Le confinement des quartiers de Jérusalem très touchés par le COVID-19 entre en vigueur
Rechercher

COVID-19 : Jérusalem en tête des villes israéliennes avec le plus de décès

Les chiffres du ministère de la Santé montrent que la majorité des victimes du COVID-19 sont des hommes âgés de plus de 70 ans pour la plupart

  • Des officiers de police à un barrage temporaire à Jérusalem, le 8 avril 2020, en plein confinement national visant à empêcher la propagation de l'épidémie de coronavirus pendant la fête de Pessah. (Olivier Fitoussi/Flash90)
    Des officiers de police à un barrage temporaire à Jérusalem, le 8 avril 2020, en plein confinement national visant à empêcher la propagation de l'épidémie de coronavirus pendant la fête de Pessah. (Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Le hall des arrivées vide de l'aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)
    Le hall des arrivées vide de l'aéroport international Ben Gurion, le 11 mars 2020. (Crédit : Flash90)
  • Des hommes juifs prient au mur Occidental presque désert dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 avril 2020. (Nati Shohat/Flash90)
    Des hommes juifs prient au mur Occidental presque désert dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 7 avril 2020. (Nati Shohat/Flash90)
  • La police à un point de contrôle temporaire sur le route 1 autour de Jérusalem le 8 avril 2020, alors qu'un couvre-feu entrait en vigueur la veille de Pessah afin de limiter la propagation du coronavirus. took effect. (Jonatan Sindel/Flash90)
    La police à un point de contrôle temporaire sur le route 1 autour de Jérusalem le 8 avril 2020, alors qu'un couvre-feu entrait en vigueur la veille de Pessah afin de limiter la propagation du coronavirus. took effect. (Jonatan Sindel/Flash90)
  • Un Juif ultra-orthodoxe traverse une rue déserte après les mesures prises par le gouvernement pour limiter  la propagation du coronavirus à Bnei Brak, le mercredi 8 avril 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
    Un Juif ultra-orthodoxe traverse une rue déserte après les mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus à Bnei Brak, le mercredi 8 avril 2020. (AP Photo/Oded Balilty)
  • Des employés municipaux désinfectent le mur Occidental, le lieu le plus saint où les Juifs peuvent prier, le 31 mars 2020 en pleine épidémie du COVID-19 à Jérusalem. (Photo par Emmanuel DUNAND / AFP)
    Des employés municipaux désinfectent le mur Occidental, le lieu le plus saint où les Juifs peuvent prier, le 31 mars 2020 en pleine épidémie du COVID-19 à Jérusalem. (Photo par Emmanuel DUNAND / AFP)

Le Times of Israël suit pour vous les événements liés au coronavirus en Israël :

Les restrictions contre le virus limitent la bénédiction au mur Occidental à 10 fidèles

La traditionnelle bénédiction religieuse pour la fête de Pessah a été réalisée au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem avec seulement 10 fidèles présents, à cause des restrictions visant à contenir le COVID-19.

Des dizaines de milliers de fidèles participent habituellement aux prières.

Alors qu’Israël a interdit les prières collectives afin de limiter la propagation du virus, une exception a été faite pour le mur Occidental.

David Friedman, l’ambassadeur américain en Israël, était parmi ceux qui ont pris part à la cérémonie d’aujourd’hui.

« L’année dernière, j’étais parmi les 100 000 personnes; cette année, malheureusement, il y a beaucoup moins de monde. Je prierai pour que le monde soit épargné par l’épidémie et la douleur du COVID-19 », a-t-il écrit sur Twitter.

שידור חי של ברכת הכהנים המסורתית במתכונת מצומצמת ברחבת הכותל המערביLIVE broadcast of the Limited Traditional Birkat Kohanim (Priestly Blessing) at the Western Wall

פורסם על ידי ‏הקרן למורשת הכותל המערבי‏ ב- יום שבת, 11 באפריל 2020

Jérusalem en tête des villes israéliennes avec le plus de décès du COVID-19

Jérusalem arrive en tête des villes israéliennes avec le plus de décès dus au COVID-19, avec 22 morts en tout sur les 103.

