ceux qui tentent de quitter la zone.

Tsahal a accusé le Hamas d’avoir empêché les Palestiniens d’évacuer le sud à plusieurs reprises depuis le début de la guerre, le 7 octobre.

Lapid exhorte le gouvernement « à surmonter le choc et à commencer à aider le peuple »

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 26 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'exprimant à la Knesset, à Jérusalem, le 26 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid attaque le gouvernement pour ce qu’il qualifie de prestation inadéquate de services aux citoyens, vingt jours après qu’Israël a été choqué par la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Il est possible de comprendre le choc et la paralysie du gouvernement immédiatement après l’attaque du Hamas du 7 octobre, mais il est difficile de comprendre comment le gouvernement n’est [toujours] pas sorti de l’état de choc près de trois semaines après le début de la guerre. »

« Le gouvernement n’est pas présent », ajoute-t-il.

Il présente huit recommandations qui, selon lui, ont été élaborées en consultation avec des experts et d’anciens fonctionnaires.

Ces recommandations sont les suivantes :

Augmenter la fréquence des communications avec la population ; améliorer la prise en charge des citoyens évacués, en partie en transférant la prestation des services aux autorités locales, avec l’aide du gouvernement ; aider les petites et moyennes entreprises et les entrepreneurs indépendants appelés au service de réserve ; étendre les protections financières pour les réservistes et les résidents de première ligne ; augmenter les services éducatifs, en particulier pour les enfants évacués ; élargir les services de santé mentale ; augmenter la protection personnelle, en partie en mettant en place des organisations de sécurité communautaires armées dans chaque ville israélienne ; et fermer les ministères inutiles et détourner les fonds de la coalition vers l’effort de guerre.

Le chef de l’opposition identifie huit ministères superflus et estime que « ce sont des ministères qui n’ont pas besoin d’exister, surtout pas en temps de guerre. »

« Il est impossible de continuer ainsi », ajoute-t-il.

Lapid affirme que les recommandations économiques de son parti ont été remises au ministère des Finances la semaine dernière, et que certaines ont été intégrées dans le plan de relance économique du gouvernement

L’Assemblée générale de l’ONU se réunit pour discuter des « actions illégales d’Israël »

Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres prenant la parole lors de la 78e Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 19 septembre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)
Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres prenant la parole lors de la 78e Assemblée générale des Nations unies, à New York, le 19 septembre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)

L’Assemblée générale des Nations unies tiendra une session d’urgence à New York aujourd’hui à 17 heures, heure d’Israël, pour discuter du conflit à Gaza.

Cette session, intitulée « Mesures illégales prises par Israël à Jérusalem occupée et dans le reste du territoire palestinien occupé », a été convoquée par la Jordanie et la Mauritanie. C’est la 39e fois que la « dixième session extraordinaire d’urgence » se réunit sur ce sujet.

La demande jordanienne/mauritanienne de reconvoquer la session ne fait aucune mention ni du Hamas, ni des agressions du 7 octobre.

Elle souligne cependant « le siège et l’agression militaire d’Israël, la puissance occupante, contre la population civile palestinienne dans la bande de Gaza, qui a, à ce jour, causé la destruction gratuite de maisons et d’autres propriétés et infrastructures civiles, et infligé des conditions humanitaires catastrophiques, risquant de déstabiliser encore plus dangereusement la situation, mettant en danger davantage de vies civiles et menaçant la paix et la sécurité internationales ».

Interdiction d’une manifestation anti-Israël samedi à Paris

Une manifestation prévue samedi dans Paris à l’appel de plusieurs organisations « en soutien avec le peuple palestinien » sera interdite, a déclaré jeudi le préfet de police Laurent Nuñez.

« Ce n’est pas une manifestation statique, c’est une déambulation dans Paris, toujours beaucoup plus risquée », a fait valoir M. Nuñez sur la radio France Info.

« Et les organisations qui ont déposé cette déclaration par les propos qu’elles ont pu tenir pouvaient laisser à penser qu’elles étaient quand même en soutien au Hamas, et donc j’interdirai cette manifestation », a-t-il annoncé.

