Biden promet de tout faire pour que le Hamas ne reconstitue pas son arsenal
Rechercher

Biden promet de tout faire pour que le Hamas ne reconstitue pas son arsenal

Un mortier s'est abattu sur une imprimerie du Conseil d'Eshkol; Toute personne se trouvant dans un rayon de 7 km de la frontière de Gaza doit rester près d'un abri

  • Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas (centre), reçoit un briefing sur la sécurité à Petah Tikva du général Ori Gordin (G), chef du commandement du front intérieur de Tsahal, en compagnie du ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi (droite), le 20 mai 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)
    Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas (centre), reçoit un briefing sur la sécurité à Petah Tikva du général Ori Gordin (G), chef du commandement du front intérieur de Tsahal, en compagnie du ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi (droite), le 20 mai 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)
  • Les forces de sécurité israéliennes aspergent des émeutiers palestiniens avec de l'eau lors de confrontations avec eux dans la ville majoritairement arabe d'Umm al-Fahm, dans le nord d'Israël, le 19 mai 2021. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
    Les forces de sécurité israéliennes aspergent des émeutiers palestiniens avec de l'eau lors de confrontations avec eux dans la ville majoritairement arabe d'Umm al-Fahm, dans le nord d'Israël, le 19 mai 2021. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
  • Des Palestiniens inspectent les dégâts d'une maison détruite par une frappe aérienne israélienne dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, mercredi 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Yousef Masoud)
    Des Palestiniens inspectent les dégâts d'une maison détruite par une frappe aérienne israélienne dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, mercredi 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Yousef Masoud)
  • Des Israéliens se réfugient dans la cage d'escalier de leur immeuble alors qu'une sirène retentit pour avertir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza, à Ashdod, le 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Heidi Levine)
    Des Israéliens se réfugient dans la cage d'escalier de leur immeuble alors qu'une sirène retentit pour avertir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza, à Ashdod, le 19 mai 2021. (Crédit : AP Photo/Heidi Levine)
  • Des Palestiniens s'abritent dans une école gérée par l'ONU après avoir fui les frappes de missiles israéliens en réponse aux tirs de roquettes dans la banlieue de la ville de Gaza, le 19 mai 2021 (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra).
    Des Palestiniens s'abritent dans une école gérée par l'ONU après avoir fui les frappes de missiles israéliens en réponse aux tirs de roquettes dans la banlieue de la ville de Gaza, le 19 mai 2021 (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra).
  • Une femme et un enfant s'abritent alors qu'une sirène retentit pour prévenir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza dans la ville d'Ashkelon, le 19 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    Une femme et un enfant s'abritent alors qu'une sirène retentit pour prévenir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza dans la ville d'Ashkelon, le 19 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • Un enfant palestinien, blessé lors des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, soigné à l'hôpital Al-Shifa dans l'enclave palestinienne, le 19 mai 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS/AFP)
    Un enfant palestinien, blessé lors des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, soigné à l'hôpital Al-Shifa dans l'enclave palestinienne, le 19 mai 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS/AFP)
  • La police des frontières israélienne patrouille dans les rues de Lod après les émeutes de la semaine dernière, le 19 mai 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
    La police des frontières israélienne patrouille dans les rues de Lod après les émeutes de la semaine dernière, le 19 mai 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)
  • Ziad Nakhaleh, chef du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique (Crédit : capture d'écran)
    Ziad Nakhaleh, chef du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique (Crédit : capture d'écran)
  • Les forces de sécurité sur les lieux où un fragment d'une roquette tirée depuis la bande de Gaza a atterri dans la ville méridionale d'Ashdod, le 19 mai 2021 (Flash90)
    Les forces de sécurité sur les lieux où un fragment d'une roquette tirée depuis la bande de Gaza a atterri dans la ville méridionale d'Ashdod, le 19 mai 2021 (Flash90)

Tsahal a ciblé deux bâtiments de la force navale du Hamas

Un exercice militaire du Hamas et d'autres groupes terroristes palestiniens armés sur une plage de la ville de Gaza le 29 décembre 2020. (Crédit 
 : MOHAMMED ABED / AFP)
Un exercice militaire du Hamas et d'autres groupes terroristes palestiniens armés sur une plage de la ville de Gaza le 29 décembre 2020. (Crédit : MOHAMMED ABED / AFP)

L’armée a affirmé dimanche avoir frappé deux bâtiments essentiels à la force navale du Hamas.

Un bâtiment se trouvait dans le sud de Gaza et l’autre dans le nord.

Tsahal : 80 roquettes tirées pendant la nuit, rien entre 1h et 9h du matin

Quelque 80 roquettes et obus de mortier ont été tirés depuis la bande de Gaza en direction d’Israël entre 19 heures hier et 7 heures ce matin aujourd’hui. Dix projectiles n’ont pas franchi la frontière et ont atterri dans l’enclave palestinienne, selon l’armée israélienne.

Selon l’armée, environ 90 % des roquettes se dirigeant vers des zones habitées ont été interceptées par le système de défense antimissile du Dôme de Fer.

L’armée a mené un certain nombre de frappes dans la nuit dans la bande de Gaza, poursuivant sa campagne contre le réseau tentaculaire de tunnels du Hamas dans l’enclave, baptisé le « métro », selon l’armée.

Les tirs de roquettes ont largement diminué cette nuit, la dernière attaque ayant eu lieu juste après 1 heure du matin, visant la ville de Kiryat Malachi et ses environs.

Aucun blessé direct n’a été signalé lors de ces attaques nocturnes, à l’exception d’un homme d’une cinquantaine d’années qui s’est blessé contre la porte d’un abri anti-bombes et d’une jeune fille de 14 ans tombée alors qu’elle courait pour se mettre à l’abri, selon les médecins.

Scott et Sanders bloquent mutuellement leurs résolutions sur Israël-Hamas

Le président de la commission du budget au sénat, le sénateur Bernie Sanders, pendant une audience au Capitole de Washington, le 25 février 2021. (Crédit :  AP Photo/Susan Walsh, Pool)
Le président de la commission du budget au sénat, le sénateur Bernie Sanders, pendant une audience au Capitole de Washington, le 25 février 2021. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh, Pool)

Le sénateur républicain Tim Scott et le sénateur démocrate Bernie Sanders ont bloqué leurs résolutions respectives sur les violences qui opposent actuellement Israël et le Hamas.

La résolution de Scott renforçait le soutien américain à Israël pour qu’il se défende par « tous les moyens nécessaires » dans son conflit avec le groupe terroriste palestinien.

La résolution de Sanders appelait à un cessez-le-feu immédiat à Gaza et à un soutien des efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Ils ont tous deux cherché à faire adopter leurs résolutions par consentement unanime, mais comme chacun a bloqué celle de l’autre, aucune n’a été adoptée.

Blinken dit à Ashkenazi s’attendre à une désescalade

Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken lors d'une conférence de presse avec le ministre danois des Affaires étrangères à Copenhague, le 17 mai 2021. (Crédit : SAUL LOEB / POOL / AFP)
Le secrétaire d'État américain Anthony Blinken lors d'une conférence de presse avec le ministre danois des Affaires étrangères à Copenhague, le 17 mai 2021. (Crédit : SAUL LOEB / POOL / AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a indiqué sur Twitter qu’il s’était entretenu avec son homologue israélien Gabi Ashkenazi pour lui dire que les États-Unis s’attendaient à une désescalade de la violence et à des progrès vers un cessez-le-feu.

« J’ai parlé avec Gabi Ashkenazi des efforts pour mettre fin à la violence en Israël, en Cisjordanie et à Gaza, qui a coûté la vie à des civils israéliens et palestiniens, y compris des enfants », a tweeté Blinken.

« Les États-Unis s’attendent à voir une désescalade sur la voie d’un cessez-le-feu. »

Cette conversation intervient alors qu’Israël subit une pression croissante de Washington pour mettre fin aux combats dans la bande de Gaza, qui entrent dans leur 11e jour.

Le président américain Joe Biden a déclaré au Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’un appel téléphonique mercredi, leur quatrième sur le sujet, qu’il s’attendait à « une désescalade significative » ce jour-là. Peu après, cependant, Netanyahu a déclaré qu’il était « déterminé à poursuivre cette opération » contre le Hamas jusqu’à ce que « la paix et la sécurité » soient rétablies pour les citoyens israéliens visés par les roquettes.

Après 8h30 d’accalmie, les sirènes retentissent à Nirim et Ein Hashlosha

Après une accalmie de près de huit heures et demie, les sirènes avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes ont retenti dans les communautés de Nirim et de Ein Hashlosha, près de la frontière de Gaza.

Aucun blessé ni dégât n’ont été signalés.

Ces communautés ont été visées à plusieurs reprises par des tirs de mortiers au cours des 11 derniers jours de combat.

Responsables US: face à la violence à Gaza, Biden ne peut ignorer le conflit

Le président américain Joe Biden dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, à Washington, le 4 mai 2021. (AP Photo/Evan Vucci)
Le président américain Joe Biden dans la salle à manger d'État de la Maison Blanche, à Washington, le 4 mai 2021. (AP Photo/Evan Vucci)

Des responsables américains ont déclaré au radiodiffuseur public Kan qu’ils pensaient que la violence entre Israël et les groupes terroristes de Gaza obligerait l’administration Biden à s’impliquer davantage dans le conflit israélo-palestinien qu’elle ne l’avait initialement prévu.

Le reportage indique que les responsables américains pensaient auparavant pouvoir s’éloigner de la question, ou du moins retarder toute intervention.

Le reportage précise toutefois que les États-Unis n’ont toujours pas nommé d’envoyé spécial dans la région ni d’ambassadeur.

L’unique Républicain US à soutenir un cessez-le-feu s’est rétracté

Le candidat républicain au Sénat américain Todd Young prend la parole à Indianapolis, le 29 août 2016. (Crédit : AP Photo/Michael Conroy)
Le candidat républicain au Sénat américain Todd Young prend la parole à Indianapolis, le 29 août 2016. (Crédit : AP Photo/Michael Conroy)

Le seul législateur républicain à avoir publiquement soutenu un cessez-le-feu entre Israël et Gaza est finalement revenu sur sa position.

Un porte-parole du représentant républicain de l’Indiana, Todd Young, a déclaré au Jewish Insider que ce dernier « partage les préoccupations de ses collègues concernant un cessez-le-feu prématuré ou qui se ferait aux conditions du Hamas ».

