Rechercher

Netanyahu, sans cesse interrompu, présente son programme au plénum de la Knesset

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahu, prend la parole lors de la cérémonie de prestation de serment de son nouveau gouvernement à la Knesset, le 29 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)
Le Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahu, prend la parole lors de la cérémonie de prestation de serment de son nouveau gouvernement à la Knesset, le 29 décembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/FLASH90)

Avant de présenter son gouvernement à la Knesset, le nouveau Premier ministre Benjamin Netanyahu présente son programme au plénum de la Knesset, soulignant trois grandes missions pour sa coalition : arrêter le programme nucléaire iranien, développer l’infrastructure de l’État – en mettant l’accent sur la connexion de la périphérie au centre du pays – et restaurer la sécurité interne et la gouvernance d’Israël.

Netanyahu accueille des notables, dont le nouveau président de la Knesset, Amir Ohana, et son partenaire, Alon Haddad – une démarche délibérée compte tenu des critiques formulées à l’encontre des déclarations et des propositions législatives anti-LGBTQ par les partis d’extrême-droite de sa nouvelle coalition.

Netanyahu affirme également que son gouvernement luttera contre l’augmentation du coût de la vie et améliorera l’éducation.

Son discours d’ouverture est interrompu par des cris incessants : « Faible ! Faible ! », provenant des bancs de l’opposition entrante, déclenchant un va-et-vient de plusieurs minutes qui aboutit à l’expulsion de plusieurs législateurs de Yesh Atid, entre autres.

Se tournant vers leurs bancs, Netanyahu accuse les députés de l’opposition de ne pas accepter les résultats des élections législatives du 1er novembre.

« Membres de la Knesset, je n’ai pas besoin d’entendre vos cris pour savoir que nous avons des désaccords », dit Netanyahu, « mais que nous sommes bien d’accord sur certaines choses ».

« Gagner des élections ne signifie pas la fin de la démocratie – c’est l’essence même de la démocratie », dit-il, les encourageant à adopter l’attitude de l’équipe française face à leur défaite au mondial. « Dans une démocratie, on n’escalade pas les barrières du plénum de la Knesset , et on n’escalade pas non plus les barrières de la Knesset. »

Terminant son discours en enfilant une kippa et en récitant la prière shehecheyanu pour son nouveau départ, Netanyahu présente ensuite son gouvernement de plus de 30 membres.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.