Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Les proches d’israéliens enlevés à Gaza lancent un appel : « Le Hamas est sans pitié »

Sharon Lifschitz, à gauche, et Noam Sagi lors d'une conférence de presse des enfants britanniques d'otages israéliens dans un hôtel de Londres, le 12 octobre 2023 (Crédit : Kirsty Wigglesworth/AP)
Sharon Lifschitz, à gauche, et Noam Sagi lors d'une conférence de presse des enfants britanniques d'otages israéliens dans un hôtel de Londres, le 12 octobre 2023 (Crédit : Kirsty Wigglesworth/AP)

Des proches de plusieurs otages israéliens kidnappés en Israël et emmenés à Gaza ont tenu une conférence de presse depuis Londres, demandant de l’aide pour obtenir leur libération.

« Je suis des vôtres », a déclaré Noam Sagi, dont la mère âgée a été enlevée.

« Samedi matin, les habitants du kibboutz Nir Oz se sont réveillés pour assister à un massacre. Ils ont été brûlés, massacrés, abattus et kidnappés. De jeunes enfants et des personnes âgées. »

« Ils ont mis le feu, tué les chiens, il ne reste plus rien », a-t-il ajouté. « Il ne s’agit pas de politique, d’origine, de religion ou de race. Il s’agit d’humanité », a-t-il déclaré.

« Des personnes qui ont survécu à la Shoah se sont retrouvées confrontées à une autre Shoah », a raconté Sagi. « L’un des otages faisait partie du Kindertransporte. »

Sagi a appelé les médias à « appeler le Hamas pour ce qu’il est » et a déclaré que les médias étaient « manipulés » par le groupe terroriste.

Sagi tient également à remercier le peuple et le gouvernement britanniques pour leur soutien.

Sharon Livshitz, dont les parents âgés ont été enlevés, a déclaré : « Cette destruction insensée nous a tellement affectés, moi et ma communauté ».

« Je me sens vidée depuis quelques jours, mais je sens aussi notre force. Ensemble, nous faisons face à des actes d’une telle barbarie qu’ils nous incitent à la haine et à la rage et nous poussent à vouloir détruire », dit-elle.

« Ce sont des enfants que nous connaissons tous, et je suis venue ici pour me faire la voix de ces enfants », dit-elle.

« Je suis ici parce qu’il y a beaucoup de travail à faire. Il y a des otages à Gaza, ma mère a été débranchée de son oxygène et embarquée sur une moto », dit-elle.

« Mon père a passé sa vie à se battre pour la paix. Nous sommes tous ses enfants lorsque nous demandons la paix », ajoute-t-elle.

« Je ne suis pas ici pour faire de la politique. Je n’en ai pas le luxe. Nous devons agir ensemble pour combattre la haine et dire non au massacre et à la destruction », dit-elle.

« Je n’accepte pas la boucherie de Boko Haram, de l’État islamique ou de nos voisins, le Hamas », dit-elle. « Ils nous ont montré qu’ils n’avaient aucune pitié ».

À travers les larmes, elle explique que la fille de son voisin est autiste et qu’elle ne s’en sortira pas à Gaza.

« Je veux qu’elle soit libérée », dit-elle. « Les enfants et les personnes âgées doivent être libérés. »

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.