« L’infrastructure et le réseau de tunnels du Hamas à Gaza sont bien plus profonds et plus sophistiqués que beaucoup ne le pensaient auparavant… En tant que tel, il est clair qu’Israël a besoin de plus de temps pour faire face à la menace à laquelle il est confronté. La seule façon de créer un cessez-le-feu durable est de faire face à la menace à laquelle ils sont confrontés et de rétablir la dissuasion en éliminant l’infrastructure terroriste du Hamas », a ajouté le porte-parole.

Le sénateur Christopher Murphy, Démocrate du Connecticut, au Comité des Affaires Etrangères du Sénat à Capitol Hill à Washington, le mercredi 25 juillet 2018. (AP Photo/Susan Walsh)

Il y a trois jours à peine, Young et le sénateur démocrate Chris Murphy ont publié la première et unique déclaration bipartisane en faveur d’un cessez-le-feu rapide.

« Israël a le droit de se défendre contre les attaques à la roquette du Hamas, et ce proportionnellement à la menace à laquelle ses citoyens sont confrontés. À la suite des attaques à la roquette du Hamas et de la réponse d’Israël, les deux parties doivent reconnaître que trop de vies ont été perdues et ne doivent pas aggraver le conflit. Nous sommes encouragés par les informations selon lesquelles les parties envisagent un cessez-le-feu. Nous espérons que ce cessez-le-feu pourra être atteint rapidement et que des mesures supplémentaires pourront être prises pour préserver un avenir à deux États », ont déclaré les sénateurs.

Le sénateur Chris Murphy a rencontré mercredi l’ambassadeur iranien aux Nations unies Majid Takht-Ravanchi au cours d’un – rare – entretien entre des responsables américains et iraniens. Il lui a notamment demandé de « dire au groupe terroriste [du Hamas] de mettre un terme aux attaques à la roquette visant Israël ».

WSJ : Un cessez-le-feu demain, mais le Jihad islamique est un « joker »

Ziad Nakhaleh, chef du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique (Crédit : capture d'écran)
Ziad Nakhaleh, chef du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique (Crédit : capture d'écran)

Le Wall Street Journal a rapporté qu’un cessez-le-feu entre Israël et les groupes terroristes de Gaza pourrait entrer en vigueur dès demain.

Des personnes impliquées dans les discussions ont déclaré au journal que les médiateurs égyptiens ont progressé dans les pourparlers avec les dirigeants du groupe terroriste du Hamas, et qu’Israël a « concédé en privé » qu’il était sur le point d’atteindre tous ses objectifs militaires.

Selon le reportage, Washington estime que, sauf événement imprévu, le cessez-le-feu pourrait entrer en vigueur cette semaine, le calendrier précis restant encore flou.

Toutefois, un responsable américain a déclaré au journal que le Jihad islamique palestinien reste une entité inconnue – le journal affirme que le groupe terroriste est un « joker » – et qu’il pourrait continuer à mener des attaques même après l’accord de cessez-le-feu.

La Maison Blanche a refusé de commenter cet article.

Un syndicat conditionne le retour de l’électricité à Gaza au retour des captifs

Lignes électriques à proximité du Moshav Bnei Reem dans le centre d'Israël, le 26 avril 2010. (Nati Shohat/Flash90)
Lignes électriques à proximité du Moshav Bnei Reem dans le centre d'Israël, le 26 avril 2010. (Nati Shohat/Flash90)

Le syndicat des travailleurs de la Société israélienne d’électricité (IEC) a annoncé qu’il ne réparera pas les lignes électriques vers Gaza tant que le groupe terroriste au pouvoir dans l’enclave ne restitue pas les corps des soldats de Tsahal, Hadar Goldin et Oron Shaul, tous deux tués lors de la guerre de 2014, de même que le civil Avera Mengistu qui est entré dans Gaza de son propre chef.

Il n’est pas fait mention de Hisham al-Sayed, un deuxième civil qui est aussi entré dans la bande de Gaza.

L’IEC a répondu par une déclaration stipulant qu’elle est une « entreprise gouvernementale, soumise aux dispositions de la loi, et estime que l’électricité est un produit essentiel qui est en dehors du conflit ».

La société a précisé qu’elle « espère que les garçons seront ramenés à la maison ».

Selon les autorités israéliennes, les roquettes du Hamas ont endommagé des lignes électriques, privant des centaines de milliers de Gazaouis d’électricité.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Avera Mengistu, Hisham al-Sayed, Hadar Goldin et Oron Shaul. (Flash 90/Times of Israel)

Tsahal a visé un multi-lance-roquettes du Hamas et 2 dépôts d’armes

L’armée israélienne a annoncé avoir détruit un multi-lance-roquettes dans la ville de Khan Younis, dans le sud de Gaza, ainsi que deux dépôts d’armes, alors que l’armée israélienne continue de mener des frappes dans l’enclave palestinienne.

La frappe sur la rampe de lancement du Hamas a « empêché les tirs de roquettes sur Israël », selon l’armée.

Dans une vidéo publiée par l’armée, on peut voir des explosions secondaires après la frappe, ce qui indique que plusieurs roquettes se trouvaient à l’intérieur du lanceur lorsqu’il a été détruit.

Selon l’armée, une cache d’armes se trouvait au domicile du chef adjoint des forces aériennes du Hamas, dans le centre de Gaza, et l’autre au domicile d’un autre membre des forces aériennes, à Khan Younis.

Barrage de roquettes tiré vers Ashkelon et les villes frontalières de Gaza

Des sirènes avertissant de l’arrivée de roquettes ont retenti dans la ville méridionale d’Ashkelon ainsi que dans les communautés frontalières de Gaza de Zikim, Netiv Haasara et Karmia.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Ces communautés ont été visées à maintes reprises par des tirs de mortiers au cours des 11 derniers jours de combat.

La semaine dernière, le maire d’Ashkelon, Tomer Glam, a signalé que 25 % des habitants de la ville n’ont pas accès à une zone protégée lorsque des roquettes sont tirées.

Tomer Glam (Crédit : page fb תומר גלאם – Tomer Glam)

Likud: Netanyahu prolonge le conflit pour empêcher Lapid de former une coalition

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre des Finances de l'époque Yair Lapid assistent à une cérémonie de signature au Cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 23 septembre 2014. (Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre des Finances de l'époque Yair Lapid assistent à une cérémonie de signature au Cabinet du Premier ministre à Jérusalem le 23 septembre 2014. (Noam Revkin Fenton/Flash90)

Des sources au sein du parti Likud déclarent au journal Maariv qu’il y a des craintes que le Premier ministre Benjamin Netanyahu prolonge les combats à Gaza parce que le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, détient actuellement le mandat pour former le prochain gouvernement.

« Netanyahu prolonge l’opération à Gaza parce que Lapid détient le mandat », a déclaré un haut conseiller politique du parti.

« Il ne semble pas vouloir réellement éradiquer le Hamas. Les relations entre les Arabes d’Israël et les Juifs sont complètement détruites », a poursuivi le conseiller. « Netanyahu galope vers une cinquième élection et prend le pays en otage. La déconfiture du président de la droite Naftali Bennett lui a donné un coup de pouce, mais le soutien dont il bénéficie au sein du Likud s’affaiblit. »

D’autres éléments du bloc de droite ont confié au journal que certains pensent que Netanyahu croit que le conflit avec le Hamas redorera son image lors des cinquièmes élections, alors que la pandémie ne l’a pas fait.

« Il s’appuie sur le fait que le Hamas sera anéanti », ont affirmé au journal des responsables anonymes du parti.

Peu après l’éclatement de la violence, le parti de Yamina de Bennett a abandonné Lapid et s’est retourné vers le Likud de Netanyahu pour négocier. Le site d’information Walla a rapporté cette semaine que, depuis lors, le Premier ministre a sensiblement revu à la baisse son offre initiale au chef du parti de droite.

Le Hamas tire un missile sur un véhicule de Tsahal de Gaza – médias palestiniens

Les médias palestiniens ont rapporté que le Hamas a tiré un missile anti-char guidé sur un véhicule militaire israélien près de la frontière au nord de Gaza.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté cette information.

Le Hamas tire un missile anti-char sur un bus vide ; un soldat légèrement blessé

Un soldat israélien a été légèrement blessé après qu’un missile anti-char a été tiré sur un bus vide à côté duquel il se trouvait près de la frontière de Gaza, selon l’armée.

Le soldat a été touché par des éclats d’obus.

Aucun autre blessé n’a été signalé dans cette attaque, qui s’est produite juste au nord de la bande de Gaza, selon l’armée israélienne.

Sirènes d’alerte à la roquette dans les communautés frontalières de Gaza

Des sirènes avertissant de l’arrivée de tirs de roquettes ont retenti dans les communautés frontalières de Gaza de Kissufim, Netiv Ha’asara et Zikim.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Heiko Maas arrivé en Israël; ses collègues tchèque et slovaque sont en route

Le ministère des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi accueille son homologue allemand Heiko Maas à Ben Gurion, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch)
Le ministère des Affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi accueille son homologue allemand Heiko Maas à Ben Gurion, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch)

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a atterri à l’aéroport Ben Gurion où il a été accueilli par son homologue, Gabi Ashkenazi.

« Nous considérons que ce que fait Israël (dans la bande de Gaza, ndlr) est couvert par le droit d’autodéfense », a déclaré M. Maas, lors d’une conférence de presse conjointe à Tel-Aviv, avec son homologue israélien Gabi Ashkenazi, au cours de laquelle il a aussi plaidé pour un cessez-le-feu.

Les ministres des Affaires étrangères de la République tchèque et de la Slovaquie sont également attendus en Israël ce matin dans le cadre d’une délégation d’émissaires.

Les ministres se rendront sur un site touché par des tirs de roquettes du Hamas et recevront un briefing d’un responsable de la sécurité.

Plus tard dans la journée, les ministres des Affaires étrangères devraient rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Reuven Rivlin et le ministre de la Défense Benny Gantz.

Rixe entre des pro-palestiniens et pro-israéliens à New York

Des images diffusées en ligne montrent une bagarre de rue opposant un groupe de manifestants pro-palestiniens à deux manifestants pro-israéliens à New York.

On ignore comment l’altercation a commencé, mais les deux partisans d’Israël semblent avoir été acculés par un grand nombre de manifestants pro-palestiniens.

Des policiers sont intervenus pour évacuer les deux personnes.

La date de l’incident n’a pas été précisée.

A deux reprises cette semaine, des groupes de Pro-palestiniens ont attaqué des Juifs à Los Angeles. Les autorités enquêtent sur l’un des incidents comme un possible crime de haine.