La ville a également le plus de cas confirmés que n’importe où ailleurs en Israël.

Selon les chiffres du ministère de la Santé d’hier, 51 victimes du COVID-19 sont des hommes, tandis que 46 sont des femmes.

La plupart des victimes sont des seniors, avec 26 personnes âgées de plus de 90 ans, 26 victimes octogénaires et 25 septuagénaires.

Le plus jeune Israélien à mourir avait 37 ans alors que le plus vieux avait 98 ans.

Le nombre de cas du COVID-19 en Israël grimpe à 10 878, avec 103 décès

Le nombre de cas confirmés du COVID-19 en Israël est passé à 10 878, avec 103 décès.

Le ministère de la Santé a indiqué que 174 personnes étaient dans un état grave, dont 123 sous respirateurs.

155 autres patients sont dans un état modéré et le reste présente des symptômes légers.

1 388 Israéliens ont guéri du virus, selon le ministère.

Des graffiti traitant le ministre de la Santé « d’Amalek » tagués à Mea Shearim

Plus de 50 graffiti critiquant le ministre de la Santé Yaakov Litzman ont été retrouvés peints ce matin dans le quartier ultra-orthodoxe Mea Shearim de Jérusalem.

Il y a notamment des graffiti traitant Litzman de « meurtrier » et d' »Amalek », l’ennemi biblique juré du peuple juif.

Des officiels municipaux ont été dépêchés sur place pour nettoyer les graffiti et la police a ouvert une enquête, selon la Douzième chaîne.

Les graffiti sont apparus après que le gouvernement a approuvé le confinement des zones à Jérusalem avec de forts taux d’infections au COVID-19, notamment des quartiers ultra-orthodoxes comme Mea Shearim.

Le confinement des quartiers de Jérusalem très touchés par le COVID-19 entre en vigueur

La police s’est déployée dans Jérusalem pour faire appliquer un ordre du gouvernement visant à confiner des quartiers de la ville durement touchée par le COVID-19, notamment dans la communauté ultra-orthodoxe.

Le confinement, qui est entré en vigueur à midi et qui durera jusqu’à 7h mercredi, s’applique à quatre des sept zones délimitées dans la ville la semaine dernière.

Des dizaines de barrages de police seront mis en place à l’entrée de ces « zones fermées » et des officiers utiliseront des drones et des postes d’observation pour faire respecter le confinement et empêcher les gens d’entrer ou de sortir de ces zones, même s’il y a certaines exceptions.

Les quartiers suivants sont inclus dans les quatre zones : Ramot, Ramat Shlomo, Neve Yaakov, Har Nof, Givat Shaul, Kiryat Moshe, Rehavia (entre les rues Keren Kayemet LeIsrael et Ramban), Nahlaot, Makor Baruch, Romema, Ezrat Torah, Geula, Mea Shearim, Beit Israel, Musrara, Bayit Vegan et Givat Mordechai.

Le ministère de la Santé propose des critères pour déclarer des « zones fermées » à cause du COVID-19

Le ministre de la Santé propose de fixer des critères pour déclarer certains quartiers ou villes des « zones fermées » à cause du nombre important de cas du COVID-19.

Cela inclut d’avoir au total plus de 50 personnes dans une communauté infectées par le virus, ou « un autre nombre qui sera ajusté en fonction de l’évolution [du taux] de morbidité »; un taux d’infection pour 100 000 personnes supérieur à la moyenne nationale; et un taux d’infection de nouveaux cas supérieur à la moyenne nationale au cours des trois derniers jours.

« Des critères clairs et égaux doivent être fixés pour toutes les villes, les zones et les quartiers en Israël et sans aucun lien avec le type de population », a déclaré le ministre de la Santé Yaakov Litzman dans un communiqué.

Il a ajouté : « Les règles selon lesquels les déplacements doivent seulement être limités [à des zones avec de fortes] concentrations d’ultra-orthodoxes sont peu judicieuses et calomnient une grande partie de la population qui respecte les instructions légales et les rabbins ».