Le collectif Urgence Palestine, réunissant plusieurs associations, syndicats et organisations politiques, a appelé à « une grande manifestation de soutien au peuple palestinien » samedi après-midi dans le centre de la capitale, selon leur site.

« Le trouble à l’ordre public peut être immatériel. Le seul fait qu’on puisse tenir des propos négationnistes, antisémites ou de soutien au terrorisme, c’est pour nous un problème, c’est ce qui justifie ces interdictions », a déclaré le préfet de police.

808 victimes civiles des attaques du Hamas ont été identifiées à ce jour – police

Funérailles de trois membres de la famille Sharabi, Lian, Noya et Yahel, qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Be'eri le 7 octobre 2023, au Moshav Kfar HaRif, dans le sud d'Israël, le 25 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Funérailles de trois membres de la famille Sharabi, Lian, Noya et Yahel, qui ont été assassinés par des terroristes du Hamas dans le kibboutz Be'eri le 7 octobre 2023, au Moshav Kfar HaRif, dans le sud d'Israël, le 25 octobre 2023. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

La police déclare qu’à ce jour, 808 victimes civiles de l’attaque du Hamas du 7 octobre ont été identifiées.

Cela représente 84 % des civils qui auraient été tués.

Les autorités ont déclaré qu’il était difficile d’identifier de nombreux corps car ils étaient gravement brûlés ou mutilés.

La police indique qu’à ce jour, 701 victimes ont été enterrées.

Outre les victimes civiles, plus de 300 membres des forces de sécurité ont été tués.

Des dizaines d’habitants de Kfar Aza manifestent à Tel-Aviv pour demander le retour des otages

Des dizaines d’habitants de Kfar Aza, l’une des localités les plus touchées par l’assaut du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre, manifestent à Tel-Aviv.

Des dizaines de résidents du kibboutz ont été tués et d’autres pris en otage par le Hamas.

Les résidents brandissent des pancartes demandant au gouvernement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour libérer les captifs.

« Nos cœurs sont captifs à Gaza », peut-on lire sur une pancarte. D’autres brandissent des photos de leurs proches.

Tsahal: les familles de 224 otages informées qu’ils sont détenus à Gaza

De grands ours en peluche recouverts de peinture rouge et portant des photos des enfants retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sont exposés sur le Kikar Dizengoff, à Tel Aviv, le 25 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
De grands ours en peluche recouverts de peinture rouge et portant des photos des enfants retenus en otage par les terroristes du Hamas à Gaza, sont exposés sur le Kikar Dizengoff, à Tel Aviv, le 25 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait jusqu’à présent informé les familles de 224 otages que leurs proches étaient détenus dans la bande de Gaza.

Il précise que ce chiffre n’est pas définitif car l’armée étudie de nouvelles informations.

Ce nombre n’inclut pas les quatre otages libérés – Judith Raanan et sa fille Natalie, libérées vendredi soir, et Yocheved Lifshitz et Nurit Cooper, libérées lundi soir.

267 personnes toujours hospitalisées en Israël depuis l’assaut du Hamas

Selon la dernière mise à jour du ministère de la Santé, 267 personnes blessées lors du massacre du 7 octobre par les terroristes du Hamas et de la guerre qui s’en est suivie sont toujours hospitalisées dans les hôpitaux du pays.

Parmi eux, 161 se trouvent dans des services d’hôpitaux généraux – 50 dans un état grave, 73 dans un état modéré et 38 dans un état léger.

En outre, 106 blessés sont hospitalisés dans des services de rééducation.

Tsahal a frappé 250 sites du Hamas, dont un lanceur de missiles près d’une mosquée et d’un jardin d’enfants

L’armée israélienne affirme que des avions de combat ont frappé plus de 250 sites appartenant au Hamas dans la bande de Gaza au cours de la journée écoulée.

Ces sites comprenaient des infrastructures du Hamas, des centres de commandement, des tunnels et des lance-roquettes, selon Tsahal.

L’armée israélienne précise que les lance-roquettes étaient « placés au cœur de zones civiles qui ont tiré en direction du territoire israélien tout au long de la guerre ».

Par ailleurs, les forces navales ont frappé une position de lancement de missiles sol-air du Hamas à Khan Younis.