Les résidents de Netiv Haasara sommés de rester dans les abris

Le commandement de la Défense passive ordonne aux résidents des communautés proches de Gaza de rester dans les abris anti-bombes jusqu’à nouvel ordre.

La ville a été la cible de multiples tirs depuis ce matin.

Des démocrates critiquent une campagne de l’AIPAC concernant Ilhan Omar

L'élue démocrate du Minnesota Ilhan Omar au comité du Budget de la Chambre des Représentants au Capitol Hill à Washington, le 12 mars 2019. (Susan Walsh/AP)
L'élue démocrate du Minnesota Ilhan Omar au comité du Budget de la Chambre des Représentants au Capitol Hill à Washington, le 12 mars 2019. (Susan Walsh/AP)

Des dirigeants démocrates ont réagi à une campagne publicitaire lancée par l’AIPAC visant la représentante Ilhan Omar, qui a fustigé l’opération Gardien des murs lancée par Israël à Gaza en réponse aux tirs de roquettes du groupe terroriste palestinien du Hamas.

La campagne pour une pétition en ligne montre une photo d’Ilhan Omar avec en toile de fond des tirs de roquettes du Hamas.

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a exprimé son désaccord « avec les commentaires de la députée Omar, mais il est très décevant de voir des campagnes profondément cyniques et incendiaires déformer ses propos. Comme nous respectons toujours le droit d’Israël à se défendre, il doit y avoir un effort sérieux de la part des deux parties au conflit pour mettre fin à la violence et respecter les droits des peuples israélien et palestinien ».

Steny Hoyer, D-Md., s’exprime à la conférence politique de l’AIPAC, au centre de Convention de Washington, le 5 mars 2018. (AP Photo/Jose Luis Magana)

Le leader de la majorité à la Chambre des représentants, Steny Hoyer, a déclaré ne pas être « d’accord avec les déclarations faites par les membres, mais les attaquer dans des campagnes ne fait pas avancer l’objectif d’accroître le soutien à Israël. L’AIPAC devrait défendre auprès du peuple américain non seulement le droit d’Israël à protéger la vie de ses citoyens, mais aussi la raison pour laquelle il a la responsabilité morale de le faire, ainsi que sa valeur en tant qu’allié et partenaire de notre sécurité nationale ».

Barrage de tirs sur la périphérie de Gaza

Les sirènes d’alerte à la roquette ont retenti dans un certain nombre de communautés entourant la bande de Gaza, contraignant les habitants à se mettre à l’abri.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Ces alertes surviennent alors que l’armée israélienne continue de frapper des cibles terroristes dans la bande de Gaza.

138 représentants démocrates demandent à Biden d’agir pour un cessez-le-feu

138 démocrates de la Chambre des représentants ont adressé une lettre au président américain Joe Biden pour l’implorer de prendre des mesures décisives afin de mettre fin aux combats entre Israël et les groupes terroristes à Gaza.

La Chambre des représentants compte 441 représentants dont 6 sans droit de vote.

« Trop de gens sont déjà morts et d’autres périront inutilement si l’Amérique n’agit pas avec l’urgence que cette violence exige », ont écrit les membres du Congrès.

« Nous demandons instamment à votre administration, au plus haut niveau, de prendre les devants et de prendre des mesures décisives pour mettre fin à la violence », ont-ils ajouté.

La rédaction de la lettre a été organisée par les représentants David Price et Gerald Connolly et co-dirigée par les représentants Jan Schakowsky, Ro Khanna, Barbara Lee, Peter Welch, Mark Pocan, Alan Lowenthal, John Yarmuth et Lloyd Doggett.

Tsahal frappe des cibles du Hamas, un tunnel d’attaque, des rampes de lancement

L’armée israélienne a annoncé avoir détruit ce matin un certain nombre de cibles du Hamas dans la bande de Gaza, notamment un tunnel d’attaque, un centre de commandement et de contrôle et deux rampes de lancement souterraines.

L’armée dit avoir bombardé un tunnel d’attaque situé près de la ville de Beit Hanoun, au nord de Gaza, ainsi que deux rampes de lancement souterraines à Jabaliya, au nord de la ville de Gaza, qui, selon Tsahal, ont été utilisées pour tirer des roquettes sur Tel Aviv en début de semaine.

En outre, l’armée affirme que ses avions de chasse ont détruit un centre de commandement du Hamas « à partir duquel l’organisation supervisait les combats dans la série actuelle de combats ».

L’Organization of American States classe le Hamas comme groupe terroriste

L’Organization of American States (OAS), une coalition internationale de 35 pays d’Amérique du Nord et du Sud, a désigné le Hamas comme une organisation terroriste, alors qu’Israël traverse le pire épisode de combats avec les dirigeants islamistes de Gaza depuis des années.

« Les récentes attaques lancées par le Hamas contre la population civile israélienne constituent sans aucun doute des attaques de nature terroriste », écrit l’Uruguayen Luis Almagro, secrétaire général de l’OEA, dans un communiqué.

« L’agression terroriste du Hamas est illimitée et cherche toujours des victimes civiles, cherche à intensifier les dynamiques de conflit et les actions armées, ainsi qu’à semer la terreur parmi les populations innocentes, qu’elles soient israéliennes ou palestiniennes. »

La branche latino-américaine du Centre Simon Wiesenthal a applaudi cette initiative et a pointé du doigt les quatre États membres dont les gouvernements ont exprimé des opinions contraires à la déclaration de l’OAS : l’Argentine, la Bolivie, le Mexique et le Venezuela.

« Nous félicitons le secrétaire général Luis Almagro d’avoir clarifié la situation pour les États membres de l’OAS dont les ministères des Affaires étrangères ont pris des positions d’ignorance ou de partialité », a déclaré Ariel Gelblung, directeur régional du Centre Simon Wiesenthal.

Le ministère argentin des Affaires étrangères a publié la semaine dernière une déclaration intitulée « Préoccupation concernant la situation en Israël et en Palestine » exprimant sa « profonde inquiétude » face à ce qu’il considère comme un « usage disproportionné de la force » par Israël ainsi qu’aux tirs de roquettes depuis Gaza.

Les États-Unis, qui sont membres de l’OAS, considèrent déjà le Hamas comme une organisation terroriste.

L’OAS, dont le siège est à Washington, est la plus ancienne organisation régionale du monde. Elle remonte à la première conférence internationale des États américains qui s’est tenue dans la capitale américaine en 1889.

Des sirènes d’alertes retentissent à Ashkelon, la région de Gaza et le Néguev

Des sirènes d’alerte à la roquette se sont fait entendre dans les villes du sud d’Israël et près de la frontière de Gaza, alors que la région est la cible de tirs soutenus de la part des groupes terroristes de la bande de Gaza.

Les alertes aux roquettes ont retenti jusqu’à certaines villes et campements bédouins du Néguev, à l’est, et jusqu’à Ashkelon, au nord.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

La construction d’abris à la charge de l’Etat – chef du commandement de la défense passive

Une jeune enfant à l'intérieur d'un abri anti-bombes à Tel Aviv alors que des barrages de roquettes de Gaza pleuvent sur la ville, le 16 mai 2021 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)
Une jeune enfant à l'intérieur d'un abri anti-bombes à Tel Aviv alors que des barrages de roquettes de Gaza pleuvent sur la ville, le 16 mai 2021 (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

Alors que le nombre de personnes, vivant sans abri anti-bombes ou sans zone protégée à l’intérieur de leur domicile, suscite de plus en plus d’inquiétudes, le chef du commandement de la défense passive affirme que son unité est responsable de la réglementation, mais que la mise en œuvre incombe à l’État ainsi qu’aux particuliers.

« La protection est un projet national qui ne peut être mené par les autorités locales ou les habitants. Plus de 70 % des citoyens bénéficient d’une protection standard. Dans les communautés entourant la bande de Gaza, tout le monde est protégé chez soi », a déclaré le général de division Ori Gordin au radiodiffuseur public Kan. « Le commandement de la défense passive est responsable de la réglementation et des critères, mais la réalisation de cette protection incombe à l’État ainsi qu’aux citoyens. »

« Il est nécessaire d’améliorer considérablement la protection à Ashkelon, Netivot, Ashdod et Ofakim », a-t-il ajouté, où 25 % des habitants n’ont pas accès à ce type de structures.

Depuis le début du cycle actuel de violence, le public a pris conscience qu’un grand nombre de personnes ne disposaient pas d’abris ou de zones renforcées de leur maison et n’avaient surtout pas assez de temps pour rejoindre les abris publics lorsqu’elles entendaient la sirène d’alerte aux roquettes.

Les personnes âgées, les personnes handicapées et celles qui vivent dans des campements bédouins non reconnus dans le sud du pays sont particulièrement vulnérables.

Les sirènes d’alerte à la roquette continuent dans la région de Gaza

Les sirènes d’alertes aux roquettes ont retenti dans les communautés frontalières de Gaza à Holit, Nahal Oz, Kerem Shalom, Netiv Ha’asara, Be’eri et Kissufim.

Aucun impact de projectiles n’a été signalé.

Plusieurs localités du sud du pays subissent des tirs en quasi-continu depuis ce matin.

Heiko Maas se rend dans un bâtiment touché par une roquette

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, visite un bâtiment à Petah Tikva touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch).
Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, visite un bâtiment à Petah Tikva touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, le 20 mai 2021. (Crédit : Miri Shimonovitch).

Peu après son atterrissage en Israël, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a été briefé sur la sécurité à Petah Tikva par le général Ori Gordin, chef du commandement du front intérieur de l’armée israélienne.

Maas s’est également rendu dans un bâtiment de la ville touché par une roquette tirée depuis Gaza.

Le ministre allemand a déclaré que sa visite avait pour objectif de signifier sa solidarité avec Israël, et a souligné le droit d’Israël à se défendre.

Il a également précisé que l’Allemagne soutient les efforts visant à parvenir à un cessez-le-feu.

Les ministres des Affaires étrangères tchèque et slovaque devraient atterrir à la mi-journée.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas (centre), reçoit un briefing sur la sécurité à Petah Tikva du général Ori Gordin (G), chef du commandement du front intérieur de Tsahal, en compagnie du ministre des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi (droite), le 20 mai 2021. (Crédit : Ministère des affaires étrangères)

Au moins 230 morts, dont 65 mineurs – Hamas

Le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas, a fait état d’au moins 230 Palestiniens tués dans la bande de Gaza au cours des 11 derniers jours de combats, dont 65 mineurs, et de 1 710 personnes blessées.