Litzman a semblé faire référence à des appels pour que certaines zones avec un nombre important de cas du COVID-19, dont beaucoup sont à majorité ultra-orthodoxe, fassent l’objet de restrictions de mouvement plus strictes. Mais on ne savait pas exactement à quel type de règles spécifiques visant les communautés ultra-orthodoxes il faisait référence

Coronavirus en Iran : le bilan officiel monte à 4 474 morts

L’Iran a annoncé dimanche 117 décès supplémentaires provoqués par le nouveau coronavirus faisant monter à 4.474 morts le bilan officiel de l’épidémie de Covid-19 dans le pays.

Lors de son point de presse quotidien, le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, a fait part d’une baisse du nombre de nouveaux cas quotidiens de contamination, à 1.657 personnes au cours des dernières 24 heures.

L’Iran est de loin le pays du Proche et Moyen-Orient le plus frappé par la pandémie de pneumonie virale partie de Chine. Depuis l’annonce des premiers cas en février, la République islamique a déclaré un total de 71.686 cas confirmés.

M. Jahanpour a déclaré que l’Iran avait réalisé à ce jour plus de 263 000 tests de dépistage du Covid-19.

Selon les chiffres du ministère – que certains, à l’étranger, jugent sous estimés -, 43 894 patients hospitalisés ont guéri de la maladie, mais 3 930 autres sont dans un état critique.

Face au double défi du Covid-19 et des sanctions américaines qui l’asphyxient financièrement, la République islamique d’Iran a autorisé une reprise graduelle de l’activité depuis samedi afin d’empêcher son économie de sombrer totalement.

Les petits commerces ont été autorisés à rouvrir dans toutes les provinces à l’exception de celle de la capitale Téhéran, où ils devront attendre le 18 avril pour ce faire.

En conseil des ministres, le président Hassan Rouhani a annoncé dimanche que l’interdiction de voyager d’une province à l’autre en vigueur depuis fin mars serait levée à compter du 20 avril.

Mais il a aussi exhorté les Iraniens à ne sortir de chez eux que lorsque cela est « nécessaire » et à rester vigilants face à une épidémie qui n’est pas encore vaincue.

Face au Covid-19, les autorités iraniennes n’ont pas décrété un confinement obligatoire, mais ont mis en place progressivement des restrictions : écoles, universités, mosquées, sanctuaires chiites, cinémas, centres culturels, stades et autres lieux de regroupement sont fermés.

Le tramway ne marquera pas l’arrêt dans le centre de Jérusalem après le confinement de quartiers

L’entreprise qui gère la ligne de tramway de Jérusalem a indiqué que le tramway ne marquerait pas l’arrêt à quatre stations. Cette décision fait suite au confinement de certains quartiers de la ville imposé dans le cadre des mesures pour contenir l’épidémie de coronavirus.

Les stations concernées sont Jaffa-Centre, Hadavidka, Mahane Yehuda et Haturim. Elles se trouvent toutes dans le centre de la ville.

Helmsley Trust donne 40 M de shekels pour aider les hôpitaux israéliens

Helmsley Charitable Trust donne 40 millions de shekels (10,2 millions d’euros) pour aider les hôpitaux israéliens à construire des services spéciaux d’isolation des patients du COVID-19.

La donation accorde 7,5 millions de shekels pour transformer l’hôpital Sharon du nord de Tel Aviv dans le premier hôpital du pays consacré au COVID-19. 10,5 millions de shekels sont aussi donnés à d’autres hôpitaux pour les aider à mettre en place des services dédiés au COVID-19.

L’argent permettra aussi d’acheter des équipements médicaux pour les soignants dans le pays.

« Aider Israël en temps de crise est au coeur de la mission du programme Helmsley Trust d’Israël », a déclaré Sandor Frankel, un des responsables du fonds, dans un communiqué.

Selon le site internet de la fondation, les aides ont été attribuées à la fin du mois dernier.

Le Magen David Adom cherche du plasma sanguin auprès des patients guéris

La service d’urgence Magen David Adom (MDA) a déclaré qu’il cherchait à collecter du sang de personnes qui avaient guéri du COVID-19. D’autres services de santé dans le monde mènent déjà des essais thérapeutiques avec cette méthode.

