Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

A Washington, un analyste de CNN parle antisémitisme et cessez-le-feu

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Van Jones, analyste de CNN, prenant la parole lors d'un rassemblement pro-Israël, à Washington, le 14 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/YouTube)
Van Jones, analyste de CNN, prenant la parole lors d'un rassemblement pro-Israël, à Washington, le 14 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran/YouTube)

L’analyste de CNN Van Jones est chaleureusement accueilli par les quelque 200 000 personnes présentes au rassemblement pro-Israël à Washington

« Si vous n’êtes pas Juif, vous ne le savez peut-être pas, mais depuis le 7 octobre, il y a eu littéralement une explosion de violence contre le peuple juif, des attaques contre le peuple juif, des actes horribles de haine contre le peuple juif », déplore-t-il.

« Je ne veux pas rester silencieux parce que la communauté juive a soutenu le mouvement des droits civiques », a déclaré Jones sous les acclamations.

« Quelles que soient nos convictions politiques et nos opinions sur ce qui se passe à l’étranger, il n’est pas nécessaire de soutenir toutes les politiques d’Israël pour soutenir, aimer et soutenir tout le peuple d’Israël en cette période, et c’est pour cela que je suis ici », déclare Jones.

« Mon cœur se brise pour tous les enfants israéliens. Mon cœur se brise pour tous les enfants palestiniens et pour tous les enfants juifs américains qui vivent maintenant dans la peur. Je prie pour que chaque otage soit libéré », déclare-t-il sous les acclamations. « Je prie également pour que le Hamas mette fin à son règne de terrorisme. »

Mais Jones commence à perdre le public lorsqu’il se décrit comme un « pacifiste ».

« Je prie pour la paix. Plus de roquettes en provenance de Gaza et plus de bombes qui tombent sur les habitants de Gaza », dit-il.

La foule ne le prend pas bien et beaucoup commencent à scander « pas de cessez-le-feu ».

Jones termine en évoquant la montée de l’antisémitisme.

« Je ne veux pas qu’un rabbin, ce soir, soit dans l’obligation d’acheter une bombe de peinture blanche de plus pour pouvoir recouvrir une croix gammée sur une synagogue demain matin », déclare-t-il.

« Je ne veux surtout pas qu’une fille juive – ce que je viens d’apprendre – change son nom dans son application de covoiturage parce qu’elle a peur que son chauffeur sache qu’elle est juive. Cela ne devrait pas se produire ici. »

« Peu importe ce qui se passe ailleurs, nous pouvons faire mieux ici. Plus d’horreur là-bas. Plus de haine ici. Vous n’êtes pas seuls. Merci beaucoup », conclut Jones.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.