Selon l’armée israélienne, au moins 160 des personnes tuées dans la bande de Gaza étaient membres de groupes terroristes, principalement du Hamas mais aussi du Jihad islamique palestinien.

L’armée israélienne a également indiqué que le ministère de la Santé du Hamas pourrait avoir sous-évalué le nombre de victimes en omettant d’inclure le nombre d’agents terroristes tués dans la bande de Gaza.

Par ailleurs, une famille palestinienne de huit personnes vivant à Gaza a été tuée lorsqu’une roquette tirée depuis l’enclave n’a pas franchi la frontière, et est retombée dans le territoire palestinien, frappant leur maison dans la ville de Beit Hanoun.

Bennett : Netanyahu ne se sert pas des combats à Gaza à des fins politiques

Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, prend la parole lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 12 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, prend la parole lors d'une réunion de faction à la Knesset à Jérusalem, le 12 avril 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Dans une interview accordée à la chaîne américaine MSNBC, le chef du parti Yamina, Naftali Bennett, a affirmé que le Premier ministre Benjamin Netanyahu ne se servait pas des combats à Gaza pour ses propres fins politiques.

Interrogé directement sur l’allégation selon laquelle le Premier ministre utilise la situation pour renforcer son soutien politique, Bennett a répondu par la négative : « Je pense que le problème fondamental ici est que le Hamas veut détruire [Israël] ».

Il a ensuite lu à haute voix des sections de la charte du Hamas.

Des sources au sein du Likud ont déclaré au journal Maariv que le parti craint que Netanyahu ne prolonge les combats à Gaza parce que le leader de Yesh Atid, Yair Lapid, détient actuellement le mandat pour former le prochain gouvernement.

Gantz rencontre Maas, le remercie pour le soutien de l’Allemagne

Le ministre de la Défense Benny Gantz a rencontré le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, à Tel Aviv, a fait savoir le ministère de la Défense dans un communiqué.

Le communiqué indique que Gantz a exprimé sa reconnaissance pour le « soutien sans équivoque » et « l’engagement inébranlable » de l’Allemagne en faveur de la sécurité d’Israël.

Les deux hommes ont parlé de leur objectif commun d' »affaiblir les éléments extrémistes et de renforcer les forces modérées à Gaza et dans la région en général, afin de garantir la paix et la stabilité à long terme », indique le communiqué.

Merkel se dit favorable à des « contacts indirects » avec le Hamas

La chancelière allemande Angela Merkel prononce un discours lors d'une séance plénière du Bundestag, le 12 septembre 2018. (AP Photo/Markus Schreiber)
La chancelière allemande Angela Merkel prononce un discours lors d'une séance plénière du Bundestag, le 12 septembre 2018. (AP Photo/Markus Schreiber)

Angela Merkel s’est déclarée jeudi favorable à des « contacts indirects » avec le groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas, au pouvoir à Gaza, indispensables selon elle pour aboutir à un cessez-le-feu avec Israël.

« Vous ne pouvez pas toujours le faire directement, mais bien sûr le Hamas doit être impliqué d’une manière ou d’une autre car sans le Hamas, il n’y a pas de cessez-le-feu », a déclaré la chancelière allemande lors d’un forum organisé par le groupe WDR.

Réunion du Conseil des droits de l’homme le 27 mai à la demande du Pakistan

Ouverture de la 38ème session du conseil des droits de l'Homme des Nations unies à Genève, en Suisse, le 18 juin 2018 (Crédit : AFP/Alain Grosclaude)
Ouverture de la 38ème session du conseil des droits de l'Homme des Nations unies à Genève, en Suisse, le 18 juin 2018 (Crédit : AFP/Alain Grosclaude)

Le Conseil des droits de l’homme se réunira la semaine prochaine en session extraordinaire sur l’embrasement du conflit entre Israël et le Hamas, ont annoncé jeudi les Nations unies.

La réunion, prévue le 27 mai, est organisée à la demande du Pakistan, en tant que coordonnateur de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), et des autorités palestiniennes, qui ont réuni suffisamment de signatures sur les 47 pays membres du Conseil, a indiqué l’ONU dans un bref communiqué.

Lors de cette réunion, les pays examineront la « grave situation des droits humains » dans les territoires palestiniens, y compris à Jérusalem-Est, a-t-elle précisé.

Le Conseil des droits de l’homme tient pas moins de trois sessions ordinaires par an, mais si un tiers des Etats membres en fait la demande, il peut décider à tout moment de tenir une session extraordinaire.

Depuis sa création en juin 2006, le Conseil des droits de l’homme a déjà tenu 29 sessions extraordinaires destinées à réagir à des situations d’urgence, dont plusieurs ont condamné Israël, notamment sur la situation dans la bande de Gaza, contrôlée par le groupe terroriste palestinien du Hamas depuis 15 ans après avoir chassé férocement le Fatah suite au désengagement unilatéral d’Israël.

La précédente réunion extraordinaire portant sur la détérioration de « la situation des droits de l’homme dans le Territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est » remonte à mai 2018. Et la première session extraordinaire du Conseil, le 5 juillet 2006, a elle aussi porté sur « la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés ».

2 suspects arrêtés pour l’agression d’un rabbin à Londres

Un convoi de voitures filmé sur Finchley Road à Londres dont les passagers crient des insultes antisémites, le 16 mai 2021. (Capture d'écran)
Un convoi de voitures filmé sur Finchley Road à Londres dont les passagers crient des insultes antisémites, le 16 mai 2021. (Capture d'écran)

Deux hommes ont été arrêtés dans le cadre de l’agression d’un rabbin près de Londres, dans ce que la police a appelé un crime de haine.

Les suspects, âgés de 18 et 25 ans, ont été arrêtés lundi « en lien avec une agression aggravée par un mobile à caractère religieux à Chigwell », a déclaré un porte-parole de la police au journal The Sun.

L’arrestation survient au lendemain de l’agression du rabbin Rafi Goodwin près de sa synagogue. Les suspects ont proféré des insultes antisémites à l’encontre du rabbin, selon le reportage, et auraient volé son téléphone.

Goodwin, qui a été modérément blessé, a été hospitalisé.

Peu après l’incident, la communauté de Goodwin a déclaré dans un email adressé à ses membres que rien n’indiquait que l’agression était un crime de haine.

Hier, Robert Jenrick, le secrétaire aux communautés du gouvernement britannique, a déclaré que l’agression de Goodwin s’inscrivait dans le cadre d’une forte recrudescence des incidents antisémites dans le pays, coïncidant avec les hostilités entre le Hamas et Israël.

Les deux suspects sont originaires du quartier d’Ilford, dans l’est de Londres, et sont maintenus en détention, selon The Sun, qui ne précise pas comment les suspects ont répondu aux allégations.

Le jour de l’agression de Goodwin, plusieurs voitures arborant des drapeaux palestiniens ont traversé Golders Green, un quartier juif bien connu de Londres. Un participant du convoi a crié « F*** les Juifs, violez leurs filles » dans un haut-parleur, entre autres autres chants. Le maire avait promis un renforcement des effectifs pliciers.

Les Philippines suspendent l’envoi de travailleurs en Israël

La république des Philippines a annoncé qu’elles cessera temporairement d’envoyer des citoyens travailler en Israël après que trois travailleurs étrangers ont été tués par des tirs de roquettes.

Trois des 12 personnes tuées en Israël depuis le début des violences la semaine dernière étaient des travailleurs étrangers – deux de Thaïlande et un d’Inde.

Le secrétaire philippin au Travail, Silvestre Bello III, a déclaré à la chaîne d’information ABS-CBN que les travailleurs ne seront pas autorisés à se rendre en Israël « jusqu’à ce que nous puissions assurer leur sécurité », rapporte le New York Times.

« À partir de maintenant, nous ne déploierons pas de travailleurs », a-t-il dit. « Comme nous pouvons le voir, il y a des bombardements partout. Si nous nous déployons, ce serait difficile – ce serait ma responsabilité. »

Selon le journal, quelque 30 000 Philippins travaillent en Israël, principalement dans le service à la personne pour les Israéliens âgés ou les personnes handicapées.

Certains travailleurs disent qu’ils sont victimes d’abus et de mauvaises conditions de travail, et qu’ils risquent d’être expulsés en vertu de la loi israélienne s’ils se marient ou ont des enfants.

Leah Goldin : Israël ne doit pas signer de cessez-le-feu sans retour des captifs

Capture d'écran d'une vidéo de Leah Goldin évoquant son fils Hadar, un soldat israélien mort au combat dont la dépouille est retenue dans la bande de Gaza, le 7 mai 2019 (Crédit :  YouTube)
Capture d'écran d'une vidéo de Leah Goldin évoquant son fils Hadar, un soldat israélien mort au combat dont la dépouille est retenue dans la bande de Gaza, le 7 mai 2019 (Crédit : YouTube)

La mère du soldat israélien Hadar Goldin, dont le corps est retenu captif par le groupe terroriste Hamas depuis qu’il a été tué à Gaza en 2014, affirme qu’Israël ne doit pas conclure de cessez-le-feu avec le Hamas si l’accord ne prévoit pas le retour des captifs israéliens.

« Nous ne devons pas signer un cessez-le-feu sans le retour de nos garçons », déclare Leah Goldin au micro de la Douzième chaîne.

Les soldats de Tsahal Goldin et Oron Shaul ont été tués lors de la guerre de l’été 2014 avec le Hamas, tandis que le civil Avera Mengistu a été capturé après être entré à Gaza de son propre chef la même année. Mengistu souffrirait de problèmes de santé mentale. Hisham al-Sayed, un deuxième civil, est entré dans la bande de Gaza en 2015.

Goldin a récemment accusé les dirigeants israéliens de tromper et d’induire en erreur les familles pendant des années tout en faisant peu de pression sur le Hamas pour qu’il restitue les corps.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du haut à gauche : Avera Mengistu, Hisham al-Sayed, Hadar Goldin et Oron Shaul. (Flash 90/Times of Israel)

Un bâtiment d’Ashkelon touché par une roquette ; 1 blessé léger

Un immeuble touché par une roquette à Ashkelon, le 20 mai 20210. (Crédit : Magen David Adom)
Un immeuble touché par une roquette à Ashkelon, le 20 mai 20210. (Crédit : Magen David Adom)

Un bâtiment de la ville d’Ashkelon a été touché par une roquette tirée depuis Gaza.

Une personne a été légèrement blessée.

L’homme, âgé de 26 ans, a été blessé par des éclats de verre et a été admis au centre médical Barzilai, selon les services de secours de Magen David Adom.