Les chercheurs pensent que les patients gravement malades pourraient être aidés par une transfusion de plasma sanguin qui contient des anticorps du COVID-19, même si le traitement reste expérimental et sans efficacité prouvée

Asher Mozer, un officiel du MDA, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il y a de l’espoir concernant cette procédure. Il a évoqué l’exemple d’autres pays qui ont essayé et ont obtenu des résultats prometteurs.

Samedi, du personnel hospitalier a prélevé en urgence du plasma sanguin d’un patient guéri à Jérusalem et l’a transfusé à un jeune homme de 29 ans qui lutte pour sa vie à l’hôpital d’Ashdod. On ne sait pas encore si la transfusion a fonctionné.

Le rabbin Daniel Nevins donnant son plasma sanguin à l’hôpital au Mount Sinai Hospital à New York, le 27 mai 2020. (Crédit : Daniel Nevins via JTA)

Le Royaume-Uni « vaincra le coronavirus », dit Johnson à sa sortie d’hôpital

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a assuré dimanche, après sa sortie de l’hôpital, que le Royaume-Uni « vaincra le coronavirus », remerciant les personnels de santé pour lui avoir « sauvé la vie » et la population pour respecter le confinement.

« J’ai quitté aujourd’hui l’hôpital après une semaine pendant laquelle le NHS (service national de santé, ndlr) a sauvé ma vie, cela ne fait aucun doute », a déclaré le dirigeant de 55 ans, les yeux fatigués, en costume cravate, dans une vidéo publiée par ses services.

« Nous vaincrons le coronavirus et nous le vaincrons ensemble », a déclaré Johnson.

Johnson a déclaré que « tout aurait pu basculer » pour lui à l’hôpital, où il a passé une semaine pour être traité de la maladie Covid-19.

Il a remercié notamment « les infirmières qui sont restées à (ses) côtés pendant 48 heures quand tout aurait pu basculer ».

Liberman est le dernier politique en date à être accusé d’avoir reçu ses enfants pour Pessah

La Douzième chaîne a annoncé qu’Avidgor Liberman, chef du parti Yisrael Beytenu, aurait enfreint la loi et reçu des membres de sa famille à la maison pour le Seder de Pessah. Il s’agirait du dernier politicien de premier plan à avoir enfreint les règles.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Reuven Rivlin ont tous les deux été critiqués pour avoir reçu leurs enfants pendant la fête de Pessah, malgré les restrictions fermes interdisant les visites familles pour le repas de fête. Plus tôt, on a annoncé que le ministre de la Santé avait participé à un rassemblement de prière, en infraction avec les règles.

Selon la Douzième chaîne, Liberman, un ancien ministre des Affaires étrangères et de la Défense, aurait reçu son fils et sa future belle-fille à sa maison dans l’implantation de Nokdim.

Interrogé à ce sujet, il a dit à la chaîne que les règles fermant l’ensemble du pays afin de limiter les visites familiales étaient « ridicules ».

« La décision de Netanyahu et Litzman de placer tous les citoyens en confinement général la veille de Pessah, comme solution à la pénurie de tests et dans l’espoir de mettre au placard les ultra-orthodoxes, était ridicule. La conclusion claire de la nuit de Pessah [à la résidence du Premier ministre] est que Netanyahu lui-même ne croit pas en les méthodes qu’il met en place », a-t-il dit à la chaîne.

Une vidéo publiée du Seder de Pessah de Netanyahu qui incluait son fils a été fortement critiquée. Même si la vidéo a apparemment été filmée avant la fête, elle montre que Netanyahu ne respectait pas les mesures de quarantaine qui auraient dues conduire son fils à garder ses distances. Son bureau a affirmé que le contact était autorisé parce que son fils vivait dans un mystérieux « appartement à côté de la résidence ».

La santé d’un homme de 22 ans dans un état grave s’améliore

L’hôpital Ichilov de Tel Aviv a indiqué que l’état de santé d’un homme de 22 ans atteint du coronavirus, qui luttait pour sa vie, commençait à montrer des signes d’amélioration.

L’hôpital a déclaré que l’homme était conscient et alerte, mais qu’il était encore considéré dans un état grave et branché à un respirateur artificiel.

