Likud: Netanyahu prolonge le conflit pour empêcher Lapid de former une coalition
Rechercher

Likud: Netanyahu prolonge le conflit pour empêcher Lapid de former une coalition

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre des Finances de l'époque Yair Lapid assistent à une cérémonie de signature au Cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 23 septembre 2014. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre des Finances de l'époque Yair Lapid assistent à une cérémonie de signature au Cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 23 septembre 2014. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Des sources au sein du parti Likud déclarent au journal Maariv qu’il y a des craintes que le Premier ministre Benjamin Netanyahu prolonge les combats à Gaza parce que le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, détient actuellement le mandat pour former le prochain gouvernement.

« Netanyahu prolonge l’opération à Gaza parce que Lapid détient le mandat », a déclaré un haut conseiller politique du parti.

« Il ne semble pas vouloir réellement éradiquer le Hamas. Les relations entre les Arabes d’Israël et les Juifs sont complètement détruites », a poursuivi le conseiller. « Netanyahu galope vers une cinquième élection et prend le pays en otage. La déconfiture du président de la droite Naftali Bennett lui a donné un coup de pouce, mais le soutien dont il bénéficie au sein du Likud s’affaiblit. »

D’autres éléments du bloc de droite ont confié au journal que certains pensent que Netanyahu croit que le conflit avec le Hamas redorera son image lors des cinquièmes élections, alors que la pandémie ne l’a pas fait.

« Il s’appuie sur le fait que le Hamas sera anéanti », ont affirmé au journal des responsables anonymes du parti.

Peu après l’éclatement de la violence, le parti de Yamina de Bennett a abandonné Lapid et s’est retourné vers le Likud de Netanyahu pour négocier. Le site d’information Walla a rapporté cette semaine que, depuis lors, le Premier ministre a sensiblement revu à la baisse son offre initiale au chef du parti de droite.

C’est vous qui le dites...