La roquette a été tirée dans le cadre d’un barrage de tir en direction de la ville et d’un certain nombre de communautés frontalières de Gaza.

La Douzième chaîne a diffusé des images en direct des tirs de roquettes depuis Gaza.

Un mariage interrompu par des sirènes d’alerte à la roquette

Les convives dansent autour de Loren et David, dont le mariage a été interrompu par des sirènes d'alerte à la roquette, le 19 mai 2021. (Capture d'écran Douzième chaîne)
Les convives dansent autour de Loren et David, dont le mariage a été interrompu par des sirènes d'alerte à la roquette, le 19 mai 2021. (Capture d'écran Douzième chaîne)

Un couple de jeunes mariés a raconté comment leur cérémonie a été perturbée par des sirènes d’alerte à la roquette. Les festivités et les danses ont eu pour cadre non pas une salle de mariage élégamment décorée, mais un abri anti-aérien.

Le couple a déclaré que les invités avaient été informés à l’avance de la procédure à suivre en cas de sirènes pendant l’événement.

« Nous espérions qu’il n’y aurait pas de sirène pendant la cérémonie, mais quand c’est arrivé, nous sommes tous allés dans l’abri », dit Lauren. « Cela n’avait pas d’importance. Tout le monde était heureux de faire la fête avec nous. »

Son mari David explique qu’ils ont décidé de maintenir le mariage car ils l’avaient déjà précédemment reporté en raison de la pandémie de coronavirus.

A LIRE : De jeunes militaires israéliens offrent leur lune de miel à un couple du sud

Nouveau barrage de roquettes en direction de la région de Beer Sheva

La ville de Beer Sheva, dans le sud du pays, ainsi qu’un certain nombre de villes bédouines et de campements dans le désert du Néguev ont de nouveau été la cible de tirs de roquettes.

Les sirènes d’alerte ont contraint les habitants à se mettre à l’abri.

Un certain nombre de projectiles ont été interceptés par le système de défense antimissile du Dôme de Fer.

Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Une roquette touche un bâtiment d’une zone industrielle de Beer Sheva

Un bâtiment de la zone industrielle de Beersheba a été touché par une roquette lors de l’un des barrages quasi-continus sur le sud d’Israël.

Aucun blessé n’a été signalé.

Les images de la scène montrent des dommages importants.

Netanyahu: le drone abattu en début de semaine était iranien, armé d’explosifs

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré au ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas que le drone abattu par l’armée israélienne en début de semaine était un drone iranien armé d’explosifs.

Jusqu’à présent, l’armée n’a pas communiqué sur l’incident, au cours duquel le drone a été abattu alors qu’il s’approchait de l’espace aérien israélien près de la ville de Beit Shean.

Selon Netanyahu, le drone a été fabriqué par l’Iran et lancé vers Israël depuis la Syrie ou l’Irak.

Ce serait la deuxième fois que l’Iran envoie des drones armés en Israël.

En 2018, un drone a été piloté depuis la Syrie vers le nord d’Israël avant d’être abattu par un hélicoptère israélien.

Tsahal a riposte par une série de frappes sur les actifs iraniens en Syrie.

Réunion ce soir du cabinet de sécurité pour discuter d’un cessez-le-feu

Le cabinet de sécurité israélien se réunit jeudi soir afin de discuter d’un possible cessez-le-feu après onze jours d’affrontements armés entre Israël et le Hamas, mouvement terroriste palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza.

Cette réunion, à laquelle participeront notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les principaux responsables sécuritaires du pays, intervient alors que d’intenses tractations diplomatiques ont lieu afin de mettre un terme aux hostilités entre le Hamas et Israël.

Le Hamas publie des images du tir de missiles antichar sur un bus vide de Tsahal

Le groupe terroriste du Hamas a publié des séquences vidéo de son attaque de missiles antichar menée plus tôt dans la journée et qui visait un bus vide de l’armée au nord de l’enclave.

Un soldat debout à proximité du bus a été légèrement blessé par des éclats d’obus lors de l’attaque, ont déclaré les Forces de défense israéliennes.

Selon les médias palestiniens, deux personnes auraient été tuées lors d’une frappe israélienne contre une voiture dans le nord de la bande de Gaza.

Les deux morts ne sont pas immédiatement identifiés.

Lapid : le gouvernement ne peut pas ignorer l’appel au cessez-le-feu des USA

Le chef du parti Yesh Atid Yair Lapid en conférence de presse à Tel Aviv, le 6 mai 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)
Le chef du parti Yesh Atid Yair Lapid en conférence de presse à Tel Aviv, le 6 mai 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/FLASH90)

Le chef du parti Yesh Atid Yair Lapid a déclaré que le gouvernement israélien doit tenir compte des appels des Etats-Unis pour un cessez-le-feu entre Israël et les groupes terroristes de Gaza, car une coordination sera nécessaire avec l’administration Biden sur des défis plus importants.

« [Le président américain Joe] Biden voulait mettre fin à l’opération après 11 jours, alors que l’armée a déjà atteint ses objectifs. Israël ne peut pas ignorer une telle demande », a affirmé Lapid selon le site d’information Ynet.

« Nous sommes confrontés à des défis bien plus importants que Gaza – l’Iran, l’accord nucléaire, les tensions en Syrie et le renforcement du Hezbollah. Tous ces éléments nécessiteront une coordination étroite avec les Américains. »

Kim Kardashian fustigée pour une publication Facebook sur le conflit

Kim Kardashian West à New York, le 16 mai 2016. (Crédit : Mark Sagliocco/Getty Images/AFP)
Kim Kardashian West à New York, le 16 mai 2016. (Crédit : Mark Sagliocco/Getty Images/AFP)

Kim Kardashian a publié sur sa page Facebook une image contenant une citation disant que les Israéliens et les Palestiniens méritent tous deux de vivre en paix et en sécurité, et a été critiquée pour cette déclaration.

« Je ne sais pas qui a besoin d’entendre cela, mais les Israéliens et les Palestiniens méritent tous deux de vivre en paix et en sécurité », peut-on lire dans la citation. « Toute personne qui essaie de vous convaincre que l’un doit se faire au détriment de l’autre ne soutient pas les droits de l’homme pour tous les humains. »

La citation est illustrée par des drapeaux israéliens et palestiniens et ne figure sur aucun autre réseau social, y compris sur sa très populaire page Instagram.

Kardashian n’a pas fait apparaître la photo dans son flux principal, mais elle a toutefois relayée sur d’autres réseaux sociaux, où la star a subi des attaques.

La plupart des critiques portent sur le fait que Kardashian a été l’une des principales voix à appeler les États-Unis à reconnaître le génocide arménien, et les internautes ont établi une fausse et dangereuse comparaison entre la violence actuelle et cet événement historique.

Gantz : Nous sommes prêts à étendre l’opération à Gaza, si nécessaire

Avant des discussions sur un éventuel cessez-le-feu, le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré qu’Israël était prêt à étendre sa campagne aérienne à Gaza, si nécessaire.

« Nous sommes prêts et disposés à étendre l’opération si nécessaire », déclare Gantz.

« Nous emmenons le Hamas dans un voyage dans le temps – un voyage dont nous ne lui permettrons pas de revenir », ajoute le ministre de la Défense, faisant référence au bombardement par Israël de l’infrastructure militaire du groupe terroriste.

Guterres : « S’il y a un enfer sur terre, c’est la vie des enfants à Gaza »

Un enfant palestinien, blessé lors des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, soigné à l'hôpital Al-Shifa dans l'enclave palestinienne, le 19 mai 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS/AFP)
Un enfant palestinien, blessé lors des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, soigné à l'hôpital Al-Shifa dans l'enclave palestinienne, le 19 mai 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS/AFP)

La poursuite des tirs israéliens et palestiniens est « inacceptable », a affirmé jeudi devant l’Assemblée générale de l’ONU son secrétaire général, Antonio Guterres.

« Je suis profondément choqué par les bombardements aériens et d’artillerie continus par les Forces de défense israéliennes à Gaza », ayant tué plus de 200 Palestiniens, dont une soixantaine de mineurs, a-t-il dit.

« La poursuite des tirs aveugles de roquettes par le Hamas et d’autres groupes militants vers des centres de population en Israël » ayant fait une douzaine de morts dont un enfant et une adolescente, « est également inacceptable », a-t-il ajouté.

« S’il y a un enfer sur terre, c’est la vie des enfants à Gaza », a-t-il estimé.

« Il est impératif de parvenir à une désescalade, pour éviter une crise sécuritaire et humanitaire transfrontalière incontrôlable » et « nous devons oeuvrer à une reprise des négociations » pour aboutir à « une solution à deux Etats sur la base des lignes de 1967 », avec Jérusalem capitale des deux pays, a aussi répété le chef de l’ONU.

Concernant l’aide humanitaire, il a indiqué qu’un appel à des dons allait être lancé « dès que possible », précisant que 14 millions de dollars vont être débloqués par l’ONU « au profit des territoires palestiniens occupés ».

« Il n’y a aucune justification, incluant la lutte contre le terrorisme ou la légitime défense, à l’abdication par les parties au conflit de leurs obligations en vertu du droit international humanitaire », a-t-il insisté.

« Je suis également profondément préoccupé par la poursuite des affrontements violents entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens dans toute la Cisjordanie occupée, y compris Jérusalem-Est, où plusieurs familles palestiniennes sont menacées d’expulsion », a également fait valoir le secrétaire général de l’ONU.

Merkel et Abbas soutiennent les efforts de cessez-le-feu

La chancelière allemande Angela Merkel, à droite, et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une conférence de presse à Berlin le 24 mars  2017. (Crédit : Odd Andersen/AFP)
La chancelière allemande Angela Merkel, à droite, et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une conférence de presse à Berlin le 24 mars 2017. (Crédit : Odd Andersen/AFP)

La chancelière allemande Angela Merkel et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ont dit soutenir, lors d’un entretien téléphonique jeudi, les efforts pour un « cessez-le-feu rapide » dans les affrontements au Proche-Orient.

« La chancelière Merkel et le président Abbas ont convenu que les initiatives en faveur d’un cessez-le-feu rapide devaient continuer à être soutenues. La chancelière a souligné le droit d’Israël à se défendre face aux attaques de roquettes depuis la bande de Gaza », a expliqué dans un communiqué le porte-parole de la chancelière, Steffen Seibert.