Tsahal précise que le site de lancement de missiles est « situé à côté d’une mosquée et d’un jardin d’enfants, ce qui prouve une fois de plus que le Hamas utilise délibérément des sites civils à des fins terroristes ».

Saleh al-Arouri : Les combats n’ont pas encore commencé

Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, à droite, rencontrant Ziad al-Nakhleh, le chef du Jihad islamique palestinien, au centre, et le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, à Beyrouth, au Liban, le 25 octobre 2023. (Crédit : Bureau des relations avec les médias du Hezbollah, via AP)
Le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah, à droite, rencontrant Ziad al-Nakhleh, le chef du Jihad islamique palestinien, au centre, et le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, à Beyrouth, au Liban, le 25 octobre 2023. (Crédit : Bureau des relations avec les médias du Hezbollah, via AP)

Saleh al-Arouri, chef adjoint du bureau politique du Hamas basé au Liban, affirme que « les batailles n’ont pas encore commencé ».  Dans un entretien téléphonique avec al-Manar, la chaîne de télévision du Hezbollah, al-Arouri affirme que les dirigeants du Hamas sont en communication constante avec le Hezbollah et révèle qu’il a rencontré le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, le 7 octobre, le jour de l’attaque du Hamas contre Israël, et que toutes leurs réunions ne sont pas rendues publiques.

M. Al-Arouri a tenu une réunion publique hier avec M. Nasrallah et le chef du Jihad islamique, Ziad al-Nakhaleh.

« Notre combat est aussi celui du Hezbollah », ajoute-t-il.

« Si l’ennemi entre par la terre, ce sera une défaite sans précédent [pour Israël] », poursuit-il, faisant référence à l’incursion terrestre israélienne prévue à Gaza, et affirmant que les terroristes du Hamas sont en bonne condition malgré les frappes israéliennes sur la bande de Gaza.

M. Al-Arouri aborde ensuite la question des otages détenus par le Hamas et déclare que les étrangers sont des « invités », mais que les prisonniers israéliens seront échangés contre des détenus du Hamas en Israël.

De nombreux otages sont des binationaux.

Il appelle également la population de Cisjordanie à « intensifier la résistance par tous les moyens ».

Le Hamas appelle à des manifestations de masse pour exiger l’ouverture de Rafah

Image d'une manifestation pro-palestinienne, dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas, à Londres, le 21 octobre 2023. (Crédit : David Cliff/AP Photo)
Image d'une manifestation pro-palestinienne, dans le contexte de la guerre entre Israël et le Hamas, à Londres, le 21 octobre 2023. (Crédit : David Cliff/AP Photo)

Le Hamas appelle à des manifestations de masse en Israël, en Cisjordanie et dans le monde musulman vendredi et dimanche pour exiger l’ouverture du poste frontière de Rafah.

« Nous appelons notre peuple dans toute la patrie et à l’extérieur, et tous les membres de la nation arabe et islamique, ainsi que les peuples libres du monde, à intensifier la mobilisation populaire dans les jours à venir, et à manifester activement vendredi et dimanche sous le slogan ‘Ouvrez le passage de Rafah’ et ‘Arrêtez la guerre génocidaire contre Gaza' », peut-on lire dans un communiqué du groupe terroriste.

Plusieurs convois d’aide humanitaire sont passés par le point de passage contrôlé par l’Égypte, mais les responsables disent que c’est loin d’être suffisant pour répondre aux besoins de Gaza.

Miki Zohar : il est clair que « tout le gouvernement » est responsable de l’assaut du Hamas

Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar à son bureau de Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar à son bureau de Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Culture et des Sports, Miki Zohar, estime que l’ensemble du gouvernement est responsable de l’attaque sanglante du Hamas, mais que ce n’est pas le moment d’enquêter.

« Il est clair pour moi que [le Premier ministre Benjamin] Netanyahu et l’ensemble du gouvernement israélien, ainsi que ceux qui l’ont surveillé, sont responsables. C’est également clair pour le Premier ministre », a déclaré Zohar à la radio de l’armée.

Jusqu’à présent, M. Netanyahu a refusé d’assumer directement sa responsabilité.

