Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Un officier israélien a découvert un bébé décapité au kibboutz Beeri

Une balançoire pour enfants devant une maison attaquée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023, photo prise au kibboutz Beeri, le 14 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
Une balançoire pour enfants devant une maison attaquée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023, photo prise au kibboutz Beeri, le 14 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Un officier supérieur israélien a affirmé vendredi à l’AFP avoir trouvé le cadavre décapité d’un bébé dans l’un des kibboutz attaqués par le mouvement terroriste islamiste palestinien Hamas le 7 octobre.

Chef de l’unité de recherche et de secours de l’armée, le colonel Golan Vach, a dit avoir trouvé le corps d’une mère protégeant son bébé alors qu’il fouillait les décombres du kibboutz de Beeri, dans le sud d’Israël, trois jours après les attaques menées par des centaines d’hommes du Hamas à partir de la bande Gaza voisine.

« Quand je l’ai extrait, j’ai vu un bébé décapité. Je l’ai pris dans les mains et je l’ai transporté, puis je l’ai mis dans le sac mortuaire. Je l’ai fait personnellement », a exliqué l’officier lors d’une visite organisée pour les médias à Kfar Aza, autre kibboutz attaqué par les combattants du Hamas, mouvement au pouvoir à Gaza.

Les médias israéliens ont les premiers fait état d’allégations de bébés décapités. Celles-ci ont été soutenues dans un premier temps par des responsables israéliens, avant que des porte-parole disent être dans l’impossibilité de les confirmer.

Le président américain Joe Biden a également évoqué comme un fait que des bébés avaient été décapités avant que ses services ne précisent qu’il n’avait vu aucune image de telles atrocités.

Le rabbin Israël Weiss, un des responsables de l’identification des corps des personnes massacrées le 7 octobre, avait déclaré le 16 octobre à Tel-Aviv avoir « vu des bébés, des femmes et des enfants décapités ».

Aucune image, photo ou vidéo de bébés décapités, susceptible d’être indépendamment vérifiée n’a jusqu’à présent émergé.

« Les gens me demandent comment il est possible que je n’aie pas pris de photo. J’ai répondu ‘Je suis désolé. J’ai des enfants. J’ai des limites. Je ne photographie pas un bébé décapité' », a expliqué le colonel Vach.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.