Gilad Erdan quitte l’Assemblée générale quand le chef de la diplomatie de l’AP parle

L’Ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, quitte l’Assemblée générale en signe de protestation lorsque son le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne commence à prendre la parole.

Toujours pas d’école dans tout le sud et le centre d’Israël vendredi

Le commandement du front intérieur de l’armée prolonge les restrictions actuelles – qui incluent la fermeture d’écoles dans tout le sud et le centre d’Israël – jusqu’à vendredi soir.

Tsahal confirme l’attaque sur 2 agents de l’unité de missiles antichar du Hamas

L’armée israélienne confirme qu’elle a mené une attaque contre une voiture dans le nord de la bande de Gaza, affirmant que ses passagers étaient des membres armés de l’unité de missiles antichar du Hamas.

Deux membres du Hamas ont été tués dans l’attaque, selon les médias palestiniens.

L’armée affirme également avoir détruit la rampe de lancement du Hamas à Beit Lahiya où un missile antichar a été tiré sur un bus vide de Tsahal plus tôt dans la journée.

Deux entrées de tunnels du Hamas ciblées par l’armée

L’armée a déclaré avoir frappé deux ouvertures de tunnels du Hamas dans la bande de Gaza au cours des dernières heures.

Manifestation à Bahreïn : « A bas Israël ». « A bas la normalisation »

Des Palestiniens protestent contre l'accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis et Bahreïn, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 15 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)
Des Palestiniens protestent contre l'accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis et Bahreïn, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 15 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Des dizaines de manifestants ont organisé jeudi un sit-in à Manama, la capitale de Bahreïn, en soutien aux Palestiniens et contre la normalisation des relations diplomatiques avec Israël récemment décidée par ce pays arabe du Golfe.

« A bas Israël » et « A bas la normalisation », ont scandé des manifestants, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Arrêtez l’agression sur Gaza » ou « La résistance triomphe », devant le siège de « la Société bahreïnie contre la normalisation avec l’ennemi sioniste » qui avait organisé le rassemblement.

« Des dizaines de martyrs sont tombés, la mosquée Al-Aqsa (à Jérusalem, NDLR) a été attaquée et on a tenté d’expulser des Palestiniens de leurs maisons à Jérusalem. Toutes ces souffrances sont infligées aux Palestiniens au quotidien », a affirmé un participant.

Bahreïn est, avec les Emirats arabes unis, le seul pays du Golfe à avoir officiellement normalisé ses relations avec l’Etat hébreu, dans le cadre des Accords d’Abraham parrainés par les Etats-Unis en septembre 2020.

Mais face à la pression de l’opinion publique, Manama a condamné les « attaques » d’Israël à Gaza et dans les territoires palestiniens.

A LIRE : Comment les alliés européens et arabes d’Israël réagissent à l’escalade

232 morts, 65 mineurs et 1 900 blessés à Gaza, selon le Hamas

Le nombre de personnes tuées à Gaza par les frappes israéliennes depuis le 10 mai est passé à 232, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, confirmant cinq nouveaux décès, juste après que l’armée israélienne a confirmé avoir ciblé deux membres du Hamas.

Selon le décompte mis à jour, le bilan comprend 65 mineurs et 1 900 blessés.

Le décompte du Hamas n’indique pas le nombre de ses agents morts.

Selon l’armée israélienne, plus de 120 des personnes tuées étaient des membres du Hamas et plus de 25 étaient des membres du Jihad islamique palestinien lundi soir. L’armée israélienne a déclaré que certains des civils tués à Gaza ont été tués par les propres roquettes des groupes terroristes qui ne sont pas parvenu à franchir leur trajectoire et sont donc retombées dans la bande – comme la famille de huit personnes.

Douze personnes – dont un garçon de cinq ans et une adolescente de 16 ans – ont été tuées en Israël par des tirs de roquettes palestiniennes.

Tsahal : 299 roquettes tirées sur Israël depuis ce matin

Une femme et un enfant s'abritent alors qu'une sirène retentit pour prévenir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza dans la ville d'Ashkelon, le 19 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Une femme et un enfant s'abritent alors qu'une sirène retentit pour prévenir de l'arrivée de roquettes tirées depuis la bande de Gaza dans la ville d'Ashkelon, le 19 mai 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

299 roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza depuis 7 heures du matin, a indiqué l’armée.

L’armée souligne que 42 des roquettes sont retombées à Gaza. Le système de défense antimissile du Dôme de fer a intercepté avec succès 90 % des projectiles, dit-il.

L’armée affirme avoir frappé 30 sites de lancement de roquettes à Gaza depuis ce matin.

Tsahal affirme avoir mené 430 frappes sur des sites de lancement de roquettes du Hamas et du Jihad islamique palestinien au cours des derniers jours, tuant 20 terroristes impliqués.

Biden s’entretient avec Sissi

Le président américain Joe Biden a appelé jeudi son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, pour la première fois depuis son entrée à la Maison Blanche, afin de discuter des modalités d’une désescalade du conflit entre Israël et le Hamas palestinien, a rapporté la présidence égyptienne.

Les deux chefs d’Etat « ont échangé leurs points de vue sur les façons d’arrêter la violence et l’escalade dans les Territoires palestiniens », selon le communiqué égyptien.

Un incendie, causé par une roquette, fait rage dans un parc national du sud d’Israël

Un incendie de forêt déclenché par une roquette tirée de Gaza fait rage dans le parc national de Nahal HaBesor, dans le sud d'Israël, le 20 mai 2021. (Crédit : autorisation)
Un incendie de forêt déclenché par une roquette tirée de Gaza fait rage dans le parc national de Nahal HaBesor, dans le sud d'Israël, le 20 mai 2021. (Crédit : autorisation)

Un incendie de forêt déclenché par une roquette tirée de Gaza fait rage dans le parc national de Nahal HaBesor, dans le sud d’Israël.

Les pompiers affirment que l’incendie a été partiellement éteint et que les efforts sont en cours.

Amos Yadlin : il n’y aura sûrement pas de cessez-le-feu officiel

Amos Yadlin (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Amos Yadlin (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

L’ancien chef du renseignement militaire de Tsahal, Amos Yadlin, estime qu’Israël et le Hamas ne parviendront probablement pas à un accord officiel de cessez-le-feu, car leurs demandes respectives sont irréconciliables.

Au lieu de cela, les deux parties arrêteront probablement le feu dans le cadre d’une trêve non formelle, a-t-il déclaré à la Douzième chaîne.

Yadlin dit que le Hamas cherche à se présenter comme le défenseur de Jérusalem et exige la fin du blocus israélo-égyptien. Il cherche à s’engager à ce que ses dirigeants ne soient pas attaqués par Israël et veut un passage sûr entre Gaza et la Cisjordanie.

Israël ne voudra accepter aucune de ces conditions, déclare Yadlin, directeur exécutif de l’Institut d’études sur la sécurité nationale (INSS) de l’université de Tel Aviv.

Israël veut un calme complet, incluant l’arrêt des engins incendiaires tirés de Gaza; le désarmement de Gaza, ou du moins que le Hamas ne se réarme pas maintenant, le retour des corps de deux soldats de Tsahal et la liberté des civils israéliens détenus dans l’enclave, dit Yadlin.

Erdan accuse l’ONU « d’hypocrisie », compare le Hamas aux nazis

Gilad Erdan pendant la cérémonie de Yom HaAtsmaout de la police, à Jérusalem, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Gilad Erdan pendant la cérémonie de Yom HaAtsmaout de la police, à Jérusalem, le 26 avril 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

S’adressant à l’Assemblée générale des Nations Unies, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a comparé la charte du Hamas, qui appelle ouvertement à la destruction d’Israël, aux objectifs génocidaires de l’Allemagne nazie.

« Malheureusement, dans le débat d’aujourd’hui, nous ne voyons pas une défense des objectifs fixés par l’ONU, mais plutôt une indifférence à la charte du Hamas, qui, à l’instar des nazis, est engagé dans le génocide du peuple juif », dit-il.

« Nous voyons une tentative de créer une fausse équivalence morale, une équivalence immorale, entre Israël, une démocratie qui recherche la paix et respecte le droit international, et une organisation terroriste meurtrière avec une idéologie similaire à Daech, qui commet le double crime de guerre de tirer sur des civils israéliens tout en cachant ses armes derrière des civils palestiniens, en les utilisant comme boucliers humains », a ajouté Erdan.

« Chaque orateur ici aujourd’hui, qui ne condamne pas sans équivoque le Hamas, qui ne fait pas la distinction entre les crimes de guerre du Hamas et la légitime défense d’Israël, qui choisit de diaboliser Israël, plutôt que de soutenir ses efforts héroïques pour démanteler l’infrastructure terroriste du Hamas, renforce les forces extrémistes, en encourageant les groupes terroristes à utiliser les civils comme boucliers humains et en sapant les chances de paix. »

« Alors que les roquettes du Hamas sont aveugles, les frappes d’Israël sont précises et chirurgicales. Nous allons au-delà des exigences du droit international », dit-il.

Accusant l’ONU « d’hypocrisie », Erdan ajoute : « nous ne nous excuserons jamais d’avoir défendu nos citoyens, même si certains des pays d’ici pourraient être heureux de voir un plus grand nombre de Juifs morts. »

« Ce débat se caractérise par la tromperie et le mensonge » car « le Hamas prend pour cible des civils tandis qu’Israël prend pour cible des terroristes », a insisté l’ancien ministre de la Sécurité intérieure. « Le Hamas est une organisation jihadiste terroriste qui a tiré plus de 4 000 roquettes contre des villes israéliennes ces 11 derniers jours », a déploré Gilad Erdan, qui avait ostensiblement quitté l’amphithéâtre de l’Assemblée générale de l’ONU peu après le début du discours de Riyad Al-Maliki.

Saar : un cessez-le-feu unilatéral nuira au pouvoir de dissuasion d’Israël

Gideon Saar, dirigeant de Tikva Hadasha, au siège du parti à Tel Aviv, le 23 mars 2021. (Tomer Neuberg/Flash90)
Gideon Saar, dirigeant de Tikva Hadasha, au siège du parti à Tel Aviv, le 23 mars 2021. (Tomer Neuberg/Flash90)

Gideon Sa’ar, le chef du parti Tikva Hadasha, a critique le projet du gouvernement de déclarer un cessez-le-feu unilatéral à Gaza.

Il a estimé qu’une telle démarche « nuirait gravement au pouvoir de dissuasion d’Israël » à l’égard du Hamas et d’autres groupes terroristes.