Mais il a déclaré hier soir que « tout le monde devra répondre », y compris lui-même, des échecs qui ont conduit à l’invasion sanglante du Hamas le 7 octobre – le premier semblant de prise de responsabilité pour ne pas avoir anticipé l’attaque meurtrière.

M. Zohar, membre du Likud, le parti de M. Netanyahu, estime toutefois que ce n’est pas le moment d’enquêter sur ces échecs.

« Je ne veux pas enquêter maintenant sur ce qui s’est passé dans les services de renseignement, dans les services opérationnels ou au niveau politique. Il y aura une commission d’enquête indépendante de l’État », a-t-il déclaré.

Deux résidents d’implantations blessés lors de heurts avec des Palestiniens

Deux résidents d’implantations israéliens ont été blessés, dont l’un grièvement, à la suite d’un affrontement avec des Palestiniens près de l’implantation de Rimonim, au nord-est de Jérusalem, en Cisjordanie.

L’organisation d’urgence médicale Hatzalah indique que les deux jeunes Israéliens ont été blessés par des jets de pierres près de la jonction de Rimonim.

Netanel Bokiah, secouriste de Hatzalah, indique que les Israéliens ont été blessés à la tête et évacués vers l’hôpital Shaarei Tzedek de Jérusalem, l’un d’entre eux étant dans un état grave et l’autre modérément blessé.

Les circonstances de l’affrontement n’ont pas été précisées dans l’immédiat. Ces derniers jours ont été marqués par une vague d’attaques d’extrémistes israéliens contre des Palestiniens.

Tsahal effectue un « raid ciblé » dans la bande de Gaza pendant la nuit

L’armée israélienne affirme avoir effectué cette nuit un « raid ciblé » dans la partie nord de la bande de Gaza avec des forces d’infanterie et des chars d’assaut.

Tsahal déclare que les troupes ont frappé de nombreux terroristes, des infrastructures et des positions de lancement de missiles guidés antichars.

L’armée précise que ce raid fait partie de la préparation de la zone frontalière pour les « prochaines étapes de la guerre », faisant référence à une offensive terrestre complète.

Les troupes ont quitté la zone après le raid, ajoute Tsahal.

Ce raid semble être la plus grande incursion militaire israélienne dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

Michael Herzog : nous donnons l’occasion aux terroristes de libérer les otages

L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Michael Herzog, remet des cartes d'anniversaire pour un garçon israélien retenu en otage à Gaza à deux hauts responsables de la Croix-Rouge internationale dans leur bureau de Washington, le 24 octobre 2023. (Crédit : Ambassade d'Israël aux États-Unis)
L'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Michael Herzog, remet des cartes d'anniversaire pour un garçon israélien retenu en otage à Gaza à deux hauts responsables de la Croix-Rouge internationale dans leur bureau de Washington, le 24 octobre 2023. (Crédit : Ambassade d'Israël aux États-Unis)

L’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog, déclare qu’Israël « donne l’occasion » aux groupes terroristes de Gaza de libérer les otages qu’ils détiennent.

« Israël donne l’occasion aux otages d’être libérés.Nous appelons évidemment à la libération immédiate et inconditionnelle de tous les otages », a-t-il déclaré à Army Radio.

« La prise d’otages est un crime de guerre. Je ne veux pas faire d’autres commentaires », ajoute-t-il, alors que l’on pense qu’Israël attend de lancer une offensive terrestre pour donner aux médiateurs une chance d’obtenir la libération des plus de 220 personnes détenues.

Libye: les ambassadeurs des Etats soutenant Israël sommés de partir

Le Parlement installé dans l’est de la Libye a exigé mercredi le départ « immédiat » des ambassadeurs des pays soutenant Israël dans sa guerre contre le Hamas, en citant notamment les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Italie.

Dans un communiqué publié sur son site mercredi, cette institution proche du camp du puissant maréchal Haftar a aussi menacé de suspendre l’approvisionnement de ces pays en hydrocarbures si « les massacres » de Palestiniens ne cessent pas.

« Nous demandons aux ambassadeurs des Etats qui soutiennent l’entité sioniste (Israël, NDLR) dans ses crimes de quitter le territoire (libyen) immédiatement », lit-on dans le communiqué du Parlement, alors que la guerre entre Israël et le Hamas est entrée dans son 19e jour.