Le chômage grimpe en flèche au-dessus de 25 %

Le taux de chômage en Israël a atteint 25,8 % après que 6 693 nouveaux demandeurs d’emploi se sont inscrits la veille, un bond par rapport aux 5 713 chômeurs qui s’étaient enregistrés mardi, le dernier jour ouvert avant la fête de Pessah.

Plus de 930 000 Israéliens se sont inscrits au chômage depuis le début du mois de mars. La grande majorité d’entre eux ont été placés en congé sans solde à cause de la crise du COVID-19.

Plus tôt dans la journée, l’élue de la Liste arabe unie Aida Touma-Sliman a déposé un recours auprès de la Cour suprême. Elle s’oppose à une régulation d’urgence qui autorise les employeurs à placer les femmes enceintes en congé sans solde pendant la crise, a déclaré son parti dans un communiqué.

Moshe Bar Siman-Tov met en garde contre un relâchement

Le chantre de la santé du pays a mis en garde dimanche les Israéliens contre le risque de voir le coronavirus revenir en force, s’ils se relâchent dans la pratique de la distanciation sociale et dans le respect des restrictions de quarantaine.

« Je comprends qu’il est difficile de rester chez soi aussi longtemps, et les Israéliens ont prouvé et prouvent leur capacité à respecter les règlements et à protéger les familles de chacun », a déclaré le directeur du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, dans un communiqué.

Le temps chaud et ensoleillé de dimanche, associé à l’esprit des vacances de Pessah, a incité beaucoup de gens à s’aventurer à l’extérieur, malgré les restrictions imposant aux gens de rester près de chez eux et loin des autres.

Un Israélien fait l’équilibre dans une rue vide de Tel Aviv pendant le confinement imposé par le coronavirus, le 8 avril 2020. (AP Photo/Oded Balilty)

Moshe Bar Siman-Tov a averti que « se réunir pendant les fêtes met en danger nos vies à tous. Nous avons vu ce qui s’est passé dans d’autres pays où la discipline a faibli et nous devons être disciplinés en permanence pour arriver à ces situations ».

Des fonctionnaires du ministère de la Santé auraient voulu prolonger l’interdiction des voyages interurbains jusqu’à la fin de Pessah mais ont été rabroués par leurs homologues des Finances.

La baisse du nombre de nouvelles infections et d’hospitalisations ces derniers jours a suscité un optimisme prudent quant à la possibilité de lever certaines restrictions sur l’économie dès la semaine prochaine.

Le nombre d’infections passe à 11 145 cas

Le nombre de contaminations dans le pays s’élève désormais à 11 145, ce qui représente 402 nouveaux cas au cours des dernières 24 heures, selon les médias.

Au moins 183 personnes se trouvent dans un état grave, selon les informations. 1 627 personnes ont guéri.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a déclaré à la Douzième chaîne qu’au moins 2 000 infections ont été enregistrées dans sa ville, la plus touchée dans le pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

Le confinement des quartiers de Jérusalem très touchés par le COVID-19 entre en vigueur

La police s’est déployée dans Jérusalem pour faire appliquer un ordre du gouvernement visant à confiner des quartiers de la ville durement touchée par le COVID-19, notamment dans la communauté ultra-orthodoxe.

Le confinement, qui est entré en vigueur à midi et qui durera jusqu’à 7h mercredi, s’applique à quatre des sept zones délimitées dans la ville la semaine dernière.

Des dizaines de barrages de police seront mis en place à l’entrée de ces « zones fermées » et des officiers utiliseront des drones et des postes d’observation pour faire respecter le confinement et empêcher les gens d’entrer ou de sortir de ces zones, même s’il y a certaines exceptions.

Les quartiers suivants sont inclus dans les quatre zones : Ramot, Ramat Shlomo, Neve Yaakov, Har Nof, Givat Shaul, Kiryat Moshe, Rehavia (entre les rues Keren Kayemet LeIsrael et Ramban), Nahlaot, Makor Baruch, Romema, Ezrat Torah, Geula, Mea Shearim, Beit Israel, Musrara, Bayit Vegan et Givat Mordechai.