« La cessation de l’activité militaire israélienne sans imposer de restrictions empêchant l’armement et le renforcement du Hamas et sans le retour des soldats et des civils détenus à Gaza sera un échec politique, dont le prix sera payé, capital et intérêt, à l’avenir », a déclaré Saar.

Des bus de manifestants irakiens pro-palestiniens affluent vers la Jordanie

Des bus entiers de manifestants irakiens pro-palestiniens se sont dirigés vers la frontière jordanienne pour tenter de traverser le royaume hachémite et se rendre en Cisjordanie et à Gaza, selon les médias arabes.

On ignore si la Jordanie autorisera les manifestants irakiens à entrer dans le pays, mais il est très peu probable qu’ils soient autorisés à se rendre en Cisjordanie.

4 heures après, les Israéliens près de Gaza peuvent sortir des abris

Les résidents des communautés israéliennes proches de la bande de Gaza peuvent quitter leurs abris anti-bombes, environ quatre heures après avoir reçu l’ordre d’y rester au milieu des tirs de mortier réguliers de l’enclave.

Cependant, l’armée appelle les habitants des communautés situées à moins de quatre kilomètres de la frontière à rester à proximité immédiate d’un abri anti-bombes.

Des pays arabes et musulmans accusent tous Israël à l’ONU

Les chefs de la diplomatie du Qatar, de la Jordanie, de la Tunisie, de l’Algérie, de la Turquie, du Pakistan et du Koweit, ont tous réclamé devant l’Assemblée générale une condamnation « de l’agression » commise – selon eux – par Israël, alors que le Hamas a initié les tirs sur la capitale israélienne, le 10 mai.

« Ces massacres n’ont que trop duré », a jugé le Jordanien Ayman Safadi tandis que le Tunisien Othman Jerandi dénonçait ce qu’il appelait un « génocide, une épuration ethnique ».

Les Israéliens veulent « judaïser » Jérusalem, a osé le Koweïti Ahmad Nasser Al-Mohammed Al-Sabah, en rappelant que le Conseil de sécurité avait adopté 86 résolutions sur le Proche-Orient depuis 1967, tandis que le Turc Mevlüt Cavusoglu réclamait que l’ONU impose à Israël qu’il « cesse sa campagne de purification ethnique ».

En allusion au projet de résolution français menacé d’un veto américain, le chef de la diplomatie pakistanaise Shah Mahmood Qureshi a estimé que si le Conseil de sécurité ne prenait pas position dans le conflit, « l’Assemblée générale de l’ONU devait le faire ».

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a exhorté de son côté « le secrétaire général de l’ONU à décréter un état d’urgence humanitaire pour soulager les Palestiniens et reconstruire Gaza ».

Le cabinet de sécurité israélien approuve un cessez-le-feu sans conditions

Communiqué du bureau de Benjamin Netanyahu :

« Le cabinet de sécurité, ce soir, a accepté à l’unanimité la recommandation de l’ensemble des responsables de la sécurité, du chef d’état-major de Tsahal, du chef du Shin Bet, du chef du Mossad et du chef du Conseil de sécurité nationale d’accepter l’initiative égyptienne pour un cessez-le-feu mutuel sans conditions préalables, qui prendra effet à un moment à déterminer.

Le chef d’état-major de Tsahal, l’armée et le chef du Shin Bet ont informé les ministres des réalisations importantes d’Israël dans l’opération, dont certaines sont sans précédent.

La direction politique souligne que c’est la réalité sur le terrain qui déterminera l’avenir de l’opération. »

Le Hamas confirme le cessez-le-feu, qui entrera en vigueur à 2 heures du matin

Un responsable du Hamas a confirmé à l’agence de presse Reuters qu’un cessez-le-feu « mutuel et simultané » avec Israël avait été conclu, mettant fin au conflit qui dure depuis 11 jours à Gaza.

Le cessez-le-feu entrera en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi à 2 heures du matin.

Le bureau de Netanyahu confirme le cessez-le-feu, l’horaire reste à déterminer

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a confirmé que le cabinet de sécurité a approuvé à l’unanimité un cessez-le-feu à Gaza.

Un communiqué précise que les ministres ont convenu « d’accepter l’initiative égyptienne d’un cessez-le-feu mutuel sans aucune condition, qui entrera en vigueur à une heure qui sera déterminée ultérieurement ».

Avant le vote, les responsables de la défense ont présenté aux ministres les réalisations militaires d’Israël dans la campagne, dont certaines sont « sans précédent », selon le communiqué.

Le cessez-le-feu à peine annoncé, les sirènes d’alerte sonnent dans le sud

Alors que l’accord de cessez-le-feu à Gaza vient d’être confirmé, les sirènes d’alerte à la roquette ont retenti dans les communautés israéliennes proches de la bande de Gaza, signalant l’arrivée d’un barrage de tirs.

Les sirènes ont été entendues dans les communautés de Netiv Ha’asara, Erez et Yad Mordechai.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Notre arsenal « loin d’être épuisé » – responsable du Hamas

Osama Hamdan s'adresse à  Al Jazeera en août 2014 (Capture d'écran : Youtube)
Osama Hamdan s'adresse à Al Jazeera en août 2014 (Capture d'écran : Youtube)

Osama Hamdan, un haut responsable du Hamas basé à Beyrouth et membre du puissant bureau politique décisionnel du Hamas, a déclaré dans une interview qu’il s’attendait à un cessez-le-feu entre la branche du groupe à Gaza et Israël dans la journée mais a assuré que le Hamas « ne manque pas de missiles ».

Hamdan déclare également à l’Associated Press que Mohammed Deif, un insaisissable commandant du Hamas traqué par Israël depuis des années, est en vie et reste responsable des opérations militaires de Gaza.

Hamdan a ajouté que Deif est « toujours à la tête de l’opération et dirige les opérations conjointes » de la branche armée du Hamas, les Brigades Qassam, et d’autres factions. Il n’a toutefois fourni aucune preuve de ses affirmations.

Hamdan a nié l’existence d’une présence militaire appartenant au Hamas ou à tout autre groupe armé dans la tour al-Jalaa ciblée par Israël en début de semaine.

« Je peux vous assurer que ce que nous avons vu au cours des premiers jours, en ce qui concerne les bombardement de Tel Aviv et de certaines zones de Jérusalem, peut se poursuivre non seulement pendant des jours ou des semaines, mais pendant des mois », déclare Hamdan. Mais il a souligné qu’il pensait que l’annonce d’un cessez-le-feu était proche.

Hamdan a ajouté que l’Égypte et le Qatar ont été impliqués dans les négociations de cessez-le-feu et ont laissé entendre que des progrès ont été réalisés. « Il s’agit d’une vision provisoire qui, selon moi, aboutira dans les 24 heures à une entente ou à un accord », ajoute-t-il.

Hamdan a ajouté que l’arsenal est loin d’être épuisé. « Il n’y a pas de pénurie de missiles », dit-il, sans donner plus de détails.

Kamala Harris s’est entretenue avec le roi de Jordanie sur le cessez-le-feu

La vice-présidente américaine Kamala Harris s’est entretenue aujourd’hui avec le roi Abdallah II de Jordanie au sujet des efforts diplomatiques déployés par Washington pour obtenir un cessez-le-feu entre Israël et les groupes terroristes de Gaza.

Nous avons eu des garanties sur la politique israélienne – responsable du Hamas

Osama Hamdan, haut responsable du Hamas, a déclaré à la chaîne Al-Mayadeen que le cessez-le-feu entrera en vigueur à 2 heures du matin.

« La résistance a forgé une nouvelle équation et une nouvelle victoire », a déclaré Hamdan.

Hamdan a affirmé que le Hamas a reçu des assurances concernant la politique israélienne à l’égard du Mont du Temple et de Sheikh Jarrah, où des dizaines de familles palestiniennes risquent d’être expulsées dans le cadre d’un conflit de propriété avec des Juifs de droite dans une bataille judiciaire.

Les responsables israéliens, s’adressant à la radio de l’armée, ont nié avoir conclu un quelconque conclu avec le Hamas sur les questions qui agitent Jérusalem, qualifiant les propos d’Hamdan « d’absurdes et faux ». Le cessez-le-feu est sans condition aucune, a souligné les responsables.

Gantz salue l’armée pour ses « accomplissements militaires sans précédent » à Gaza

Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprimant lors de la Influencers Conference de la Douzième chaîne, le 7 mars 2021. (Sindel/Flash90)
Le ministre de la Défense Benny Gantz s'exprimant lors de la Influencers Conference de la Douzième chaîne, le 7 mars 2021. (Sindel/Flash90)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a félicité l’armée israélienne, saluant les « accomplissements militaires sans précédent en termes de force, de précision et d’importance stratégique dans la lutte contre les groupes terroristes dans la bande de Gaza » au cours de l’opération Gardien des Murs.

Gantz a déclaré que l’armée restait en état d’alerte élevé en cas d’attaques supplémentaires depuis Gaza et que « la réalité sur le terrain déterminera la poursuite de l’opération. »

Il a exhorté les Israéliens à continuer à se conformer aux instructions de sécurité du commandement de la défense passive.

Saar juge le cessez-le-feu avec le Hamas « embarrassant »

Le leader du parti Tikva Hadasha Gideon Saar a critiqué l’accord de cessez-le-feu fraichement conclu avec le Hamas par l’intermédiaire de l’Égypte et de Doha.

« Avec les meilleurs renseignements et la meilleure force aérienne du monde, Netanyahu a réussi à arracher au Hamas un ‘cessez-le-feu inconditionnel’ – embarrassant », a tweeté le rival de droite du Premier ministre.

Blinken prêt à aller au Moyen-Orient s’il y a un « bon moment »

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui terminait jeudi au Groenland une tournée consacrée à l’Arctique au cours de laquelle il aura été fort occupé par le conflit israélo-palestinien, s’est dit prêt à se rendre au Moyen-Orient s’il y a un « bon moment ».

Jeudi après-midi à Kangerlussuaq, au Groenland, il a annoncé qu’il avait parlé, dans l’avion, à son homologue israélien Gabi Ashkenazi pour réitérer le message américain : « nous attendons de voir une désescalade en vue d’un cessez-le-feu ».

La nouvelle d’un cessez-le-feu, justement, est tombée durant sa conférence de presse dans ce territoire rattaché au Danemark.

« J’ai vu ces informations », « je ne peux pas les confirmer », a-t-il dit, promettant de rappeler le chef de la diplomatie israélienne dès qu’il remonterait dans l’avion pour regagner les Etats-Unis.