« Si les massacres commis par l’ennemi sioniste ne cessent pas, nous demandons au gouvernement libyen de suspendre les exportations de pétrole et de gaz vers les Etats qui le soutiennent », a par ailleurs averti le Parlement.

Le Parlement libyen a dénoncé « avec les termes les plus forts » ce que font « les gouvernements des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de l’Italie », qui « soutiennent l’entité sioniste dans ses crimes » dans la bande de Gaza, alors que leurs dirigeants « donnent des leçons sur les droits humains et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ».

La Libye, qui ne reconnait pas Israël, est minée par les violences et les divisions politiques depuis la chute de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi suite à une révolte populaire en 2011.

Plusieurs manifestations de soutien aux Palestiniens ont eu lieu dans plusieurs villes libyennes, notamment après l’explosion près d’un hôpital de Gaza le 17 octobre, causée par un tir de missile du Jihad islamique, qui a dévié de sa trajectoire et que le Hamas a imputé à Israël.

Macron organisera un hommage pour les victimes françaises du Hamas

Le président français Emmanuel Macron participant à une vidéoconférence avec les familles des otages français détenus à Gaza après l'attaque du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, au palais de l'Élysée, à Paris, le 20 octobre 2023. (Crédit : Benoit Tessier/Pool via AP)
Le président français Emmanuel Macron participant à une vidéoconférence avec les familles des otages français détenus à Gaza après l'attaque du Hamas dans le sud d'Israël le 7 octobre, au palais de l'Élysée, à Paris, le 20 octobre 2023. (Crédit : Benoit Tessier/Pool via AP)

Emmanuel Macron va organiser « dans les prochaines semaines » un hommage pour les victimes françaises de l’attaque sans précédent menée par le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas en Israël, a annoncé jeudi la présidence française à l’AFP.

« Le président a décidé d’organiser dans les prochaines semaines un hommage pour les victimes françaises de l’attaque terroriste du 7 octobre en Israël », a déclaré l’Elysée.

« Cet hommage aura lieu au monument dédié aux victimes du terrorisme aux Invalides », dans le centre de Paris, a ajouté l’entourage du chef de l’Etat, évoquant la statue « Parole portée à la mémoire des victimes du terrorisme ».

La date de cet hommage n’a pas encore été précisée.

Selon un dernier bilan annoncé mercredi au Caire par Emmanuel Macron, 31 Français ou Franco-Israéliens ont été tués lors de l’attaque du 7 octobre. En tout, plus de 1 400 personnes ont été tuées ce jour-là côté israélien, essentiellement des civils massacrés par le Hamas, selon les derniers chiffres des autorités israéliennes.

Neuf autres ressortissants français sont considérés comme « otages » aux mains du groupe terroriste islamiste dans la bande de Gaza. Ils font partie des plus de 200 personnes, hommes, femmes et enfants, retenues en otage par le Hamas depuis le 7 octobre.

Biden et Netanyau discutent de la libération des otages et de l’autorisation pour les étrangers de quitter Gaza.

Le président américain Joe Biden rencontrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP)
Le président américain Joe Biden rencontrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, le 18 octobre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP)

La Maison Blanche publie un communiqué sur l’appel téléphonique du président américain Joe Biden avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, indiquant que les deux hommes ont discuté des « efforts en cours pour localiser et assurer la libération des otages, y compris des citoyens américains que nous pensons être détenus par le Hamas ».

« Ils ont également passé en revue les discussions en cours pour assurer un passage sûr aux ressortissants étrangers souhaitant quitter Gaza dès que possible », indique le communiqué. « Le président a évoqué le soutien actuel des États-Unis à l’acheminement continu de l’aide humanitaire à la population civile de Gaza et s’est félicité des efforts visant à accroître ce soutien au cours de la période à venir.

Le communiqué précise que M. Biden a également souligné son soutien au « droit et à la responsabilité d’Israël de défendre ses citoyens contre le terrorisme et de le faire d’une manière conforme au droit humanitaire international », tout en appelant Israël à se concentrer sur la mise en place d’une « voie vers une paix permanente » à la suite de la guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.