« Je suis prêt à aller à tout moment en Israël et au Moyen-Orient, si cela aide à aller au-delà de la violence et à travailler pour améliorer les vies des Israéliens comme des Palestiniens », a répondu Antony Blinken. « Et s’il y a un bon moment pour cela, je le ferai assurément ».

Les habitants des villes proches de Gaza sommés de rester près des abris

Les résidents des villes israéliennes proches de la frontière de Gaza ont été enjoints par l’armée de rester chez eux jusqu’à nouvel ordre, par crainte de nouvelles attaques depuis la bande de Gaza avant le début du cessez-le-feu dans quelques heures.

L’armée a indiqué que toute personne se trouvant dans un rayon de sept kilomètres de la frontière de Gaza doit rester à proximité de son abri anti-bombes jusqu’à nouvel ordre.

« Les déplacements et les activités sont totalement interdits dans les zones ouvertes de cette région », a indiqué l’armée israélienne.

Alon Davidi fustige la décision du gouvernement de conclure un cessez-le-feu

Alon Davidi, maire de la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mars 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Alon Davidi, maire de la ville de Sderot, dans le sud d'Israël, lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 27 mars 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le maire de Sderot, dont la ville est toujours fortement ciblée par les tirs de roquettes des groupes terroristes à Gaza, dénonce durement la décision du gouvernement de conclure un cessez-le-feu inconditionnel avec le groupe terroriste du Hamas.

« Cela prouve que malgré le plein soutien, la persévérance et l’héroïsme dont les habitants du sud ont fait preuve au cours des 20 dernières années, il semble que le Premier ministre [Benjamin] Netanyahu et le gouvernement israélien ne sont pas intéressés à vaincre le Hamas et préfèrent un silence temporaire pour les résidents du centre d’Israël aux dépens des résidents de la périphérie de Gaza et du sud, qui continueront de souffrir du terrorisme », a déclaré le maire Alon Davidi.

Le président américain Joe Biden s’exprimera bientôt depuis la Maison Blanche

Le président américain Joe Biden s’exprimera jeudi depuis la Maison Blanche après l’annonce par Israël et le Hamas d’un accord de cessez-le-feu à Gaza visant à mettre fin à plus de dix jours d’affrontements meurtriers.

« Le président s’exprimera à 17H45 (21H45 GMT) », a indiqué l’exécutif américain.

Nouvelles sirènes d’alerte à la roquette dans le sud d’Israël

De nouvelles sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans les communautés israéliennes situées juste au sud de la bande de Gaza, un peu moins de deux heures avant l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu.

Les alarmes sont entendues dans les villes de la région d’Eshkol.

Les résidents de la zone ont reçu l’ordre de l’armée de rester à proximité des abris anti-bombes par crainte des attaques avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

Brigades al-Qassam: « nous retarderons l’énorme frappe que nous avions préparée »

La branche armée du Hamas dit qu’elle suivra de près ce qu’Israël fera dans les deux prochaines heures.

« Nous avions préparé un gros coup, de Haïfa à Ramon [aéroport d’Eilat]… Nous surveillerons de près le comportement de l’ennemi jusqu’à 2 heures du matin et nous retarderons l’énorme frappe que nous avions préparée pour notre ennemi », déclare un porte-parole des Brigades Ezzedin al-Qassam.

Un porte-parole de la branche armée du Hamas avait estimé plus tôt que le groupe terroriste avait réussi à « humilier l’ennemi ».

« Nous avions préparé des frappes qui pourraient couvrir toute la Palestine… mais nous avons dit ‘oui’ au cessez-le-feu », affirme le porte-parole.

Un blessé après un obus de mortier qui s’est abattu sur une imprimerie à Be’eri

Une personne est légèrement blessée alors qu’un obus de mortier frappe une imprimerie dans la communauté de Be’eri, près de la frontière de Gaza, selon les autorités israéliennes.

L’obus a directement touché le bâtiment, selon les services de secours et d’incendie.

La victime a 53 ans et est emmenée dans un hôpital voisin pour y être soignée, selon les médecins.

Michael Ratney, prochain envoyé US par intérim ?

Le président américain Joe Biden devrait envoyer le diplomate de haut rang Michael Ratney à Jérusalem le mois prochain pour occuper le poste de chef par intérim de l’ambassade américaine à Jérusalem jusqu’à ce qu’un ambassadeur à plein temps soit confirmé, a déclaré une source proche du dossier au Times of Israel, confirmant une information d’Axios.

L’administration Biden a été accusée de dé-prioriser le conflit israélo-palestinien et les responsables comprennent de plus en plus – en particulier dans le contexte de la dernière flambée à Gaza – qu’il a besoin de plus de diplomates de haut niveau sur le terrain, selon la source.

De 2012 à 2015, Ratney a dirigé le consulat général des États-Unis à Jérusalem, qui a servi de représentant de facto auprès des Palestiniens tout en surveillant et en faisant des rapports sur les développements à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Il a ensuite été envoyé spécial de l’ancien président Barak Obama en Syrie. Dans l’administration suivante, Ratney a occupé le poste de secrétaire d’État adjoint aux affaires israélo-palestiniennes et d’envoyé spécial avant de passer à la formation de diplomates à l’Institut du service extérieur du département d’État après que l’ancien président Donald Trump eut déplacé l’ambassade des États-Unis à Jérusalem.

La décision de Trump de déplacer l’ambassade a été associée à une autre décision de fermer le consulat américain dans la ville. L’épouse de Ratney, Karen Sasahara, était alors consule générale et a été mutée à un nouveau poste en Jordanie.

Jonathan Shreier dirige l’ambassade américaine à Jérusalem en tant que chargé d’affaires depuis que l’ancien ambassadeur David Friedman a démissionné le dernier jour de Trump en janvier. Shreier restera en tant que chef de mission adjoint une fois que Ratney arrivera.

Biden devrait nommer un ambassadeur à plein temps en Israël dans le mois à venir.

Des sources proches du dossier ont déclaré au Times of Israel que la question reste un duel entre l’ancien responsable du département d’État Thomas Nides et l’ancien membre du Congrès de Floride, Robert Wexler.

Tous deux connaissent le conflit israélo-palestinien, Wexler en particulier, qui est actuellement à la tête du Centre S. Daniel Abraham pour la paix au Moyen-Orient à Washington. Nides a été secrétaire d’État adjoint à la gestion et aux ressources dans l’administration Obama avant de devenir directeur général de Morgan Stanley. Il entretient des relations étroites avec plusieurs responsables clés de Biden, dont le secrétaire d’État Antony Blinken; mais Wexler a également une liste croissante de bailleurs de fonds, y compris les anciens membres du Congrès Ted Deutch et Bernie Sanders.

Biden félicite Netanyahu d’avoir mis fin aux combats à Gaza

Le président américain Joe Biden, s’exprimant à la Maison Blanche, a confirmé qu’il s’était entretenu avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu après l’annonce du cessez-le-feu, lors de la sixième conversation entre les deux dirigeants.

« Lors de mes conversations avec le Premier ministre Netanyahu, je l’ai félicité d’avoir mis fin aux hostilités actuelles en moins de 11 jours. J’ai également souligné ce que j’ai dit tout au long de ce conflit : les États-Unis soutiennent pleinement le droit d’Israël de se défendre contre les attaques à la roquette aveugles du Hamas et d’autres groupes terroristes basés à Gaza qui ont coûté la vie à des civils innocents en Israël. »

Biden a également assuré à Netanyahu que les États-Unis reconstitueraient leur approvisionnement en missiles pour équiper le Dôme de fer à l’avenir.

Biden remercie le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi d’avoir négocié le cessez-le-feu.

Il déplore le nombre élevé de morts du conflit, notant les victimes d’enfants et de mineurs des deux côtés.

« J’adresse mes sincères condoléances à toutes les familles, israéliennes et palestiniennes, qui ont perdu des êtres chers et j’espère que les blessés seront complètement rétablis », dit Biden.

Pour Biden, il y a « une vraie opportunité » d’avancer vers la paix

Le président américain Joe Biden a estimé jeudi que le cessez-le-feu à Gaza, attendu dans la nuit, représentait « une vraie opportunité » d’avancer vers la paix, tout en exprimant sa « sincère reconnaissance » à l’Egypte pour son rôle dans les négociations.

« Je suis convaincu que les Palestiniens et les Israéliens méritent tout autant de vivre en sécurité et de jouir d’un même niveau de liberté, de prospérité et de démocratie », a déclaré Joe Biden depuis la Maison Blanche.

« Mon administration poursuivra notre diplomatie discrète et infatigable pour aller vers cet objectif. Je suis convaincu que nous avons une vraie opportunité d’avancer et je m’engage à travailler en cette direction ».

30 minutes avant le cessez-le-feu, les sirènes retentissent toujours

Des sirènes de raid aérien retentissent dans les communautés israéliennes de la région d’Eshkol, dans le sud d’Israël, une demi-heure avant l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu.

Biden va tout faire pour que le Hamas ne reconstitue pas son arsenal

Biden dit que les États-Unis « restent déterminés à travailler avec les Nations Unies » pour fournir une aide humanitaire à Gaza et contribué aux efforts de reconstruction dans l’enclave.

« Nous le ferons en partenariat complet avec l’Autorité palestinienne, et non le Hamas, d’une manière qui ne laissera pas le Hamas simplement reconstituer son arsenal », souligne-t-il.

Londres appelle toutes les parties à rendre « durable » le cessez-le-feu

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab applaudit au Foreign Office à Londres lors des "Clap for our Carers" applaudissement hebdomadaires pour nos soignants, à Londres, le 23 avril 2020. (AP Photo/Frank Augstein/pool)
Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab applaudit au Foreign Office à Londres lors des "Clap for our Carers" applaudissement hebdomadaires pour nos soignants, à Londres, le 23 avril 2020. (AP Photo/Frank Augstein/pool)

Le Royaume-Uni a salué jeudi l’accord de cessez-le-feu à Gaza approuvé par Israël et le Hamas, et a appelé toutes les parties à le rendre « durable ».

« Toutes les parties doivent travailler pour rendre le cessez-le-feu durable et mettre fin à l’inacceptable cycle de violence et de pertes de vies humaines », a tweeté le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, ajoutant que Londres soutient « les efforts pour parvenir à la paix ».

Des obus de mortier tirés sur les communautés frontalières de Gaza

De nouvelles sirènes retentissent dans les communautés israéliennes près de la frontière de Gaza, alors que des obus de mortier sont tirés vers la zone depuis la bande, moins de 10 minutes avant l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...